FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Dunga

Dunga.jpg

Dunga

 

Carlos Caetano Bledorn Verri

Né le 31 octobre 1963 à Ijui (BRE)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, milieu défensif, 1m76

Surnom: "Simplet"

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 91 sélections, 6 buts

 

1982/84 Internacional (BRE) 10 matchs

1984/85 Corinthians (BRE) 13 matchs, 1 but

1986 Santos (BRE) 16 matchs, 1 but

1987 Vasco de Gama (BRE) 17 matchs, 1 but

1987/88 Pise (ITA) 23 matchs, 2 buts

1988/92 Fiorentina (ITA) 124 matchs, 8 buts

1992/93 Pescara (ITA) 23 matchs, 3 buts

1993/95 VfB Stuttgart (ALL) 54 matchs, 7 buts

1995/98 Jubilo Iwata (JAP) 99 matchs, 16 buts

1999/2000 Internacional (BRE) 20 matchs, 3 buts

 

Dunga est considéré comme l'un des milieux les plus modernes du football. La légende brésilienne a toujours fait preuve d'une grande maturité et d'une présence énorme sur le terrain. C'est pourquoi ses entraîneurs pensé toujours qu'il était un véritable "joueur-entraîneur". Il n'a donc pas la technique d'un Denilson, la vista d'un Roberto Carlos ni, bien sûr, la classe d'un Ronaldo. Mais disons que lui aussi dans sa catégorie est unique. Il est sans conteste le meilleur des Brésiliens, impeccable dans le jeu et dans son rôle d'aboyeur en chef. Dunga a débuté sa carrière de footballeur professionnel au sein du club brésilien de l'Internacional. Dunga-.jpgIl est l'un des grands espoirs brésiliens de sa génération et remporte même la Coupe du monde des moins de 20 ans victorieuse de l'Argentine en finale, en 1983. Il fait déjà preuve d'une certaine autorité sur le terrain et sur les joueurs puisqu'il est le capitaine de la sélection des jeunes victorieuse. En 1984, il est médaillé d'argent aux JO de Los Angeles. Avec son club formateur, il remporte trois titres de champion de l'État du Rio Grande do Sul en 1982, 1983 et 1984. La même année, il signe au Corinthians avec qui il remporte le championnat de Sao Paulo. En 1987, c'est le championnat de Rio qu'il remporte, cette fois, sous les couleurs du Vasco da Gama. Puis il a ensuite parfait son sens tactique en venant en Europe, à la fin des années 80. En Italie d'abord puis en Allemagne ensuite sans grand succès. Néanmoins, il se fait une place au sein de la Seleçao dans laquelle il trouve une place de titulaire. Si le Brésil s'illustre en gagnant la Copa América en 1989, l'équipe est beaucoup moins impressionnante lors de la Coupe du Monde en Italie en 1990. Sebastião Lazaroni, l'entraîneur de l'époque, lui confie la clé de voûte d'une formation qui se révéla à l'usage trop frileuse ou pas assez enjôleuse. Il essuie les critiques d'une bonne partie des supporters après l'élimination au second tour. Quand il a fallut payer les frais du fiasco du Mondial italien, Dunga se trouva donc en première ligne. Avec sa peau blanche et son style dépouillé, il était devenu l'emblème d'une équipe brésilienne coupable "d'européanisation", un style de jeu peu élégant et sans saveur. On lui reproche aussi son manque de créativité et sa mentalité de mercenaire. Certains journalistes appelleront cette période "l'ère Dunga". Politique avisé, Parreira, le nouveau sélectionneur l'écarte donc de son onze type... jusqu'aux éliminatoires du Mondial américain. Le sélectionneur brésilien semble alors redécouvrir les qualités de ce travailleur infatigable, rigoureux en défense, bon relanceur, mais aussi catalyseur d'énergies. D'abord, il s'empare du brassard de capitaine de la Seleçao, le prenant au bras de Raï. Un exploit qui se double de la victoire au bout de la Coupe du Monde aux Etats-Unis en 1994, derrière le duo de talent Bebeto - Romario. Cela faisait 24 ans que le Brésil n'avait plus remporté la Coupe. En 1995, Dunga cède aux sirènes japonaises et rejoint le club du Júbilo Iwata. Il y remportera le titre de champion et sera élu meilleur joueur évoluant au Japon en 1997. En 1998, Dunga repart à la conquête de la Coupe du Monde, avec une sélection brésilienne dont il est toujours le capitaine. Néanmoins, l'équipe semble moins sereine sur le terrain. Dunga entre même en conflit avec certains joueurs. C'est lui qui remet en place la star Bebeto en plein match contre le Maroc, lui encore qui, après la défaite contre la Norvège, met les crampons dans le plat en signant que la Seleçao manque singulièrement d'humilité. Cela n'empêche pas la qualification jusqu'en finale du tournoi, mais la défaite, 3 à 0 contre la France marquera le glas de la carrière internationale de Dunga après trois Coupes du Monde disputées. L'année suivante, il retourne au SC Internacional et y termine sa carrière à l'âge de 36 ans. Il sera par la suite entraîneur de l'équipe nationale du Brésil. Il emmène la sélection auriverde jusqu'à l'élimination en quarts de finale face aux Pays-Bas lors de la Coupe du Monde en Afrique du Sud en 2010.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1994 (Brésil)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1998 (Brésil)

Vainqueur de la Copa America en 1989 et 1997 (Brésil)

Médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe des confédérations en 1997 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 1983 (Brésil)

Champion d’Amérique du Sud des moins de 20 ans en 1982 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe Stanley-Rous en 1987 (Brésil)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1990 (Fiorentina)

Champion de l'État de Rio en 1987 (Vasco de Gama)

Champion de l'État de Rio Grande do Sul en 1982, 1983 et 1984 (Internacional)

Vice-Champion de l'Etat de Rio en 1984 (Corinthians)

Champion du Japon en 1997 et 1998 (Jubilo Iwata)

Vainqueur de la Coupe Yamagasaki Nabisco en 1998 (Jubilo Iwata)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1984 (Internacional)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 1987 (Vasco de Gama)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur du championnat Japonais en 1997

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1994 et 1998

Nommé dans l'équipe type du championnat du Japon 1997 et 1998

Élu parmi les "légendes" du foot par Golden Foot en 2010

 

VIDÉO




29/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 994 autres membres