FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Italie


Stefano Eranio

Stefano Eranio.jpg
Stefano Eranio

 

Né le 29 décembre 1966 à Gênes (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu droit, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 20 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 22 décembre 1990 contre Chypre (4-0)

Dernière sélection : le 29 mars 1997 contre la Moldavie (3-0)

 

1984/92 Genoa (ITA) 250 matchs, 14 buts
(Championnat d'Italie: 86 matchs, 6 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 126 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Italie: 29 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs)
1992/97 Milan AC (ITA) 140 matchs, 12 buts
(Championnat d'Italie: 98 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 15 matchs, 3 buts)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 16 matchs, 1 buts)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
1997/2001 Derby County (ANG) 97 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 95 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match)
2002/03 Pro Sesto (ITA) 15 matchs, 1 but
 
Stefano Eranio, c’est dix-sept ans au Genoa et cinq saisons dans le grand Milan AC, sans oublier une expérience très réussie à Derby County. Convoqué à vingt reprises avec la Nazionale, il a été trois fois champion d'Italie et a perdu avec le club lombard la finale de la Ligue des Champions en 1993 contre l'Olympique de Marseille. Après avoir tenté une reconversion en tant qu’entraîneur, l'ancien milieu incontournable des années 90 s'était essayé au métier de consultant. Mais il été limogé après avoir dit que les joueurs "de couleur" jouaient moins bien quand il fallait "réfléchir".
 
PALMARÈS
Finaliste de la Ligue des champions en 1993 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1994 (Milan AC)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 1993 (Milan AC)
Champion d'Italie en 1993, 1994 et 1996 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 1993 et 1994 (finale non-jouée) (Milan AC)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1996 (Milan AC)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Calcissimo

07/06/2021
0 Poster un commentaire

Marco Materazzi

Marco Materazzi.jpg
Marco Materazzi

 

Né le 19 août 1973 à Lecce (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur central, 1m93

Surnom: "Matrix", MM23

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 41 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 21 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 5 sélections)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 25 avril 2001 contre l'Afrique du Sud (1-0)

Dernière sélection : le 9 juin 2008 contre les pays-Bas (0-3)

 

1990/91 Messina (ITA) 1 match
1991/93 US Tor di Quinto (ITA) 12 matchs
1993/94 Marsala (ITA) 25 matchs, 4 buts
1994/95 Trapani (ITA) 13 matchs, 2 buts
1995/98 Pérouse (ITA) 50 matchs, 7 buts
(Championnat d'Italie: 14 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 34 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1996/97 Carpi (ITA) (Prêt) 18 matchs, 7 buts
1998/99 Everton (ANG) 31 matchs, 2 buts
(Championnat d'Angleterre: 25 matchs, 1 but)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 4 matchs, 1 but)
1999/2001 Pérouse (ITA) 58 matchs, 15 buts
(Championnat d'Italie: 51 matchs, 15 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)
(Coupe Intertoto: 3 matchs)
2001/11 Inter Milan (ITA) 276 matchs, 20 buts
(Championnat d'Italie: 184 matchs, 18 buts)
(Coupe d'Italie: 25 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 55 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 1 but)
2014 Chennaiyin (IND) 7 matchs

 

Le coup de boule de Zinedine Zidane à Marco Materazzi lors de la finale de la Coupe du Monde 2006 restera à jamais gravé dans l'histoire du football. Adulés par les uns, méprisé et décrié par les autres, le défenseur italien n’en demeure pas un des plus grands noms du football transalpin. En effet, le joueur a eu un parcours des plus atypiques, mettant bien longtemps avant de connaître le succès. Formé à Messine, le natif de Lecce a joué un peu partout dans la botte transalpine, avant de se révéler au grand jour. L'arrière longiligne a en effet enchainé les expériences à Marsala, Trapani, Pérouse, Carpi, et même un passage par la case Premier League à Everton, avant de revenir dans le club d'Ombrie et de s'imposer définitivement comme un élément important de la Série A. Il dispute plus de 100 rencontres et plante un total de 22 pions dont son record en carrière, 12, lors de la saison 2000-2001 (devançant un certain Pippo Inzaghi au classement des buteurs). Marco Materazzi.jpgEt c'est fort logiquement qu'en 2001, le défenseur central finit par poser ses bagages à l'Inter Milan pour environ 10 millions d'euros. Un club au sein duquel il restera dix longues années, jouera 265 rencontres sous les couleurs Nerazzurri, et où il remportera la plus prestigieuse des compétitions des clubs, la Ligue des Champions en 2010. Après cette victoire, et à l'annonce du départ de José Mourinho, "Matrix" a été filmé en larmes dans les bras de son coach. Car finalement, c'est aussi cela qui le rend particulier. Capable des provocations les plus ahurissantes sur un terrain de football, le défenseur n'en reste pas moins un joueur à fleur de peau, sensible et attaché à ses coéquipiers et ses techniciens. Cependant, sa célébrité il le doit en grande partie à cette action en finale du Mondial 2006. Au Stade Olympico de Berlin, Français et Italiens s'opposent en finale. Remplaçant de Nesta en début de tournoi, il prend la place du Milanais avec succès. Lors de cette finale, il commet d'abord une faute sur Malouda, pour l'ouverture du score des Bleus sur penalty avant d'égaliser sur une tête victorieuse. Au terme d’une rencontre acharnée, les deux équipes prolongent le suspens au-delà du temps réglementaire. Les supporters français ne le savent pas encore mais le rêve va bientôt virer au cauchemar. Au marquage de "Zizou", il lui balance des insultes qui provoqueront la colère du meneur de jeu. L'international français lui assène un coup dans la poitrine. La sentence tombe: carton rouge et une sortie par la petite porte pour la légende des Bleus. L’Italie remporte le Graal, Materazzi sourit et devient par la même occasion l’ennemi public numéro 1 des Français. Après avoir baroudé un peu partout, il clôt le dernier chapitre de sa carrière de footballeur dans le championnat indien au sein du Chennaiyin FC. Une aventure qui tourne court avec seulement sept apparitions. L'homme aux 41 sélections raccroche ses crampons en 2014. Deux ans plus tard, il est rappelé par le même club, mais cette fois-ci pour un poste d’entraîneur. Ses premiers pas sur le banc sont poussifs: 47 matches, pour 19 victoires, 12 nuls et 16 défaites. Les coups de gueule, tirades et autres provocations de l’ex-défenseur central ont moins d’impact depuis la touche… Materazzi est viré et rentre en Italie. Depuis, il est l’auteur de quelques apparitions sur les plateaux de TV de son pays. En avril dernier, il a même levé le voile sur le secret de l’altercation avec Zidane qui a fait sa légende. "Nous avons eu quelques frictions. Après le premier accrochage, je lui ai demandé pardon, il a mal réagi. Après le troisième, j’ai froncé les sourcils. Il m’a dit: «Je te donnerai mon maillot plus tard.» Je lui ai répondu que je préférerais sa sœur." révélait-il alorsUn petit fond de commerce que le bad boys "pugliese" se plait à entretenir. De plus, il avait reçu un second coup de boule à la poitrine six mois après le premier. Cette fois-là, c’était au tour du milieu de la Sampdoria de Gênes Gennaro Delvecchio de lui asséner un coup de tête et de voir rouge. Par ailleurs, le champion du monde sera, en 2013, accusé de propos racistes par le Sud-coréen Ahn Jung-Hwan... Au final, l’Italien restera dans la lignée des Carlos MozerFranco Baresi ou encore Jon Goicoechea. Il a su se forger une réputation de joueur hargneux, toujours à la limite du dangereux. Une image qui a forcé la crainte de ses adversaires.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 2006 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des champions en 2010 (Inter Milan)

Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2010 (finale non-jouée) (Inter Milan)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2010 (Inter Milan)
Champion d’Italie en 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010 (Inter Milan)
Vice-champion d’Italie en 2003 et 2011 (Inter Milan)
Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2005, 2006 et 2010 et (Inter Milan)
Finaliste de la Coupe d'Italie en 2007 et 2008 (Inter Milan)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2005, 2006, 2008 et 2010 (Inter Milan)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2007 (Inter Milan)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur défenseur de l'année du championnat d'Italie en 2007
Nommé dans l'équipe type de l'année de l'association ESM en 2007
Nommé Officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 2006
À reçu le Collier d'Or du mérite sportif italien en 2006

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©DR

- 2ème photo: ©Abaca


28/05/2021
0 Poster un commentaire

Marco Delvecchio

Marco Delvecchio.jpg
Marco Delvecchio

 

Né le 7 avril 1973 à Milan (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m86

Surnoms: Super Marco, Uomo Derby

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 22 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 2 sélections)

(Euro: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 décembre 1998 contre la FIFA (6-2)

Dernière sélection : le 18 février 2004 contre la Rep. Tchèque (2-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png olympique: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png U23: 3 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 20 sélections, 6 buts

 

1990/92 Inter Milan (ITA) 5 matchs 
(Championnat d'Italie: 4 matchs)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1992/93 Venezia (ITA) 21 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie de D2: 20 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1993/94 Udinese (ITA) 8 matchs
(Championnat d'Italie: 7 matchs)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1994/95 Inter Milan (ITA) 39 matchs, 5 buts
(Championnat d'Italie: 33 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1995/2005 AS Roma (ITA) 300 matchs, 83 buts
(Championnat d'Italie: 231 matchs, 62 buts)
(Coupe d'Italie: 26 matchs, 8 buts)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 14 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 28 matchs, 11 buts)
2005 Brescia (ITA) 5 matchs
2005/06 Parme AC (ITA) 9 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 8 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 1 match)
2006/07 Ascoli (ITA) 10 matchs, 2 buts
2008/09 Pescatori Ostia (ITA) 39 matchs, 34 buts
2009/11 AS Corneto Tarquinia (ITA)
 
Marco Delvecchio aurait pu être le héros de tout une nation. Celui qui offre l'Euro 2000 à l'Italie. À 13 secondes près. Immense buteur de la Roma des années 90, il avait échappé à la vigilance de Lilian Thuram pour inscrire un plat du pied parfait devant un Fabien Barthez impuissant. Sylvain Wiltord égalisera dans les derniers instants, David Trezeguet fera le reste. Un twist final mythique qui conclut un match agonique. Dommage pour lui. Ça aurait été le plus beau but des quatre petits pions marqués par l’une des plus belles crinières du foot italien avec la Squadra Azzurra.
 
PALMARÈS
Finaliste de l'Euro 2000 (Italie)
Vainqueur du Championnat d’Europe Espoirs en 1996 (Italie)
Champion d’Italie en 2001 (AS Roma)
Vice-champion d’Italie en 2002 et 2004 (AS Roma)
Finaliste de la Coupe d’Italie en 2003 (AS Roma)
Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 2001 (AS Roma)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé Chevalier de l'Ordre du mérite de la République italienne en 2000
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Forza Roma

08/04/2021
0 Poster un commentaire

Pietro Vierchowod

Pietro Vierchowod.jpg
Pietro Vierchowod

 

Né le 6 avril 1959 à Calcinate (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur central, 1m80

Surnoms: Lo Zar ("Le Tsar"), Il Russo, Orso, Nonno

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 45 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 28 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Qualif Euro: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 6 janvier 1981 contre les Pays-Bas (1-1)

Dernière sélection : le 1er mai 1993 contre la Suisse (0-1)

 

1975/76 Romanese (ITA) 3 matchs
1976/81 Côme (ITA) 123 matchs, 6 buts
(Championnat d'Italie: 30 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 51 matchs, 1 but)
(Championnat d'Italie de D3: 34 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 8 matchs)
1981/82 Fiorentina (ITA) 34 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie:  28 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 6 matchs)
1982/83 AS Roma (ITA) (Prêt) 43 matchs
(Championnat d'Italie:  30 matchs)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)
1983/95 Sampdoria Gênes (ITA) 493 matchs, 9 buts
(Championnat d'Italie: 358 matchs, 25 buts
(Coupe d'Italie: 90 matchs, 11 buts)
(Supercoupe d'Italie: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
(Coupe des Coupes: 30 matchs, 3 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
1995/96 Juventus Turin (ITA) 31 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie:  21 matchs, 2 buts
(Coupe d'Italie: 1 match)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
août 1996 Pérouse (ITA)
sep. 1996/97 Milan AC (ITA) 18 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 16 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1997/2000 Piacenza (ITA) 83 matchs, 6 buts
(Championnat d'Italie: 79 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)

 

Personne n'a oublié Pietro Vierchowod. Un défenseur central passé par Milan, la Juve et la Sampdoria, qui a aussi joué pour la Squadra Azzurra. Un de ces défenseurs rugueux qui ne te laissaient pas une seconde de répit. C'était un chien, un pitbull. Il était de marbre. C’était incroyable. Il lâchait rien et il était plutôt rapide, en plus. Dès qu'un joueur se libérait de son marquage, il revenait très vite à la charge. Marco SimoneFabrizio Ravanelli et même Diego Maradona s'en souviennent encore. El Pibe de Oro raconte à El Grafico: "C’était un animal. Il avait des muscles sur les cils. C’était facile de le passer. Mais quand je relevais la tête, il était encore en face de moi. " Surnommé "le Tsar" pour ses origines soviétiques, le fils d'une mère italienne et d'un ancien prisonnier de l'armée rouge formé chez les jeunes de Romanese débute chez les pros à Côme en 1976. Deux montées successifs lui ouvrent les portes de la Série A. C'est la Sampdoria de Gênes qui flaire la bonne affaire. Relégué à l'échelon inférieur, il est prêté à la Fiorentina. Son ascension est fulgurante. La Viola termine deuxième, juste derrière la Juventus. Vierchowod réalise une saison parfaitement accomplie. Convoqué par Enzo Bearzot avec la Nazionale, il fait partie de l’équipe championne du Monde en 1982, mais sans jouer la moindre seconde. La faute à une trop grosse concurrence. Après le tournoi, il est prêté de nouveau. En effet, la Samp' a toujours du mal à remonter, c'est la Roma de la légende suédoise Nils Liedholm qui accueille le défenseur. Il remporte son premier grand titre, le Scudetto. Malgré le succès, le prêt se termine et il retourne chez leBlucerchiati trois ans après avoir signé son premier contrat. Aucun regret, il va connaître les épopées à la fin des années 80 aux côtés de Gianluca Vialli et Roberto Mancini. Du titre en 1991 à la Coupe des Coupes en 1990 en passant par la finale perdue de C1 contre le FC Barcelone de Ronald Koeman en 1992. Il la remportera tout de même en 1996 lors de son unique saison à la Juventus. Associé au centre de la défense turinoise avec Ciro Ferrara, Pietro fait bénéficier de toute son expérience et de son sens du marquage. Après une expérience manquée à Pérouse et au Milan AC, il démontre que l'âge n'a pas d'emprise sur lui, et du haut de sa défense et la quarantaine passé, il guide Piacenza vers deux maintiens consécutifs mérités. Malgré tout, il dit stop sur une relégation à l'âge de 41 ans. Mais on ne va pas lui en vouloir. Après quelques expériences sur les bancs de Catane (C1), de la Florentia Viola (C2) et de la Triestina (B), il était devenu opinioniste pour la Rai avant de se lancer en politique.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1982 (Italie)

3ème de la Coupe du Monde en 1990 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 1996 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue des Champions en 1992 (Sampdoria Gênes)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1990 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1989 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1990 (Sampdoria Gênes)

Champion d’Italie en 1983 (AS Roma) et 1991 (Sampdoria Gênes)

Vice-champion d’Italie en 1982 (Fiorentina) et 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1985, 1988, 1989 et 1994 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1986 et 1991 (Sampdoria Gênes)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1991 (Sampdoria Gênes) et 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1988, 1989 et 1994 (Sampdoria Gênes)

Champion d'Italie de Série B en 1980 (Côme)

Champion d'Italie de Série C1 groupe A en 1979 (Côme)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Guérin d’Or en 1983

À reçu le Prix Gaetano Scirea en 1995

Nommé Officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 1991

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©LaPresse


06/04/2021
0 Poster un commentaire

Amedeo Carboni

Amedeo Carboni.jpg
Amedeo Carboni

 

Né le 6 avril 1965 à Arezzo (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur gauche, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 18 sélections

(Matchs amicaux: 9 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 25 mars 1992 contre l'Allemagne (2-0)

Dernière sélection : le 2 avril 1997 contre la Pologne (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 1 sélection, 1 but

 

1984/86 Arezzo (ITA) 23 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie de D2: 22 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1985/86 Bari (ITA) (Prêt) 13 matchs
(Championnat d'Italie: 10 matchs)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
1986/87 Empoli (ITA) 13 matchs
(Championnat d'Italie: 11 matchs)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1987/88 Parme AC (ITA) 34 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie de D2: 28 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 6 matchs)
1988/90 Sampdoria Gênes (ITA) 88 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 60 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 15 matchs)
(Coupe des Coupes: 11 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
1990/97 AS Roma (ITA) 230 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie: 186 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 23 matchs)
(Coupe des Coupes: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 14 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
1997/2006 Valence CF (ESP) 348 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 245 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 19 matchs)
(Supercoupe d'Espagne: 6 matchs)
(Ligue des Champions: 45 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 25 matchs)
(Coupe Intertoto: 7 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)

 

Un mec d'expérience qui ne lâchait rien. Amedeo Carboni aura joué jusqu'à ses 41 ans quand même… Le défenseur italien bourlingue d'abord dans son pays natal. Formé à Arezzo, il fait ses armes à Empoli et à Parme, avant de débarquer à la Sampdoria, remportant une Coupe des Coupes en 1990 aux côtés de Mancini et Vialli. Puis il passe à la Roma, où il devient l’un des piliers de la défense. Il quitte la Louve à l'été 1997 après sept belles saisons pour le Valence CF en Espagne. Un an auparavant, il participe à l’Euro 1996 avec la Nazionale et désire alors découvrir une autre patrie. Durant neuf exercices, Carboni écrit les plus belles pages de sa carrière, remportant deux Ligas, une coupe du Roi et une coupe de l'UEFA en 2004, lors de laquelle il devient le plus vieux joueur vainqueur de la C3. Capitaine jusqu'en 2005 dans une fabuleuse équipe composé de Gaizka Mendieta, Santiago Canizares et Claudio Lopez, le défenseur aux 18 sélections échoue également deux fois en finale de C1.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Ligue des Champions en 1992 (Sampdoria Gênes), 2000 et 2001 (Valence CF)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1990 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1989 (Sampdoria Gênes)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 2004 (Valence CF)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1991 (AS Roma)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 2004 (Valence CF)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1998 (Valence CF)

Finaliste de la Coupe Intertoto en 2005 (Valence CF)

Champion d’Espagne en 2002 et 2004 (Valence CF)
Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1999 (Valence CF)
Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1989 (Sampdoria Gênes) et 1991 (AS Roma)
Finaliste de la Coupe d'Espagne en 1995 (Valence CF)
Vainqueur de la Supercoupe d'Espagne en 1999 (Valence CF)
Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 2002 et 2004 (Valence CF)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1989 (Sampdoria Gênes) et 1991 (AS Roma)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©DR

03/04/2021
0 Poster un commentaire