FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Dominique Rocheteau

Dominique Rocheteau.jpg

Dominique Rocheteau

 

Dominique Rocheteau

Né le 14 janvier 1955 à Saintes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, avant-centre/ailier droit, 1m77

Surnom: "L'ange vert"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 49 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 20 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 11 sélections, 5 buts)

(Coupe du Monde: 10 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 3 septembre 1975 contre l'Islande (3-0)

Dernière sélection : le 21 juin 1986 contre le Brésil (1-1)

 

1972/80 Saint-Etienne (FRA) 197 matchs, 56 buts

(Championnat de France: 153 matchs, 51 buts)

(Coupe de France: 23 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 14 matchs, 3 buts)

(Coupe des Coupes: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)

1980/87 Paris SG (FRA) 255 matchs, 100 buts

(Championnat de France: 204 matchs, 83 buts)

(Coupe de France: 39 matchs, 14 buts)

(Challenge des champions: 1 match)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)

(Coupe des Coupes: 6 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 3 buts)

1987/89 Toulouse FC (FRA) 70 matchs, 14 buts

(Championnat de France: 60 matchs, 11 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)

 

Dominique Rocheteau est un des joueurs les plus emblématiques du football français et de la grande équipe de Saint-Etienne. Les cheveux au vent, la tunique verte sur le dos il acquit un surnom qui a été parfois lourd à porter: "l'Ange vert". Tout au long de sa carrière, il s'est battu pour promouvoir un football dénué de coups bas et pas encore perverti par l'argent. Né le 14 janvier 1955 à Saintes en Charente-Maritime, il grandit à Étaules, village ostréicole situé à 15 km de là. En 1966, le gamin débute dans les rangs de l'équipe locale. Ses talents de dribbleur et de buteur bluffent ceux qui le suivent de près. À commencer par Pierre Garonnaire, recruteur des Verts de Saint-Étienne. Arrivé dans le Forez à l'âge de 17 ans, il joue son premier match pro un an plus tard (le 29 septembre 1972) contre Nancy. Dominique Rocheteau.jpgIl ne peut prendre vraiment part aux magnifiques doublés coupe-championnat de 1974 et 1975, ne jouant que quelques matchs à cause de multiples blessures. Enfin remis, il explose littéralement l'année suivante et s'affirme comme un titulaire indiscutable au sein de l'attaque stéphanoise. Il devient rapidement l'une des coqueluches du public, en particulier des supportrices qui craque pour sa belle petite gueule et sa crinière bouclée. Quelques mois plus tard, il est un des héros du mémorable match retour des quarts de finale de la Coupe d'Europe des clubs champions contre les ukrainiens du Dynamo Kiev. Il inscrit le but de la qualification dans les prolongations à la suite d'un débordement stratosphérique et d'un centre en retrait de Patrick Revelli. Pour la petite histoire, il demandait à quitter le terrain quelques minutes auparavant, complètement épuisé. Robert Herbin lui a juste demandé de rester à l'affût d'un bon ballon. On connaît la suite. À Eindhoven, pour les demi-finales, comme ses camarades, il résiste pour défendre le but d'avance acquis à Geoffroy-Guichard. Il marque même un but qui est refusé pour un hors-jeu contestable. Cela n'empêche pas les Verts de se qualifier pour la finale. Malheureusement, à une demi-heure de la fin du match, il ressent une violente douleur à la jambe et cette blessure, un claquage, est bien plus grave qu'il n'y parait. Il ne peut se rétablir à temps et ne dispute que les huit dernières minutes de la finale. Insuffisant pour permettre aux Verts de gagner ce maudit match. En une année, Dominique Rocheteau accède au rang de star, l'une des premières du football qui fait jeu égal avec celles de la chanson et du cinéma. Sa carrière est alors bien lancée et jusqu'en 1980, il fait les beaux jours de l'ASSE. Après les titres de champion de 1974, 1975 et celui plus abouti de 1976, il remporte la Coupe de France en 1977 avec les Verts. Il réalise en 1978-79 sa meilleure saison avec vingt-quatre buts inscrits et pourtant au fil des mois ses rapports avec les dirigeants stéphanois se détériorent. Bien qu'il garde la confiance de Robert Herbin, Rocheteau sent une réserve à son égard au sein de la direction du club et préfère partir au Paris Saint-Germain qui lui propose de quitter son aile droite pour un poste d'avant-centre. Lui qui se sentait bloqué dans son rôle d'ailier voit là l'occasion de donner un tournant à sa carrière. À Paris, il retrouve une seconde jeunesse et complète son palmarès avec les Coupes de France 1982 et 1983 ainsi que le titre de champion en 1986. Parallèlement sa carrière internationale a déjà pris forme. Il débute en sélection le 3 septembre 1975 face à l'Islande (3 buts à 0). Ses prestations lui permettent d'être sélectionné avec l'équipe de France pour les Coupes du Monde 1978, 1982 et 1986, où il atteint lors des deux dernières les demi-finales avec la génération Platini. Entre ces deux Mondiaux, il remporte l’Euro 1984 disputé à domicile, mais Rocheteau n'a plus sa place à cause du retour en grâce de Bernard Lacombe et doit se contenter des miettes contre la Belgique et la Yougoslavie où il est remplacé à la mi-temps devant le public stéphanois. Après une dernière saison délicate avec le PSG, il rejoint en 1987 les rangs du Toulouse FC. Il y effectuera deux saisons mitigées et une dernière participation à la coupe d'Europe. Usé par dix-sept ans de professionnalisme, au cours desquels il aura été souvent la cible préférée de rugueux défenseurs, il raccroche définitivement les crampons après une ultime rencontre contre le Racing Club de Paris. Sa reconversion est plus chaotique et il devient successivement agent de joueurs, acteur de cinéma, jouant notamment pour le film de Maurice Pialat "le Garçu" avec comme partenaire Gérard Depardieu, président de la commission d'éthique de la FFF et enfin dirigeant à Saint-Etienne.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

4ème de la Coupe du Monde en 1982 (France)

Vainqueur de l'Euro 1984 (finale non-joué) (France)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale des nations en 1985 (France)

Médaillé d'argent aux Jeux Méditerranéens d'Alger en 1975 (France)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1976 (Saint-Etienne)

Champion de France en 1974, 1975, 1976 (Saint-Etienne) et 1986 (Paris SG)

Vainqueur de la Coupe de France en 1974 (finale non-joué), 1975 (finale non-joué), 1977 (Saint-Etienne), 1982 et 1983 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de France en 1985 (Paris SG)

Finaliste du Challenge des champions en 1986 (Paris SG)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Onze de Bronze en 1976

Élu Révélation française de l’année en 1975

Nommé Chevalier de l'Ordre national du mérite en 1985

 

DIVERS


- En 2001, l'ancien joueur ouvre "Footatlantic", un centre de stages de football, à Royan, dans sa Charente-Maritime natale.

- Amoureux du Vietnam, Rocheteau crée une académie de football au sud d'Hô-Chi-Minh-Ville pour les jeunes du pays et en devient le conseiller technique bénévole.

 

VIDÉO




03/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1086 autres membres