FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Cameroun


Gabriel Abossolo

Gabriel Abossolo.jpg
Gabriel Abossolo

 

Gabriel Abossolo

Né le 16 janvier 1939 à Yaoundé (CAM)

Décédé le 9 novembre 2014 à Yaoundé (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Milieu défensif, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png : ? sélections, ? buts

(Coupe d'Afrique des Nations: 3 sélections)

 

1959/69 Girondins de Bordeaux (FRA) 302 matchs, 18 buts)
(Championnat de France: 202 matchs, 8 buts)
(Championnat de France de D2: 60 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 27 matchs, 3 buts)
(Coupe Charles Drago: 2 matchs)
(Challenge des Champions: 1 match)
(Coupe des Coupes: 1 match)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 9 matchs, 2 buts)
1969/70 Paris-Neuilly (FRA) 26 matchs, 1 but
(Championnat de France: 19 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 7 matchs)
1970/71 Poitiers (FRA) 14 matchs
(Championnat de France de D2: 13 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
 
Milieu défensif aux trois poumons, Gabriel Abossolo est une figure des Girondins de Bordeaux fin des années 60. Le Camerounais a porté durant dix saisons la tunique au scapulaire, de 1958 à 1969. Durant son passage en Gironde, il a disputé 302 matches et marqué 18 buts, toutes compétitions confondues. Joueur très élégant sur et en dehors du terrain, il laisse l'image d'un gars extra et généreux envers ses coéquipiers. Il savait aussi bien attaquer que défendre. C’était un sacré personnage. Au sein d'une équipe entraînée par Salvador Artigas, il finira trois fois seconds du championnat et perdra deux finales de Coupe de France contre Lyon en 1964 puis Saint-Etienne en 1968. International camerounais, il fait partie des premiers professionnels du pays à jouer pour la sélection des Lions Indomptables aux côtés de Samuel Edimo, Frédéric N’Doumbé ou encore Zacharie Noah. Il s’est éteint à Yaoundé à l'âge de 75 ans.
 
PALMARÈS
Vice-champion de France en 1965, 1966 et 1969 (Bordeaux)
Finaliste de la Coupe de France en 1964 et 1968 (Bordeaux)
Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1965 (non-joué) (Bordeaux)
Finaliste du Challenge des Champions en 1968 (Bordeaux)

02/03/2020
0 Poster un commentaire

Autres joueurs camerounais

ATTAQUANTS

 

Eugène N'Jo Léa


23/10/2019
0 Poster un commentaire

Eugène N'Jo Léa

Eugene N'jo Lea.jpg
Eugène N'Jo Léa

 

Né le 15 juillet 1931 à Batuchi (CAM)

Décédé le 23 octobre 2006 à Douala (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Attaquant

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

 

1954/59 Saint-Étienne (FRA) 158 matchs, 92 buts
(Championnat de France: 101 matchs, 70 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 11 buts)
(Coupe Charles Drago: 12 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)
(Coupe Latine: 2 matchs, 1 but)
1959/61 Olympique Lyonnais (FRA) 59 matchs, 29 buts
(Championnat de France: 50 matchs, 23 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 3 buts)
1961/62 RC Paris (FRA) 2 matchs
 
Footballeur, diplômé et diplomate, syndicaliste, ministre… Eugène Njo-Léa a vécu plusieurs vies… La première au Cameroun, là où il a vu le jour le 15 juillet 1931. En 1951, bourse d’études en poche, il débarque en France et signe une licence de football à Roanne. Il tape alors dans l’œil des dirigeants de Saint-Étienne au lendemain d'une victoire qui fait parler de lui, inscrivant 11 des 12 buts de son équipe. Eugene N'jo Lea.jpgIl débarque alors chez les Verts en 1954 qui n’est alors qu’une équipe parmi d’autres dans l’élite du football français, sans performance notable. Au sein d’une attaque de feu où il était l’avant-centre d’un trio offensif redoutable, surnommé l'attaque Rock n'Roll, avec Kees Rijvers et Rachid Mekloufi, le Camerounais aura été à la base du premier titre de champion de l’histoire de Saint-Etienne en terminant deuxième meilleur buteur du championnat 1956-57 (29 buts), juste derrière Just Fontaine. Eugène Njo Léa, véritable feu-follet, était un attaquant prompt comme l’éclair, incisif, percutant, infatigable, susceptible, à tout moment, de perforer les rideaux défensifs les plus hermétiques. Sous la tunique verte, il dispute 101 matches et inscrit 70 buts en cinq saisons. Afin de poursuivre son cursus universitaire, Eugène Njo-Léa passe à l’ennemi en 1959. À Lyon, il obtient son Doctorat de Droit tout en disputant 50 matches avec l’OL (21 buts). Après avoir été vedette dans le Forez, il sera plutôt "star sur le déclin" sur les bords du Rhône, malgré toujours quelques belles réalisations. Il dispute dix derbys sous les deux maillots, sept sous le maillot vert et trois sous celui de l’OL, tout en marquant à 6 reprises lors de ces rencontres épiques (5 pour l'ASSE, 1 pour l'OL). En 1961, il signe au RC Paris, mais renonce rapidement à sa vie de footballeur pour embrasser une carrière de diplomate (il sera notamment ambassadeurs du Cameroun à Paris). Entre-temps, il prend le soin de tracer les contours de l’UNFP (le syndicat des joueurs professionnels français qui voit le jour en novembre 1961) avec Just Fontaine et l’avocat Jacques Bertrand. À l'époque, les joueurs qui signaient un contrat professionnel restaient la propriété de leur club jusqu'à l'âge de 35 ans. Ce n'est qu'en juin 1969 que les choses changent avec la création du contrat à durée librement déterminé. Une révolution qui mettra du temps à gagner l'Europe et encore plus le reste du Monde. Il tente, également, de structurer quelque peu sa fédération, mais finit par se heurter à quelques vieux dinosaures, tenant à leur pouvoir. Homme volage et amateur de sorties, il laisse quelques souvenirs aux demoiselles des villes où il séjourne. Parmi ses quelques enfants plus ou moins légitimes, l’un d'eux, William N’Jo Léa fera plus tard une apparition, discrète, sur les terrains de l’hexagone (PSG, Brest, Lens, Caen notamment). Plusieurs vies bien remplies qui se sont achevées le 23 octobre 2006, chez lui, à Douala.
 
PALMARÈS
Champion de France en 1957 (Saint-Etienne)

Vice-Champion de France en 1962 (RC Paris)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1955 et 1958 (Saint-Etienne)


23/10/2019
18 Poster un commentaire

Lauren

Lauren.jpg
Lauren

 

Laureano Bissan Étamé Mayer

Né le 19 janvier 1977 à Kribe (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Défenseur droit, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png 24 sélections, 1 but

 

Une magnifique pioche signée par Arsène Wenger à Arsenal. Laureano Bissang Etame Mayer, plus connu sous le nom de Lauren, international camerounais, arrive en provenance de Majorque. Et il sera l'un des piliers des Gunners du début des années 2000. Présent dans l'équipe des "Invincibles" et en finale de la Ligue des champions en 2006. Plus de 240 matchs au total.

 

Prochainement


21/10/2019
0 Poster un commentaire

Joseph Yegba Maya

Joseph Yegba Maya.jpg
Joseph Yegba Maya

 

Joseph Yegba Maya

Né le 8 avril 1944 à Otélé (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Attaquant, 1m80

Surnom: "Zé"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png : ? sélections

(Coupe d'Afrique des Nations: 4 sélections, 1 but)

 

1962/70 Olympique de Marseille (FRA) 226 matchs, 109 buts
(Championnat de France: 133 matchs, 79 buts)
(Championnat de France de D2: 69 matchs, 24 buts)
(Coupe de France: 16 matchs, 6 buts)
(Coupe Charles Drago: 2 matchs)
(Coupe des Coupes: 4 matchs)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 2 matchs, 1 but)
1970/73 Valenciennes (FRA) 113 matchs, 65 buts
(Championnat de France: 74 matchs, 33 buts)
(Championnat de France de D2: 28 matchs, 28 buts)
(Finale D2: 2 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 2 buts)
1973/75 RC Strasbourg (FRA) 36 matchs, 14 buts
(Championnat de France: 31 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
1975/76 AS Béziers (FRA) 23 matchs, 13 buts
(Championnat de France de D2: 21 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)

 

Maya, le nom résonne bien. Ne cherchez pas l'abeille, c'est un colosse au regard tendre. Parfois dans l’ombre de Josip Skoblar lorsque l’on évoque ses années marseillaises, Joseph Yegba Maya n’en demeure pas moins une légende à Marseille. Né à Otélé à quelques kilomètres de Yaoundé, cet attaquant puissant met tout d’abord ses talents de footballeurs au service du Dragon Club de Yaoundé en première division puis débarque à Marseille en 1960 chez son frère aîné, Marcel. Repéré par Jean Robin qui flaire le bon coup, il rejoint l'OM en 1962. Il joue son premier match de D1 à Sedan en novembre 1962, défaite 4 buts à 0. Joueur intelligent mais parfois maladroit, il ne peux éviter à l’OM de faire l’ascenseur vers la D2. Sur la Canebière, Joseph se fait tout de même un nom, Zé, comme on appelle tous les Joseph à Marseille. Et c’est lors de la remontée en première Division, au début de l’ère Leclerc en 65/66, qu’avec son ami togolais Fiawoo en attaque, il commence à être vraiment aimé par le public phocéen. Le joueur a un sens du but inné et marque les trois quart de ses buts grâce à un jeu de tête irrésistible. Aux côtés de Magnusson, Bonnel, Novi, Zvunka, ils connaissent alors la grande joie de gagner la Coupe de France en 1969, contre le grand Bordeaux, après 26 ans d’abstinence, avec pour buteur un certain ...Joseph ! C’est le temps des copains avec une ambiance formidable entre joueurs et une extraordinaire équipe entraînée par Mario Zatelli. L’attaquant quitte pourtant cette formation en direction de Valenciennes, échangé avec Daniel Leclerc. À Nungesser, Maya est toujours un buteur prolifique, mais les Nordistes font l’ascenseur entre la D1 et D2 de 1970 à 1973. Maya s’exile à Strasbourg, toujours avec Robert Domergue, qui avait déjà dirigé le joueur à Marseille. Il devait succéder à Marco Molitor à la pointe de l'attaque du Racing. Après une première saison satisfaisante, il connaît divers ennuis physiques et une panne d'efficacité qui amènent les dirigeants à le remplacer par le Polonais Jarosik durant l'hiver 1974/1975. Ce sera ses deux dernières saisons au top niveau. En 1975, il rejoint son ami Joseph Bonnel à l’AS Béziers. Malheureusement l’attaquant se blesse au genou à mi-saison et arrête sa carrière fin 76.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1972 (Cameroun)

Vice-champion de France en 1970 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de France en 1969 (Olympique de Marseille)

Finaliste du Challenge des Champions en 1969 (Olympique de Marseille)

Champion de France de D2 en 1972 (Valenciennes)

Vice-champion de France de D2 en 1966 (Olympique de Marseille)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat de France de D2 (groupe B) en 1972 (28 buts) (Valenciennes)


16/04/2019
0 Poster un commentaire