FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Etats-Unis


Oguchi Onyewu

Oguchi Onyewu.jpg
Oguchi Onyewu

 

Oguchialu Chijioke Onyewu

Né le 13 mai 1982 à Washington (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain / https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Défenseur central, 1m95

Surnom: "Gooch", Captain America

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 69 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 28 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 21 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Gold Cup: 10 sélections, 1 but)

(Coupe des Confédérations: 5 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 13 octobre 2004 contre le Panama (6-0)

Dernière sélection : le 5 mars 2014 contre l'Ukraine (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png U20: 4 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png U17: 5 sélections, 2 buts

 

2000/01 Clemson Tigers (USA) 43 matchs, 12 buts
2002/03 FC Metz B (FRA) 9 matchs
2002/04 FC Metz (FRA) 6 matchs
(Championnat de France de D2: 3 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
2003/04 La Louvière (BEL) (Prêt) 24 matchs, 1 but
2004/09 Standard Liège (BEL) 139 matchs, 11 buts
2007 Newcastle United (ANG) (Prêt) 11 matchs
2009/11 Milan AC (ITA) 1 match
(Ligue des Champions: 1 match 
2011  FC Twente (HOL) 14 matchs
(Championnat des Pays-Bas: 8 matchs)
(Coupe des Pays-Bas: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
2011/13 Sporting CP (POR) 30 matchs, 5 buts
(Championnat du Portugal: 17 matchs, 4 buts)
(Coupe du Portugal: 5 matchs)
(Coupe de la ligue portugaise: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
2012/13  Málaga (ESP) (Prêt) 9 matchs, 2 buts
(Championnat d'Espagne: 2 matchs)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 3 matchs)
2013/14 Queens Park Rangers (ANG)
2014 Sheffield Wednesday (ANG) 19 matchs, 1 but)
(Championnat d'Angleterre de D2: 18 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 1 match, 1 but)
2014/15 Charlton Athletic (ANG) 3 matchs
2017 Philadelphia Union (USA) 22 matchs, 1 but

 

Passé à la postérité après s'être battu à l'entraînement avec Zlatan Ibrahimovic, Oguchi Onyewu a fait partie des joueurs les plus musclés de la planète foot. Plus déménageur – 1m 95 pour 91 kg – que footballeur, l'international américain (69 sélections) a tout de même connu une très belle carrière. Né à Washington de parents d'origine nigériane, ce beau bébé est élevé dans le pays de l'Oncle Sam et apprend très vite à jouer de son physique de guerrier. Après avoir poursuivi sa formation à l'université de Clemson, il débarque en France au FC Metz où il débute sa carrière professionnelle. Malgré ses remises en jeu qui atteignaient systématiquement le milieu du terrain, le défenseur n'a joué que trois petits matchs de championnat en Moselle durant la saison 2002-2003. C'est en Belgique qu'il va se forger un nom. Après un prêt à La Louvière, il s'impose et brille au Standard de Liège, avec lequel il décroche deux titres de champion de Belgique. Un événement pour les Standard-men qui n'avaient plus goûté à cette joie depuis 25 ans. Ses performances dans les travées de la Jupiler League lui permettent de signer au Milan AC, tombé sous le charme rugueux du stoppeur US. Malgré tout, il ne dispute qu'un seul match au sein de l'écurie rossonera pour cause de rupture des ligaments du genou. Il se relance ensuite au FC Twente, enchaîne au Sporting Portugal puis enfile le maillot de Malaga à neuf reprises en 2012, pour seulement deux apparitions en Liga. Un dernier passage de quelques années en Premier League avant de mettre un terme à sa carrière aux États-Unis, le pays qui lui a permis de jouer deux Coupes du Monde (2006 et 2010).

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Gold Cup en 2005, 2007 et 2013 (Etats-Unis)

Finaliste de la Gold Cup en 2011 (Etats-Unis)

Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2009 (Etats-Unis)

Champion de Belgique en 2008 et 2009 (Standard Liège)

Vice-champion de Belgique en 2006 (Standard Liège)

Vice-champion des Pays-Bas en 2011 (FC Twente)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 2011 (FC Twente)

Finaliste de la Coupe du Portugal en 2012 (Sporting CP)

Vainqueur de la Supercoupe de Belgique en 2008 (Standard Liège)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur américain de l'année en 2006

Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat de Belgique en 2005 et 2008


14/05/2020
0 Poster un commentaire

Alexi Lalas

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4801085_201505073410605.jpg

Alexi Lalas

 

Panayotis Alexander Lalas

Né le 1er juin 1970 à Birmingham (USA)

Etats-Unis.png Américain, défenseur central, 1m91

Surnom: "Alexi"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 96 sélections, 9 buts

((Matchs amicaux: 48 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Gold Cup: 12 sélections, 1 but)

(Copa America: 9 sélections, 1 but)

(US Cup: 11 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 12 mars 1991 contre le Mexique (2-2)

Dernière sélection : le 30 mai 1998 contre l'Écosse (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png olympique: 10 sélections, 3 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png espoirs: 11 sélections

 

1988/91 Rutgers Scarlet Knights (USA)

1994/96 Calcio Padoue (ITA) 47 matchs, 3 buts

(Championnat d'Italie: 44 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

1996/97 New England Revolution (USA) 57 matchs, 3 buts

1997 CS Emelec (EQU)

1997/99 New-York MetroStars (USA) 25 matchs, 2 buts

1999 Kansas City Wizards (USA) 30 matchs, 4 buts

2001/04 Los Angeles Galaxy (USA) 69 matchs, 7 buts

 

Facilement reconnaissable à ses longs cheveux roux et à son généreux bouc hirsute, ce rockeur néo-hippie starifié à la Coupe du Monde aux Etats-Unis en 1994 est l'une des plus grandes icônes nationales du soccer aux USA. Il fut aussi le premier footballeur nord-américain à évoluer en Série A. Sur le terrain ou en coulisse, il accompagnait son développement avec passion et charisme sans "jamais se prendre au sérieux" celui qui se définissait lui même comme un "homme de spectacle". Alexi Lalas touche ses premiers ballons au sein du collège Cranbrook Kingswood à Bloomfield Hills dans une petite bourgade du Michigan non loin de Détroit. Alexi Lalas.jpgÀ l'époque, il partage son temps entre le football et le hockey sur glace, deux sports dans lequel il perfectionne ses compétences et surpasse déjà tout ses camarades, au point d'être nommé joueur de l'année de l'école secondaire du Michigan et d'être convoqué pour la Ligue de Hockey de l'Ontario. Il privilégiera finalement le football mais sa formation de hockeyeur lui permet de se tailler un physique de bucheron. Ses adversaires lui reprocheront d'ailleurs de jouer comme un joueur de hockey, du fait de ses coups d'épaule rugueux et de son impact physique permanent. En 1988, il rejoint la Rutgers Scarlet Knights, équipe de l'université de Rutgers, et révèle tout son potentiel. Durant quatre ans, Lalas devient le meilleur stoppeur et l'une des principales attractions du New Jersey. Il atteint avec les Scarlet le Final Four NCAA en 1989 et le championnat national universitaire en 1990. C'est tout naturellement que la sélection des Etats-Unis lui ouvre la porte lors d'un match contre le Mexique (2-2) dans le cadre du championnat nord-américain des nations. À cette période, aucun championnat professionnel n'existe aux États-Unis, il se consacre uniquement à l'équipe nationale, qui prépare la Coupe du Monde 1994 à domicile. L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit de prouver au Monde du football le bon niveau du soccer américain. Et ce sera lui le porte-drapeau pour représenter ce sport mineur au pays du fameux triptyque basket, base-ball, football américain. Justement, Alexi Lalas et la sélection américaine ne déçoivent pas puisqu'ils atteignent les huitièmes de finale du tournoi, battus de justesse (1 but à 0) par le Brésil, futur vainqueur. Pion essentiel de la sélection emmenée par Bora Milutinović et titulaire lors des quatre rencontres des Stars and Stripes, le footballeur américain de l’année en 1995 sera aussi de la grand-messe quatre ans plus tard en France pendant la Coupe du Monde 1998 où il restera malgré tout sur le banc. Trônant au milieu de sa défense, Lalas marque les esprits par ses remarquables prestations sur le terrain et par son look détonnant qui fait de lui la coqueluche des médias. Entre les deux rendez-vous mondiaux, Lalas s’est offert une belle aventure en Italie entre 1994 et 1996 et devient le premier américain à fouler les pelouses de la Série A. À Padoue, il devient l'un des chouchous des supporters Biancoscudati et montre une combativité remarquable. Il dispute 44 matches de championnat en 1994/1995 et se permet même le luxe de marquer contre les deux Milan. Le 25 juin 1995, la Major League Soccer signe un contrat avec Lalas pour qu'il intègre une des nouvelles franchises du championnat américain. La MLS ne débutant que l'année d'après, il est laissé à disposition de Padoue pour le début de la saison 1995-1996. Il joue son dernier match sur le sol européen le 25 février 1996 contre la Lazio Rome. Revenu sur ses terres, il porte successivement les couleurs des New England Revolution, des MetroStars, des Kansas City Wizards entrecoupé d'un séjour sans saveur en Equateur et finalement, après deux ans d’arrêt pour se consacrer à sa musique et à sa tournée américaine, trois saisons d’épilogue à Los Angeles, au Galaxy. Il y gagnera deux coupes nationales, mais ne retrouvera jamais la Team USA, laissant son compteur à 96 sélections. À partir de 2003, Lalas décide de troquer le short et le maillot de footballeur pour le costume de dirigeant de club puisqu'il a occupé des fonctions à San José, New-York puis Los Angeles avant de s'arrêter définitivement en 2012 pour se consacrer à sa famille et surtout à sa musique, l’autre grand amour de Lalas. Un artiste qui avait conscience de son personnage et qui assumait parfaitement son côté fantasque à l'époque. Il est évident alors de placer le nom d’Alexi Lalas parmi les légendes qui ont permis d’exposer et de faire aimer ce sport à un pays qui n’en avait que faire.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Gold Cup en 1993 et 1998 (Etats-Unis)

3ème de la  Gold Cup en 1996 (Etats-Unis)

4ème de la Copa America en 1995 (Etats-Unis)

Champion des Etats-Unis en 2002 (Los Angeles Galaxy)

Vainqueur de la Lamar Hunt U.S Open Cup en 2001 (Los Angeles Galaxy)

Vainqueur de la MLS Supporter’s Shield en 2002 (Los Angeles Galaxy)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur de l’année de la zone CONCACAF en 1995

Élu footballeur américain de l’année en 1995

Élu joueur de l’année Honda en 1995

Vainqueur du Trophée Hermann en 1991

Nommé dans l'équipe type de l'année en MLS en 2002

 

DIVERS


- Lalas était le guitariste et la voix des Gypsies, qui ont enregistré deux albums: "Woodland" et "Jet Lag", et font la première partie de Hootie & the Blowfish sur leur tournée européenne en 1998. Cette même année, il a sorti un album de musique intitulé "Ginger" sur le label CMC International.

 

VIDÉO



08/04/2020
0 Poster un commentaire

Tony Meola

Tony Meola.jpg
Tony Meola

 

Antonio Michael Meola

Né le 21 février 1969 à Kearny (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain, Gardien de but, 1m86

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 100 sélections

(Matchs amicaux: 68 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Gold Cup: 10 sélections)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections)

(US Cup: 7 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 10 juin 1988 contre l'Equateur (0-3)

Dernière sélection : le 11 avril 2006 contre la Jamaïque (1-1)

 

1988/89 Virginia Cavaliers (USA)
1990 Brighton & Hove Albion (ANG) (Prêt) 2 matchs
1990 Watford (ANG) (Prêt)
1991 Fort Lauderdale Strikers (USA) (Prêt) 7 matchs
1992/94 Équipe nationale des Etats-Unis
1994/95 Buffalo Blizzard (USA) (indoor) 12 matchs
1995 Long Island Rough Riders (USA) 14 matchs
1996/98 MetroStars (USA) 90 matchs
1999/2004 Kansas City Wizards (USA) 125 matchs
2005/06 MetroStars (USA) 35 matchs
2007/08 New Jersey Ironmen (USA) (indoor) 24 matchs

 

Entre 1988 et 2006, Tony Meola a honoré pas moins de 101 sélections avec les Etats-Unis. Ce portier monté sur ressorts, numéro un lors du Mondial en Italie en 1990 (plus jeune capitaine) et à domicile en 1994 (éliminé en huitièmes de finale par le Brésil de Bebeto), est considéré comme le père spirituel des Kasey Keller, Brad Friedel (dont il était le suppléant à Corée/Japon 2002) et autres Tim Howard. Sa carrière, qui a couvert pratiquement deux décennies, l'a vu effectuer un bref passage pour se faire la main en Angleterre, avec Brighton and Hove Albion et Watford, avant de rentrer au pays pour participer au développement du championnat national et remporter la MLS Cup avec les Kansas City Wizards en 2000. De manière étonnante, Meola s'est forgé une réputation de figure du soccer - qui se traduit par des contrats fructueux et même une publicité télévisée - en gardant les buts de sa sélection nationale entre 1992 et 1994, et non dans un club étranger, en Europe ou en Amérique latine. Une fabuleuse aventure pour l'adolescent de Kearny, dans le New Jersey, berceau du soccer américain où ont également grandi ses coéquipiers en sélection John Harkes et Tab Ramos, dont la passion pour le football s'explique par ses origines italiennes et particulièrement par son père, Vincent, joueur d'Avellino dans les années soixante venu s'installer en Amérique pour y exercer le métier de barbier. Jamais rassasié, le meilleur gardien du championnat en 2000 raccroche les crampons à 39 ans les couleurs des New Jersey Ironmen dans le championnat de football en salle américain (MISL).

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Gold Cup en 1991 et 2002 (Etast-Unis)

Finaliste de la Gold Cup en 1993 (Etats-Unis)

3ème de la Coupe des Confédérations en 1992 (Etats-Unis)

Champion des Etats-Unis en 2000 (Kansas City Wizards)

Vice-champion des Etats-Unis en 2004 (Kansas City Wizards)

Vainqueur de la MLS Supporters' Shield en 2000 (Kansas City Wizards)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 2004 (Kansas City Wizards)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l'année de MLS en 2000

Élu meilleur gardien de but de l’année de MLS en 2000

Élu homme du match de la finale de MLS Cup en 2000

Vainqueur du Trophée Hermann en 1989

Vainqueur du Trophée du retour de l’année en MLS en 2000

Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat des Etats-Unis en 2000

Nommé dans l'équipe type de tous les temps de MLS en 2006

Intronisé au National Soccer Hall of Fame en 2012

 

DIVERS


- En 1993, un jeu vidéo sort sur Super NES intitulé "Tony Meola's Sidekicks Soccer".

- Tony Meola avait tenté de se mettre au football américain. Après la Coupe du Monde 1994, il annonce à son sélectionneur de l'époque, Bora Milutinović, qu'il met provisoirement un terme à sa carrière de footballeur pour s'adonner à son homologue ovale. Tout à côté de son New Jersey natal, la franchise des New York Jets se montre intéressée et signe le gardien de but pour le mettre à l'essai pendant la pré-saison. Sans grand succès. Volontaire mais trop limité techniquement, Tony Meola prend part à trois matchs de préparation. Malheureusement pour lui, le gardien de but est finalement libéré par les Jets avant même que la saison ne commence.


10/02/2019
0 Poster un commentaire

Bert Patenaude

Bert Patenaude.png
Bert Patenaude

 

Bertram Albert Patenaude

Né le 4 novembre 1909 à Fall River (USA)

Décédé le 4 novembre 1974 à Fall River

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain, attaquant

Surnom: "Bert"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 4 sélections, 6 buts

(Match amical: 1 sélection, 2 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 13 juillet 1930 contre la Belgique (3-0)

Dernière sélection : le 17 août 1930 contre le Brésil (3-4)

 

1928 Philadelphia Field Club (USA) 8 matchs, 6 buts
1928 J&P Coats (USA) 1match
1928/31 Fall River Marksmen (USA) 114 matchs, 112 buts
1930 Newark Americans (USA) (Prêt) 5 matchs, 7 buts
1931/32 New-York Yankees (USA) 15 matchs, 9 buts
1932/33 New-York Giants (USA) 16 matchs, 25 buts
1933/34 Philadelphia German-Americans (USA)
1934/36 St. Louis Central Breweries (USA) 24 matchs, 21 buts
1936 Philadelphia Passon (USA) 22 matchs, 24 buts
 

Personne ne s’en souvient, mais Bert Patenaude a marqué l’histoire. Le 17 juillet 1930, lors du Mondial uruguayen, cet attaquant américain plante trois buts face au Paraguay, devenant ainsi le premier joueur à inscrire un triplé en Coupe du Monde. Fait de gloire réédité deux jours plus tard par l'argentin Guillermo Stabile lors du premier tour face au Mexique, qui a longtemps était considéré comme le premier coup du chapeau inscrit lors d'une Coupe du Monde par la communauté internationale du football. Sans un consensus organisé de qui à marqué le deuxième but américain, l'exploit de Patenaude a longtemps possédé un astérisque de facto placé à côté de lui. Bert Patenaude.pngTout commence dans le très historique Massachusetts ou Bertram Albert Patenaude né le 4 novembre 1909 d’ascendance Française (comme son nom l’indique). À l’époque ou vrombissent les premières Fords sortie des usines, Fall River est une petite ville industrielle vivant de l'industrie textile. Ceux qui travaillaient dans les usines étaient pour la plupart des immigrants irlandais, canadiens français et portugais. Ils ont apporté avec eux leur culture et leurs passe-temps. Le football était un dénominateur commun de nombreux résidents de la ville. Patenaude va taper ses premiers ballons en cuir à la même époque qu’un de ses futurs partenaires de sélection nationale : Billy Gonçalves. Ensemble ils connaîtront les mêmes émotions. Comme par exemple celle du changement de statut en signant professionnel, "Bertie" l’attaquant à Philadelphie et Billy le milieu de terrain Portugais d’origine au Lusitania Recreation Club de Boston. Mais leur talent sont tels qu’ils sont assez vite réunis et font le bonheur du club local des Fall River Marksmen. À eux deux, ils totalisent 101 buts, et sont dès lors au centre des attentions du sélectionneur américano-écossais de l’époque, Bob Millar. Sans autre forme de procès, ils sont tout deux convoqués avec la sélection américaine qui se prépare en secret à un grand événement. Le CIO et la FIFA s’étant disputées sur la suite à donner au tournoi olympique, la FIFA qui réclame à grand cris son propre tournoi, confie à l’Uruguay l’organisation d’un événement planétaire : la coupe du Monde de football. Ce n’est pas sans une certaine curiosité que l’Uruguay accueille les Etats-Unis en ce mois de juillet 1930. Au menu se profile le groupe D avec la Belgique qui fait figure de favori, et le Paraguay redoutable adversaire qui termine second de la Copa America l’année précédente. Moins d’un an après le crash boursier de 1929, on imagine que les Américains ont d’autres chats à fouetter. Le terrain prouve le contraire ! Le 13 Juillet 1930 dans le Gran Parque Central plein à ras bord, les Belges quart-de-finaliste des jeux Olympiques ne tardent pas pour inscrire leur premier but. Mais le système défensif américain est au point, et c’est le duo d’attaque Bartholomew McGhee et Bert Patenaude qui régale. Le premier marque un doublé juste avant la pause. Les Belges médusés essayent de réagir mais encaissent un dernier but de Patenaude à la dernière seconde. Quatre jours plus tard les Etats-Unis ont l’occasion de prouver que leur résultat n’est pas le fruit du hasard. Ils défient les Paraguayens. Fort d’un milieu intraitable ils vont pourtant devoir ramasser trois fois le ballon au fond de leur filet. Et trois fois Bert Patenaude va humilier leur gardien Pedro Benitez. Durant de nombreuses années, la FIFA attribue le premier et le dernier but US à Bert Patenaude et le second contre son camp à son adversaire du jour le paraguayen Ramon Gonzales. En novembre 2006, la FIFA clôt définitivement le débat et attribue les trois buts à Bert Patenaude, suite à l'examen de différentes preuves venant de "divers historiens et fans de football". Ce hat-trick historique de l’attaquant Américain qualifie son équipe pour les demi-finales du tournoi et marque l’histoire. Ce moment de grâce sera vite effacé par l’immense fessée reçue des Argentins qui corrigent les USA par 6 buts à 1, un score bien connu désormais. Les coéquipiers de Bert Patenaude, le Landon Donovan des années 30, sont éliminés aux portes de la finale. Ils obtiendront même la troisième place en... 1986 après que la FIFA a publié un classement rétrospectif de toutes les coupes du Monde. Pour un but de moins encaissé que la Yougoslavie, les États-Unis montent sur le podium, cinquante-six ans après. Dans un dernier baroud d’honneur, Patenaude sera de l’historique 4 buts à 3 des Américains en amical à Rio de Janeiro face au Brésil un mois plus tard. Mais ne sera plus jamais sélectionné par la suite avec les USA. Et pourtant son expérience aurait pu servir quatre ans plus tard, lorsque les Américains traversent l’Atlantique en bateau (un voyage de plusieurs semaines) pour venir participer au Mondial italien. Une élimination dès le premier match par l’Italie de Giuseppe Meazza, sur le score de 7 buts à 1. En plus de sa notoriété internationale, il prend une autre dimension avec son club et offre deux coupes nationales à son équipe en 1930 et 1931. Malheureusement, la grande dépression de 1933 va entraîner la ligue pro américaine dans sa chute et avec elle, le football aux Etats-Unis va entrer dans sa période sombre. Il raccroche les crampons en 1936 très jeune, à l'âge de 27 ans. Par la suite, il s'adonnait à la peinture et vivait sur Middle Street à l'ombre de l'imposant édifice de l'église Sainte-Anne, une église catholique dépendant du diocèse de Fall River. Il décède le 4 novembre 1974 dans sa ville natale, le jour de son 65ème anniversaire. Bert Patenaude a été intronisé au Temple de la renommée du football américain en 1971.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1930 (Etats-Unis)

Vainqueur de l'American Soccer League (ASL) en 1928, 1929 et 1930 (Fall River Marksmen)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 1930 et 1931 (Fall River Marksmen) et 1935 (St. Louis Central Breweries)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur de l’année de la CONCACAF en 1930, 1932 et 1939

3ème Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1930 (4 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1930

Intronisé au Hall of Fame du football américain en 1971



SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©USSoccer

- 2ème photo: ©FIFA


11/11/2017
0 Poster un commentaire

Internationaux Américains

GARDIENS DE BUT

 

Franck Borghi

Brad Friedel

Kasey Keller

Tony Meola

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Desmond Armstrong

Eddie Pope

Tony Sanneh

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Jeff Agoos

Marcelo Balboa

Alexi Lalas

Oguchi Onyewu

 

MILIEUX DÉFENSIFS

 

Walter Bahr

Paul Caligiuri

Thomas Dooley

John Harkes

Claudio Reyna

Tab Ramos

 

MILIEUX OFENSIFS

 

Cobi Jones

Clint Mathis

Earnie Stewart

 

ATTAQUANTS

 

Clint Dempsey

Landon Donovan

Joe Gaetjens

Joe-Max Moore

Bert Patenaude

Archie Stark

Eric Wynalda


05/08/2017
0 Poster un commentaire