FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Italie


Gino Colaussi

Gino Colaussi.jpg
Gino Colaussi

 

Luigi Colàusig

Né le 4 mars 1914 à Gradisca d'Isonzo (ITA)

Décédé le 27 juillet 1991 à Trieste (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Ailier gauche, 1m63

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 26 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 17 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 4 buts)

(Coupe Internationale: 6 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 27 octobre 1935 contre la Tchécoslovaquie (2-1)

Dernière sélection : le 5 mai 1940 contre l'Allemagne nazie (3-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png B: 1 sélection, 1 but

 

1930/40 Triestina (ITA) 248 matchs, 42 buts
1940/42 Juventus Turin (ITA) 43 matchs, 7 buts
1942/43 AC Vicenza (ITA) 26 matchs, 10 buts
1945/46 Triestina (ITA) 26 matchs, 3 buts
1946/48 Padoue (ITA) 45 matchs, 12 buts
1949/50 Ternana (ITA) 14 matchs, 2 buts
1950/51 SP Tharros (ITA)
1951/52 US Oblia (ITA) 7 matchs, 1 but
 
Gino Colaussi, de son vrai nom Luigi Colausig, issu d’un milieu défavorisé, connaît la gloire en 1938 lors de la Coupe du Monde organisé en France. En quarts de finale face au pays organisateur, il inscrit contre les Bleus (3 buts à 1) le premier but de la Squadra Azzurra à Colombes devant 58 000 spectateurs, avant de signer l’ouverture du score contre le Brésil (2 buts à 1) en demi-finales. Et de s’offrir, le 19 juin 1938, un doublé en finale (4 buts à 2) contre la Hongrie. Pour s’installer dans l’histoire de l’épreuve comme le premier joueur à inscrire deux buts en finale (quelques minutes avant son coéquipier Silvio Piola). Une édition (sa seule participation à un Mondial) que cet ailier gauche vif et réaliste marquait de son empreinte (3 matches pour 4 buts). À l’ombre du légendaire Giuseppe Meazza et du fantasque brésilien Leonidas, meilleur buteur de la compétition. Héros qui a sans doute contribué à sauver la vie de 22 hommes. Le joueur italien a permis à la Squadra Azzurra de vaincre plutôt que de mourir, comme l'avait "demandé" Benito Mussolini. Dino Risi, réalisateur entre autre de Parfum de femme, confiait, il y a quelques années dans Le Figaro : "Dans les années 30, on était en pleine montée du fascisme, il fallait faire plaisir au Duce, alors on a donné par complaisance deux titres à la Squadra Azzurra, en 1934 et 1938, des années où l’Italie, sans être mauvaise, n’était pas magique." Gino Colaussi (26 sélections au total, 15 buts), joueur pendant dix ans de la modeste équipe de Trieste (de 1930 à 1940) a ensuite rejoint les rangs de la prestigieuse Juventus. Il ne s'y est jamais imposé et s'est ensuite perdu dans des clubs de divisions inférieures...
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1938 (Italie)
Vainqueur de la Coupe Internationale en 1933-35 (Italie)
Finaliste de la Coupe Internationale en 1936-38 (Italie)
Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1942 (Juventus Turin)
Champion d’Italie de D2 (groupe B) en 1948 (Padoue)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type de la Coupe du Monde en 1938

22/02/2019
0 Poster un commentaire

Marco Simone

Marco Simone.jpg
Marco Simone

 

Marco Simone

Né le 7 janvier 1969 à Castelllanza (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m70

Surnom: Batman

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 4 sélections

(Match amical: 1 sélection)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 19 décembre 1992 contre Malte (2-1)

Denrière sélection : le 6 novembre 1996 contre la Bosnie (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 16 sélections, 7 buts

 

1986/89 Come (ITA) 44 matchs, 7 buts
(Championnat d'Italie: 36 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 8 matchs, 1 but
1987/88 FBC Alzano (ITA) 33 matchs, 15 buts
1989/97 Milan AC (ITA) 245 matchs, 74 buts
(Championnat d'Italie: 168 matchs, 49 buts)
(Coupe d'Italie: 27 matchs, 7 buts)
(Supercoupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 37 matchs, 15 buts)
(Coupe UEFA: 5 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 3 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 2 matchs)
1997/99 Paris SG (FRA) 80 matchs, 32 buts
(Championnat de France: 58 matchs, 22 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 6 matchs, 3 buts)
(Ligue des Champions: 6 matchs, 4 buts)
(Coupe des Coupes: 2 matchs, 1 but)
(Trophée des Champions: 1 match)
1999/2001 AS Monaco (FRA) 94 matchs, 44 buts
(Championnat de France: 69 matchs, 28 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 7 matchs, 3 buts)
(Ligue des Champions: 6 matchs, 6 buts)
(Coupe UEFA: 7 matchs, 6 buts)
(Trophée des Champions: 1 match)
2001/02 Milan AC (ITA) 15 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 9 matchs)
(Coupe Italie: 3 matchs, 1 but)
(Coupe UEFA: 3 matchs)
2002/03 AS Monaco (FRA) 5 matchs
2004 OGC Nice (ITA) 7 matchs
2005/06 Legnano (ITA) 1 match

 

Quatre Scudetti, un championnat de France, une Coupe intercontinentale, deux coupes nationales… Le palmarès de Marco Simone est exceptionnel, mais l’Italien ne compte à son actif que quatre sélections. Sa carrière toute entière est à l’image de ce paradoxe. Entre coups de gueule et coups d’éclat, le bonhomme était sans doute aussi talentueux qu’irrégulier. Il restera malgré tout l’une des figures marquantes du championnat de France. Mais avant de devenir l’une des recrues phare de Ligue 1, en 1997, le bouillonnant lombard a vécu de belles années de l’autre côté des Alpes. Marco Simone.jpgÀ 18 ans, le jeune Marco Simone, qui appartient au club de Come, est prêté au FBC Alzano, en Série C. Cela ne fait aucun doute, ce joueur là a du ballon : il finira la saison meilleur joueur et meilleur buteur de sa division. Résultat, il rejoint l’élite dès l’année suivante, et confirme. À 20 ans, il est ainsi enrôlé par le grand Milan AC malgré la présence de ses stars (Van Basten, Gullit, Massaro..). Marco passera 8 ans en rouge et noir et finira par s'imposer, une fois la génération des hollandais partie. Il gagnera de nombreux titres, souvent comme remplaçant, il faut bien le dire. En 1997, il plie donc bagages, et emprunte un chemin peu commun pour un joueur italien, à savoir celui de la France, et du PSG plus précisément. Arrivé comme le Messie dans la capitale, il forme une association solide avec Florian Maurice. Les débuts sont merveilleux. Le petit attaquant y va de ses 13 buts dès sa première saison, et s’adjuge une Coupe de France et une Coupe de la Ligue. Mais l’idylle se gâte l’année suivante. Pour une sombre histoire de contrat, il rentre en guerre ouverte avec le président d’alors Charles Biétry, et il finit par quitter la capitale après deux saisons, fuyant officiellement l’instabilité du club. Monaco se porte acquéreur du joueur à l’été 1999. Sur le Rocher, il découvre David Trezeguet, fracasse les statistiques lors de sa première saison et accompagne même le club princier vers un titre de champion de France en 2000 en terminant meilleur passeur de l’exercice. C’est le point culminant de sa carrière. La suite est en revanche un long déclin. Il se brouille d’abord avec Claude Puel, qui ne tarde pas à quitter le club, et puis se met à dos son successeur, Didier Deschamps. Suivront alors des échecs répétés pour le joueur. Un prêt à Milan, une nouvelle saison blanche à Monaco, et un ultime sursaut à Nice, où sa faible condition physique ne lui permet pas non plus de s’imposer. Après une année sabbatique, Marco Simone, adepte des tentatives capillaires pas forcément très heureuses, fait une pige à l'AC Legnano, petit club italien avant de raccrocher définitivement les crampons en 2006.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Ligue des champions en 1990 (non-joué) et 1994 (non-joué) (Milan AC)
Finaliste de la Ligue des champions en 1993 (non-joué) et 1995 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1989 et 1994 (Milan AC)
Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1989 (Milan AC)
Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1994 (Milan AC)
Champion d’Italie en 1992, 1993, 1994 et 1996 (Milan AC)
Vice-champion d’Italie en 1990 et 1991 (Milan AC)
Champion de France en 2000 (AS Monaco)
Vice-champion de France en 2003 (AS Monaco)
Finaliste de la Coupe d'Italie en 1990 (non-joué) (Milan AC)
Vainqueur de la Coupe de France en 1998 (Paris SG)
Vainqueur de la Coupe de la ligue en 1998 (Pari SG)
Finaliste de la Coupe de la ligue en 2001 (AS Monaco)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 1993 et 1994 (Milan AC)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1996 (Milan AC)
Vainqueur du Trophée des champions en 1998 (Paris SG) et 2000 (AS Monaco)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Onze de Bronze en 1997
Meilleur buteur du championnat d'Italie de Série C en 1988 (15 buts)
Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

12/01/2019
2 Poster un commentaire

Carlo Parola

Carlo Parola.jpg
Carlo Parola

 

Carlo Parola

Né le 20 septembre 1921 à Turin (ITA)

Décédé le 22 mars 2000 à Turin (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur, 1m76

Surnoms: Carletto, Nuccio Gauloises

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 10 sélections

(Matchs amicaux: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe Internationale: 1 sélection)

 

1ère sélection : le le 11 novembre 1945 contre la Suisse (4-4)

Dernière sélection : le 25 juin 1950 contre la Suède (2-3)

 

1939/54 Juventus Turin (ITA) 339 matchs, 11 buts
(Championnat d'Italie: 333 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Italie: 6 matchs, 1 but)
1954/55 Lazio Rome (ITA) 7 matchs

 

L'incarnation de l'esprit Juventus. Piémontais de naissance, ouvrier de la FIAT pendant les années 1930, il pense un temps se consacrer à une carrière de cycliste. Mais il évolue aussi avec l'équipe de foot de l'entreprise automobile et tape dans l’œil des recruteurs de la Vieille Dame. En quelques mois, sa vie change du tout au tout et Parola se révèle sous le maillot de la Juve, où ses talents de défenseur lui permettent de rester un point de référence de l'équipe première. Il fait ses débuts pro, à 18 ans, le 3 décembre 1939. Dix ans plus tard, il fêtait son premier titre de champion d'Italie en compagnie de Boniperti et Hansen. En tout, il dispute plus de trois-cent matches pour la Vieccha Signora, jusqu’en 1954. Défenseur central d’avant le Catenaccio, Parola se distinguait par un style éminemment spectaculaire. Pour dégager son camp, il n’hésitait pas à s’envoler et à botter le ballon d’un retourné acrobatique, à la façon des défenseurs sud-américains. Selon les pays, ce geste porte plusieurs nom: la chileña, la Bicyclette, le Ciseau… Les italiens emploient le terme de "rovesciate". D'où le surnom qui contribuera à construire sa légende, "Signor Rovesciata" (Monsieur bicyclette), puisqu'il fait partie des joueurs qui ont popularisé ce geste technique en Italie. C'est surtout le 15 janvier 1950 que le geste est immortalisé. La Fiorentina reçoit la Juventus pour le compte de la 20ème journée de Série A. À la 80ème minute de jeu, le score est toujours bloqué à 0-0 quand la formation viola se porte aux avant-postes. Le reste appartient à l’histoire et au récit du journaliste et photographe italien Corrado Bianchi: "Augusto Magli tente une passe en direction d’Egisto Pandolfini. Il n’y a plus que Carlo Parola entre lui et le gardien. L’attaquant sent qu’il peut marquer mais le défenseur ne lui laisse pas le temps d’agir. Une intervention magistrale, un vol dans le ciel, un renvoi dans un style unique : une ovation accompagne la prouesse de Parola." Le défenseur de la Juve vient de gagner une renommée éternelle. La photo sera publiée à plus de 200 millions d'exemplaires dans de nombreux médias. Elle s’imprimera surtout sur les consciences des plus jeunes lorsque la maison Panini la reprendra à son compte sur ses pochettes de vignettes autocollantes lors de la saison 1996-97. Carlo Parola remporte deux titres de champion d’Italie avec la Juventus, ainsi qu’une Coupe d'Italie. Il porte à dix reprises le maillot de la Squadra Azzurra, disputant notamment la Coupe du Monde en 1950. En 1946, il est le seul joueur italien sélectionné dans la sélection européenne qui affrontait celle de la Grande Bretagne à Glasgow. Malgré une large défaite (6 à 1), il reçoit une offre flatteuse de Chelsea malheureusement décliné. Il décède le 22 mars 2000 à l'âge de 78 ans.

 

PALMARÈS


Champion d’Italie en 1950 et 1952 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1946, 1947, 1953 et 1954 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1942 (Juventus Turin)


29/12/2018
0 Poster un commentaire

Ciro Ferrara

Ciro Ferrara.jpg
Ciro Ferrara

 

Ciro Ferrara

Né le 11 février 1967 à Naples (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur central, 1m80

Surnom: Ciruzzo

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 49 sélections

(Matchs amicaux: 27 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 11 sélections)

(Euro: 1 sélection)

(Tournoi de France: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 10 juin 1986 contre l'Argentine (3-1)

Dernière sélection : le 19 juin 2000 contre la Suède (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png olympique: 5 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 6 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png U18: 5 sélections

 

1984/94 SSC Naples (ITA) 322 matchs, 15 buts
(Championnat d'Italie: 247 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Italie: 46 matchs, 2 buts)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 5 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 23 matchs, 1 but)
1994/2005 Juventus Turin (ITA) 358 matchs, 20 buts
(Championnat d'Italie: 253 matchs, 15 buts)
(Coupe d'Italie: 26 matchs, 2 buts)
(Supercoupe d'Italie: 3 matchs)
(Ligue des Champions: 54 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 6 matchs)
(SUpercoupe de l'UEFA: 2 matchs, 1 but)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
 
Pur sang napolitain, Ferrara fait partie de la génération sacrée du Napoli qui a gagné deux titres de champion en 1987 et 1990, ainsi qu’une Coupe de l’UEFA en 1989 et une Coupe d’Italie en 1987. Joueur clé de l'ère Maradona, Ciruzzo, comme on l’appelait, hérite de son brassard lorsque l'Argentin s'en va. Défenseur à l’ancienne très rugueux dans les duels, athlétique et doté d’une bonne technique, il est un cadre incontournable de l’équipe et de la Nazionale. Mais c'est à la Juve, où Marcello Lippi l’a fait venir lors de l'été 1994, que Ciro a encore étoffé son palmarès. Des victoires, Ciro va en amasser à la pelle sous le maillot bianconero : cinq championnats, une Coupe d’Italie et surtout une Ligue des champions en 1996, où il tient les rênes de la défense de la Juve aux côtés de Pietro Vierchowod, inscrivant même l’un des tirs aux but décisifs. Au final, Ciro Ferrara va passer 11 années à défendre avec hargne et passion le maillot de la Vieille Dame, en formant au passage une incroyable charnière centrale avec l'uruguayen Paulo Montero durant de longues années et en cotoyant différents entraîneurs, de Lippi à Ancelotti jusqu’au grand Trapattoni. Sept ans plus tard, en 2003, c’est encore lui qui est aligné dans l’axe central avec Igor Tudor en finale de C1 face à au Milan AC. Ciro a alors 36 ans. Quand il prend sa retraite un soir de 2005 après plus d’une vingtaine d’années sur les terrains, Ferrara compte en tout huit Scudetti, sur le terrain en tout cas. D’ailleurs, ne comptez pas sur Ciro pour prendre en compte la révocation du championnat 2004/2005 suite au scandale du "Calciopoli" puisqu’il s’est tatoué sur le bras droit le chiffre romain VIII, en référence à ses huit titres de champion. Il ne connaîtra cependant pas le même succès en tant qu’entraîneur, puisqu'il échoue à la tête de la Juve lors de l’exercice 2009-2010 et est rapidement remplacé par Alberto Zaccheroni. Mais qu’importe, après 10 années au Napoli et 11 passées chez la Juventus, Ciro Ferrara reste une idole des deux cotés des tifoseria, fait rarissime aujourd’hui et qui représente surement l’une des plus belles victoires du célèbre défenseur italien.
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe du Monde en 1990 (Italie)

Finaliste de l'Euro 2000 (Italie)

4ème des Jeux Olympiques de Séoul en 1988 (Italie)

Vainqueur de la Coupe du Monde militaire en 1987 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1996 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue des champions  en 1997, 1998 et 2003 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1989 (Naples)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1999 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1987, 1990 (Naples), 1995, 1997, 1998, 2002 et 2003 (Juventus Turin) (*titre annulé en 2005)

Vice-champion d’Italie en 1988, 1989 (Naples), 1996, 2000 et 2001 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1987 (Naples) et 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la  Coupe d’Italie en 1989 (Naples), 2002 et 2004 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1990 (Naples), 1995, 1997, 2002 (non-joué) et 2003  (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1990 (Naples) et 1998 (Juventus Turin)

Vainqueur du Championnat d'Italie Allievi en 1984 (Naples)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Pallone d'Argento (Ballon d'argent italien) en 2003

À reçu le Prix Gaetano Scirea en 2003

Nommé dans l'équipe type de l'année de l'association ESM en 1997

Nommé Chevalier de l'Ordre du mérite de la République italienne en 1991 puis Officier en 2000

 
DIVERS
- À noter l'existence d'un second Ciro Ferrara, de six mois son cadet et son coéquipier lors de la saison 1986-1987 à Naples.

28/12/2018
0 Poster un commentaire

Franco Causio

Franco Causio.jpg
Franco Causio

 

Franco Causio

Né le 1er février 1949 à Lecce (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Ailier Droit, 1m70

Surnoms: "Il Barone", "Brazil"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 63 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 32 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 11 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 6 sélections)

(Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 29 avril 1972 contre la Belgique (0-0)

Dernière sélection : le 12 février 1983 contre Chypre (1-1)

 

1964/65 Lecce (ITA) 3 matchs
1965/66 Sambenedettese (ITA) 13 matchs
1966/68 Juventus Turin (ITA) 1 match
1968/69 Reggina (ITA) (Prêt) 30 matchs, 5 buts
1969/70 Palerme (ITA) (Prêt) 22 matchs, 3 buts
1970/81 Juventus Turin (ITA) 447 matchs, 72 buts
(Championnat d'Italie: 305 matchs, 49 buts)
(Coupe d'Italie: 70 matchs, 13 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 23 matchs, 3 buts)
(Coupe des Coupes: 7 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 29 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 12 matchs, 1 but)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
1981/84 Udinese (ITA) 101 matchs, 16 buts
(Championnat d'Italie: 83 matchs, 11 buts)
(Coupe d'Italie: 18 matchs, 5 buts)
1984/85 Inter Milan (ITA) 41 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 24 matchs)
(Coupe d'Italie: 10 matchs, 1 but)
(Coupe UEFA: 7 matchs, 2 buts)
1985/86 Lecce (ITA) 31 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 26 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
1986/88 Triestina (ITA) 69 matchs, 5 buts
(Championnat d'Italie: 64 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)

 

Franco Causio était un petit gabarit avec une moustache proéminente qui ne reflète absolument pas son jeu. À l'image des ouvriers du sud de l'Italie que la FIAT faisait venir à Turin pour faire tourner ses gigantesques usines, Franco est un gamin du Mezzogiorno qui quitte à 16 ans Lecce, sa ville natale, pour tenter sa chance à Turin. Il a souffert longtemps de la différence de vie et même de civilisation rencontrée. À l'âge de 17 ans, il dispute son tout premier match de Série A le 2 janvier 1968 à Montoue (0-0). Après deux saisons non concluantes, il s'endurcit en prêt à la Reggina, puis à Palerme pour revenir dans le Piémont en 1970 et obtenir toute la confiance d'Armando Picchi, qui faisait ses premières armes comme entraîneur avant sa mort prématurée. Suivent onze années de gloire, où il glane six scudetti, une Coupe UEFA et inscrit 72 buts en 447 apparitions sous le maillot bianconero. Une époque dorée, où cet ailier fantasque marque à jamais les tifosi grâce à sa technique ciselée, ses dribbles affolants et ses très bon centres. Une gestuelle élégante, dans la lignée des magiciens sud-américains, qui lui vaut de se faire surnommer "Il barone", pour son panache et ses prises de positions réactionnaires, ou encore "Brazil". Histoire de ne pas faire mentir sa réputation, Causio quittera finalement la Juve en 1981 pour l'Udinese, où il évoluera au côté du plus illustre des footballeurs brésiliens de son temps, Zico. Il est également apparu 63 fois avec la Squadra Azzurra et a participé à 3 coupes du Monde (1974, 1978 et 1982). Champion du monde lors de la dernière mais en ne prenant vraiment part qu’au premier match. Par la suite, il est devenu commentateur sportif.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1982 (Italie)

4ème de la Coupe du Monde en 1978 (Italie)

4ème de l'Euro 1980 (Italie)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1973 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1977 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d'Europe des villes de foires en 1971 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1973 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1967 (non-joué), 1972, 1973, 1975, 1977, 1978 et 1981 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1974, 1976 et 1980 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1979 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1973 (Juventus Turin)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Collier d'Or du mérite sportif en 2017


28/12/2018
0 Poster un commentaire

Claudio Gentile

Claudio Gentile.jpg
Claudio Gentile

 

Claudio Gentile

Né le 27 septembre 1953 à Tripoli (LYB)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur central, 1m78

Surnom: Kadhafi, Gento

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 71 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 32 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 13 sélections)

(Qualif Euro: 9 sélections)

(Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 19 avril 1975 contre la Pologne (0-0)

Dernière sélection : le 26 mai 1984 contre le Canada (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png olympique: 2 sélections

 

1971/72 Arona (ITA) 34 matchs, 4 buts
1972/73 Varese (ITA) 36 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie de D2: 34 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1973/84 Juventus Turin (ITA) 414 matchs, 10 buts
(Championnat d'Italie: 283 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Italie: 66 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 25 matchs)
(Coupe des Coupes: 16 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 24 matchs, 1 but)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
1984/87 Fiorentina (ITA) 98 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 70 matchs)
(Coupe d'Italie: 23 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
1987/88 Piacenza (ITA) 20 matchs

 

Il a été l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football italien. Le défenseur transalpin était réputé pour ses tacles virulents, et son agressivité sur le terrain. Né à Tripoli de parents siciliens, il a donc appris à jouer au foot dans les rues de la capitale libyenne. Pas les meilleures conditions de jeu. Il a d’ailleurs dû quitter le pays à l’âge de huit ans pour fuir le régime de Kadhafi. En Italie, il commence à Varèse, Arona, puis rejoint la Juve en 1973. Claudio Gentile devient un défenseur intraitable, qui incarne à lui seul l’art du marquage à la culotte. Il met ainsi à profit sa rage de vaincre et sa science du duel pour remporter tous les trophées majeurs nationaux et internationaux, exception faite de la Coupe d'Europe des clubs champions. Mais son chef-d’œuvre restera sans doute la Coupe du Monde 1982 disputé avec la Nazionale, où il anéanti la puissance offensive de l'Argentine de Diego Maradona et le talent du Brésil de Socrates. Mario Kempes disait de Gentile : "Si vous allez aux toilettes, Gentile vous suivera", pour qualifié le marquage de l'italien. À la fin du match opposant l’Italie à l’Argentine, Claudio se contentera, lui, de déclarer que "le football, ce n’est pas pour les danseuses ". Contre l'Allemagne, il décroche un Mondial attendu depuis près de quarante-quatre ans par la Squadra Azzura. Sa réputation de méchant italien de la décennie a fait sa gloire, mais son jeu rugueux n’a jamais dépassé les frontières du mal. Une seule expulsion en 17 ans de carrière. Et pourtant le magasine "The Times" l’a classé tout de même huitième joueur le plus "rude" de l’histoire, devant ces coéquipiers de l'époque Giuseppe Bergomi et Marco Tardelli. Il passera ensuite trois saisons à la Fiorentina avec un total de 98 matches joués malgré un passage difficile marqué par des tensions avec son entraîneur Aldo Agroppi ainsi qu’avec les tifosi de la Viola qui lui reprochaient son passé bianconero. Il raccroche les crampons à Piacenza lors de la saison 1987-1988 et entame une carrière d'entraîneur.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1982 (Italie)

4ème de la Coupe du Monde en 1978 (Italie)

4ème de l'Euro 1980 (Italie)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1984 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1977 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1984 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1973 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1975, 1977, 1978, 1981, 1982 et 1984 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1974, 1976, 1980 et 1983 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1979 et 1983 (Juventus Turin)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1982

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1980

Collier d'Or du mérite sportif en 2017

 

DIVERS


- En pleine cérémonie du Ballon d’Or que Kevin Keegan allait récupérer, l’Italien lui murmura à l’oreille: "Tu n’aurais jamais reçu ce trophée si c’était moi qui t’avait marqué".


28/12/2018
0 Poster un commentaire