FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Sinisa Mihajlovic

Sinisa Mihajlovic-.jpg
Sinisa Mihajlovic

 

Sinisa Mihajlovic

Né le 20 février 1969 à Vukovar (ex-YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864378_201505293642398.png Serbe, défenseur central, 1m85

Surnom: "Mihaj"

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864378_201505293642398.png 63 sélections, 9 buts

 

1986/88 Borovo (ex-YOU) 41 matchs, 5 buts

1988/91 Vojvodina Novi Sad (ex-YOU) 73 matchs, 19 buts

1990/92 Étoile Rouge Belgrade (ex-YOU) 38 matchs, 9 buts

1992/94 AS Roma (ITA) 54 matchs, 1 but

1994/98 Sampdoria Gênes (ITA) 110 matchs, 12 buts

1998/2004 Lazio Rome (ITA) 126 matchs, 20 buts

2004/06 Inter Milan (ITA) 25 matchs, 5 buts

 

S'il ne restera pas forcément comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps à son poste, le serbe possédait une très grosse qualité dans le football. Solide défenseur (1m85 pour 78 kilos), Sinisa Mihajlovic faisait partie de ces arrières bagarreurs pour qui laisser passer un attaquant était un sacrilège. Possédant une technique supérieure au commun des joueurs à vocation défensive, le serbe alliait à cela un physique efficace et un placement intelligent. Polyvalent, le défenseur fut parfois utilisé en tant que milieu défensif. Mais là où Sinisa Mihajlovic excellait par dessus tout, c'était les coups-francs. Sinisa Mihajlovic.jpgDoté d'une puissance de tir tout simplement incroyable, le serbe été la terreur des murs adverses. Y compris ses propres gardiens qui refusaient, selon la légende, de le laisser tirer les coup-francs à l’entraînement. Logique quand on connait la vitesse que prenait le ballon lorsqu'il frappait. Il faut dire qu’avec un record à plus de 160 km/h, il faut être fou pour mettre la main là où d’autres ne mettraient pas le pied. Et si sa force de frappe demeurait son principal atout, le défenseur international avait la capacité de placer le ballon à peu près où il le souhaitait. Tirant les coups franc de presque n'importe quelle position, la course de ses tirs lui permettait de marquer aussi bien de très loin qu'à l'entrée de la surface, ou encore quand le coup de pied arrêté était excentré d'un côté ou de l'autre. À noter que l'ancien défenseur savait aussi parfaitement tirer les corners, délivrant durant sa carrière un nombre conséquent de passes décisives. Les penalties étaient eux aussi maîtrisés par l'artilleur fou. Celui que l'on surnommait "Mihaj" détient encore à ce jour, en compagnie du français Michel Platini, un record appréciable. Ils sont en effet les seuls joueurs du circuit professionnel à avoir accompli l'exploit de marquer trois coups francs dans le même match. Il est également le meilleur buteur de tous les temps dans ce domaine en Italie, inscrivant la bagatelle de 28 buts sur coups de pieds arrêtés lors des compétitions italiennes. Formé à Vojvodina, il explose à l’Étoile Rouge de Belgrade. Aux côtés des Jugovic, Prosinecki, Belodedici, Pancev et autres Savicevic, il remporte la Coupe d'Europe des clubs champions en 1991 et bat l'Olympique de Marseille de Jean Pierre Papin en finale de la C1 à Bari. Il ira ensuite s'illustrer en Italie, évoluant successivement sous les couleurs de l'AS Roma, de la Sampdoria, de la Lazio de Rome et de l'Inter Milan. Le club où il a laissé le plus de marques reste cependant, et de manière incontestable, la Lazio. Entre 1998 à 2004, il remporte une Coupe des Coupes, une Série A et deux coupes d'Italie. 15 saisons en tout avec les clubs italiens pour plus de 50 buts en 428 matches, plus 11 trophées remportés. Régulièrement sélectionné avec la Yougoslavie, il a disputé le Mondial 98 et l’Euro 2000. Mais Mihajlović a aussi sa part d’ombre. Un mythe entretenu à coups de sombres histoires. Violemment nationaliste, il ne se laisse jamais faire. Par exemple, lors d'un match de Ligue des champions entre la Lazio et Arsenal en 2000, il insulte Patrick Vieira de "Noir de merde" ce dernier l'ayant insulté de "sale gitan". Mihajlović est suspendu, mais ne se calme pas. Quelques mois plus tard, il est suspendu pour 8 matches pour avoir craché sur Adrian Mutu avant de le frapper. Ultime preuve, pour ses détracteurs, que Siniša est le diable incarné, il est très apprécié des tifosi laziales qui n’hésitent pas à lui dédier des banderoles à la gloire d’Arkan, un mafieux serbe accusé de crimes de guerre. Fidèle en amitié, il part, en 2004, dans la valise de son ami Roberto Mancini, qui passe du banc de la Lazio à celui de l’Inter. Le temps de décrocher un dernier Scudetto. Après avoir raccroché les crampons en 2006, il devient entraîneur-adjoint de l’Inter sous les ordres de Mancini. Il prend son envol seul à Bologne en 2008 et passe entre autres à la Fiorentina, la Samp, le Milan AC et le Torino.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1991 (Étoile Rouge de Belgrade)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1999 (Lazio Rome)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1991 (Étoile Rouge de Belgrade)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1999 (Lazio Rome)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1991 (Étoile Rouge de Belgrade)

Champion d’Italie en 2000 (Lazio Rome) et 2006 (Inter Milan)

Champion de Yougoslavie en 1989 (Vojvodina Novi Sad), 1991 et 1992 (Étoile Rouge de Belgrade)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2000, 2004 (Lazio Rome), 2005 et 2006 (Inter Milan)

Finaliste de la Coupe de Yougoslavie en 1991 et 1992 (Étoile Rouge de Belgrade)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1998, 2000 (Lazio Rome) et 2005 (Inter Milan)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 2004 (Lazio Rome)

Finaliste de la Supercoupe de Yougoslavie en 1989 (Vojvodina Novi Sad)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur yougoslave de l’année en 1999

Nommé dans l'équipe type de l'année de l'association ESM en 1999 et 2000

 

VIDÉO





22/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 978 autres membres