FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Eduard Streltsov

Eduard-Streltsov--1-.jpg

Eduard Streltsov

 

Eduard Anatolyevich Streltsov

Né le 21 juillet 1937 à Perovo (RUS)

Décédé le 22 juillet 1990 à Moscou (RUS)

Union Soviétique.png Soviétique, attaquant, 1m82

Surnom: Le Pelé Russe

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 38 sélections, 25 buts

 

1953/58 Torpedo Moscou (RUS) 89 matchs, 48 buts

1958/65 en prison

1965/70 Torpedo Moscou (RUS) 133 matchs, 51 buts

 

Eduard Streltsov a été largement considéré comme un des joueurs les plus parfaits de l'Union Soviétique, en gagnant le surnom de "Pelé russe". Il mesurait 1,82m pour 85 kg, ce qui n’était pas aussi fréquent qu’aujourd’hui pour un avant-centre. Son imposante stature ne l’empêchait pas de développer des qualités techniques incroyables: adroit des deux pieds, spécialiste de la talonnade surprise, Streltsov était le prototype du footballeur complet et peut-être un des inspirateurs de l’avant-centre actuel type. Eduard-Streltsov--2-.jpgIl savait marquer et faire marquer les autres, jouant de son rôle de pivot et de sa supériorité technique, dans la couverture de balle en particulier. Repéré lors des détections de l'équipe de l'usine, Streltsov ne mettra que deux ans à intégrer l’équipe junior et seulement une de plus pour battre le record du plus jeune joueur finissant meilleur buteur du championnat soviétique, à seize ans et demi. Logiquement, dès l’année suivante, en 1955, Eduard Streltsov est convoqué pour sa première sélection sous le maillot soviétique. Pour son premier match avec l’équipe nationale, Streltsov va faire plus qu’impressionner avec trois buts et trois passes décisives. Un an plus tard, c’est aux Jeux Olympiques de Melbourne que Eduard va de nouveau s’illustrer. Pour sa deuxième participation à cette compétition, l’URSS fait figure de sérieux outsider en alignant dans les buts un certain Lev Yachine et à la pointe de l’attaque le duo du Torpedo Streltsov et Ivanov. Il remporte la compétition avec une victoire en finale face à la Yougoslavie 1 à 0. Les deux clubs du régime (Le CSKA pour l’Armée et le Dynamo pour la Police) cherchent à le débaucher. Streltsov reste fidèle au Torpedo. Sa "liberté", qui consiste à ne pas intégrer les deux fleurons du régime, énervent les dirigeants autant que sa popularité est grande. Il est exclu provisoirement de la sélection soviétique, puis doit faire son auto-critique. Mais ce jeune homme finit par tomber pour viol et condamné à douze ans de prison. Comme à la méthode soviétique, Streltsov est rayé des listes mais conserve l’appui des supporters du Torpedo qui ne croient pas une seconde à ce viol. Son nom n’est plus cité et est systématiquement censuré. Streltsov bénéficie d’un allègement de peine suite à la perte d’influence de Khrouchtchev et peut retrouver la liberté après “seulement” quatre années et demi passées en prison. Mais il a changé, vieilli, bien qu’il n’ait que 26 ans. Il reprend rapidement la compétition et revient dans l’équipe première du Torpedo en 1964-1965, avec qui il remporte le championnat d’URSS. Il est même élu meilleur joueur soviétique mais est écarté de la sélection qui dispute la Coupe du Monde en 1966. Il ne retrouve la sélection CCCP qu’après celle-ci. Les années suivantes, Streltsov confirme toujours son talent. En 1970, à trente-trois ans, et alors que tous les supporters du Torpedo espèrent qu’enfin leur vedette pourra participer à une coupe du Monde, Eduard Streltsov est victime d’une rupture du tendon d’Achille en cours de match et doit mettre un terme à sa carrière. Il s’arrête donc en ayant inscrit un total de 99 buts en 222 matches pour le Torpedo, mais sans avoir pu disputer une seule rencontre de coupe du Monde. Une statue est inaugurée devant le stade Olympique de Loujniki, et le Torpedo a renommé son enceinte “Stade Eduard Streltsov”, un honneur mille fois mérité pour celui dont la fidélité au club fut l’une des causes de sa descente aux enfers. Décédé à l'âge de 53 ans d'un cancer de la gorge (peut-être contracté à Tchernobyl, en 1986, après un match de charité au profit des victimes), le plus talentueux footballeur soviétique de l’histoire n’a pas eu la carrière qu’il méritait, mais le peuple russe se souviendra à jamais de ses exploits.

 

PALMARÈS


Médaille d'or aux Jeux Olympiques de Melbourne en 1956 (URSS)

Champion d’URSS en 1965 (Torpedo Moscou)

Vice-champion d’URSS en 1957 (Torpedo Moscou)

Vainqueur de la Coupe URSS en 1968 (Torpedo Moscou)

Finaliste de la Coupe URSS en 1966 (Torpedo Moscou)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l’année d’URSS en 1967 et 1968 (Torpedo Moscou)

Meilleur buteur d'URSS en 1955 (15 buts)

Maître des sports émérite de l'URSS en 1957, retiré puis ré-attribué en 1967

À reçu l'Ordre de l'Insigne d'Honneur Soviétique en 1957

 

DIVERS


- Une pièce de 2 roubles où figure le portrait de Streltsov est émise en 2008. Une série de pièces de monnaie commémore les grands footballeurs, dont Streltsov faisait partie, comme Lev Yachine.

- En 2001, après des pressions de l’ancien champion du monde d’échecs Anatoly Karpov, et de l’ex-maire de Moscou Iouri Loujkov, un comité de réhabilitation est créé, visant à faire toute la lumière sur les événements dont fut victime Eduard Streltsov. On avait déjà pu voir, en 1997, Marina Lebedeva, la jeune femme qui avait prétendu que Streltsov l’avait agressée, déposer une gerbe de fleurs sur sa tombe, le lendemain de la cérémonie annuelle célébrant la date de sa mort.

- En 2006, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la victoire aux Jeux Olympiques de Melbourne, le Comité Olympique russe lui a remis à titre posthume la médaille qu’il avait refusé cinquante ans plus tôt.

 

VIDÉO




15/01/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 984 autres membres