FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Henri Baillot

Henri Baillot.jpg
Photo: ©FC Metz

 

Henri Baillot

 

Né le 13 décembre 1924 à Magny (FRA)

Décédé le 9 novembre 2000 à Gorze (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Ailier droit, 1m70

Surnom: "Laï"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 8 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 12 juin 1948 contre la Tchécoslovaquie (4-0)

Dernière sélection : le 27 mai 1950 contre l'Écosse (0-1)

 

1945/50 FC Metz (FRA) 177 matchs, 95 buts
(Championnat de France: 158 matchs, 80 buts)
(Coupe de France: 19 matchs, 15 buts)
1950/52 Girondins de Bordeaux (FRA) 77 matchs, 40 buts
(Championnat de France: 66 matchs, 34 buts)
(Coupe de France: 11 matchs, 6 buts)
1952/53 RC Strasbourg (FRA) 27 matchs, 13 buts
(Championnat de France: 16 matchs, 6 buts)
(Championnat de France de D2: 9 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 2 buts)
1953/55 Stade Rennais (FRA) 53 matchs, 25 buts
(Championnat de France de D2: 44 matchs, 20 buts)
(Barrages: 1 match)
(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)
(Coupe Charles Drago: 4 matchs, 4 buts)

 

Ailier droit puissant et rapide, Henri Baillot est l’une des figures emblématiques du FC Metz.

 

Originaire de Moselle, il rejoint très vite le grand club lorrain de la région après la Seconde Guerre mondiale. Doté d’une bonne frappe de balle, cet attaquant réaliste s'affirme comme l'un des meilleurs artificiers des Grenat avec 95 buts inscrits en cinq saisons, bien placé au panthéon des plus grands buteurs du club auprès de Nico Braun et Bernard Zénier. Grâce à ses superbes performances, il intègre l'équipe de France durant deux années, avec un très beau bilan de quatre réalisations plantés en l’espace de huit sélections. Il joue les deux rencontres mémorables face la Yougoslavie en qualification pour la Coupe du Monde 1950. À l'aller, il devient "le diable français" et égalise de la tête sur un centre de Roger Vandooren, sous les yeux ébahis des supporters de Belgrade. Au retour, c'est encore lui qui ouvre le score. Mais les deux matchs soldés sur le même score de 1-1, obligent les Bleus à une "belle" à Florence, à laquelle il ne participe pas à cause d'une blessure. Le natif de Magny quitte ensuite Metz relégué en D2 pour Bordeaux, échangé contre le vieillissant luxembourgeois Camille Libar. Celui qu'on surnomme familièrement "Laï" enchaîne deux saisons pleines sous le maillot des Girondins avec une finale perdue de coupe de France face à l'OGC Nice 5 buts à 3. Les blessures prennent ensuite le dessus, lui qui avait déjà été victime au bras durant le conflit. Un passage en Alsace au RC Strasbourg avant de ranger définitivement les crampons sur une rupture des ligaments croisés au Stade Rennais, qui joue alors en D2. Il disparaît le 9 novembre 2000 à l'âge de 75 ans.

 

PALMARÈS

 

Vice-champion de France en 1952 (Bordeaux)

Finaliste de la Coupe de France en 1952 (Bordeaux)



13/12/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1159 autres membres