Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Italie


Massimo Oddo

Massimo Oddo.jpg
Photo: ©DR

 

Massimo Oddo

 

Né le 14 juin 1976 à Città Sant'Angelo (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur droit, 1m82

Surnom: "Il Barbiere di Berlino"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 34 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 16 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 14 sélections, 1 but)

(Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 21 août 2002 contre la Slovénie (0-1)

Dernière sélection : le 6 février 2008 contre le Portugal (3-1)

 

1992/93 Renato Curi Angolana (ITA) 3 matchs
1993/99 Milan AC (ITA)
1995/96 Fiorenzuola (ITA) (Prêt) 19 matchs
1996 Monza (ITA (Prêt) 4 matchs
1996/97 Prato (ITA) (Prêt) 16 matchs
1997/98 Lecco (ITA (Prêt) 20 matchs, 1 but
1998/99 Monza (ITA) (Prêt) 31 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie de D3: 30 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1999/2000 SSC Naples (ITA) 45 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie de D2: 36 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 9 matchs)
2000/02 Hellas Vérone (ITA) 67 matchs, 11 buts
(Championnat d'Italie: 64 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Italie: 3 matchs, 2 buts)
2002/07 Lazio Rome (ITA) 172 matchs, 17 buts
(Championnat d'Italie: 135 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Italie: 18 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs)
2007/12 Milan AC (ITA) 80 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 56 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
(Ligue des Champions: 17 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe du Monde des clubs: 1 match)
2008/09 Bayern Munich (ALL) (Prêt) 27 matchs
(Championnat d'Allemagne: 18 matchs)
(Coupe d'Allemagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
2011/12 Lecce (ITA) (Prêt) 27 matchs, 1 but

 

Champion du Monde en 2006 avec la Squadra Azzurra, Massimo Oddo a connu une carrière longue et prestigieuse dans de très grands clubs, comme la Lazio de Rome, le Milan AC et le Bayern Munich.

 

Formé chez les Rossoneri, cet éternel joueur de devoir commence un long parcours du combattant dans les divisions inférieures, particulièrement en troisième division italienne, avant de monter lentement en puissance, s'affirmant comme un titulaire indiscutable avec Naples en Série B, puis le Hellas Vérone en Série A. C'est à la Lazio de Rome qu'il va exploser littéralement. Pièce maîtresse dans la capitale italienne, le patron du couloir droit sur le terrain, qui peut aussi dépanner dans l'axe, est solide défensivement et propre techniquement avec une bonne qualité de centre. En cinq saisons, l'un des tout meilleurs latéraux de la Botte à l'époque remporte seulement une coupe d'Italie sous le maillot laziale, c'était en 2004 contre la Juventus de Turin. Ces bonnes performances lui permettent d'évoluer en équipe nationale, et de faire partie du voyage en Allemagne où il remporte le Mondial 2006. Très discret durant tout le tournoi, le "Barbiere di Berlino" a pris à cœur son rôle de coiffeur puisque c'est lui-même qui relookait ses coéquipiers de sélection, resté célèbre pour cette image après la victoire face à la France où contre un gage il coupe un bout de la queue de cheval de Mauro Camoranesi. Au sommet de sa carrière, il revient en janvier 2007 au sein de son club formateur, le Milan AC, avec lequel il soulèvera la Ligue des champions en 2007 et son premier Scudetto en 2011, le tout dans la peau d'un véritable remplaçant de luxe, n'ayant plus le même niveau qu'avec les Biancocelesti. Enchaînant ensuite avec un prêt d'un an au Bayern Munich, l'international italien aux 34 sélections raccroche les crampons à l'âge de 36 ans du côté de Lecce. Joueur très professionnel au fairplay à toute épreuve, Massimo était un mec génial, à la fois aimé et respecté par ses coéquipiers, une sorte de leader souriant. Un garçon assez simple finalement qui était capable de poser en sous-vêtements, faire des tours du rectangle vert dans un état second avant de représenter la voix des joueurs dont il présidait l’association. L'ex-homme de l'ombre du côté de San Siro peut tout de même se targuer d'être le seul à avoir remporté la Coupe du Monde qui porte un nom palindrome. Initialement intéressé par la branche du directeur sportif, il suit finalement les traces de son père, Francesco, en devenant entraîneur.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe du Monde en 2006 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des champions en 2007 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 2007 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2007 (Milan AC)

Champion d'Italie en 2011 (Milan AC)

Vice-champion d'Allemagne en 2009 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2004 (Lazio Rome)

Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2004 (Lazio Rome)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Nommé Officier de l'Ordre du Mérite de la république italienne en 2006

À reçu le Collier d'or du mérite sportive italien en 2006


14/06/2022
0 Poster un commentaire

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti.jpg
Photo: ©DR

 

Carlo Ancelotti

 

Né le 10 juin 1959 à Reggiolo (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu central, 1m79

Surnom: Carletto

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 26 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 11 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Euro: 7 sélections)

(Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 6 janvier 1981 contre les Pays-Bas (1-1)

Dernière sélection : le 13 novembre 1991 contre la Norvège (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png olympique: 11 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 3 sélections

 

1976/79 Parme AC (ITA) 55 matchs, 13 buts
1979/87 AS Roma (ITA) 227 matchs, 17 buts
(Championnat d'Italie: 171 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Italie: 36 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)
(Coupe des Coupes: 10 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
1987/92 Milan AC (ITA) 160 matchs, 11 buts
(Championnat d'Italie: 112 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Italie: 23 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)

 

Devenu un entraîneur respecté, très proche de ses joueurs, Carlo Ancelotti était également un brillant milieu de terrain en Série A dans les années 80.

 

Formé à Parme, le club de sa région natale, il joue trois saisons et permet lors de son dernier exercice de faire monter son équipe d'Emile-Romagne en Série B, grâce à un doublé inscrit lors du barrage face à Triestina. Ce jour-là, présent dans le stade, un certain Nils Liedholm, l'entraîneur suédois de l'AS Roma venu superviser cette petite pépite. C'est comme ça que Carlo Ancelotti rejoint les Giallorossi à l'été 1979, qui sur le coup devance l'Inter Milan aussi sur les rangs. Comme un signe du destin, son aventure romaine (et donc sa carrière en Série A) débute face au Milan AC, le 16 septembre 1979, fini sur un score nul et vierge. Après un temps d'adaptation dans la capitale, il s'impose rapidement comme une valeur sûre du Calcio et devient ce fameux "mediano", une sorte de milieu récupérateur aux côtés de FalcaoRoberto Pruzzo et Bruno Conti. En huit ans, l'idylle avec son amour de jeunesse va lui permettre de disputer 227 matchs et d'ouvrir son palmarès avec un Scudetto en 1983, un titre attendu depuis plus de 40 ans, et quatre coupes d'Italie. Gêné par des blessures récurrentes, celui qui est devenu capitaine au départ d'Agostino Di Bartolomei ne participe pas à l'épopée de la Roma en Coupe d'Europe des clubs champions en 1984, où les Giallorossi s'inclinent en finale, à domicile, face à Liverpool, aux tirs au but. Considéré comme terminé, le milieu défensif italien va trouver un nouveau souffle en rejoignant le Milan AC en 1987, en passe de devenir la meilleure équipe du Monde. Avec les Rossoneri, entouré des Baresi, Maldini, et autre Gullit et Van BastenCarletto gagne tout ce qu’il est possible de gagner, avec deux Scudetti (1988 et 1992), deux C1 (1989 et 1990), deux Supercoupe de l'UEFA (1989 et 1990), deux Coupes Intercontinentales (1989 et 1990) et une Supercoupe d'Italie (1988). Associé à Frank Rijkaard, il balaye tout devant la défense et relance aussi bien les ballons. En fin de cycle, le pion essentiel des "Invincibles" perd sa place au profit de Demetrio Albertini et met un terme à sa carrière assez tôt à cause de ses genoux meurtris qui lui en également posé des soucis en sélection, comme ce Mondial 1982 que l'Italie s'octroie et qu'il loupe. Malgré tout, il enfilera le maillot de la Nazionale à 26 reprises, participant à deux Coupes du Monde et un Euro. Après avoir raccroché les crampons en 1992, il devient adjoint de son ancien mentor du Milan AC Arrigo Sacchi (de 1987 à 1991) sur le banc de la Squadra Azzurra. Rien d’étonnant, puisque dans leur période milanaise, Sacchi avait surnommé Ancelotti son "entraîneur sur le terrain." Au côté du maître, le jeune Carlo, 33 ans, apprend et emmène les Azzurri jusqu'en finale du Mondial US en 1994. Mister prend alors son envol et gravit les échelons seul sur le banc. D'abord la Reggiana, puis Parme, la Juve avant de porter les plus grosses écuries vers le suprême sacre national, que ce soit à Milan, à Chelsea, au Paris SG, au Bayern Munich ou au Real Madrid. Sur la Botte, il y a eu les Imortali de Sacchi, les Invincibili de Capello, et puis les Meravigliosi d'Ancelotti. Carlo a été le digne héritier d'une grande tradition milanaise.

 

PALMARÈS

 

3ème de la Coupe du Monde en 1990 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 1989 et 1990 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1989 et 1990 (finale non-jouée) (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe d’Europe en 1989 (finale non-jouée) et 1990 (Milan AC)

Champion d’Italie en 1983 (AS Roma), 1988 et 1992 (Milan AC)

Vice-Champion d’Italie en 1981, 1984, 1986 (AS Roma), 1990 et 1991 (Milan AC)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1990 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1988 (Milan AC)


07/05/2022
0 Poster un commentaire

Sergio Battistini

Sergio Battistini.jpg
Photo: ©I Got Cider in My Ear

 

Sergio Battistini

 

Né le 7 mai 1963 à Massia (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur latéral/milieu défensif, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 4 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 4 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 4 février 1984 contre le Mexique (4-0)

Dernière sélection : le 30 mai 1984 contre les Etats-Unis (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 14 sélections, 1 but

 

1980/85 Milan AC (ITA) 201 matchs, 37 buts
(Championnat d'Italie: 88 matchs, 13 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 74 matchs, 16 buts)
(Coupe d'Italie: 34 matchs, 7 buts)
(Coupe Mitropa: 5 matchs, 1 but)
1985/90 Fiorentina (ITA) 172 matchs, 13 buts
(Championnat d'Italie: 128 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Italie: 32 matchs, 5 buts)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs)
1990/94 Inter Milan (ITA) 155 matchs, 13 buts
(Championnat d'Italie: 112 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Italie: 21 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 22 matchs, 1 but)
1994/96 Brescia (ITA) 39 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 19 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 18 matchs)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1996/97 Spezia (ITA) 17 matchs, 1 but
 
International italien à quatre reprises, Sergio Battistini évoluait en défense et au milieu de terrain dans les plus grands clubs de la Botte comme le Milan AC, la Fiorentina et l'Inter Milan.
 
Formé chez les Rossoneri, il s'impose très vite dans une équipe lombarde en pleine reconstruction, inscrivant beaucoup de buts pour un joueur à vocation défensif. Spécialiste des frappes lointaines, il plante 37 réalisations en cinq saisons sous le maillot des Diavolo. Lors de son dernier exercice, il se blesse à l'épaule lors d'une rencontre organisée sous le froid glacial face à l'Udinese le 20 septembre 1985. Son remplaçant est un jeune prodige futur légende prénommé Paolo Maldini, qui prend ainsi place du haut de ses 16 ans aux côtés de Franco Baresi et Pippo Galli, futurs piliers du grand Milan. Il préfère alors partir et s'envole à la Fiorentina. Malheureusement, il ne confirme pas tout son potentiel que ce soit en libéro que dans l'entrejeu de la Viola. Le roc italien veut se relancer et pose ses valises en 1990 chez les rivaux de l'Inter Milan. Un passage satisfaisant de quatre saisons auréolé de deux triomphes en Coupe de l'UEFA en 1991 contre l'AS Roma et en 1994 contre les autrichiens du Casino Salzbourg. Une armoire à trophées presque vide sans titre en Série A ni en coupe d'Italie malgré une quinzaine d'années au plus haut niveau et dans les plus grands ténors du Calcio.
 
PALMARÈS
 
4ème des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984 (Italie)
Vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 1991 et 1994 (Inter Milan)
Finaliste de la Coupe de l’UEFA en 1990 (Fiorentina)
Vice-champion d'Italie en 1993 (Inter Milan)
Finaliste de la Coupe d'Italie en 1985 (Milan AC)
Champion d'Italie de D2 en 1981 et 1983 (Milan AC)

06/05/2022
0 Poster un commentaire

Paolo Pulici

Paolo Pulici.jpg
Photo: ©Pinterest

 

Paolo Pulici

 

Paolino Pulici

Né le 27 avril 1950 à Roncello (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m77

Surnoms: Puliciclone, Pupi

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 19 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 15 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 31 mars 1973 contre le Luxembourg (5-0)

Dernière sélection : le 23 septembre 1978 contre la Turquie (1-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 9 sélections, 5 buts

 

1966/67 Legnano (ITA) 1 match
1967/82 Torino (ITA) 435 matchs, 170 buts
(Championnat d'Italie: 335 matchs, 134 buts)
(Coupe d'Italie: 71 matchs, 29 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)
(Coupe des Coupes: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 17 matchs, 6 buts)
(Coupe Anglo-italienne: 1 match)
(Coupe de la ligue anglo-italienne: 2 matchs)
1982/83 Udinese (ITA) 31 matchs, 5 buts
(Championnat d'Italie: 26 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
1983/85 Fiorentina (ITA) 58 matchs, 12 buts
(Championnat d'Italie: 40 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 15 matchs, 8 buts)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 1 but)

 

Capocannoniere en Série A à trois reprises, Paolo Pulici est l’incarnation du Torino des années 70, celui qui conjure enfin le mauvais œil après la catastrophe de Superga et l’accident de l’astre Gigi Meroni.

 

Natif de Roncello près de Milan en Lombardie, le jeune gamin travaille d'abord dans une usine produisant du fil de cuivre à l'âge de 14 ans. Paolino Pulici découvre alors le football et fait ses classes à Legnano. Courtisé par l'Inter Milan, Helenio Herrera ne croît pas en lui, c'est le Torino qui tente le pari en 1967 pour retrouver enfin leur gloire passée. Il voit alors arriver Claudio Sala, Luciano Castellini, Renato Zaccarelli, Eraldo Pecci, Patricio Sala et surtout Francesco Graziani, avec lequel il va formé pendant longtemps un duo d’attaquant renommé, les "gemelli del gol" ("les jumeaux du but"). Dirigé d'une main de fer par Luigi Radice, le club retrouve enfin les sommets en 1976 en coiffant la Juventus au poteau, vingt-sept ans après le dernier titre de champion. Les Granata alignent 14 victoires sur 15 à domicile, ironie du sort le seul match non gagné est un nul contre Cesena lors de la dernière journée, synonyme de Scudetto. De plus, c'est "Puliciclone" qui inscrit le but du titre face à la Curva Maratona dans une ambiance indescriptible. Trois fois meilleur artificier de Série A, neuf fois buteur contre la Juventus (record du Torino), Pulici est au sommet. Vice-champion en 1977, 3ème en 1978, la suite est un lent déclin avec le Toro rattrapé par le malheur. L’ex-grand capitaine Giorgio Ferrini, mentor de Pulici à ses débuts, meurt soudainement fin 1976. Avec des performances en dents de scie, il quitte gratuitement le Torino en 1982, poussé dehors par le directeur sportif Luciano Moggi, pour disputer un exercice à l'Udinese puis trois autres à la Fiorentina. Quelques rencontres, quelques pions puis "Pupi" Pulici raccroche les crampons presque incognito en 1985 loin des projecteurs et du sommet où il se trouvait. La Nazionale reste aussi son point noir. Souvent barré par Roberto Bettega et la légende Luigi Riva, l'attaquant aux 5 buts en 19 sélections participe malgré tout aux Mondiaux 1974 et 1978 mais sans jamais entré sur le terrain. Figure du Toro, celui qui est intronisé au Hall of Fame des Granata en 2014 est probablement le second meilleur joueur de l'histoire du club, derrière l'inégalable Valentino Mazzola.

 

PALMARÈS

 

4ème de la Coupe du Monde en 1978 (Italie)

Champion d'Italie en 1976 (Torino)

Vice-champion d'Italie en 1977 (Torino)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1971 (Torino)

Vainqueur du Championnat Primavera en 1968 et 1970 (Torino)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

Meilleur buteur du championnat d'Italie en 1973 (17 buts), 1975 (18 buts) et 1976 (21 buts) (Torino)

Intronisé au Hall of Fame du Torino en 2014


27/04/2022
0 Poster un commentaire

Roberto Pruzzo

Roberto Pruzzo.jpg
Photo: ©AS Roma Archivio Storico

 

Roberto Pruzzo

 

Né le 1er avril 1955 à Crocefieschi (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m75

Surnoms: O Rey di Crocefieschi, Il Bomber

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 6 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections)

(Mundialito: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 23 septembre 1978 contre la Turquie (1-0)

Dernière sélection : le 23 février 1982 contre la France (0-2)

 

1973/78 Genoa (ITA) 161 matchs, 67 buts
(Championnat d'Italie: 78 matchs, 27 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 65 matchs, 30 buts)
(Coupe d'Italie: 18 matchs, 10 buts)
1978/88 AS Roma (ITA) 314 matchs, 138 buts
(Championnat d'Italie: 240 matchs, 106 buts)
(Coupe d'Italie: 47 matchs, 20 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 7 matchs, 5 buts)
(Coupe des Coupes: 13 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 3 buts)
1988/89 Fiorentina (ITA) 16 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 14 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
 
Avant-centre redoutable et finisseur hors-pair, Roberto Pruzzo était "Il Bomber", le grand bombardier d’une Roma au sommet de son histoire au début des années 80.
 
Formé au Genoa, le natif de Crocefieschi, un petit village de Ligurie, évolue avec les Rosssoblu durant cinq saisons, avant de rejoindre l'AS Roma en 1978. Une période couronnée de succès tant sur le plan collectif, avec un Scudetto et quatre Coupes d'Italie, qu'individuel, terminant trois fois Capocannoniere en Série A, ajoutés à celui obtenu en Série B du temps du Genoa, et s'imposant comme l'un des plus grands attaquants de son époque. Pourtant, malgré ses performances, Enzo Bearzot, le sélectionneur de la Nazionale, préfère parier sur un autre buteur pour disputer la Coupe du Monde 1982, un certain Paolo Rossi, qui revient de deux années de suspension dans le cadre du scandale du "Totonero", alors que le moustachu restait sur deux titres de meilleur buteur d'affilés. Si "Pablito" effectue une seconde partie époustouflante du Mondial espagnol avec le trophée suprême en poche, Pruzzo lui continuera par la suite de planter des pions avec la Lupa. Recordman de buts sous les couleurs des Giallorossi (138 buts), avant que Francesco Totti ne fasse son entrée, il était extraordinaire dans le jeu aérien arrosé par les centres millimétrés de Bruno Conti. Un puissant coup de tête, il en inscrit justement un égalisateur lors de la finale de Coupe d'Europe des clubs champions perdue à domicile aux tirs au but face à Liverpool en 1984. Grand artificier du second Scudetto de l'histoire du club l’année précédente, il raccroche les crampons en 1989, après une dernière pige à la Fiorentina. Il a bien tenté une carrière de coach, mais a vite renoncé après des expériences peu convaincantes à Alessandria ou Palerme. Roberto se tourne ensuite vers le cinéma et se retrouve à l'affiche d'une adaptation de "Don Camillo", avec Terence Hill dans le rôle principal, en compagnie de ses coéquipiers Carlo Ancelotti et Luciano Spinosi. Plus hanté par ses échecs que content de ses réussites, Pruzzo a effleuré le nirvana sans vraiment l'atteindre.
 
PALMARÈS
 
4ème de l'Euro 1980 (Italie)
Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1984 (AS Roma)
Champion d'Italie en 1983 (AS Roma)
Vice-champion d'Italie en 1981, 1984 et 1986 (AS Roma)
Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1980, 1981, 1984 et 1986 (AS Roma)
Champion d'Italie de D2 en 1976 (Genoa)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES

Meilleur buteur du championnat d'Italie en 1981 (18 buts), 1982 (15 buts) et 1986 (19 buts)
Meilleur buteur de la Coupe d'Italie en 1980 (6 buts) (Genoa)
Intronisé au Hall of Fame de l'AS Roma en 2012

13/04/2022
0 Poster un commentaire