Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Fernando Chalana

Fernando Chalana.jpg
photo: ©Alchetron

 

Fernando Chalana

 

Fernando Albino de Sousa Chalana

Né le 10 février 1959 à Barreiro (POR)

Décédé le 10 août 2022

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png Portugais, Ailier gauche, 1m65

Surnoms: "Pequeno Génial" (le Petit Génie), Chalanix, Astérix, Cyrano de Bergerac

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png 27 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 12 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 17 novembre 1976 contre le Danemark (1-0)

Dernière sélection : le 12 octobre 1988 contre la Suède (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png espoirs: 3 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U18 ans: 12 sélections, 2 buts

 

1975/84 Benfica Lisbonne (POR) 262 matchs, 40 buts

(Championnat du Portugal: 193 matchs, 33 buts)

(Coupe du Portugal: 30 matchs, 3 buts)

(Supercoupe du Portugal: 5 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 12 matchs, 1 but)

(Coupe des Coupes: 8 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 14 matchs, 1 but)

1984/87 Bordeaux (FRA) 18 matchs, 1 but

(Championnat de France: 12 matchs, 1 but)

(Coupe de France: 2 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)

1987/90 Benfica Lisbonne (POR) 49 matchs, 8 buts

(Championnat du Portugal: 32 matchs, 4 buts)

(Coupe du Portugal: 5 matchs, 2 buts)

(Supercoupe du Portugal: 2 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)

1990/91 Belenenses (POR) 14 matchs

1991/92 Estrela Amadora (POR) 10 matchs, 1 but

(Championnat du Portugal de D2: 9 matchs, 1 but)

(Coupe du Portugal: 1 match)

 

On se souvient tous de son Euro 84 étincelant et de sa moustache. Fernando Chalana a fait le bonheur du Benfica, adulé par les supporters lisboètes, avant d'être recruté par Bordeaux contre 18 millions de francs, une somme folle pour l’époque.

 

Un investissement justifié: le gaucher moustachu et bien chevelu était l'animateur de la sélection portugaise qui en avait fait voir de toutes les couleurs à l'équipe de France lors d'une mythique demi-finale au stade Vélodrome de Marseille. Avec ses dribbles chaloupés dans le couloir et son centre qui amène la reprise de volée de Rui Jordão (et ce fameux rebond) dans la lucarne, c'est sur une course interminable de Tigana qui part servir Michel Platini et délivrer finalement les Bleus au bout du bout (victoire 3 buts à 2 ap). À ce niveau-là, les supporters bordelais attendaient beaucoup de l'ailier portugais. Malheureusement la vie, les pépins physiques et les coups du sort en ont décidé autrement pour Fernando Chalana. On se souviendra plus de sa dégaine improbable que son talent de footballeur.


https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7557875_20180127552653.jpg

photo: ©Vintage Football

 

Né au Portugal, dans la ville de Barreiro, Fernando Albino de Souza Chalana arrive pourtant en Gironde avec un sacré palmarès. Le "petit génie" Portugais qui a fait ses débuts au Benfica à 17 ans et 25 jours, devenant alors par la même occasion le plus jeune joueur de l'histoire du club à porter le maillot des Águias sur les pelouses portugaises, engrange dans son armoire à trophées cinq titres de champion (1976, 1977, 1981, 1983 et 1984), trois coupes nationales (1980, 1981 et 1983) et deux titres de footballeur portugais de l'année. Après un Euro 84 époustouflant qui le désigne comme l'un des meilleurs joueurs du tournoi, le milieu offensif lisboète débarque au château du Haillan pour 18 millions de francs, un record en D1 à l'époque. Cet été là, seul le transfert de Diego Maradona sera plus onéreux, en passant de Barcelone à Naples. Le président Claude Bez ajoutera même "qu'avec Cha-la-na-na nana, ça va être Intervilles tous les quinze jours à Lescure." Mais là, les vachettes auront raison de lui. D'abord à cause de la langue de Molière. Fernando Chalana se terre très vite dans le silence, tout le contraire de sa femme Anabella qui le suit partout, même en déplacement. Puis une blessure à un quadriceps l'éloigne des terrains dès le début de la saison. Il dévient très vite un flop retentissant, mais quel beau flop, au moins il avait du style. Arrivé comme une star censée ajouter une pointe artistique au milieu de terrain de folie composé de Giresse et Tigana, ainsi que René Girard et Thierry Tusseau très précieux dans l'entrejeu, l’homme à la moustache enchaîne les rechutes à répétition et fait perdre patience à Aimé Jacquet. En trois ans en Gironde, il ne plante qu'un tout petit but en une vingtaine de matchs.

 

Néanmoins, l'international portugais entre dans la légende le 20 mars 1985. Ce soir-là, les Marine et Blanc affronte Dnipropetrovsk sur la pelouse de Krivoï-Rog, délocalisation oblige en raison de l'usine de missiles situé à Dnipro et interdit d'accès aux occidentaux. Incapables de se départager (1-1, 1-1), Girondins et Soviétiques doivent se plier à l'impitoyable séance des tirs au but. Le dernier tireur pour décrocher la qualif est Chalana. Il s'avance tranquillement vers le but avec son n°8 dans le dos et marque le sien du pied droit, lui, le pur gaucher, qui envoie le club au Scapulaire en demi-finales de la C1. Dropsy le félicite, rapidement suivi par une montagne de joueurs bordelais qui se sont précipités sur lui et l'ont involontairement étouffés. Le héros du jour tombe dans les pommes. Plus de peur que de mal, il se relèvera aussitôt. Il est ensuite titulaire pour la demi-finale aller contre la Juventus Turin mais remplaçant au retour. La même année, il enrichit son palmarès du titre de champion de France avec Bordeaux. Il retournera à Benfica en 1987 engranger sa sixième Primeira Divisão et la dernière de ses 27 sélections avec la Seleção das Quinas. Finies les grandes chevauchées. Fernando achève incognito sa carrière à Belenenses en 1990 puis à l'Estrela Amadora en 1992. Reconvertie en tant que coach, il s’était fait une place dans l’institution de son club formateur, notamment en entraînant les U19. Source d'inspiration pour les joueurs des générations suivantes, comme Luis Figo ou Bernardo Silva, il disparaît malheureusement le 10 août 2022 à l'âge de 63 ans. Trois ans après Rui Jordão, son acolyte des Encarnados. Ce duo qui a fait tant de misère aux Tricolores lors de l'Euro 84.

 

PALMARÈS

 

Finaliste de la Coupe UEFA en 1983 (Benfica)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1988 (finale non-jouée) et 1990 (finale non-jouée) (Benfica Lisbonne)

Champion du Portugal en 1976, 1977, 1981, 1983, 1984 et 1989 (Benfica)

Vice-champion du Portugal en 1978, 1979, 1982, 1988 et 1990 (Benfica)

Champion de France en 1985 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1980, 1981 et 1983 (Benfica)

Vainqueur de la Coupe de France en 1986 (finale non-jouée) et 1987 (finale non-jouée) (Bordeaux)

Finaliste de la Coupe du Portugal en 1989 (Benfica)

vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1980 et 1989 (Benfica)

Finaliste de la Supercoupe du Portugal en 1981 et 1983 (Benfica)

Finaliste du Challenge des Champions en 1985 (finale non-jouée) (Bordeaux)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu Joueur de l'année du Portugal en 1976 et 1984

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1984

 

VIDÉO

 



27/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1212 autres membres