FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Etats-Unis


Tony Meola

Tony Meola.jpg
Tony Meola

 

Antonio Michael Meola

Né le 21 février 1969 à Kearny (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain, Gardien de but, 1m86

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 100 sélections

(Matchs amicaux: 68 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Gold Cup: 10 sélections)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections)

(US Cup: 7 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 10 juin 1988 contre l'Equateur (0-3)

Dernière sélection : le 11 avril 2006 contre la Jamaïque (1-1)

 

1988/89 Virginia Cavaliers (USA)
1990 Brighton & Hove Albion (ANG) (Prêt) 2 matchs
1990 Watford (ANG) (Prêt)
1991 Fort Lauderdale Strikers (USA) (Prêt) 7 matchs
1992/94 Équipe nationale des Etats-Unis
1994/95 Buffalo Blizzard (USA) (indoor) 12 matchs
1995 Long Island Rough Riders (USA) 14 matchs
1996/98 MetroStars (USA) 90 matchs
1999/2004 Kansas City Wizards (USA) 125 matchs
2005/06 MetroStars (USA) 35 matchs
2007/08 New Jersey Ironmen (USA) (indoor) 24 matchs

 

Entre 1988 et 2006, Tony Meola a honoré pas moins de 101 sélections avec les Etats-Unis. Ce portier monté sur ressorts, numéro un lors du Mondial en Italie en 1990 (plus jeune capitaine) et à domicile en 1994 (éliminé en huitièmes de finale par le Brésil de Bebeto), est considéré comme le père spirituel des Kasey Keller, Brad Friedel (dont il était le suppléant à Corée/Japon 2002) et autres Tim Howard. Sa carrière, qui a couvert pratiquement deux décennies, l'a vu effectuer un bref passage pour se faire la main en Angleterre, avec Brighton and Hove Albion et Watford, avant de rentrer au pays pour participer au développement du championnat national et remporter la MLS Cup avec les Kansas City Wizards en 2000. De manière étonnante, Meola s'est forgé une réputation de figure du soccer - qui se traduit par des contrats fructueux et même une publicité télévisée - en gardant les buts de sa sélection nationale entre 1992 et 1994, et non dans un club étranger, en Europe ou en Amérique latine. Une fabuleuse aventure pour l'adolescent de Kearny, dans le New Jersey, berceau du soccer américain où ont également grandi ses coéquipiers en sélection John Harkes et Tab Ramos, dont la passion pour le football s'explique par ses origines italiennes et particulièrement par son père, Vincent, joueur d'Avellino dans les années soixante venu s'installer en Amérique pour y exercer le métier de barbier. Jamais rassasié, le meilleur gardien du championnat en 2000 raccroche les crampons à 39 ans les couleurs des New Jersey Ironmen dans le championnat de football en salle américain (MISL).

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Gold Cup en 1991 et 2002 (Etast-Unis)

Finaliste de la Gold Cup en 1993 (Etats-Unis)

3ème de la Coupe des Confédérations en 1992 (Etats-Unis)

Champion des Etats-Unis en 2000 (Kansas City Wizards)

Vice-champion des Etats-Unis en 2004 (Kansas City Wizards)

Vainqueur de la MLS Supporters' Shield en 2000 (Kansas City Wizards)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 2004 (Kansas City Wizards)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l'année de MLS en 2000

Élu meilleur gardien de but de l’année de MLS en 2000

Élu homme du match de la finale de MLS Cup en 2000

Vainqueur du Trophée Hermann en 1989

Vainqueur du Trophée du retour de l’année en MLS en 2000

Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat des Etats-Unis en 2000

Nommé dans l'équipe type de tous les temps de MLS en 2006

Intronisé au National Soccer Hall of Fame en 2012

 

DIVERS


- En 1993, un jeu vidéo sort sur Super NES intitulé "Tony Meola's Sidekicks Soccer".

- Tony Meola avait tenté de se mettre au football américain. Après la Coupe du Monde 1994, il annonce à son sélectionneur de l'époque, Bora Milutinović, qu'il met provisoirement un terme à sa carrière de footballeur pour s'adonner à son homologue ovale. Tout à côté de son New Jersey natal, la franchise des New York Jets se montre intéressée et signe le gardien de but pour le mettre à l'essai pendant la pré-saison. Sans grand succès. Volontaire mais trop limité techniquement, Tony Meola prend part à trois matchs de préparation. Malheureusement pour lui, le gardien de but est finalement libéré par les Jets avant même que la saison ne commence.


10/02/2019
0 Poster un commentaire

Bert Patenaude

Bert Patenaude.png
Bert Patenaude

 

Bertram Albert Patenaude

Né le 4 novembre 1909 à Fall River (USA)

Décédé le 4 novembre 1974 à Fall River

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain, attaquant

Surnom: "Bert"

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 4 sélections, 6 buts

 

1928 Philadelphia Field Club (USA) 8 matchs, 6 buts
1928 J&P Coats (USA) 1match
1928/31 Fall River Marksmen (USA) 114 matchs, 112 buts
1930 Newark Americans (USA) (Prêt) 5 matchs, 7 buts
1931/32 New-York Yankees (USA) 15 matchs, 9 buts
1932/33 New-York Giants (USA) 16 matchs, 25 buts
1933/34 Philadelphia German-Americans (USA)
1934/36 St. Louis Central Breweries (USA) 24 matchs, 21 buts
1936 Philadelphia Passon (USA) 22 matchs, 24 buts
 

Personne ne s’en souvient, mais Bert Patenaude a marqué l’histoire. Le 17 juillet 1930, lors du Mondial uruguayen, cet attaquant américain plante trois buts face au Paraguay, devenant ainsi le premier joueur à inscrire un triplé en Coupe du Monde. Fait de gloire réédité deux jours plus tard par l'argentin Guillermo Stabile lors du premier tour face au Mexique, qui a longtemps était considéré comme le premier coup du chapeau inscrit lors d'une Coupe du Monde par la communauté internationale du football. Sans un consensus organisé de qui à marqué le deuxième but américain, l'exploit de Patenaude a longtemps possédé un astérisque de facto placé à côté de lui. Bert Patenaude.pngTout commence dans le très historique Massachusetts ou Bertram Albert Patenaude né le 4 novembre 1909 d’ascendance Française (comme son nom l’indique). À l’époque ou vrombissent les premières Fords sortie des usines, Fall River est une petite ville industrielle vivant de l'industrie textile. Ceux qui travaillaient dans les usines étaient pour la plupart des immigrants irlandais, canadiens français et portugais. Ils ont apporté avec eux leur culture et leurs passe-temps. Le football était un dénominateur commun de nombreux résidents de la ville. Patenaude va taper ses premiers ballons en cuir à la même époque qu’un de ses futurs partenaires de sélection nationale : Billy Gonçalves. Ensemble ils connaîtront les mêmes émotions. Comme par exemple celle du changement de statut en signant professionnel, "Bertie" l’attaquant à Philadelphie et Billy le milieu de terrain Portugais d’origine au Lusitania Recreation Club de Boston. Mais leur talent sont tels qu’ils sont assez vite réunis et font le bonheur du club local des Fall River Marksmen. À eux deux, ils totalisent 101 buts, et sont dès lors au centre des attentions du sélectionneur américano-écossais de l’époque, Bob Millar. Sans autre forme de procès, ils sont tout deux convoqués avec la sélection américaine qui se prépare en secret à un grand événement. Le CIO et la FIFA s’étant disputées sur la suite à donner au tournoi olympique, la FIFA qui réclame à grand cris son propre tournoi, confie à l’Uruguay l’organisation d’un événement planétaire : la coupe du Monde de football. Ce n’est pas sans une certaine curiosité que l’Uruguay accueille les Etats-Unis en ce mois de juillet 1930. Au menu se profile le groupe D avec la Belgique qui fait figure de favori, et le Paraguay redoutable adversaire qui termine second de la Copa America l’année précédente. Moins d’un an après le crash boursier de 1929, on imagine que les Américains ont d’autres chats à fouetter. Le terrain prouve le contraire ! Le 13 Juillet 1930 dans le Gran Parque Central plein à ras bord, les Belges quart-de-finaliste des jeux Olympiques ne tardent pas pour inscrire leur premier but. Mais le système défensif américain est au point, et c’est le duo d’attaque Bartholomew McGhee et Bert Patenaude qui régale. Le premier marque un doublé juste avant la pause. Les Belges médusés essayent de réagir mais encaissent un dernier but de Patenaude à la dernière seconde. Quatre jours plus tard les Etats-Unis ont l’occasion de prouver que leur résultat n’est pas le fruit du hasard. Ils défient les Paraguayens. Fort d’un milieu intraitable ils vont pourtant devoir ramasser trois fois le ballon au fond de leur filet. Et trois fois Bert Patenaude va humilier leur gardien Pedro Benitez. Durant de nombreuses années, la FIFA attribue le premier et le dernier but US à Bert Patenaude et le second contre son camp à son adversaire du jour le paraguayen Ramon Gonzales. En novembre 2006, la FIFA clôt définitivement le débat et attribue les trois buts à Bert Patenaude, suite à l'examen de différentes preuves venant de "divers historiens et fans de football". Ce hat-trick historique de l’attaquant Américain qualifie son équipe pour les demi-finales du tournoi et marque l’histoire. Ce moment de grâce sera vite effacé par l’immense fessée reçue des Argentins qui corrigent les USA par 6 buts à 1, un score bien connu désormais. Les coéquipiers de Bert Patenaude, le Landon Donovan des années 30, sont éliminés aux portes de la finale. Ils obtiendront même la troisième place en... 1986 après que la FIFA a publié un classement rétrospectif de toutes les coupes du Monde. Pour un but de moins encaissé que la Yougoslavie, les États-Unis montent sur le podium, cinquante-six ans après. Dans un dernier baroud d’honneur, Patenaude sera de l’historique 4 buts à 3 des Américains en amical à Rio de Janeiro face au Brésil un mois plus tard. Mais ne sera plus jamais sélectionné par la suite avec les USA. Et pourtant son expérience aurait pu servir quatre ans plus tard, lorsque les Américains traversent l’Atlantique en bateau (un voyage de plusieurs semaines) pour venir participer au Mondial italien. Une élimination dès le premier match par l’Italie de Giuseppe Meazza, sur le score de 7 buts à 1. En plus de sa notoriété internationale, il prend une autre dimension avec son club et offre deux coupes nationales à son équipe en 1930 et 1931. Malheureusement, la grande dépression de 1933 va entraîner la ligue pro américaine dans sa chute et avec elle, le football aux Etats-Unis va entrer dans sa période sombre. Il raccroche les crampons en 1936 très jeune, à l'âge de 27 ans. Par la suite, il s'adonnait à la peinture et vivait sur Middle Street à l'ombre de l'imposant édifice de l'église Sainte-Anne, une église catholique dépendant du diocèse de Fall River. Il décède le 4 novembre 1974 dans sa ville natale, le jour de son 65ème anniversaire. Bert Patenaude a été intronisé au Temple de la renommée du football américain en 1971.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1930 (Etats-Unis)

Vainqueur de l'American Soccer League (ASL) en 1928, 1929 et 1930 (Fall River Marksmen)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 1930 et 1931 (Fall River Marksmen) et 1935 (St. Louis Central Breweries)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur de l’année de la CONCACAF en 1930, 1932 et 1939

3ème Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1930 (4 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1930

Intronisé au Hall of Fame du football américain en 1971


11/11/2017
0 Poster un commentaire

Joueurs Américains

GARDIENS DE BUT

 

Franck Borghi

Brad Friedel

Kasey Keller

Tony Meola

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Desmond Armstrong

Eddie Pope

Tony Sanneh

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Jeff Agoos

Marcelo Balboa

Alexi Lalas

 

MILIEUX DÉFENSIFS

 

Walter Bahr

Paul Caligiuri

Thomas Dooley

John Harkes

Claudio Reyna

Tab Ramos

 

MILIEUX OFENSIFS

 

Cobi Jones

Clint Mathis

Earnie Stewart

 

ATTAQUANTS

 

Clint Dempsey

Landon Donovan

Joe Gaetjens

Joe-Max Moore

Bert Patenaude

Archie Stark

Eric Wynalda


05/08/2017
0 Poster un commentaire

Archie Stark

Archie Stark.png
Archie Stark

 

Archibald McPherson Stark

Né le 21 décembre 1897 à Glasgow (ECO)

Décédé le 27 mai 1985 à Kearny (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain / https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5083067_201508290140447.png Écossais, Attaquant

Surnom: Archie

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 2 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 2 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : le le 27 juin 1925 contre le Canada (0-1)

Dernière sélection : le 8 novembre 1925 contre le Canada (6-1)

 

1912/16 Kearny Scots (USA)

1916/17 Babcock & Wilcox (USA)
1917 West Hudson (USA)
1918 Première Guerre Mondiale
1919 Paterson FC (USA)
1919/21 Erie AA (USA)
1921/24 New York Field Club (USA) 80 matchs, 56 buts
(Championnat des Etats-Unis: 69 matchs, 45 buts)
(Coupe des Etats-Unis: 11 matchs, 11 buts)
1924/30 Bethlehem Steel (USA) 250 matchs, 275 buts
(Championnat des Etats-Unis: 221 matchs, 240 buts)
(Coupe des Etats-Unis: 19 matchs, 20 buts)
(Coupe de la ligue américaine: 10 matchs, 15 buts)
1930 Fall River Marksmen (invité)
1930/32 Newark Americans (USA) 50 matchs, 23 buts
(Championnat des Etats-Unis: 42 matchs, 18 buts)
(Coupe des Etats-Unis: 8 matchs, 5 buts)
1933/34 Kearny Irish (USA) 25 matchs, 22 buts
 
Surement le buteur le plus prolifique de l'histoire du soccer américain. Ce lauréat toutes catégories se nomme Archibald McPherson Stark, né à Glasgow en 1897 avant d’arriver aux États-Unis à l’âge de 13 ans avec sa famille et son frère Tommy, lui aussi promis au ballon rond. Il s’est rapidement illustré sur les terrains avant de servir l’armée américaine durant la Première Guerre mondiale. Il était dans la fleur de l’âge en 1921, lors du lancement du premier championnat reconnu comme une D1, l'American Soccer League, où il a empilé les buts, tour à tour en tant qu’ailier droit avec le New York Field Club, puis comme avant-centre de Bethleem Steel, et enfin Newark Americans en fin de carrière. Son record de 70 buts lors de la saison 1924/25 a tenu un peu moins de 40 ans, battu de deux buts par l'argentin Lionel Messi lors de la saison 2011/2012. Pour diverses raisons, il n’a joué que deux fois en équipe nationale américaine, avec laquelle il a inscrit cinq buts. Il a notamment décliné sa sélection pour la Coupe du monde 1930 en Uruguay pour des raisons commerciales, puisqu'il a été invité pour la tournée européenne de Fall River. Après l'effondrement de la première American Soccer League en 1932, il signe à Kearny Irish et participe à la deuxième ASL avant de raccrocher les crampons en 1934. Il décède le 27 mai 1985 à l'âge de 87 ans.
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'American Soccer League en 1927 (Bethlehem Steel)
Finaliste de l'American Soccer League en 1925 (Bethlehem Steel)
Finaliste de la National Association Football League en 1916 (Kearny Scots)
Vainqueur de la National Challenge Cup en 1926 (Bethlehem Steel)
Vainqueur de l'Eastern Soccer League en 1929 et automne 1929 (Bethlehem Steel)
Vainqueur de l'American Cup en 1915 (Kearny Scots)
Finaliste de l'American Cup en 1916 (Kearny Scots)
Vainqueur de la Lewis Cup en 1928 (Bethlehem Steel)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu Joueur de l'année CONCACAF en 1924 et 1925
Meilleur buteur de l'American Soccer League en 1924 (21 buts) (New York Field Club) et 1925 (67 buts) (Bethlehem Steel)
Intronisé au Hall of Fame du soccer américain en 1950

05/08/2017
0 Poster un commentaire

Paul Caligiuri

Paul Caligiuri-.jpg
Paul Caligiuri

 

Paul David Caligiuri

Né le 9 mai 1964 à Westminster (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png Américain, défenseur/milieu défensif, 1m80

Surnom: "Shot heard round the world"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4935715_201506233112492.png 110 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 66 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections, 1 but)

(Gold Cup: 8 sélections)

(Copa America: 8 sélections)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections)

(Coupe Kirin: 2 sélections)

(US Cup: 8 sélections)

 

1ère sélection : le 9 octobre 1984 contre Salvador (3-1)

Dernière sélection : le 16 novembre 1997 contre Salvador (4-2)

 

1982/85 UCLA Bruins (USA)

1986 San Diego Nomads (USA) 10 matchs, 2 buts

1987/88 Hambourg SV (ALL)

1988/90 SV Meppen (ALL) 45 matchs, 1 but

1991 Hansa Rostock (ALL) 22 matchs

1991/92 SC Fribourg (ALL) 18 matchs

1995 Los Angeles Salsa (USA)

1995/96 FC Sankt-Pauli (ALL) (Prêt) 15 matchs

1996 Columbus Crew (USA) 25 matchs, 3 buts

1997/2001 Los Angeles Galaxy (USA) 136 matchs, 8 buts

 

L'un des pionnier du football américain. Mais Paul Caligiuri est surtout connu pour son but vainqueur surnommé "Shot heard round the world ". Le 19 novembre 1989, les Etats-Unis dispute une rencontre décisive à Trinitad. La victoire est impérative, sinon les "States" seront privé de Mondial et, dans l'optique de la Coupe du Monde de 1994 que les Américains doivent organiser, une élimination serait synonyme de catastrophe. Une demi-heure de jeu, Caligiuri ajuste un tir lointain et marque. Un but qui vaut de l'or. Paul Caligiuri.jpgEt surtout, une récompense suprême pour un joueur de talent qui demeure le premier Américain à émigrer en Europe. Formé à UCLA, dans le championnat universitaire américain, il est nommé deux fois à la NCAA All-American et également capitaine des Bruins. Sorti diplômé, il joue une saison en Western Soccer Alliance avec les San Diego Nomads et obtient le titre du meilleur joueur américain de l'année en 1986. Un talent qui attire les convoitises des clubs européens. Un passage à Hambourg, puis en deuxième division, à Meppen, a aguerri ce défenseur solide et élégant. Il part en Allemagne de l'Est et signe au Hansa Rostock où il remporte le championnat. Il décide aussi de servir la cause nationale, signant un contrat à plein temps en 1990 avec la fédération américaine. Pendant plusieurs saisons, la sélection lui fait office de club. Il connaît sa première sélection avec les américains quelques années auparavant, le 9 octobre 1984 face au Salvador. Il dispute les deux Coupes du Monde (1990 et 1994) et les Jeux Olympiques de Séoul en 1988. Lors du Mondial en Italie, le milieu de terrain inscrit le premier but de la sélection américaine en Coupe du Monde depuis près de 40 ans, marqué lors d’une défaite (5 buts à 1) face à la Tchécoslovaquie. Il est également capitaine lors du Mondial organisé sur le sol américain. Après la compétition, il revient en Allemagne et signe au SC Fribourg. Une saison plus tard, il repart au Etats-Unis et signe à Los Angeles, alors en deuxième division américaine. Il garde la forme pour les matchs de la sélection et donne une bonne partie de son salaire aux victimes de l'attentat d'Oklahoma City. Le club le prête une année à Sankt-Pauli puis revient débuter dans la toute nouvelle Major League Soccer. En dépit d'un contrat stipulant qu'il devait jouer pour le club de sa ville où il résidait, les Los Angeles Galaxy, Caligiuri fut assigné aux Columbus Crew. Il s'opposa à la décision de la MLS, et après une bataille légale durant sa saison avec Crew, il fut drafté à Los Angeles à partir de 1997. Il y jouera jusqu'à sa retraite en 2001. En sélection nationale, il participe à 110 rencontres en l'espace de 14 ans. Après sa carrière, il est affecté entraîneur des équipes féminines et masculines de l'Université d'État Polytechnique de Californie à Pomona. Il entraînera les féminines jusqu'en 2005 et les hommes jusqu'en 2008. Il a aussi été retenu pour un "All-Star Game" par la FIFA en 1986, suprême honneur pour un joueur méconnu.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Gold Cup en 1991 (Etats-Unis)

3ème de la Gold Cup en 1996 (Etats-Unis)

4ème de la Copa America en 1995 (Etats-UNis)

3ème de la Coupe des Confédérations en 1992 (Etats-Unis)

Vainqueur de la Ligue des Champions de la CONCACAF en 2000 (Los Angeles Galaxy)

Champion de RDA en 1991 (Hansa Rostock)

Vainqueur de la Coupe de RDA en 1991 (Hansa Rostock)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 1991 (Los Angeles Galaxy)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur de l’année de la zone CONCACAF en 1989

Élu footballeur américain de l'année en 1986

Nommé dans l'équipe type de l'année de la NCAA All-American en 1985 et 1986

Nommé dans l'équipe type du 20ème siècle des universités de football américain

Intronisé au National Soccer Hall of Fame en 2004

 

VIDÉO




14/09/2015
0 Poster un commentaire

Etats-Unis

Palmarès

 

Championnat des Etats-Unis (MLS Cup)

MLS Supporters' Shield

 

North American Soccer League (NASL)
United Soccer League (USL)
? National Independent Soccer Association (NISA) ?
? USL Division III ?
Premier Development League (PDL)
National Premier Soccer League (NPSL)
American Premier Soccer League (APSL)
American Soccer League (ASL)
Gulf Coast Premier League (GCPL)

 

 

Championnat des Etats-Unis/North American Soccer League (NASL) (1967-1984)

American Football Association (AFA) (1884-1924)

American Soccer League (ASL) (1921-1933)

A-League (1995-2004)

USL First Division (2005-2010)

USL Second Division (1995-2010)

USSF Division 2 Professional League (2010)

Lone Star Soccer Alliance (1987-1992)

Trans-Atlantic Challenge Cup (1980-1984)

International Soccer League (1960-1965)

Coupe des Etats-Unis (Lamar Hunt US Open Cup)

National Amateur Cup

American Cup (1885-1924)

Meilleur joueur de l'année de MLS

Meilleur joueur de l'année de la Major League Soccer (ESPY Award)

Footballeur américain de l'année

Trophée Hermann

Footballeur de l'année Fútbol de Primera

Meilleur gardien de but de l'année de MLS

Trophée du retour de l'année en MLS

 

Les clubs

 

Clubs de seconde zone / clubs disparus / clubs amateurs

Chicago Fire

Colorado Rapids

Columbus Crew

Cosmos New York

FC Dallas

DC United

Fort Lauderdale Strikers

Los Angeles Galaxy

New England Revolution

New-York City

New-York Red Bulls

Portland Timbers

Real Salt Lake

Seattle Sounders

Sporting Kansas City

FC Toronto


08/07/2015
0 Poster un commentaire