FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Albert Rust

Albert Rust.jpg
Albert Rust

 

Albert Rust 

Né le 10 octobre 1953 à Mulhouse (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Gardien de but, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : le 28 juin 1986 contre la Belgique (4-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Olympique: 12 sélections

 

1972/87 FC Sochaux (FRA) 452 matchs

(Championnat de France: 390 matchs)

(Coupe de France: 50 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 12 matchs)

1987/90 Montpellier HSC (FRA) 129 matchs

(Championnat de France: 113 matchs)

(Coupe de France: 14 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

1990/91 AS Monaco (FRA)

 

L’espace d’une saison, à l’été 1984, Albert Rust a connu coup sur coup deux immenses bonheurs en devenant champion d’Europe puis champion olympique avec les Bleus. Un cas unique dans l’histoire du football français. Né à Mulhouse et après une rapide formation dans le club champêtro-industrielle de Wittelsheim, il intègre le FC Sochaux en 1972. À ses débuts il occupe le poste de défenseur avant de choisir les cages vers l'âge de 19 ans. Il atteint rapidement l'équipe première: sa constance et sa sobriété y sont très appréciées. Albert Rust.jpgVers la fin des années 70, Albert Rust voir débarquer un jeune gardien très prometteur: Joël Bats. L'entraîneur de l'époque René Hauss, incapable de se décider, opte pour une solution originale et fait alterner ses gardiens à chaque match, jusqu'à ce qu'une hiérarchie se dégage. Finalement, cette situation très pénible, la pire de leur carrière, comme les deux rivaux le reconnaîtront par la suite, ne voit d'issue que dans le départ de l'un ou de l'autre. C'est Bats qui décide de filer vers Auxerre en 1979. Rust devient alors le titulaire unique et connaît une époque dorée au début des années 80 avec une seconde place obtenue en championnat en 1980 puis une épopée en coupe de l'UEFA qui voit les sochaliens éliminer successivement le Servette Genève, le Boavista et les allemands de l'Eintracht Franfort avant de buter sur l'AZ Alkmaar en demi. Un peu court pour l'équipe de France, le portier participe à la qualification triomphante pour les JO de Los Angeles avec un onze où figurait des garçons comme Daniel Xuereb et les deux célèbres moustachus, Philippe Jeannol et Dominique Bijotat. À la faveur de cette campagne, il est retenu pour l'Euro 84 et devient la doublure de .. Joël Bats. Champion d'Europe sans jouer la moindre minute, il part décrocher le mois d'après la médaille d'or face au Brésil de Dunga (victoire 2 buts à 0) devant 100 000 spectateurs au Rose Bowl de Pasadena. Jamais la France n’avait atteint un tel sommet aux JO en football. Devenu officiellement numéro 2 chez les Bleus, il participe à la Coupe du monde 1986. "Pour l’anecdote, trois jours avant le huitième de finale contre l’Italie au Mexique, on me dit, "prépare-toi, tu vas jouer". Bats était blessé au genou. L’intendant me demande même avec quelle couleur je veux participer. La veille du match, avant le repas du soir, j’apprends que Joël allait finalement être le titulaire. Là j’ai pris un coup de blues et je n’ai même pas mangé. " Il obtient tout de même sa seule cape internationale lors de la "petite finale" face à la Belgique (4 buts à 2). 25 fois convoqué en sélection, la fin de cycle en équipe de France sonne le glas de sa carrière internationale. L’homme qui a joué le plus de matches sous le maillot du FC Sochaux débarque ensuite à Montpellier en 1987. Il participe à la saison 1987-1988 historique pour la Paillade avec une 3ème place en championnat et un beau succès en coupe de France encadrant une jeune génération prometteuse. Après cette épisode, il part disputer une saison blanche à Monaco. À l'âge de 38 ans, il range définitivement les gants. On ne verra plus la tignasse frisée imposer son talent aux attaquants de l'Hexagone. Devenu ensuite entraîneur, Albert Rust met depuis en application ce qu'il a appris auprès de ses trois maîtres: Arsène Wenger, Vahid Halilodzic et Henri Michel.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

Vainqueur de l'Euro 1984 (France)

Médaille d'or aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984 (France)

Vice-champion de France en 1980 (FC Sochaux)

Vainqueur de la Coupe de France en 1990 (Montpellier HSC)

Finaliste de la Coupe des Alpes en 1981 (FC Sochaux)

 

DIVERS


- Le 4 mars 1981, le FC Sochaux joue un match d'importance en quart de finale de la Coupe UEFA face au Grasshoppers Zürich. Et Albert Rust a bien failli ne pas figurer sur la feuille de match. Juste avant de partir pour le stade, le gardien sochalien est parti aux toilettes et quand il en ressort, le bus est parti au stade sans lui. Albert Rust se souvient comment il est arrivé penaud en taxi devant le stade : "À l'entrée du stade, j'ai dû expliquer que j'étais joueur au FC Sochaux, et qu'il fallait que j'aille jouer mon match. Je me suis faufilé ni vu ni connu dans le vestiaire. Personne ne s’était aperçu de rien. "

 

SOURCES/RESSOURCES


- FC Sochaux/Afterfoot/MHSC Foot

- 1ère Photo: ©DR

- 2ème photo: ©Old School Panini



23/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1130 autres membres