FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Frederic Johansen

Frederic Johansen.jpg
Frédéric Johansen

 

Frédéric Johansen

Né le 13 octobre 1972 à Colmar (FRA)

Décédé le 20 décembre 1992 à Ensisheim (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu offensif, 1m65

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Juniors: 15 sélections

 

1990/92 FC Mulhouse (FRA) 65 matchs, 5 buts

(Championnat de France de D2: 62 matchs, 5 buts)

(Coupe de France: 3 matchs)

 

Le destin ne tient qu’à un fil parfois tendu vers le succès et l’avenir et d’autres fois brisé par un virage trop serré sur une route de campagne, un soir de décembre. Tout commence pourtant idéalement pour Frédéric Johansen. Natif de Colmar, dans le Haut-Rhin, il est un des plus grands espoirs que la région n'ait jamais connu. Courtisé par une bonne vingtaine de clubs après quelques apparitions fort remarquées, il décide de poursuivre sa formation dans la région à Mulhouse afin de privilégier sa région et sa famille. En 1988, il a alors seize ans. Rapidement, il apparaît dans le groupe pro qui monte en D1. Malheureusement pour lui, barré par la concurrence avec Blaz Sliskovic, il ne foule pas les pelouses du championnat cette saison-là. Mulhouse, en dépit de quelques individualités intéressantes, ne fait pas illusion en division 1 et se trouve donc dans l’ascenseur vers la D2 en fin de saison. L'occasion pour le club de faire table rase de l'effectif, et de s'appuyer sur les jeunes du centre de formation. C'est donc à ce moment là que Fred prend place dans le onze Mulhousien. Immédiatement, sa technique fait de lui porte-drapeau de cette jeunesse fougueuse qui tend à faire remonter le club en D1. Il est appelé logiquement en espoirs, où il prend le numéro 10 et devient tout naturellement le meneur de jeu des 92. Marc Bourrier, entraîneurs des Bleuets, le voit en A dans un futur proche. Élu meilleur joueur de seconde division en 1991 par le magazine "France Football", coéquipier de Lilian Thuram, Nicolas Ouédec et Reynald Pedros notamment chez les espoirs, il éclate véritablement au haut-niveau. Il est même d’ailleurs en avance sur Zinedine Zidane car il venait à peine de débarquer à Bordeaux au même âge sous les ordres de coach Courbis, tandis que Fred tutoyait le ballon avec une grande facilité et était devenu à 20 ans, le maître à jouer du FC Mulhouse en s’attirant inévitablement des louanges. "Celui là ira loin, ce sera un nouveau Giresse " disait Max Hild, recruteur de Strasbourg qui le fera signer. Son entraîneur à Mulhouse Bernard Genghini, dit de lui: "Un joueur rare, techniquement très au-dessus de la moyenne et qui me fait penser dans son style à Alain Giresse, mais qui doit encore apprendre la diplomatie avec ses coéquipiers. " Bref, tout va pour le mieux pour la pépite alsacienne, qui est appelé à signer au RC Strasbourg, le club de son grand ami Marc Keller, à l'issue de la saison 92-93. Tout est déjà bouclé, jusqu'à un triste jour de décembre 1992... il se tue dans un accident de voiture à  l'entrée d'Ensisheim. Alors qu'il effectuait un dépassement sur le CD2 bis, sa voiture a percuté l'arrière d'une camionnette pour ensuite s'écraser contre les arbres de la forêt voisine. Il n’avait alors que 20 ans. Tout le football Français est en deuil. Le magazine "Onze Mondial" venait de lui consacrer un article. Sa carrière était en marche hélas la belle histoire va se terminer brutalement contre un arbre sur une nationale… Le football Mulhousien ne l’a pas oublié puisque une tribune du stade de l’Ill porte son nom. Nul ne sait jusqu’où serait allé Frédéric mais au regard de ses qualités certainement très loin.
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur de l'année de Division 2 par France Football en 1992
 
DIVERS
- Son petit frère Pascal va connaître une belle carrière qui le fera passer notamment par Strasbourg et Marseille en portant le numéro 18 en hommage à son frère (Le numéro 10 de Frédéric + le numéro 8 de Pascal).


08/02/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1078 autres membres