FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Marc-Vivien Foé

Marc-Vivien Foé.jpg
Marc-Vivien Foé

 

Marc-Vivien Foé

Né le 1er mai 1975 à Yaoundé (CAM)

Décédé le 26 juin 2003 à Lyon (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, milieu défensif, 1m88

Surnom: "Marco"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png 62 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 16 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 6 sélections)

(Coupe d'Afrique des Nations: 18 sélections, 3 buts)

(Coupe des Confédérations: 6 sélections)

 

1ère sélection : le 22 septembre 1993 contre le Mexique (0-1)

Dernière sélection : le 26 juin 2003 contre la Colombie (1-0)*

*décédé durant la rencontre

 

1991/92 Union de Garoua (CAM)

1992/93 Fogape Yaoundé (CAM)

1993/94 Canon Yaoundé (CAM)

1994/99 RC Lens (FRA) 103 matchs, 15 buts

(Championnat de France: 85 matchs, 11 buts)

(Coupe de France: 7 matchs, 1 but)

(Coupe de la ligue: 5 matchs, 2 buts)

(Ligue des Champions: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)

1999/2000 West Ham (ANG) 48 matchs, 2 buts

(Championnat d'Angleterre: 38 matchs, 1 but)

(Coupe d'Angleterre: 1 match)

(Coupe de la ligue anglaise: 3 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 1 but)

(Coupe Intertoto: 3 matchs)

2000/02 Olympique Lyonnais (FRA) 67 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 43 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 3 matchs)

(Coupe de la ligue: 3 matchs)

(Ligue des Champions: 15 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)

2002/03 Manchester City (ANG) (Prêt) 38 matchs, 9 buts

(Championnat d'Angleterre: 35 matchs, 9 buts)

(Coupe d'Angleterre: 1 match)

(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)

 

Solide milieu défensif camerounais, Marc-Vivien Foé fait partie de la glorieuse équipe du RC Lens championne de France en 1998, avant de passer par l’Angleterre puis l’OL. Son décès en demi-finale de la Coupe des Confédération 2003, sur le terrain, a été un immense choc… Très précoce, Marc-Vivien Foé débute sa jeune carrière à l'âge de 17 ans au Canon Yaoundé, un des clubs phare du pays. À 18 ans à peine, il remporte d’ailleurs la Coupe du Cameroun. Ce trophée lui permet de sortir du lot pour rallier les championnats européens, d’autant plus qu’il est déjà international et qu’il a participé à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. Pisté par Auxerre, c’est finalement à Lens qu’il atterrit après le Mondial américain. Les sang et or ont toujours aimé lancer les jeunes africains dans le grand bain au milieu des années 90. Son physique impressionnant et son abattage au milieu de terrain en sont autant de qualités appréciées du staff et de l’entraîneur. Marc-Vivien Foe.jpgCependant sa première saison est assez difficile : la concurrence féroce de Mickael Debève, Pierre Laigle, Hervé Arsène et Frédéric Dehu le contraint à évoluer plus souvent au milieu du banc de touche qu’au milieu du rectangle vert. Cet état de fait sera d’ailleurs une constante lors de son bail lensois de 5 saisons. Quand Hervé Arsène raccroche c’est Christophe Delmotte qui prend le relais et saison après saison, Marc-Vivien a du mal à réaliser des saisons pleines. Entre la CAN, les blessures, et les suspensions, il ne dépasse pas les 20 matchs lors de ses cinq années dans le Nord. Néanmoins, lors de la saison 97/98, il évolue comme titulaire à part entière et devient un des tauliers de l’équipe qui va s'adjuger le titre de champion de France. À côté de Debève et Ziani, il apporte ce supplément physique qui fait que Lens est une équipe difficile à manoeuvrer ; Alors quand en plus le trio Vladimir Smicer – Tony Vairelles – Anto Drobnjak cartonne devant, il n’est pas étonnant de voir les sang et or bénéficier des tergiversations du PSG et de la convalescence des Marseillais pour se mêler à la lutte au titre... en compagnie du FC Metz. C’est la différence de but qui a permis aux artésiens d’être sacrés champion de France, un peu à la surprise générale. La fin de saison de Marc-Vivien Foé est toutefois gâchée par une fracture à la jambe qui le privera du Mondial 98 en France et l’éloignera des terrains pendant une bonne partie de la saison suivante. De retour de blessures, il est alors vendu à West-Ham au mercato. Pour son premier séjour outre-manche, il s’impose chez les Hammers. Sa seule saison est une réussite. Elle se parachève par une victoire lors de la CAN 2000 avec les Lions Indomptables. Dans la foulée, Marc-Vivien rentre en France et débarque à l’OL. Lyon est l’équipe montante du foot français et si le club rate de justesse le titre en 2001 à la faveur du FC Nantes, la victoire en Coupe de la Ligue est le signe avant coureur de jours meilleurs. En effet, les lyonnais raflent enfin leur premier titre de champion de France l'année suivante, après une course poursuite effrénée avec le RC Lens. Sur la même lancée, il participe à la Coupe du Monde 2002, en Corée du Sud et au Japon. Il passe un peu au travers, comme le reste de l’équipe qui ne parvient pas à franchir le 1er tour, dans une poule portant assez faible, en compagnie de l’Allemagne, de l’Irlande et de l’Arabie Saoudite… À son retour, L’OL recrute un malien inconnu en provenance du Vitesse Arnhem, Mahamadou Diarra. Marc-Vivien ne rentre plus dans les plans du club, qui rêve à voix haute de conquérir le Monde. Il est alors prêté à Manchester City… Pour son premier match, c’est une défaite cinglante 3 buts à 0. Malgré tout, il vit enfin une saison pleine avec 35 matchs au compteur. À 28 ans, l’âge de la maturité, une belle fin de carrière s’offre à lui lorsque débute la Coupe des Confédération, qui se déroule en France. Le Cameroun atteint les demi-finales contre la Colombie, qui se joue à Lyon justement… À la 72ème minute, Foé s’écroule au milieu du terrain… tout bascule. Personne ne comprend tout de suite. Inconscient, il est sorti du terrain par les soigneurs tant bien que mal et rejoint l’hôpital le plus proche. Et plus les secondes s’égrènent, plus l’angoisse s’amplifie. 45 minutes plus tard, la nouvelle tombe: Foé est décédé, provoquant une immense émotion aussi bien au Cameroun qu’en France. Les joueurs qui se sont offert leur ticket pour la finale s'engouffrent dans le car et regagnent leur hôtel dans un silence pesant, entre recueillement et douleur. Les Lions prennent tout de même la décision de jouer la finale, trois jours après le décès brutal de leur ami. Justement durant cette rencontre face à la France, les joueurs portaient tous pendant leur entraînement le maillot floqué du numéro 17, celui de Marc-Vivien Foé. Leur capitaine Rigobert Song lui tenait un portrait géant de Marco. Les Bleus aussi avaient rendu hommage à leur manière au milieu défensif camerounais, lorsque Thierry Henry buteur contre la Turquie en demi-finale, avait levé sa main et son regard vers le ciel. Personne n'a oublié ces images terribles du milieu camerounais. C'est la première fois que les téléspectateurs assistaient en direct à la mort d'un joueur sur un terrain de football. Foé, qui avait fêté fin mai ses vingt-huit ans, était la simplicité personnifiée, un homme authentiquement généreux. Cinq mois plus tard, le 11 novembre 2003 au stade de Gerland, un dernier hommage est rendu au cours d'un match de l'amitié organisé par l'ancien défenseur Basile Boli devant 25 000 spectateurs. La rencontre, qui opposait le Cameroun à une sélection Lens-Lyon-Manchester City, s’est tenue sur la pelouse où le footballeur camerounais a perdu la vie. La totalité des bénéfices de la rencontre a été versé à la famille de Marc-Vivien Foé. Un proverbe camerounais résumera dès lors le sentiment de tous : "Un lion ne meurt jamais, il dort... "

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations en 2000 et 2002 (Cameroun)

Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2003 (Cameroun)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1999 (West Ham)

Champion de France en 1998 (RC Lens) et 2002 (Olympique Lyonnais)

Vice-champion de France en 2001 (Olympique Lyonnais)

Finaliste de la Coupe de France en 1998 (RC Lens)

Vainqueur de la Coupe du Cameroun en 1993 (Canon Yaoundé)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1999 (finale non-jouée) (RC Lens) et 2001 (Olympique Lyonnais)

 

DIVERS


- L’autopsie réalisée après le décès a révélé que la crise cardiaque qui avait emporté le joueur n’était pas provoquée par un effort physique trop important pendant le jeu mais due à une hypertrophie cardiaque. Marc-Vivien Foé était né avec une telle malformation, qui dans son cas n’était ni héréditaire, ni génétique. En médecine, elle porte le nom de malformation congénitale.

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©Michael Kienzler

- 2ème photo: ©Clive Brunskill

 

VIDÉO





13/01/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1089 autres membres