FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Roberto Baggio

Roberto-Baggio--1-.jpg

Roberto Baggio

 

Roberto Baggio

Né le 18 février 1967 à Caldogno (ITA)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, milieu offensif, 1m74, numéro 10

Surnoms: "Divin Codino", "Raffaello", "Coniglio bagnato"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 56 sélections, 27 buts

(Matchs amicaux: 21 sélections, 9 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 6 buts)

(Coupe du Monde: 16 sélections, 9 buts)

(Qualif Euro: 7 sélections, 2 buts)

(US Cup: 2 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 novembre 1988 contre les Pays-Bas (1-0)

Dernière sélection : le 28 avril 2004 contre l'Espagne (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png U16 : 4 sélections, 3 buts

 

1982/85 Vicenza (ITA) 47 matchs, 16 buts

(Championnat d'Italie de D3: 36 matchs, 13 buts)

(Coupe d'Italie: 11 matchs, 3 buts)

1985/90 Fiorentina (ITA) 136 matchs, 55 buts

(Championnat d'Italie: 95 matchs, 39 buts)

(Coupe d'Italie: 28 matchs, 15 buts)

(Coupe de l'UEFA: 13 matchs, 1 but)

1990/95 Juventus Turin (ITA) 200 matchs, 115 buts

(Championnat d'Italie: 141 matchs, 78 buts)

(Coupe d'Italie: 26 matchs, 14 buts)

(Coupe des Coupes: 8 matchs, 9 buts)

(Supercoupe d'Italie: 1 match, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 24 matchs, 13 buts)

1995/97 Milan AC (ITA) 67 matchs, 19 buts

(Championnat d'Italie: 51 matchs, 12 buts)

(Coupe d'Italie: 6 matchs, 3 buts)

(Ligue des Champions: 5 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 3 buts)

1997/98 Bologne (ITA) 33 matchs, 23 buts

(Championnat d'Italie: 30 matchs, 22 buts)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

1998/2000 Inter Milan (ITA) 59 matchs, 17 buts

(Championnat d'Italie: 42 matchs, 11 buts)

(Coupe d'Italie: 11 matchs, 2 buts)

(Ligue des Champions: 6 matchs, 4 buts)

2000/04 Brescia (ITA) 101 matchs, 46 buts

(Championnat d'Italie: 95 matchs, 45 buts)

(Coupe d'Italie: 4 matchs)

(Coupe Intertoto: 2 matchs, 1 but)

 

Il est considéré comme l'un des meilleurs attaquants italiens de l'histoire et un des plus grands footballeurs de tous les temps. Roberto Baggio, un phénomène unique dans le panorama du grand football. Personne comme lui, en Italie, est en mesure de susciter émotion, passion et soutien sans limite. Un ami des tifosi personnels, à travers les différentes équipes, admiré en mode inconditionné, la classe pure et vrai de ce joueur et par dessus tout en fait un symbole d'art et de poésie. Les graves incidents, les polémiques sur son engagement, la force d'esprit pour remonter mille fois de la difficulté, les rêves réalisés en équipe nationale en trois éditions de mondial, les buts, ses coups uniques: tout ceci fait du petit génie de Caldogno le plus prestigieux et fascinant ambassadeur du football italien dans le monde. Dans cette définition, Roberto Baggio, comme Maradona hier, est premier de cordée. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4400328_201412230502871.jpgIl est footballeur de la tête aux pieds, par sa taille moyenne (1,74 m), par sa très grande qualité technique, par son astuce et sa malice instinctives (de buteur notamment), par son art décisif du contre-pied, par la possession de l'arme absolue (vitesse, détente), donc par son pouvoir d'accélération. À cela il ajoute, sans jamais renier sa vocation de virtuose, mais dans le droit-fil de l'évolution d'un champion intelligent, une claire vision collective du jeu, l'aptitude (encore peu montrée) de la passe décisive et renversante, et l'efficience sur les coups de pied arrêtés. Roberto Baggio débute sa carrière en Serie C à l’âge de 15 ans ! Il obtient même la promotion de son équipe en Série B pour sa dernière saison au club. Ce talent précoce du football transalpin va alors gravir les échelons à vitesse grand V. Il quitte le club pour défendre les couleurs de la Fiorentina pendant cinq saisons. La consécration et la reconnaissance de son talent viendront lors de sa signature en faveur de la Juventus Turin. C’est alors le début d’une belle aventure longue de 5 saisons. Un championnat, une coupe d'Italie, une coupe de l'UEFA, un brassard de capitaine, un Ballon d'or, un titre de meilleur joueur Mondial de l'année par la FIFA, 78 buts inscrits et des débuts internationaux. Malgré ses succès, il quitte la Juventus pour le Milan AC, au grand dam des supporters. Baggio remporte un second scudetto consécutif, mais les résultats sont décevants aussi bien en Italie que sur la scène européenne. Handicapé par des blessures, Roberto Baggio quitte le club lombard pour l'équipe de Bologne. Fort d’une saison 1997-1998 pleine, avec un record personnel à 23 buts et une qualification en Coupe UEFA en 1997/98, ce talent pur retrouve un club de plus haut standing en signant à l’Inter Milan. Mais le natif de Caldogno peine alors à se faire une place de titulaire. Le duo Ronaldo-Vieri lui barre la route et une brouille avec son coach de l’époque, Marcello Lippi, lui offre une place sur le banc. Lassé de ce statut de simple remplaçant, la coqueluche de la Serie A fait ses valises et s’envole pour Brescia. Il va y passer ses quatre dernières saisons de joueur, avec à  la clé un maintien en Série A avec 45 buts en 95 rencontres de championnat. Le 16 mai 2004 à cinq minutes de la fin de la rencontre AC Milan-Brescia (4 à 2), il quitte le terrain pour la dernière fois (embrassant en larme son ami adversaire d'un soir Paolo Maldini). San Siro lui offre en guise d'adieu une interminable standing ovation. Avec l'équipe d'Italie (56 sélections et 27 buts), il participe à 3 Coupes du Monde: en 1990, 1994 et 1998 inscrivant 9 buts sur l'ensemble des compétitions. Demi-finaliste en 1990, il est au sommet de son art quatre ans après. Finaliste de la Coupe du Monde en 1994, il est aussi connu pour avoir loupé le tir au but décisif en finale face au gardien brésilien Taffarel, à Pasadena, après avoir amené l'équipe italienne jusqu'en finale avec cinq buts. Touché à la cuisse en demi-finale face à la Bulgarie, épuisé par l’intensité de la compétition et 120 minutes éreintantes face au Brésil en finale, son penalty s’envole donc dans le ciel du Rose Bowl. L’image du numéro 10 italien, la tête basse, les mains sur les hanches, fait partie de la légende de la coupe du Monde et de l’histoire du football. Ses larmes dans les bras de Franco Baresi immortalisent à ce moment là toute la souffrance d’échouer si près de son rêve d’enfant et celle du peuple italien. Lors de son troisième et dernier Mondial, celle de 1998 organisé en France, il sera tout près d’inscrire le but en or en quarts de finale face à Fabien Barthez. La suite de l’histoire, nous la connaissons. Malgré son penalty réussi, l’Italie sera une nouvelle fois battue aux tirs au but. Le destin. Probablement le joueur italien le plus aimé et le plus populaire au monde, il reste la magie du meilleur joueur italien pour ses amateurs de la fin du 20ème siècle.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1994 (Italie)

3ème de la Coupe du Monde en 1990 (Italie)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1993 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1990 (Fiorentina) et 1995 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1995 (Juventus Turin) et 1996 (Milan AC)

Vice-Champion d’Italie en 1992 et 1994 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1992 (Juventus Turin) et 2000 (Inter Milan)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1990 (Juventus Turin), 1996 (Milan AC) et 2000 (Inter Milan)

Champion de Série C1 du Championnat d'Italie en 1985 (Vicenza)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or en 1993

Onze d’or en 1993

Onze d’argent en 1995

Onze de bronze en 1994

Élu meilleur footballeur mondial de l’année FIFA en 1993

3ème meilleur footballeur mondial de l’année FIFA en 1994

Élu meilleur joueur du Championnat d’Italie en 2001

Élu meilleur espoir européen (Trophée Bravo) en 1990

Meilleur buteur de la Coupe des Coupes en 1991 (9 buts) (Juventus Turin)

2ème meilleur joueur de la Coupe du Monde en 1994

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1994

Nommé au FIFA 100

Nommé dans la Dream-Team FIFA de la Coupe du Monde en 2002

À reçu le Prix "Golden Foot" en 2003

À reçu le prix du "joueur le plus aimé" à la cérémonie des oscars italiens en 2002

À reçu le Prix "Gaetano Scirea" pour sa carrière exemplaire en 2001

Intronisé au Hall of Fame du football italien en 2011

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

Intronisé au "Walk of Fame" du sport italien en 2015

Chevalier de l'Ordre du mérite de la République italienne en 1991

Ambassadeur de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)

À reçu le "Prix mondial de la paix" décerné par l'assemblée des prix Nobel de la paix en 2010

 

DIVERS


Le 28 avril 2004, cinq ans après sa retraite internationale et à l'âge de 37 ans, il a honoré sa 56ème et dernière sélection lors d'un match de préparation à l'EURO 2004 face à l'Espagne (1-1). Seul Silvio Piola avait eu droit à un tel jubilé.

 - Son frère cadet Edy, attaquant formé à la Fiorentina, a été lui aussi footballeur professionnel de 1994 à 2009 et compte deux sélections avec l'équipe d'Italie U17.

 

 

VIDÉO




23/12/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 990 autres membres