Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Equateur


LDU Quito

LDU Quito.png
LDU Quito

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Liga Deportiva Universitaria, fondé le 23 octobre 1918

Surnoms: Rey de Copas del Ecuador, Los Albos, La U, Los Universitarios

Couleurs: blanc

Clubs rivaux: Aucas, Deportivo Quito, El Nacional

Stade: Rodrigo Paz Delgado (41 575 places)

 

La création du club

 

Le club est fondé le 23 octobre 1918 sous un autre nom, celui d'Universitario, par un groupe d'étudiants de la Universidad Central désireux de participer à des tournois de football. Si le club fait ses premiers pas, il faut attendre le mois de janvier 1930 pour assister à sa naissance officielle. Car à cette époque, la Liga est omnisport avec le basket-ball, la boxe, le tennis de table et même les échecs.


20/04/2019
0 Poster un commentaire

Deportivo Quito

Deportivo Quito.pngDeportivo Quito

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Sociedad Deportivo Quito, fondé le 9 juin 1940

Ancien nom: Sociedad Deportiva Argentina (1940-1955)

Surnoms: Los Chullas quiteños, El equipo de la Plaza del Teatro, La Academia

Couleurs: bleu et rouge

Clubs rivauxLDU Quito

Stade: Olímpico Atahualpa (38 500 places)

 

La création du club

 

Le club est fondé le 9 juin 1940 sous le nom de la "Sociedad Deportiva Argentina". Après un changement de règlement qui interdisait à un club de porter le nom d'un pays, l'équipe est renommé en 1955 "Sociedad Deportivo Quito".


20/04/2019
0 Poster un commentaire

Alex Aguinaga

Alex Aguinaga.jpg
Photo: ©DR

 

Alex Aguinaga

 

Né le 9 juin 1969 à Ibarra (EQU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Équatorien, Meneur de jeu, 1m72

Surnoms: "El Maestro","La Machona","El Güero Ecuatoriano"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png 109 sélections, 23 buts

(Matchs amicaux: 37 sélections, 8 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 42 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Copa America: 25 matchs, 4 buts)

(Gold Cup: 2 matchs, 2 buts)

 

1ère sélection : le 5 mars 1987 contre Cuba (1-2)

Dernière sélection : le 13 juillet 2004 contre le Mexique (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png olympique: 6 sélections

 

1984/89 Deportivo Quito (EQU) 161 matchs, 41 buts
(Championnat d'Equateur: 147 matchs, 38 buts)
(Copa Sudamericana: 14 matchs, 3 buts)
1989/2003 Necaxa (MEX) 543 matchs, 93 buts
(Championnat du Mexique: 476 matchs, 85 buts)
(Coupe du Mexique: 31 matchs, 4 buts)
(Ligue des Champions de la CONCACAF: 20 matchs, 2 buts)
(Coupe des Coupes de la CONCACAF: 2 matchs, 1 but)
(Copa Merconorte: 12 matchs)
(Pre-Libertadores: 4 matchs, 1 but)
(Coupe du Monde des clubs: 4 matchs, 1 but)
2003/04 Cruz Azul (MEX) 14 matchs
2004/05 LDU Quito (EQU) 71 matchs, 9 buts

 

Joueur phare des années 1990, Alex Aguinaga est sans doute le plus grand joueur de l’histoire du football équatorien.

 

Lancé en première division à l’âge de 16 ans, "El Maestro" se fait remarquer en 1989 lors de la Copa América. À l’époque, Arrigo Sacchi a envoyé son assistant Fabio Capello pour superviser le tournoi. Et Fabio est époustouflé par les performances d'un jeune espoir nommé Aguinaga qu’il souhaite ramener dans ses bagages à Milan. Trop tard, l'homme à la queue de cheval éternelle vient de s’engager avec les Mexicains de Necaxa en 1989. Un club où il restera quatorze ans et remportera trois titres de champion, une Coupe du Mexique, une Campeón de Campeones, une Coupe des coupes et une Ligue des champions de la CONCACAF, s’affirmant comme l’un des plus grands joueurs du championnat mexicain. Ce dernier titre lui a permis de disputer la Coupe du Monde des Clubs en 2000, dont il a terminé troisième. En sélection, "El Güero" brille aussi. Grâce à ses passes millimétrées et ses coups francs chirurgicaux, il dispute huit Copa América (un record) et mène l’Équateur à la première Coupe du Monde de son histoire.  Le Mondial 2002 est une sorte de récompense pour ce grand numéro 10. Après cela, il dispute une saison à Cruz Azul avant de terminer sa carrière dans son pays au LDU Quito. Le 19 octobre 2007, il a fêté son jubilé au stade Atahualpa de Quito aux côtés de plusieurs gloires du football latino-américain comme Carlos ValderramaFaustino Asprilla et Iván Zamorano. Depuis, il s'est essayé au métier d'entraîneur en devenant l'assistant de Manuel Lapuente à l'América. Il a aussi entraîné le Barcelona SC et San Luis au Mexique.

 

PALMARÈS

 

4ème de la Copa America en 1993 (Equateur)

Vainqueur de la Coupe du Canada en 1999 (Equateur)

3ème de la Coupe du Monde des clubs en 2000 (Necaxa)

Vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF en 1999 (Necaxa)

Vainqueur de la Coupe des Coupes de la CONCACAF en 1994 (Necaxa)

Champion du Mexique en 1995, 1996 et 1998 (Inv.) (Necaxa)

Vice-champion du Mexique en 1996 (Inv.) et 1998 (Ver.) (Necaxa)

Champion d’Equateur en 2005 (Ap.) (LDU Quito)

Vice-champion d’Equateur en 1985 et 1988 (Deportivo Quito)

Vainqueur de la Coupe du Mexique en 1995 (Necaxa)

Vainqueur de la Campeón de Campeones en 1995 (Necaxa)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Nommé dans l'équipe type de l'année sud-américaine en 1989


20/04/2019
0 Poster un commentaire

CS Emelec

CS Emelec.jpg
CS Emelec

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Club Sport Emelec, fondé le 28 avril 1929

Surnoms: El Bombillo, Los Azules, Los Eléctricos, Los Millonarios, El Ballet Azul

Couleurs: bleu et gris

Ennemis jurésBarcelona SC, LDU de Quito

Stade: George Capwell (40 020 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 28 avril 1929 par un américain nommé George Capwell, patron de l'Empresa Eléctrica del Ecuador, une entreprise de production, de distribution et de commercialisation. Il crée avec des amis et des employés de l'entreprise le CS Emelec, acronyme de l'EMpresa ELéctrica del ECuador : Emelec. 


27/10/2017
0 Poster un commentaire

Ivan Kaviedes, l'enfant terrible du foot équatorien

Ivan Kaviedes.jpg
photo: ©Martin Bernetti

 

Ivan Kaviedes

 

Jaime Iván Kaviedes Llorenty

Né le 24 octobre 1977 à Santo Domingo (EQU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Equatorien, Attaquant, 1m82

Surnom: Nine

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png 57 sélections, 16 buts

(Matchs amicaux: 24 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 20 sélections, 6 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 1 but)

(Copa America: 3 sélections, 2 buts)

(Qualif Jeux Olympiques: 4 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 14 octobre 1998 contre le Brésil (1-5)

Dernière sélection : le 16 mai 2010 contre la Corée du Sud (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png espoirs: 3 sélections

 

1995/98 CS Emelec (EQU) 57 matchs, 48 buts

1999 Pérouse (ITA) 14 matchs, 4 buts

1999/2003 Celta Vigo (ESP) 8 matchs

(Championnat d'Espagne: 6 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

2000 CF Puebla (MEX) (Prêt) 17 matchs, 4 buts

2000/01 Valladolid (ESP) (Prêt) 24 matchs, 6 buts

(Championnat d'Espagne: 23 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Espagne: 1 match)

2002 FC Porto (POR) (Prêt) 1 match

(Coupe du Portugal: 1 match)

2002 Barcelona SC (EQU) (Prêt) 8 matchs, 4 buts

2003 CF Puebla (MEX) 6 matchs

2003 Deportivo Quito (EQU) 10 matchs, 2 buts

2004 Barcelona SC (EQU) 28 matchs, 12 buts

(Championnat d'Équateur: 19 matchs, 9 buts)

(Copa Libertadore:s 9 matchs, 3 buts)

2004/05 Crystal Palace (ANG) (Prêt) 6 matchs

(Championnat d'Angleterre: 4 matchs)

(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)

2005 Barcelona SC (EQU) 19 matchs, 4 buts

2005/06 Argentinos Juniors (ARG) (Prêt) 13 matchs, 1 but

2006 Barcelona SC (EQU) 5 matchs, 1 but

2007 El Nacional (EQU) 44 matchs, 14 buts

(Championnat d'Équateur: 34 matchs, 14 buts)

(Copa Libertadores: 6 matchs)

(Copa Sudamericana: 4 matchs)

2008 LDU Quito (EQU) 2 matchs, 1 but

2010/11 Macara (EQU) 22 matchs, 10 buts

2011/12 El Nacional (EQU) 16 matchs, 7 buts

2012 Deportivo Quito (EQU)

2012 Aucas (EQU) 17 matchs, 4 buts

2014 LDU Loja (EQU) 3 matchs

2014 LDU Portoviejo (EQU) 1 matchs

2015 Águilas (EQU) 4 matchs, 1 but

 

Passé du statut de prodige du foot équatorien à celui d'enfant terrible, Ivan Kaviedes a toujours donner le meilleur de lui-même sous le maillot de la sélection.
 
Originaire d'une grande ville régionale d’Equateur, Santo Domingo de los Colorados, la jeunesse de Jaime Ivan Kaviedes Llorenty n'a pas été jovial: sa mère fait deux fausses couches avant de perdre la vie avec son mari dans un accident de la circulation. Ivan n'a que six ans. De ce fait, il est élevé par ses grands-parents paternels, employés agricoles dans un élevage de taureaux. Enfant, ce n’est pas aux joies du rodéo et autres activités taurines que s’adonne Ivan, c’est au football. Son père était déjà un joueur, dans le club local de la Juventus de Santo Domingo, où il plantait des buts dans les années 1970. Le fiston, souvent à l'écart des autres garçons, s'adonne au ballon et passe très tôt dans toutes les équipes de jeunes de sa ville. C’est durant cette phase qu’il prend part à une compétition de jeunes footballeurs organisé par des recruteurs européens et qu’il gagne le surnom de "Nine". Les maillots distribués par les techniciens européens avaient les numéros marqués en toutes lettres dans le dos, Kaviedes avait le numéro "Nine" (9). C'est comme ça que les autres gamins qui ne le connaissaient pas l'ont surnommés. Un sobriquet qui le suivra durant toute sa carrière.
 
Mais c’est bien à l'âge de 13 ans qu’Ivan se révèle au football équatorien. Lors d'un match amical de la sélection nationale des moins de 17 ans à Santo Domingo contre le club local du Sport Colombia, le prodige local est convoqué par le coach. Le soir de la rencontre, il a la chance de jouer et d'inscrire deux pions en quelques minutes. Quelques années après ce premier exploit, il participe à une détection au sein du CS Emelec, un grand club équatorien situé à Guayaquil. C'est un grand classique des recrutements avec un match entre les aspirants et une équipe pro du club. Ce jour-là, les candidats adressent un 4 buts à 1 aux expérimentés, Kaviedes y va de son hat-trick. Étonnamment, les observateurs du club ne retiennent pas Ivan car celui-ci n’habite pas la région de Guayaquil. C’est en 1995 que les deux parties trouvent un premier accord et qu’Ivan rejoint le club de l’Emelec: le début d’une époque dorée. Il joue en équipe première dès sa première saison. À cette époque, le football équatorien commence tout juste à sortir de l’ombre et des joueurs comme Wellington Sanchez, Ivan Hurtado et la star expatriée au Mexique, à Necaxa, Alex Aguinaga, participent à la progression du football de ce petit pays andin. L’Emelec compte alors dans ses rangs deux attaquants argentins qui n’ayant pu trouver la gloire dans leur pays d’origine, enfilent les buts comme des perles en Equateur: Carlos Juarez et Ariel Graziani (tous les deux seront naturalisés et joueront avec l'équipe nationale équatorienne). Ces deux attaquants, puissants, servent de modèle à Ivan Kaviedes. Le trio irrésistible affole alors les compteurs. Cette formation sera surnommée "los Extraterrestres" par les supporters et la presse. Au sein de ce collectif, il explose littéralement. Durant l’année 1998, il inscrit un total de 43 buts en championnat (record pour un meilleur buteur dans le championnat équatorien). Tout y passe durant cette année folle: les retournées acrobatiques, qui deviendront sa spécialité, les lobs du milieu de terrain, ainsi que les têtes et reprises de volée. Au terme de l’année civile 1998, Ivan Kaviedes est le meilleur buteur d'un championnat dans le monde entier. À 21 ans, la pépite équatorienne devient alors une promesse du football sud-américain et intéresse plusieurs clubs européens.

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7396872_201710125801463.jpg
Photo: ©DR
 
En janvier 1999, il s’engage avec le club italien de Pérouse, devenant ainsi le premier joueur du pays à jouer en Série A. Sous les ordres de l'entraîneur yougoslave Vujadin Boskov, le buteur fait de très bons débuts et bouscule la hiérarchie en attaque. Il inscrit 4 buts en une quinzaine de rencontres, permettant au club de se sauver. Alors que le club serait prêt à lui proposer une prolongation de son contrat, Ivan et la direction du club se frictionnent. Le joueur équatorien a en effet séché plusieurs séances d’entraînement lors de la pré-saison 1999-2000. Ivan Kaviedes invoque un manque de communication entre le club et lui-même sur les dates de reprise de l'entraînement. Le joueur est finalement envoyé au Celta Vigo. Durant l’été 1999, le joueur se montre à son avantage en inscrivant deux buts en Copa America, une compétition où l’Equateur a été éliminé dès le premier tour. En Galice, il doit enfin confirmer tous les espoirs placés en lui mais une rude concurrence s’impose: Benny McCarthy, Mario Turdo et Haim Revivo sont autant de rivaux pour Ivan Kaviedes, d'autant que le club entraîné par Fernando Vazquez évolue en 4-5-1, ce qui ne laisse qu’une seule place pour le buteur qu’il est. Après seulement cinq matches disputés, dès la trêve hivernale, Ivan s’en va se refaire une santé au Mexique, au Puebla FC.
 
2000-01 est la saison de son passage en Europe où Kaviedes s’illustre le mieux. Prêté au Real Valladolid, l’Équatorien joue titulaire et trouve le chemin des filets à six reprises. Le 10 juin 2001, à l’Estadio José Zorrilla de Valladolid, il nettoie les filets du Barça de Richard Dutruel en plaçant après un contrôle du genou, un bijou de retournée acrobatique sur un centre venu de la gauche. Ce but sera élu "but de l’année" en Espagne et vaudra au joueur son premier coup d’éclat médiatique. En 2001, il débarque au FC Porto et ne joue que 15 minutes, un match paumé 2 buts à 1 contre Braga en Coupe du Portugal. Une année de lose totale puisque l’entraîneur qui l’avait fait venir, Octavio Machado, est remplacé par José Mourinho qui exclu le joueur du groupe professionnel. À quelques mois de la Coupe du Monde 2002, c’est assez inquiétant, d’autant que l’équipe nationale, en lice pour se qualifier pour son premier rendez-vous Mondial, compte beaucoup sur lui. S’en suit alors une succession de passages dans des clubs équatoriens: deux aller-retour au Barcelona SC entrecoupé d'un intermède au Deportivo Quito. En 2004, Ivan Kaviedes, poissard, rejoint Crystal Palace où l’entraîneur Iain Dowie lui fait miroiter une place de titulaire. Mais son temps de jeu diminue tout au long de la saison pour finir par jouer avec l'équipe réserve. En 2005, alors qu’un nouveau Mondial se prépare pour l’Equateur, Kaviedes retourne au Barcelona SC où il retrouve des couleurs. Cette bouffée d'oxygène lui permet d’obtenir un ticket dans le groupe de l’équipe nationale équatorienne, pour la Coupe du Monde 2006.
 
Durant ce Mondial où tout sourit à l’Equateur (qualification pour les huitièmes de finale et révélation du jeune Antonio Valencia), Kaviedes s’illustre par une célébration de but bien particulière. Dans le match contre le Costa-Rica où les siens s’imposent 3 buts à 0, Kaviedes marque le dernier but et revêt alors un masque de Spiderman sorti tout droit de son short. Il rend un hommage à l’attaquant international équatorien Ottilino Tenorio, décédé cette même année d’un accident de voiture et qui s’était fait remarquer auprès des supporters de l’Emelec en portant un masque du super-héros à chaque pion marqué. Après le tournoi, Ivan Kaviedes devient son propre personnage et se transforme en Ivan le terrible. Tout d’abord, il y a cette instabilité chronique dans ses choix de carrière: Barcelona SC, LDU de Quito et El Nacional verront ainsi passer l'ancien prodige, entre performances en pointillées et indisciplines en tous genres. En 2005 déjà, l'Argentinos Juniors avait recruté l’attaquant équatorien pour le faire jouer titulaire. Quelque peu bordélique, le joueur avait séché plusieurs entraînements, invoquant une blessure qu’il ferait soigner lui-même et non par les kinés du club. Le joueur est mis à pied et en profite pour demander au club une autorisation d’absence afin d’aller régler des problèmes personnels au Brésil. Il n’a plus jamais retrouvé la confiance des dirigeants du club de Buenos Aires après ses escapades. Il y a eu ensuite des affaires financières où des désaccords sur des contrats signés par le joueur et ses clubs qui lui ont valu une suspension et les gros titres de la presse, notamment lors de son départ de la LDU de Quito, un club pourtant réputé sérieux, en 2008. Il joue alors quelques matches avec Macara, un petit club local. S’en ai suivi une période où le joueur a cherché des contrats professionnels en Turquie et au Liban.
 
Kaviedes, moqué dans la presse pour toutes ces fois où il ne va pas aux entraînements, son comportement parfois violent (en 2006, en pleine préparation du Mondial, le joueur s’est battu avec Edwin Tenorio, milieu de terrain de la sélection), son égo surdimensionné et son hygiène de vie contestable. En 2010, le joueur a dû subir une cure de désintoxication dans une clinique, nul n’a pu savoir quels produits le joueur absorbait, mais à peine sorti il a repris le chemin des entraînements dans des ligues inférieures (au club de Quito d'Aucas). Son passage est une nouvelle fois marqué par un incident puisque le joueur est condamné à cinq jours de prison après avoir agressé des policiers qui venaient de l’arrêter en état d’ébriété au volant de sa voiture. De là à dire qu’Ivan Kaviedes est un mauvais garçon, il n'y qu'un pas, pourtant le joueur se libère volontiers pour différents matches de charité qui se jouent dans son pays et auxquels participent d’autres joueurs. Il a même crée sa propre fondation qui a permit de récolter assez d’argent pour construire un centre social et de football dans sa ville natale. Mais comme on parle d'Ivan "El terrible" Kaviedes, la fondation sert aussi à redorer l’image du joueur et celui-ci en a profité pour faire construire en 2011 un musée à sa gloire à Portoviejo. Le 25 novembre 2012, Ivan Kaviedes a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière professionnelle. Il joue par la suite dans des petits clubs amateurs du pays.
 
PALMARÈS
 
Vice-champion d’Equateur en 1996, 1998 (CS Emelec), 2002, 2005 (Ouverture) (Barcelona SC) et 2008 (LDU Quito)
Champion d'Equateur de D3 en 2012 (Aucas)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Meilleur buteur du championnat d'Equateur en 1998 (43 buts) (SC Emelec)
 
SOURCES/RESSOURCES
 

12/10/2017
0 Poster un commentaire