FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Paul Nicolas

Paul Nicolas.jpg
Paul Nicolas

 

Paul Georges Maxime Nicolas

Né le 4 novembre 1899 à Paris (FRA)

Décédé le 3 mars 1959 à Gy-L'évêque (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, attaquant, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 35 sélections, 20 buts

(Matchs amicaux: 30 sélections, 16 buts)

(Jeux Olympiques: 5 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 18 janvier 1920 contre l'Italie (4-9)

Dernière sélection : le 15 février 1931 contre la Tchécoslovaquie (1-2)

 

1919/20 Gallia Club (FRA)
1920/29 Red Star (FRA) 36 matchs, 39 buts
(Coupe de France: 36 matchs, 39 buts)
1929/31 et 1935 Amiens AC (FRA) 18 matchs, 15 buts
(Coupe de France: 18 matchs, 15 buts)

 

Enfant du Red Star, Paul Nicolas a donné au club de Saint-Ouen ses premières lettres de noblesse, avec notamment la conquête des quatre premières coupes de France. Né à la fin du 19ème siècle, il commence à pratiquer le football au lycée de Beauvais. Après des débuts prometteurs au Gallia Club de Paris, il débarque au Red Star en 1920 et rejoint les stars déjà présentes comme Lucien Gamblin et Pierre Chayriguès. Celui qui avait commencé à jouer défenseur va vite se rendre compte que son destin se situe aux avant-postes. Joueur complet et percutant, habile des deux pieds, il possède des qualités exceptionnelles. Celles-là même qui vont conduire les Audoniens au sommet. Paul Nicolas.jpgDès sa première saison, il remporte la Coupe de France contre l’Olympique de Paris, puis récidive les deux années suivantes en 1922 et 1923. Ce grand avant-centre intelligent et adroit boucle son palmarès en 1928 avec une quatrième coupe nationale contre le CA Paris. Possédant le plus beau palmarès des 40 premières années de l’histoire du football en France, ses statistiques sont également impressionnantes avec le Red Star avec 39 buts en 36 matchs de coupe soit un ratio de plus d'un but par match. C’est logiquement qu’il est appelé régulièrement en équipe de France entre 1920 et 1931, devenant même le capitaine à partir de 1925. En 35 sélections, il plante à 20 reprises et participe aux Jeux Olympiques trois fois (1920 à Anvers, 1924 à Paris et 1928 à Amsterdam) durant lesquels il inscrit 4 buts en 5 matchs dont un face à l'Uruguay, la meilleure équipe nationale de l'entre-deux guerres. Fait rare, il est le seul joueur français, avec Jules Dewaquez, à avoir participé à trois Olympiades. Par contre, pas de coupe du Monde pour le grand moustachu. En effet, encore amateur, il ne peut pas se permettre de fermer son commerce le temps d’un voyage en Uruguay… Au bout de neuf saisons (1920-1929) à Saint-Ouen, Paul Nicolas quitte la banlieue parisienne pour Amiens où il termine sa carrière de joueur en 1931. Pourtant, on le reverra encore disputer des matches de coupe. Les deux derniers ont lieu en janvier… 1935, en seizièmes de finale. À 35 ans, le voici de nouveau avant-centre face à… son Red Star, qui se qualifieront lors d'un match d'appui. Sa carrière de joueur avait failli prendre fin, tristement, à l’automne 1932, alors que débute le premier championnat professionnel en France, auquel Amiens n’a pas adhéré. En septembre, la FFF lui retire sa licence amateur. Paul Nicolas obtiendra gain de cause en appel. Il sera requalifié et pourra, comme on l’a vu plus haut, jouer encore quelque temps. Il en gardera quelque rancœur à l’encontre de certains dirigeants fédéraux, avant de siéger parmi eux. En effet, amoureux du ballon rond, il ne peut se résoudre à quitter le monde du football. Dotée d’une forte personnalité, il prend la tête du groupement des clubs autorisés (ancêtre de la Ligue de Football) avant de devenir "directeur de l’équipe de France" avec qui il participe à la Coupe du Monde 1958 en Suède, où les Bleus terminent 3ème. Mais, au retour d’un France-Belgique disputé en 1959 à Colombes, Paul Nicolas est victime d’un terrible accident de voiture sur la RN 151 à Gy-L’Évêque qui lui coûte la vie et celui de sa femme Yvonne. Sa mort tragique secoue tout le football français. À l'âge de 60 ans, la première idole audonienne disparaît. Son souvenir, lui, est toujours vivant chez les Verts et Blancs.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe de France en 1921, 1922, 1923 et 1928 (Red Star)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Red Star, Histoire d’un siècle - de Pierre Laporte et Gilles Saillant

- Le foot à Amiens, au temps des Braun

- 1ère Photo: ©Amiensfootbraun

- 2ème photo: ©Bibliothèque nationale de France



03/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1095 autres membres