FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Allan Simonsen

Allan-Simonsen.jpg

Allan Simonsen

 

Allan Rodenkam Simonsen

Né le 15 décembre 1952 à Vejle (DAN)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, buteur/ailier droit, 1m65

Surnom: The Bull (le taureau)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 55 sélections, 20 buts

(Matchs amicaux: 25 sélections, 10 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 13 sélections, 6 buts)

(Euro: 1 sélection)

(Championnat nordique: 5 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 3 juin 1972 contre l'Islande (5-2)

Dernière sélection : le 24 septembre 1986 contre la RFA (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png espoirs: 6 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U18: 3 sélections, 1 but

 

1971/72 Vejle BK (DAN) 44 matchs, 16 buts

(Championnat du Danemark: 42 matchs, 16 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)

1972/79 Borussia M’gladbach (ALL) 246 matchs, 117 buts

(Championnat d'Allemagne: 178 matchs, 76 buts)

(Coupe d'Allemagne: 19 matchs, 8 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 21 matchs, 11 buts)

(Coupe des Coupes: 3 matchs, 3 buts)

(Coupe de l'UEFA: 24 matchs, 19 buts)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

1979/82 FC Barcelone (ESP) 127 matchs, 42 buts

(Championnat d'Espagne: 98 matchs, 31 buts)

(Coupe d'Espagne: 11 matchs, 2 buts)

(Coupe des Coupes: 14 matchs, 9 buts)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)

1982/83 Charlton Athletic (ANG) 16 matchs, 9 buts

1983/89 Vejle BK (DAN) 168 matchs, 71 buts

(Championnat du Danemark: 166 matchs, 70 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs, 1 but)

 

Il était une star danoise dans les années 70. Il est aussi le seul Scandinave à avoir remporter le Ballon d'or. Avec son oeil malin, ses cheveux blonds en crinière, ses pattes "tricotantes" et sa taille de lutin, il paraît sortir tout droit d'un conte d'Andersen et de Blanche-Neige et les sept nains. Plutôt Joyeux que Dormeur, ses adversaires peuvent en témoigner. Allan Simonsen était un ailier droit, plus soliste que chef de file. Mais, avec les années, il suivit l'évolution normale des virtuoses qui s'assagissent et versent dans la sobriété. Allan SImonsen.jpgIl y a au fond du Keegan dans ce Simonsen qui ne tient pas un instant en place, qui peut dribbler trois rivaux dans l'espace d'un mouchoir de poche et qui peut semer en route d'un coup de reins et d'un dérapage ailé, les arrières les plus attentifs, et qui surtout marque des buts, beaucoup de buts, des buts décisifs et invraisemblables, des buts merveilleux que les images normales ou ralenties de la télévision nous ont souvent fait admirer le dimanche soir. Il débute au Vejle BK en 1971 et obtient sa première sélection le 3 juillet 1972 contre l'Islande à Reykjavik, en match amical. Il réalise pour l'occasion un doublé lors de sa première victoire de son équipe nationale (5 buts à 2). Durant ce même mois de juillet, il dispute la phase finale des Jeux olympiques d'été de Munich. Puis il rejoint la Bundesliga en 1972 grâce à son compatriote Jensen qui le fait venir au Borussia Mönchengladbach. Ses dix-huit premiers mois, l'entraîneur Hennes Wesweiler, ne lui accorde pas beaucoup de temps de jeu. Mais lors de sa première saison, il obtient tout de même, son premier trophée avec son nouveau club, la coupe d'Allemagne, en l'occurrence, remportée aux dépens du FC Cologne. La même année, le club allemand perd en finale de la Coupe UEFA face au Reds de Liverpool (3 buts à 0). En 1975, il remporte une première coupe de l'UEFA avec le Börussia Mönchenglabach face aux Hollandais du FC Twente. Tenu en échec à domicile lors du match aller, les Allemands l'emportent (5 buts à 1) au retour grâce notamment à un doublé du danois. Il remporte dans la foulée trois championnats d'Allemagne consécutifs (1975 à 1977). En mai 1977, il s'incline en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions, face encore à Liverpool (3 buts à 1), il marque le seul but de son équipe, mais doit laisser filer le trophée à son grand rival de l'époque Kevin Keegan. En décembre, il parvient tout de même à se venger de Kevin Keegan en remportant le Ballon d'Or. Une victoire remarqué car le Danemark n'était pas classé parmi les meilleurs nations du football dans les années 70, lui laissant très peu de marge pour impressionner lors des compétitions internationaux. Le 23 mai 1979, il remporte sa seconde Coupe de l'UEFA, aux dépens de l'Étoile Rouge de Belgrade (1-1 et 1 à 0). Il inscrit le seul but du match retour. Quelques mois après la finale, il quitte Mönchengladbach pour le FC Barcelone, où il est alors en concurrence avec l'Autrichien Hans Krankl. Après deux années sans titre, il remporte la coupe du Roi en 1981 contre le Sporting Gijon (3 buts à 1) et la Coupe des Coupes en 1982, face au Standard de Liège (2 buts à 1). Il inscrit d'ailleurs l'un des deux buts du Barça. Il quitte quelques jours plus tard le club catalan, en raison de la concurrence de l'allemand Bernd Schuster et de l'arrivée du grand Diego Maradona. Il rejoint alors Charlton, en D2 anglaise à l'époque, mais l'expérience tourne court. En effet il quitte le club en mars 1983, le club ne pouvant plus le payer. Son bilan est de 16 matches et 9 buts. Il termine sa carrière là où il a commencé: au Vejle BK. La dernière image que l'on retiendra également de cet attaquant est sa jambe brisée par le Français Yvon Le Roux lors du match d'ouverture de l'Euro 84. Il est seulement dommage qu'Alan Simonsen, le bon petit diable, ne puisse exprimer plus encore ses talents dans une équipe nationale danoise qui ne peut jamais aller bien loin en compétitions internationales, mais qui n'en continue pas moins de produire, de façon régulière, des footballeurs de grand talent, très tôt tentés par le professionnalisme et très vite happés par les clubs allemands, néerlandais et belges. À la fin de sa carrière de joueur, Allan Simonsen s’est reconverti comme entraîneur. Il a été sélectionneur national de l’équipe des Iles Féroé et du Luxembourg.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1977 (Borussia Mönchengladbach)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1982 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1975 et 1979 (Borussia Mönchengladbach)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1973 (Borussia Mönchengladbach)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1977 (Borussia Mönchengladbach)

Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 1979 (FC Barcelone)

Champion du Danemark en 1971, 1972 et 1984 (Vejle BK)

Champion d’Allemagne en 1975, 1976 et 1977 (Borussia Mönchengladbach)

Vice-champion d’Allemagne en 1974 et 1978 (Borussia Mönchengladbach)

Vice-champion d’Espagne en 1982 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe du Danemark en 1972 (Vejle BK)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1981 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1973 (Borussia Mönchengladbach)

Vainqueur de la Supercoupe d’Allemagne en 1976 (Borussia Mönchengladbach)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or en 1977

Ballon de bronze en 1983

Onze d’or en 1977

Meilleur buteur de la Ligue des Champions en 1978 (5 buts) (Borussia Mönchengladbach)

Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1979 (9 buts) (Borussia Mönchengladbach)

Nommé dans l'équipe type du championnat d'Allemagne en 1975, 1976 et 1977

Intronisé au Hall of Fame du football danois en 2008

Intronisé au Hall of Fame des sportif danois en 1995

 

DIVERS


- En 2011, il devient directeur général du club de 1ère division danoise le FC Fredericia. Il assure même l'intérim au poste d'entraîneur après le limogeage fin 2013 de l'entraîneur Thomas Thomasberg. Il quitte ses deux postes à la fin de la saison 2012-13.

 

VIDÉO




23/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 981 autres membres