FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Basile Boli

Basile Boli-.jpg
Basile Boli

 

Basile Boli

Né le 2 janvier 1967 à Abidjan (CIV)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français / https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5063730_201508192536745.png Ivoirien, défenseur central, 1m80

Surnom: Basilou, Baz'

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 45 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 17 sélecitons)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections)

(Qualif Euro: 16 sélections, 1 but)

(Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 19 août 1986 contre la Suisse (0-2)

Dernière sélection : le 28 juillet 1993 contre la Russie (3-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 9 sélections

 

1982/83 AJ Auxerre B (FRA) 21 matchs

1983/90 AJ Auxerre (FRA) 297 matchs, 6 buts

(Championnat de France: 254 matchs, 4 buts)

(Coupe de France: 27 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 1 but)

1990/94 Olympique de Marseille (FRA)

(Championnat de France: 131 matchs, 20 buts)

(Coupe de France: 13 matchs, 2 buts)

(Ligue des Champions: 19 matchs, 4 buts)

1994/95 Glasgow Rangers (ECO) 31 matchs, 2 buts

(Championnat d'Écosse: 28 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Écosse: 1 match)

(Coupe de la ligue écossaise: 1 match)

(Ligue des Champions: 1 match)

1995/96 AS Monaco (FRA) 13 matchs

(Championnat de France: 11 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

1996/97 Urawa Red Diamonds (JAP) 31 matchs, 2 buts

 

Difficile d'oublier Basile Boli sous le maillot de l'OM. D'abord cette figure ruisselante de larmes à Bari en 1991 après la défaite face à l'Étoile Rouge de Belgrade, comme un symbole de la désillusion marseillaise, puis, enfin, cette tête victorieuse face au Milan AC en 1993, où Boli prenait de vitesse Rijkaard et l'Europe entière en offrant le premier trophée continental de l'histoire des clubs français. Un parcours atypique et extrêmement précoce pour ce solide gaillard qui a vu le jour à Adjamé, célèbre faubourg de la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Des coups de tête dévastateurs, des tacles précis et rugueux à la fois, des coups de gueule toujours efficaces, une bonne humeur communicative et un sens aiguisé du collectif et vous obtenez la recette parfaite qu’incarna Basile Boli durant sa carrière. Basile Boli.jpgIl débarque en banlieue parisienne au tout début des années 80 avant d'être repéré par le club de l'AJ Auxerre et sa figure emblématique, Guy Roux. Dès l’âge de 16 ans, il fait ses débuts en D1, lors de la saison 82/83. Doté d`un physique impressionnant, Basile brille rapidement et éclipse même son frère, à qui on promettait pourtant l'avenir le plus prometteur. Il y fera sa formation de défenseur, remportant au passage un championnat de France cadets en 1983 et une Coupe Gambardella en 1986. Les huit saisons passées sous les couleurs auxerroises ont démontré les qualités de battant et de puissance physique de Basile Boli. Objet de nombreuses convoitises, c'est finalement l'OM de Bernard Tapie qui réussit à lui faire quitter le cocon bourguignon. C'est donc en 1990 que le joueur débarque dans la cité phocéenne avec l'ambition avouée de remporter des titres dans un club très ambitieux. Peu aimé par les supporters à son arrivée, en raison d'une ancienne prise de tête avec Jean-Pierre Papin lors d'une demi-finale de Coupe de France , il ne lui a fallu que quelques matches, et autant d'éclats de rire, pour faire l'unanimité au sein du club. Il forme alors une charnière défensive remarquable aux cotés de Bernard Casoni et de Carlos Mozer. Malgré un titre de champion de France, l'image de cette saison restera celle d'un Basile en larmes à l'issue de la finale de Coupe d'Europe perdue aux tirs au but contre l'Étoile Rouge de Belgrade. Deux saisons plus tard, l’OM retrouve la finale de la ligue des champions, cette fois face au grand Milan AC. Le 26 mai 1993, 44ème minute à l'Olympiastadion de Munich, Abedi Pelé pose son ballon au point de corner. Centre au premier poteau d'un gauche enroulé. Un homme s'élève plus haut que tout le monde, résistant au tirage de maillot de Frank Rijkaard. Une tête décroisée qui laisse Sebastiano Rossi impuissant. Basile Boli vient d'entrer à jamais dans la légende olympienne. Pour la première fois un club Français remporte la plus prestigieuse Coupe Européenne. 3 jours plus tard, l’OM reçoit le rival parisien pour l’attribution du titre. Après l’ouverture du score de Vincent Guérin, l’OM égalise puis prend l’avantage sur un coup de tête de Boli en pleine lucarne, depuis l’extérieur de la surface de réparation ... un but légendaire … Malheureusement, l’OM est vite rattrapé par ses démons. Peu avant la finale de Munich, Jacques Glassmann, défenseur de Valenciennes dénonce une tentative de corruption. Un an de procédure plus tard, les marseillais sont relégués en D2, c’est la fin de l’âge d’or. Il quitte alors l'Olympique de Marseille pour l'Écosse et les Glasgow Rangers, où il devient champion. Il revient en France à Monaco en 1995 mais peine à retrouver son niveau. Au final, le héros de Munich n'aura joué que 13 matchs sur le Rocher. Il ponctue par un étonnant passage au club japonais des Urawa Red Diamonds en 1997, avant de tirer sa révérence juste avant la Coupe du Monde 98 à seulement 31 ans. En équipe de France, Basile Boli n’aura malheureusement pas connu la même réussite qu’avec Marseille. Naturalisé français en 1984, il choisit de jouer pour les Tricolores. Au final, 45 sélections avec le maillot bleu de 1986 à 1993 pour un but inscrit seulement. Une carrière qui aurait pu connaître meilleure réussite avec les tricolores si cette génération Papin-Cantona avait mieux débuté son Euro 92 et surtout si elle avait au moins participé à ce Mondial 1994 aux USA qui est parti en fumée en ce triste soir de Novembre 1993 face aux coéquipiers de Kostadinov et Trifon Ivanov… Grace à sa bonne humeur et son jeu spectaculaire, "Basilou" est nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 2008.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1993 (Marseille)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1991 (Marseille)

Champion de France en 1991 et 1992 (Marseille)

Vice-champion de France en 1994 (Marseille)

Champion d’Écosse en 1995 (Glasgow Rangers)

Finaliste de la Coupe de France en 1991 (Marseille)

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1983 et 1987 (Auxerre)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1986 (Auxerre)

Champion de France Cadets en 1983 (Auxerre)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Étoile d’or "France Football" en 1989

Révélation française de l’année en 1984

Nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 2008

 

 DIVERS


- Proche du Parti socialiste, Basile Boli étonne en 2007 lorsqu’il choisit de soutenir Nicolas Sarkozy dans sa candidature à la présidence de la République. Dans la foulée de l’élection présidentielle, Basile Boli est alors nommé secrétaire national de l’UMP chargé du co-développement. Deux ans plus tard, c’est la justice qui s’intéresse à l’ancien footballeur, soupçonné d’abus de confiance dans le cadre de son association "Entreprendre et réussir en Afrique".

- Il écrit en 2008, "Fini de jouer", en collaboration avec Claude Askolovitch qui est journaliste.

 

VIDÉO





01/11/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 994 autres membres