FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Juventus Turin

Juventus Turin.jpg

Juventus Turin

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Juventus Turin Football Club S.p.A, Fondé le 1er novembre 1897

Surnoms: La vieille dame, Les Bianconeri, Le Zèbre, La Goeba (la bossue)

Couleurs: Blanc et Noir

Ennemis jurés: Torino, Inter Milan, FiorentinaMilan AC

Stade: Juventus Stadium (41000 places)

 

La création du club

 

En 1896, un groupe de lycéens turinois du Lycée Massimo d'Azeglio dont certains rentrent d'Angleterre, pratiquent le football, au Duca di Genova,en plein centre de Turin, l'après-midi en dehors des cours et se réunissaient autour d'un banc (existant encore aujourd'hui) sur lequel ils posaient leurs affaires, sur lequel le futur club sera crée. C'est ainsi que le 1er novembre 1897 fut fondé officiellement par les élèves de Massimo d'Azeglio (les plus âgés d'entre eux avaient 17 ans et les plus jeunes seulement 14 ans) le "Sport Club Juventus" (au départ un club omnisports). "Juventus" signifie "jeune" en latin. Les Canfari décident d'inscrire leur équipe et disputent leur première compétition officielle lors du championnat 1900. Le club italien dispute donc son premier match officiel le dimanche 11 mars 1900 contre le Football Club Torinese au Piazza d'Armi lors du groupe éliminatoire régional du championnat.

 

1905, premier titre de champion

 

C’est cette année-là que la Juventus remportera son premier titre italien après une belle et passionnante lutte à trois avec Gênes et le Milan. Le président est alors Alfredo Dick qui demande de transférer le club de Turin vers la Suisse et de l'appeler le "Jugen Fussverein". Le suisse sera stoppé à temps dans ses démarches, et sera contraint de démissionner de son poste. Il reste tout de même dans la ville et décide de former le Torino, emmenant avec lui les meilleurs joueurs étrangers. La Juventus connaîtra ensuite quelques années difficiles et, jusqu’à ce qu’éclate la première Guerre Mondiale, elle ne sera plus en mesure de concurrencer les nouvelles puissances footballistiques du moment, le Pro Vercelli et Casale.

 

Juventus Turin 1905.jpg

(haut, de gauche à droite): Armano, Walty, Mazzia

(milieu, de gauche à droite): Durante, Goccione, Diment

(bas, de gauche à droite): Barberi, Varetto, Forlano, Squire, Donna

 

1923, Les débuts de l'ère Agnelli

 

- C'est l'industriel Edoardo Agnelli (qui a fondé la FIAT) qui prend le contrôle du club. Voici le discours du nouveau président élu le 24 juillet 1923 : "Je suis reconnaissant d'avoir accepté comme un honneur la présidence, mais j'espère ne pas vous décevoir en vous confessant que je n'ai aucunement l'intention de juste l'accepter en tant que titre honorifique [...]. Nous devons nous efforcer de bien faire, mais en nous rappelant qu'une chose bien faite peut toujours être mieux faite. " Il a endossé le costume de président de 1923 à 1935. Passionné du football, il en fera d’ailleurs une machine à gagner. Assurant les joueurs du club d'être régulièrement payés avec en prime une automobile de la firme italienne, l'équipe voit alors plusieurs grands noms du football italien rejoindre le club piémontais (comme Virginio Rosetta, qui fut le premier joueur professionnel du club, au centre de l'Affaire Rosetta durant la saison 1923). Il construit un nouveau stade et aide financièrement cette nouvelle et ambitieuse Juve à remporter son deuxième Scudetto seulement 2 ans après son rachat lors de la saison 1926, en écrasant ses adversaires (20 victoires pour 5 nuls et 2 défaites). Il meurt malheureusement le 14 juillet 1935. Après le décès du Dottore Agnelli, la famille reste propriétaire de la Juventus sans en être à la présidence.

 

Edoardo Agnelli.jpg

 

1931-1935, le Quinquennat d'or

 

- Le FBC Juventus réalise une des plus grandes performances du football italien, et sans doute une des plus belles périodes de son histoire, en remportant cinq titres consécutifs (de 1930 à 1935), période qui sera surnommée le Quinquennio d'oro (en français le Quinquennat d'or). Les grands protagonistes seront l'entraîneur Carlo Carcano et les champions tels que Orsi, Caligaris, Monti, Cesarini, Bertolini, Ferrari et le buteur Felice Borel. Au-delà de sa suprématie en championnat, la Juventus sera d’un apport inestimable pour l'équipe nationale italienne, sacrée championne du Monde en 1934. Toujours durant les années 30, la Juventus fera ses premières expériences européennes en participant à la Coupe d’Europe. Les bianconeri n’auront pas de chance, mais ils atteindront tout de même les demi-finales à quatre reprises.

 

Juventus Turin 1931-1935.png

 

1947, Début de la période légendaire

 

- Giovanni Agnelli devient président de la Juventus Turin en 1947. Après la catastrophe de Superga, le 4 mai 1949, qui décime le grand Torino à la suite d’un crash aérien, Agnelli déclare: "La ville de Turin va avoir une autre grande équipe ". L’Avvocato fait venir au club trois joueurs danois qui vont redorer le blason de la Vieille Dame: Karl et John Hansen ainsi que Karl Aage Praest. Avec Boniperti et Parola, ce trio danois va contribuer à la conquête des 8ème (1950) et 9ème scudetto (1952) de la Juve.

 

Juventus Turin 1952.jpg

(haut, de gauche à droite): Parola, Præst, Mari, Piccinini, J. Hansen, Viola

(bas, de gauche à droite): K. A. Hansen, Muccinelli, Boniperti, Bertuccelli, Manente

 

1958, Trio magique et première étoile

 

- Trop sollicité par le reste de ses fonctions, Gianni Agnelli part en 1954 et laisse la place à son frère Umberto Agnelli, nouveau président. Il engage en 1957 l' argentin Omar Sivori pour une somme record à l’époque (180 millions de lires) ainsi que le Gallois John Charles. Avec eux et Boniperti la Juve à enfin son trident offensif, comparé au Milan AC et son trio Gren, Nordahl et Liedholm, le "Gre-No-Li" qui domine le calcio dans les années 50. Le résultat est immédiat, elle décroche son 10ème scudetto et sa première étoile (1958). Trois autres succès arriveront dans les années 60. Le dernier, en 1967, sous la présidence de Vittore Catella.

 

Juventus Turin.jpg

(haut, de gauche à droite: Garzena, Colombo, Mattrel, Corradi, Charles

(bas, de gauche à droite: Ferrario, Empoli, BonipertiSivori, Stivanello, Nicolé

 

1971-1993, La conquête de l'Europe

 

- Avec l’arrivée à la Présidence du mythique bianconero Giampiero Boniperti en 1971, le club enchaîne les succès et gagne tout, neuf scudetti, deux coupes d‘Italie et triomphe enfin en Europe. Plusieurs entraîneurs se succéderont à la tête de l’équipe, dont surtout Giovanni Trapattoni. Avec le "Trap", elle devient le premier club européen à gagner toutes les compétitions du vieux continent. La Juve gagne en 1977, la Coupe UEFA contre Bilbao, en 1984, la Coupe des Coupes contre Porto et en 1985, la Coupe des Clubs Champions, contre Liverpool, le 29 mai, la tragique soirée du Heysel. En y ajoutant la Coupe Intercontinentale (gagnée aux pénaltys contre l’Argentinos Juniors), plus rien ne manque au palmarès du club qui devient définitivement une grande puissance du football mondial. Pendant les années 80, la Juventus a eu les meilleurs joueurs de la planète football, un grand nombre de champions du Monde Italiens (Zoff, Scirea, Paolo Rossi,...) et surement un des plus grands joueurs le français Michel Platini, qui remportera trois fois le Ballon d’Or et terminera trois fois meilleur buteur du championnat italien. Après l'arrêt de sa carrière en 1987 et la disparition tragique de Gaetano Scirea en 1989, la transition est difficile. Les Bianconeri ne remporte plus de scudetto barrée en championnat d'abord par le grand Napoli de Diego Maradonna et ensuite par le Milan de Rijkaard, Gullit et Van Basten. Malgré tout, la Juve remporte deux fois la Coupe UEFA en 1990 contre la Fiorentina puis en 1993 contre le Borussia Dortmund.

 

Juventus Turin.jpg

(haut,de gauche à droite): BrioScirea, Favero, TacconiTardelli

(bas,de gauche à droite): Briaschi, BoniekPlatini, Bonini, P. RossiCabrini

 

1994-2006, La Triade

 

- Un autre grand cycle débutera en 1994. Luciano Moggi, Antonio Giraudo et Roberto Bettega sont nommés dirigeants de la Juventus et forment un trio unique, surnommé la "Triade" et installe au poste d'entraîneur un certain Marcelo Lippi. Il réussit la première année à décrocher le titre, neuf ans après la dernière fois, sans oublier la coupe UEFA perdu contre Parme, puis remporte la saison suivante la Ligue des Champions, dix ans après le dernier titre obtenu au Heysel, face à l’Ajax Amsterdam (victoire aux tirs aux buts). La Juve domine également en Série A et gagne deux Scudetti de plus (1997 et 1998) et deux supercoupes d‘Italie (1995 et 1997). Après un remplacement sans succès par Ancelotti, Lippi revient et gagne de nouveau, un scudetto arraché à l’Inter en 2002 puis un autre en 2003, cette même saison elle atteint de nouveau la finale de la C1, mais cette finale est encore perdue, aux tirs au but, face au Milan…d’Ancelotti. Après le départ de Lippi en Nazionale, "la Triade" décide de nommer Fabio Capello, la grande surprise de ce mercato estival 2004. C’est le premier pas vers deux nouveaux titres, avec à chaque fois des mano à mano avec le Milan et souvent des stats records. Mais le scandale Calciopoli éclate en 2006.

 

Juventus Turin.jpg

(haut,de gauche à droite): Torricelli, Conte, FerraraRavanelliPeruzzi

(bas,de gauche à droite): P. SousaPessottoDeschampsDel PieroVialli, Vierchowod

 

2006, le Scandale Calciopoli

 

- Au printemps 2006, peu avant le mondial en Allemagne, le scandale éclate à la suite de la publication dans la presse italienne (La Gazzetta dello Sport et Il Corriere della Sera) de comptes rendus d'écoutes téléphoniques ordonnées par la justice deux ans plus tôt. Le public prend connaissance des conversations de Luciano Moggi, directeur général de la Juventus, et Pierluigi Pairetto, ancien arbitre, chargé par la fédération italienne de football de sélectionner les arbitres pour les rencontres de championnat entre 1999 et 2005. Lors de ces échanges, Moggi aurait soi-disant donné ses instructions pour la désignation des arbitres pour les matchs de son équipe. À la suite des publications des conversations téléphoniques, la commission disciplinaire du football italien est saisie du dossier. Le scandale implique plusieurs clubs évoluant dans le championnat d'Italie dont la Juventus. Le procureur pense alors avoir affaire à un système "sophistiqué" visant justement à se rendre invisible aux médias et à l'opinion publique en agissant lors de phases de jeu "litigieuses", mais pas sur des actions incontestables ». Les douze membres du Conseil d'administration de la Juve, dont faisait partie Moggi ou encore l'administrateur délégué Antonio Giraudo, démissionnent le 11 mai 2006. Inculpé et accusé d'association de malfaiteurs destinée à la fraude sportive par le parquet de Naples, chargé de l'enquête, Luciano Moggi est suspendu de toute fonction sportive pour une durée de cinq ans. Le 14 juillet 2006, le tribunal sportif rend sa décision. La Juve est déchue des titres acquis dans le Calcio lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006 et ne pourra prendre part à l'édition 2006-2007 de la Ligue des champions. Elle est rétrogradée en Serie B avec 30 points de pénalit. Rebondissement le 27 octobre 2006 par suite de la décision de la Cour arbitrale du Comité national olympique italien : les clubs condamnés voient leurs pénalités réduites de façon importante, ainsi la Juventus passe de 17 à 9 points de retard.

 

Calciopoli.jpg

 

2007, Champion d'Italie de Série B

 

- Après avoir vu la Nazionale italienne être sacrée championne du Monde à Berlin en juillet, avec dans ses rangs plusieurs joueurs de la Juventus, c’est de la Serie B qu’est donc repartie la Vieille Dame l’été 2006. Si Cannavaro, Zambrotta, Thuram, Vieira ou Ibrahimovic ont quitté le navire après l’annonce de la relégation, le club a pu compter sur le soutien de joueurs qui resteront à jamais des emblèmes incontestables, à savoir Del Piero, Nedved, Buffon, Chiellini, Trezeguet, Camoranesi… Un amour inconditionnel du maillot que personne n’oubliera jamais. D’ailleurs, jamais dans l’histoire du football une équipe n’aura eu un tel niveau en deuxième division. Aidés par quelques jeunes et Didier Deschamps venu au secours de son ancien club, la Vieille Dame reussit à obtenir la montée, en finissant à la première place. Les saisons suivantes sont difficiles pour la Juve, subissant l'acharnement du corps arbitral.

 

Juventus 2007.jpg

 

2012, clap de fin pour "Pinturicchio"

 

- C'est la fin de l’aventure en bianconero d’Alessandro Del Piero. Après 19 ans passé sous le maillot de son club de coeur, le capitaine et numéro 10 de la Juventus raccroche les crampons le 13 mai 2012 lors d'un dernier match de championnat contre l'Atalanta Bergame, lors duquel il inscrit le dernier de ses 289 buts avec ce maillot. Cette saison là, il a inscrit son premier but dans le nouveau Juventus Stadium le 24 janvier, contre la Roma, devenant le seul joueur de l’histoire à avoir scoré dans les quatre stades de la Juve : Communale, Delle Alpi, Olimpico et Juventus Stadium.

 

Alessandro Del Piero.jpg

 

Depuis 2011, Le retour de la Juventinità

 

- Le club continuera à accumuler les succès après l'arrivée de l'emblème bianconero aux commandes: Antonio Conte. Il remporte trois titres consécutifs (de 2011 à 2014). Il sera remplacé après son départ surprise par Massimiliano Allegri à l'été 2014. Un choix contesté au départ qui donnera rapidement raison à ses nouveaux dirigeants en poursuivant à merveille l’excellent travail entrepris par Conte avec un triplé en Italie en 2015 (Série A-coupe-supercoupe) et une finale perdue de Ligue des Champions la même année.

 

Juventus Turin 2015.jpg

(haut, de gauche à droite): Lichtsteiner, Barzagli, Morata, Pogba, Bonucci, Buffon

(bas, de gauche à droite): Marchisio, Evra, Pirlo, Vidal, Tevez

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS NATIONALES


Champion d’Italie en 1905, 1926, 1931, 1932, 1933, 1934, 1935, 1950, 1952, 1958, 1960, 1961, 1967, 1972, 1973, 1975, 1977, 1978, 1981, 1982, 1984, 1986, 1995, 1997, 1998, 2002, 2003, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016

Vice-Champion d’Italie en 1903, 1904, 1906, 1920, 1938, 1946, 1947, 1953, 1954, 1963, 1974, 1976, 1980, 1983, 1987, 1992, 1994, 1996, 2000, 2001 et 2009

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1938, 1942, 1959, 1960, 1965, 1979, 1983, 1990, 1995, 2015 et 2016

Finaliste de la Coupe d’Italie 1973, 1992, 2002, 2004 et 2012

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1995, 1997, 2002, 2003, 2012 et 2015

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1990, 1998 et 2005

Champion de Série B en 2007

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS CONTINENTALES


Vainqueur de la Ligue des Champions en 1985 et 1996

Finaliste de la Ligue des Champions en 1973, 1983, 1997, 1998, 2003, 2015 et 2017

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1984

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1965, 1971, 1977, 1990 et 1993

Finaliste de la Coupe UEFA en 1995

Vainqueur de la coupe Intercontinentale en 1985 et 1996

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 1974

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1984 et 1996

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1999

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1963

Finaliste de la Coupe des Alpes en 1966

Vainqueur de la Coupe de l'Amitié en 1965

 

RECORDS


Plus jeune joueur: Moise Kean (ITA) 16 ans et 8 mois (le 19 novembre 2016 contre Pescara)

Plus vieux joueur: Dino Zoff (ITA) 41 ans et 76 jours (le 15 mai 1983 contre Genoa)

Buteur le plus jeune: Renato Buso (ITA) 16 ans et 304 jours (le 19 octobre 1986 contre Ascoli)

Buteur le plus vieux: Alessandro Del Piero (ITA) 37 ans et 6 mois (le 13 mai 2012 contre l'Atalanta)

Buts inscrits dans un match: 6 buts Omar Sivori (ARG) (le 10 juin 1961 contre l'Inter Milan)

But le plus rapide: 20 secondes Alessandro Del Piero (ITA) (le 1er octobre 1997 contre Manchester UTD)

Plus large victoire: Cento - Juventus 0-15 (le 6 janvier 1927)

Plus large défaite: Juventus - Torino 0-8 (le 16 novembre 1912)

Record d'achatCristiano Ronaldo (POR) 105 millions d'euros du Real Madrid (2018)

Record de vente: Paul Pogba (FRA) 105 millions d'euros à Manchester UTD (2016)

 

JUVENTUS ALL-STAR


GARDIENS

 

Dino Zoff (ITA)

Angelo Peruzzi (ITA)

Gianluigi Buffon (ITA)

Michelangelo Rampulla (ITA)

Stefano Tacconi (ITA)

Giampiero Combi (ITA)

 

DÉFENSEURS

 

Virginio Rosetta (ITA)

Gianluca Zambrotta (ITA)

Mark Iuliano (ITA)

Leonardo Bonucci (ITA)

Ciro Ferrara (ITA)

Pietro Rava (ITA)

Luis Monti (ARG/ITA)

Paolo Montero (URU)

Claudio Gentile (ITA)

Antonello Cuccureddu (ITA)

Andrea Barzagli (ITA)

Antonio Cabrini (ITA)

Carlo Parola (ITA)

Gianluca Pessotto (ITA)

Stephan Lichtsteiner (SUI)

Gaetano Scirea (ITA)

Sergio Brio (ITA)

Umberto Caligaris (ITA)

Giorgio Chiellini (ITA)

Sandro Salvadore (ITA)

Alessandro Birindelli (ITA)

Lilian Thuram (FRA)

Moreno Torricelli (ITA)

 

MILIEUX

 

Edgar Davids (HOL)

Alessio Tacchinardi (ITA)

Andrea Pirlo (ITA)

Massimo Bonini (SMA)

Marco Tardelli (ITA)

Michel Platini (FRA)

Fabio Capello (ITA)

Michael Laudrup (DAN)

Antonio Conte (ITA)

Giuseppe Furino (ITA)

Zinedine Zidane (FRA)

Luis Del Sol (ESP)

Mauro Camoranesi (ITA/ARG)

Claudio Marchisio (ITA)

Carlo Bigatto (ITA)

Pavel Nedved (RTC)

Franco Causio (ITA)

Didier Deschamps (FRA)

Angelo Di Livio (ITA)

 

ATTAQUANTS

 

Raimundo Orsi (ARG)

Pietro Anastasi (ITA)

Giampiero Boniperti (ITA)

Omar Sivori (ARG/ITA)

Gianluca Vialli (ITA)

Fabrizio Ravanelli (ITA)

Zbigniew Boniek (POL)

Roberto Bettega (ITA)

John Hansen (DAN)

Paolo Rossi (ITA)

Roberto Baggio (ITA)

Gonzalo Higuain (ARG)

David Trezeguet (FRA) 

Bruno Nicolè (ITA)

Felice Borel (ITA)

Alessandro Del Piero (ITA)

John Charles (GAL)

 

ENTRAÎNEURS

 

Giovanni Trapattoni (ITA)

Antonio Conte (ITA)

Fabio Capello (ITA)

Heriberto Herrera (PAR/ESP)

Carlo Carcano (ITA)

Marcello Lippi (ITA)

 

ÉQUIPE TYPE

 

Juventus Turin.jpg

 

Le plus capé

 

1) Alessandro Del Piero (ITA) 705 matchs (1993-2012)

2) Gianluigi Buffon (ITA) 666 matchs (2001-?) (en cours)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4585081_201502171859325.jpg

3) Gaetano Scirea (ITA) 552 matchs (1974-1988)

4) Giuseppe Furino (ITA) 528 matchs (1969-1984)

5) Giorgio Chiellini (ITA) 507 matchs (2005-?) (en cours)

6) Roberto Bettega (ITA) 482 matchs (1971-1983)

7) Dino Zoff (ITA) 476 matchs (1972-1983)

8) Giampiero Boniperti (ITA) 459 matchs (1946-1961)

9) Sandro Salvadore (ITA) 450 matchs (1962-1974)

10) Franco Causio (ITA) 447 matchs (1967-1968/1970-1981)

 

Le meilleur buteur

 

1) Alessandro Del Piero (ITA) 290 buts (1993-2012)

Alessandro-Del-Piero.jpg

2) Giampiero Boniperti (ITA) 182 buts (1946-1961)

3) Roberto Bettega (ITA) 178 buts (1970-1983)

4) David Trezeguet (FRA) 171 buts (2000-2010)

5) Omar Sivori (ITA/ARG) 167 buts (1957-1965)

6) Felice Borel (ITA) 161 buts (1932-1941/1942-1946)

7) Pietro Anastasi (ITA) 131 buts (1968-1976)

8) John Hansen (DAN) 124 buts (1948-1954)

9) Roberto Baggio (ITA) 115 buts (1990-1995)

10) Federico Munerati (ITA) 114 buts (1922-1933)

 

Autres

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS JEUNES/RÉSERVES


Champion d'Italie Primavera en 1963, 1972, 1994 et 2006 

Vainqueur de la Coupe d’Italie Primavera en 1995, 2004, 2007 et 2013 

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie Primavera en 2006 et 2007 

Finaliste de la Supercoupe d'Italie Primavera en 2004 

Vainqueur du championnat de 2nd catégorie en 1905 

Finaliste du championnat de 2nd catégorie en 1904 

Vainqueur du tournoi de Viareggio en 1961, 1994, 2003, 2004, 2005, 2009, 2010 et 2012 

Vainqueur du championnat Dante Beretti en 2002, 2004 et 2005 

Vainqueur du championnat Allievi Nazionali en 2006 

Vainqueur du championnat Giovanissimi Nazionali en 1998

 

PALMARÈS COLLECTIF


Étoile d'or au Mérite sportif en 1966

Collier d'or CONI pour Mérite sportif en 2001

À reçu la Plaque UEFA en 1988 pour avoir remporté les trois compétitions majeures de l'UEFA

 

SOURCES/RESSOURCES


- Juventus-fr

- Calciomio



17/02/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1093 autres membres