FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rui Jordao

Rui Jordao.png
Rui Jordão

 

Rui Manuel Trindade Jordão

Né le 9 août 1952 à Benguela (AGO)

Décédé le 18 octobre 2019 à Cascais (POR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png Portugais, Attaquant, 1m79

Surnom: La gazelle de Benguela

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png 43 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 7 buts)

(Qualif Euro: 5 sélections, 2 buts)

(Euro: 4 sélections, 2 buts)

(Coupe de l'Indépendance: 7 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 29 mars 1972 contre la Chypre (4-0)

Dernière sélection : le 25 janvier 1989 contre la Grèce (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png espoirs: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U18: 7 sélections, 1 but

 

1969 Sporting Benguela (AGO)
1970/76 Benfica Lisbonne (POR) 125 matchs, 79 buts
(Championnat du Portugal: 90 matchs, 63 buts)
(Coupe du Portugal: 13 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 20 matchs, 6 buts)
(Coupe des Coupes: 2 matchs, 4 buts)
1976/77 Real Saragosse (ESP) 33 matchs, 14 buts
1977/87 Sporting CP (POR) 280 matchs, 183 buts
(Championnat du Portugal: 207 matchs, 137 buts)
(Coupe du Portugal: 39 matchs, 34 buts)
(Supercoupe du Portugal: 3 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 25 matchs, 7 buts)
1987/89 Vitória Setúbal (POR) 61 matchs, 12 buts
(Championnat du Portugal: 60 matchs, 12 buts)
(Coupe du Portugal: 1 match)

 

Sa carrière restera à jamais liée à la folle demi-finale de l'Euro 1984 entre la France et le Portugal. Le 23 juin 1984, Rui Jordão avait refroidi deux fois le Stade-Vélodrome, d'une tête égalisatrice en lucarne puis d'une volée du droit qui s'était écrasée au sol avant de bondir dans l'autre lucarne de Joël Bats, encore sur un centre de Fernando Chalana. Une ultime percée de Jean Tigana conclue par Michel Platini renverse la Seleçao (3 buts à 2 ap). Mais cette soirée reste le deuxième faîte de la carrière internationale de la "gazelle de Benguela", lui qui avait inscrit malgré tout le but de la qualification pour cet Euro le 13 novembre 1983, face à l’URSS (1 but à 0). Rui Jordao.pngSous le maillot de l'équipe nationale, Jordão a inscrit quinze buts en 43 matchs. Sa carrière professionnelle débute elle en 1971. Repéré par les recruteurs du Benfica qui sillonnent leur colonie, le jeune Jordao quitte alors le Sporting de Benguela et l’Angola pour le Portugal où il passera quasiment le reste de sa vie sportive. Débarqué à Lisbonne, Rui s’impose très vite comme un pion clé de l’équipe fanion, son talent saute aux yeux, sa vitesse est phénoménale, la facilité avec laquelle il désarticule les défenses adverses, impressionne. Au côté d’un certain Eusebio, joueur emblématique du club, avec qui il a la chance de jouer quatre ans, le Benfica glane deux championnats du Portugal (1972 et 1973) et une Coupe du Portugal (1972). Après l'exil de la légende vieillissante Eusébio vers l'Amérique, Jordao est mis au devant de la scène et termine tout de même meilleur buteur du championnat en 1976 avec 28 buts. Néanmoins, les choses s’empire pour le Benfica qui est obligé de vendre ses meilleurs joueurs à l’étranger. Le joueur d’origine Angolaise prend la direction de l’Espagne avec pour point de chute le Real Saragosse en 1976, mais le Portugal lui manque, il galvaude une saison puis profite de la relégation du club pour retourner dans son désormais pays d’adoption. Il débarque dans l'autre club de Lisbonne, le Sporting, aux côtés de son ancien entraîneur Jimmy Hagan qui le voulait. Il y connaît le passage le plus prolifique de sa carrière. En onze ans sous le maillot des Lions, il forme une redoutable doublette avec Manuel Fernandes et joue plus de 200 matchs pour 137 buts inscrits en championnat remportant cinq trophées. Il se voit également décerner la palme du meilleur joueur portugais en 1980. Après avoir achevé sa carrière sur deux dernières saisons au Vitoria Sétubal, il se lancera dans la peinture et restera longtemps en marge de son ancien monde : "Un milieu égoïste. C'est pourquoi j'ai disparu de ce milieu pendant de nombreuses années. ", expliquera-t-il. Hospitalisé pour des problèmes cardiaques, il décède le 18 octobre 2019 à Cascais, banlieue de Lisbonne, à l'âge de 67 ans. Rui Jordão restera à tous jamais dans la mémoire de tous les Sportinguistas.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe de l'indépendance en 1972 (Portugal)

Champion du Portugal en 1972, 1973, 1975, 1976 (Benfica), 1980 et 1982 (Sporting CP)

Vice-champion du Portugal en 1974 (Benfica) et 1985 (Sporting CP)

Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1972 (Benfica), 1978 et 1982 (Sporting CP)

Finaliste de la Coupe du Portugal en 1974, 1975 (Benfica) et 1979 (Sporting CP)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1982 (Sporting CP)

Finaliste de la Supercoupe du Portugal en 1980 (Sporting CP)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu footballeur de l’année au Portugal en 1980

Meilleur buteur du championnat du Portugal en 1976 (28 buts) et 1980 (31 buts)

 

DIVERS


- Il a pris des cours de peinture et de dessin à la Société nationale des Beaux-Arts à Lisbonne et a assisté à des cours de modélisation, enseignés par le sculpteur Sebastian Quintino, au studio libre du peintre Jaime Silva. En 2008, ses peintures sont exposées dans le Musée do Vinho de Bairrada à Anadia.

 

VIDÉO


 



30/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1031 autres membres