FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jules Zvunka

Jules Zvunka.jpg
Jules Zvunka

 

Jules Zvunka

Né le 17 août 1941 à Le-Ban-Saint-Martin (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Arrière droit/ Défenseur central, 1m78

Surnom: "Capitaine Courage"

 

1960/66 FC Metz (FRA) 199 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 1 but)
(Barrages: 4 matchs)
(Championnat de France de D2: 144 matchs, 14 buts)
(Coupe de France: 14 matchs)
(Coupe Charles Drago: 8 matchs, 2 buts)
1966/73 Olympique de Marseille (FRA) 301 matchs
(Championnat de France: 250 matchs)
(Coupe de France: 34 matchs)
(Challenge des Champions: 3 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
(Coupe des Coupes: 4 matchs)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 4 matchs)

 

Jules fait partie de la grande confrérie sportive des Zvunka, frère aîné de Victor et cadet de Georges. Surnommé "Capitaine courage", Jules Zvunka se fait remarquer par son abattage et sa présence de tous les instants sur le terrain. Fils d’immigré hongrois, cet arrière droit ou stoppeur intraitable fera ses premiers matchs pro au FC Metz en 1960, à l’âge de 19 ans, avant de comptabiliser plus de 180 matchs en grenat. Généreux et dans le combat perpétuel, ses qualités sont vite repérées par l’Olympique de Marseille, qui le recrute en 1966. Sept saisons durant, il est l'inamovible pivot défensif des phocéens et deviendra même le capitaine de l’OM au départ de Jean Djorkaeff à Paris. C'est également le spécialiste de la coupe de France. Il l'a gagné comme joueur en 1969, capitaine en 1972 et entraîneur en 1976... avec son frère Victor sur le terrain ! Appelé à la rescousse à trois reprises pour tenter de stabiliser un club en eaux troubles à la fin des années 1970, il n'a jamais refusé. Tout simplement parce qu'il avait - déjà - le recul nécessaire comme il l'a déclaré en 2016: "Entraîneur, c'est plus ingrat. Si tu gagnes, c'est grâce aux joueurs, si tu perds, c'est la faute de l'entraîneur, alors à la fin, j'ai surtout poussé un soupir de soulagement quand on a gagné en 1976. C'était : Ouf ! Nous n'avons pas perdu ! Cela ne m'a pas empêché de me faire virer, parce que l'année d'avant nous n'avions fini que deuxièmes derrière Saint-Étienne et là, nous n'avions gagné que la coupe.

 

PALMARÈS


Champion de France en 1971 et 1972 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1970 (Olympique de Marseille)
Vainqueur de la Coupe de France en 1969 et 1972 (Olympique de Marseille)
Vainqueur du Challenge des Champions en 1971 (Olympique de Marseille)
Finaliste du Challenge des Champions en 1969 et 1972 (Olympique de Marseille)
Vice-champion de France de D2 en 1961 (FC Metz)


03/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1031 autres membres