FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Cameroun


Jean-Pierre Tokoto

Jean-Pierre Tokoto.jpg
Jean-Pierre Tokoto

 

Né le 26 janvier 1948 à Doula (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Milieu offensif/Attaquant, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png ≈ 20 sélections

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe d'Afrique des Nations: 6 sélections, 2 buts)

 

Afrique: 3 sélections, 2 buts
 
1963/69 Oryx Douala (CAM)
1968/69 Olympique de Marseille (FRA) 12 matchs, 1 but
(Championnat de France: 11 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
1969/70 CA Paris-Neuilly (FRA) 31 matchs, 13 buts
(Championnat de France de D2: 25 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 5 buts)
1970/71 AC Paris-Joinville (FRA) 14 matchs
(Championnat de France de D2: 12 matchs)
(Coupe de France: 2 matchs)
1971/72 Olympique de Marseille (FRA) 2 matchs
(Championnat de France: 1 match)
(Challenge des Champions: 1 match)
1972/75 Bordeaux (FRA) 101 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 91 matchs, 18 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 3 buts)
1975/77 Paris SG (FRA) 59 matchs, 17 buts
(Championnat de France: 51 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 5 buts)
1977/78 Bordeaux (FRA) 38 matchs, 10 buts
(Championnat de France: 33 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
1978/80 AS Béziers (FRA) 60 matchs, 12 buts
(Championnat de France de D2: 58 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)
1980/81 New England Tea Men (USA) 26 matchs, 1 but
1981 Jacksonville Tea Men (USA) 23 matchs, 2 buts
1980/82 Jacksonville Tea Men (USA) (indoor) 32 matchs, 18 buts
1982 Philadelphia Fever (USA) 11 matchs, 8 buts

 

Excellent ailier doté d’une remarquable technique, Jean-Pierre Tokoto reste l’un des footballeurs camerounais les plus titrés de sa génération. Natif de Douala, il apprend à jouer au football dans la rue comme beaucoup de gamins. Formé à l'Oryx Douala, le jeune camerounais remporte ses premiers trophées avec quatre titres de champion et deux coupes du Cameroun. Pétri de talent, il offre un style de jeu qui combine élégance, finesse et vivacité. L'attaquant honore même sa première sélection en équipe nationale à l'âge de 16 ans et 4 mois, devenant le plus jeune joueur à avoir intégré les rangs des Lions Indomptables. Repéré par Marseille, il débarque dans le Sud de la France mais se contentera de jouer les remplaçants de luxe à cause de la présence du suédois Roger Magnusson et de son compatriote en pleine bourre Joseph Yegba Maya. Après un séjour de deux saisons en D2, il revient dans la cité phocéenne et s'octroie un titre de champion de France en 1972, toujours comme remplaçant. Son envie de jouer l'emmène à Bordeaux. Il sera malheureusement encore confronté à la concurrence de joueurs comme Jean Gallice ou le yougoslave Ivica Liposinovic. Après une saison correcte, il est repositionnée au milieu de terrain et accumule les rencontres dans la peau d'un titulaire. Après avoir fait de très bonnes prestations en trois saisons chez les Girondins, Jean-Pierre signe au Paris SG à l'été 1975. Passé à la postérité, il donne son écot à la première équipe métissée du championnat de France (M’Pelé, Laposte, Bade, Dalheb, etc...). Il était capable de corriger les Verts (intouchables à l'époque) avant de s'incliner lourdement contre la lanterne rouge la semaine d'après. Un élément important de l’effectif durant ses deux saisons parisiennes, marquant 17 buts en 59 matchs avec deux doublés. En 1977, il retourne à Bordeaux avant de tenter l’aventure du soccer américain et de raccrocher les crampons en 1981. Côté sélection, le président de la fédération camerounaise avait interdit de sélectionner Tokoto en équipe nationale après son départ vers l'OM. Mais la Coupe d'Afrique des Nations disputé à domicile en 1972 et l'absence de nombreux joueurs oblige le sélectionneur à le rappeler. Il fera une énorme compétition qui verra le Cameroun éliminé en demi-finales contre le futur vainqueur, le Congo (1 but à 0). Nommé dans l'équipe-type du tournoi, il aurait préféré échanger cette distinction contre le trophée de la CAN. Après cette très belle compétition, il ne sera plus présent en équipe nationale pendant près de dix ans et fera son retour pour les éliminatoires de la coupe du Monde 1982 aux côtés des Roger MillaThéophile Abega et Joseph-Antoine Bell. Il décide d’arrêter sa carrière après une vingtaine de capes internationales et une présence dans la sélection Africaine qui a disputé la mini-coupe du Monde organisée au Brésil pour commémorer les 150 ans d’indépendance du pays.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1972 (Cameroun)

Vainqueur de la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1965 (Oryx Douala)

Champion de France en 1972 (Olympique de Marseille)

Champion du Cameroun en 1963, 1964, 1965 et 1967 (Oryx Douala)

Vainqueur de la Coupe de France en 1969 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe du Cameroun en 1963 et 1968 (Oryx Douala)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1972 (Olympique de Marseille)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe-type du tournoi de la Coupe d'Afrique des Nations en 1972

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©DR


08/09/2021
0 Poster un commentaire

Emmanuel Kundé

Emmanuel Kundé.jpg

Emmanuel Kundé

 

Né le 15 juillet 1956 à Ndom (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Défenseur central/milieu défensif, 1m85

Surnom: Benetti

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png 102 sélections, 17 buts

(Matchs amicaux: 12 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 16 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 7 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 14 sélections, 1 but)

(Coupe d'Afrique des Nations: 25 sélections, 1 but)

(Qualif Jeux Olympiques: 4 sélections, 1 but)

(Jeux Olympiques: 2 sélections)

(Jeux Africains: 4 sélections, 1 but)

(Jeux d'Afrique Centrale: 4 sélections, 1 but)

(Coupe de l'UDEAC: 12 sélections, 3 buts)

(Coupe Afro-Asiatique: 2 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 18 mars 1979 contre la Guinée (0-3)

Dernière sélection : le 23 janvier 1992 contre la Côte d'Ivoire (0-0)

 

1974/75 Mbankomo Club (CAM)
1975/77 Tempête de Nanga-Eboko (CAM)
1977/87 Canon Yaoundé (CAM)
1987/88 Stade Lavallois (FRA) 15 matchs
(Championnat de France: 14 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
1988/89 Stade de Reims (FRA) 33 matchs, 4 buts
(Championnat de France de D2: 32 matchs, 3 buts)
(Coupe de France: 1 match, 1 but)
1989/90 Prévoyance Yaoundé (CAM)
1991/92 Olympic Mvolyé (CAM)

 

Sentinelle au milieu puis défenseur central, Emmanuel Kundé est un monument du football camerounais, avec deux participations aux coupes du Monde 1982 et 1990 ainsi que deux victoires en Coupe d'Afrique des nations en 1984 et 1988. Leader indiscutable avec les Lions indomptables, son passage en France sera plus modeste, au Stade Lavallois, où il joue peu, puis à Reims en D2. Dommage qu’il n’ait pu briller d’avantage. Né le 15 juillet 1956 à Ndom, il embrasse une carrière de footballeur assez tardivement. Il émerge au Canon Yaoundé au début des années 80, après les deux victoires du club en coupe d'Afrique des clubs champions. 1m85 et 80kg, sa grande taille et son gabarit imposant en font une tour de contrôle au milieu de terrain avec des détentes verticales et horizontales phénoménales. Emmanuel Kundé.jpgTrès puissant, il s’impose assez rapidement dans l'équipe type qui domine le football camerounais à l’époque. Champion en 1982, il participe à la Première Coupe du Monde que dispute son pays la même année. Les Lions indomptables sont une bonne surprise du tournoi, avec un jeu très défensif. Dans un groupe difficile, avec l’Italie, la Pologne et le Pérou, ils terminent invaincus (3 nuls) mais insuffisant pour franchir le premier tour. Avec ses coéquipiers Théophile Abega et Louis M'Fedé, il remporte la Coupe nationale en 1983 avant de triompher sur la scène continentale l’année suivante. Le Canon atteint la finale de la Coupe des Coupes africaines mais s’inclinent contre les égyptiens d’Al-Ahly aux pénaltys. Dominateur du foot africain, le Cameroun remporte la CAN en Côte d’Ivoire contre le Nigeria puis enchaîne avec les JO de Los Angeles où ils ne franchissent pas le premier tour. Les frappes d'Emmanuel font frémir de bonheur des supporteurs comblés. De nouveau champion avec le Canon en 1985, Kundé fait le doublé coupe championnat en 1986, mais les Lions indomptables ne parviennent pas à se qualifier pour le Mondial la même année. En 1987, à 31 ans, il tente l’aventure en Europe et débarque en France à Laval. Il n’y vient pas seul puisqu’il emmène avec lui François Omam-Biyik. Il y croise le gabonais Pierre Aubameyang, mais aussi François Brisson et Jean-Luc Dogon. Le vieillissant Emmanuel a beaucoup de mal à s’adapter au milieu de terrain et ne joue pas plus (16 rencontres en tout). L’année n’est néanmoins pas si mauvaise puisqu’il va remporter la CAN avec son pays. Héros de la finale, il inscrit le seul but du match face au Nigéria, sur pénalty, sa spécialité. Repositionné en défense centrale, il quitte les Tangos pour Reims en D2 et fait une bonne saison dans une équipe pas si mal, avec Thierry Tusseau et le buteur chilien devant Ivo Basay. Mais les champenois ne peuvent faire mieux qu'une modeste 9ème place, bien loin des ambitions du début de saison. Emmanuel Kundé rentre alors au pays et rejoint le Prévoyance Yaoundé, club corpo. Il n’y reste qu’un temps, le temps de composter son billet pour la Coupe du Monde 1990 avec les Lions et de gagner une Coupe nationale un peu à la surprise générale. Il fait donc partie de cette épopée camerounaise où lui et les Roger Milla, André Kana-Biyik et Thomas NKono enchantent la planète entière avec leurs exploits successifs face au tenant du titre argentin de Diego Maradona et Claudio Caniggia (1 but à 0) ainsi que contre les colombiens de René Higuita et Carlos Valderrama (2 buts à 1). Équipe surprise du tournoi, le Cameroun atteint les quarts de finale, s’inclinant contre l’Angleterre de David Platt 3 buts à 2 après prolongation. Kundé marque d’ailleurs le but égalisateur à 1-1 sur pénalty. Il rejoint après le tournoi l’Olympique Mvolyé où il restera encore deux saisons, avant de raccrocher les crampons. Durant ce laps de temps, il participe à la CAN 1992 où les camerounais perdent en demi-finale contre la Côte d’Ivoire, futur vainqueur. Mais il n’est déjà plus titulaire, à 36 piges. Avec l’Olympique, il termine tout de même sa carrière sur une nouvelle victoire en coupe nationale. Il va ensuite s’orienter vers une carrière d’entraineur qu’il va mener avec brio.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1984 et 1988 (Cameroun)

Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations en 1986 (Cameroun)

4ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1992 (Cameroun)

Vainqueur de la Coupe Afro-asiatique des nations en 1985 (Cameroun)

Vainqueur de la Coupe de l'UDEAC en 1984 et 1986 (Cameroun)

Finaliste de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de Coupe en 1984 (Canon Yaoundé)

Champion du Cameroun en 1979, 1980, 1982, 1985 et 1986 (Canon Yaoundé)

Champion du Cameroun en 1984 (Canon Yaoundé) et 1990 (Prévoyance Yaoundé)

Vainqueur de la Coupe du Cameroun en 1978, 1979, 1983, 1986 (Canon Yaoundé), 1990 (Prévoyance Yaoundé) et 1992 (Olympic Mvolyé)

Finaliste de la Coupe du Cameroun en 1980 et 1985 (Canon Yaoundé)

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo:@Onze/2019 Icon Sport

- 2ème photo: ©DR


16/07/2021
0 Poster un commentaire

Pierre Njanka

Pierre Njanka.jpg
Pierre Njanka

 

Pierre Njanka Beyaka

Né le 15 mars 1975 à Douala (CAM)

 Camerounais, Défenseur gauche et droit, 1m81

 

 37 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 5 sélections)

(Coupe d'Afrique des Nations: 6 sélections)

(Coupe des Confédérations: 5 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 27 mai 1998 contre les Pays-Bas (0-0)

Dernière sélection : le 19 novembre 2003 contre le Japon (0-0)

 

 : 3 sélections

 

1993 Tigre Douala (CAM)
1994 Rail Douala (CAM)
1995/98 Olympic Mvolyé (CAM) 87 matchs, 1 but
1999 Neuchâtel Xamax (SUI) 24 matchs
2000/03 RC Strasbourg (FRA) 62 matchs
(Championnat de France: 54 matchs)
(Coupe de France: 6 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
2002 RC Strasbourg B (FRA) 5 matchs
2003/05 CS Sedan-Ardennes (FRA) 60 matchs
(Championnat de France: 9 matchs)
(Championnat de France de D2: 43 matchs)
(Coupe de France: 6 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
20005/ fév. 06 Istres FC (FRA) 15 matchs
(Championnat de France de D2: 14 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
Fév. 06 Stade Tunisien (TUN) 6 matchs
Mars 06/07 Club Africain (TUN) 26 matchs
2007/08 Al-Wehda (ARS)
2008/09 Persija Jakarta (IDN) 27 matchs
2009/10 Arema FC (IDN) 38 matchs, 10 buts
2010/11 Aceh United (IDN) 12 matchs, 2 buts
2011/12 Mitra Kukar (IDN) 11 matchs, 1 but
2012/13 Persisam Putra Samarinda (IDN) 29 matchs, 2 buts

 

International camerounais, Pierre Njanka s'est révélé aux yeux du grand public lors de la Coupe du Monde 1998 en France en marquant le plus beau but de la compétition contre l'Autriche au premier tour faisant lever tous les spectateurs présent ce jour-là au Stadium de Toulouse. Une réalisation spectaculaire dans un rush en solo avec comme dernier geste, un crochet fulgurant sur un défenseur qui n'y a vu que du vent, préambule d'un but d'anthologie. Et la conclusion n'a surpris personne. Frappe enroulée du droit pour ce défenseur gauche, face à un Michael Konsel, comme sa défense, impuissant. La suite sera moins belle, les Lions Indomptables ne gagneront pas ce match, perdront ensuite contre l'Italie, avant de se faire éliminer par le Chili. Mais ce but exceptionnel lancera sa carrière en Europe. Après des débuts dans son pays, il rejoint la Suisse et le Neuchâtel Xamax juste après le Mondial. Au bout d'une seule saison, il débarque au RC Strasbourg en 1999 dépisté par l'ex-sélectionneur du Cameroun Claude Leroy. Défenseur au jeu âpre qui dégageait une certaine puissance et une sérénité, il laissera sa trace en Alsace et sur les protège-tibias adverses – 5 cartons rouges et 17 jaunes en 63 titularisations en D1. Écarté du groupe au début de la saison 2001-02, le Camerounais doit être prêté à Portsmouth, en seconde division anglaise. En attente de son permis de travail, il se rompt les ligaments croisés du genou droit à l'entraînement, annulant de ce fait son transfert. Trop souvent en réserve, il poursuit sa carrière chez les Sangliers de Sedan et fait valoir son talent de latéral efficace et moderne aux côtés de deux autres internationaux camerounais que sont Modeste Mbami et Pius Ndiefi. Après une dernière expérience en France à Istres puis un petit mois au Stade Tunisien, le Champion d’Afrique 2000 et finaliste de la Coupe des Confédérations 2003 avec les Lions indomptables débarque au Club Africain lors du mercato hivernal de 2006. Avec lui, les tunisiens atteignent la finale de la Coupe nationale perdue aux tirs aux buts. Ensuite, le natif de Douala raccroche les crampons après avoir bourlingué durant sept saisons en Indonésie.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 2000 (Cameroun)

Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2003 (Cameroun)

Vice-champion de Tunisie en 2007 (Club Africain)

Champion d'Indonésie en 2010 (Arema FC)

Vice-champion d'Indonésie en 2011 (Arema FC)

Vainqueur de la Coupe de France en 2001 (RC Strasbourg)

Finaliste de la Coupe de France en 2005 (CS Sedan-Ardennes)

Finaliste de la Coupe de Tunisie en 2006 (Club Africain)

Finaliste de la Community Shield d'Indonésie en 2010 (Arema FC)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©DR


15/03/2021
0 Poster un commentaire

Gabriel Abossolo

Gabriel Abossolo.jpg
Gabriel Abossolo

 

Né le 16 janvier 1939 à Yaoundé (CAM)

Décédé le 9 novembre 2014 à Yaoundé (CAM)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png Camerounais, Milieu défensif, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png : ? sélections, ? buts

(Coupe d'Afrique des Nations: 3 sélections)

 

1959/69 Girondins de Bordeaux (FRA) 302 matchs, 18 buts)
(Championnat de France: 202 matchs, 8 buts)
(Championnat de France de D2: 60 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 27 matchs, 3 buts)
(Coupe Charles Drago: 2 matchs)
(Challenge des Champions: 1 match)
(Coupe des Coupes: 1 match)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 9 matchs, 2 buts)
1969/70 Paris-Neuilly (FRA) 26 matchs, 1 but
(Championnat de France: 19 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 7 matchs)
1970/71 Poitiers (FRA) 14 matchs
(Championnat de France de D2: 13 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
 
Milieu défensif aux trois poumons, Gabriel Abossolo est une figure des Girondins de Bordeaux fin des années 60. Le Camerounais a porté durant dix saisons la tunique au scapulaire, de 1958 à 1969. Durant son passage en Gironde, il a disputé 302 matches et marqué 18 buts, toutes compétitions confondues. Joueur très élégant sur et en dehors du terrain, il laisse l'image d'un gars extra et généreux envers ses coéquipiers. Il savait aussi bien attaquer que défendre. C’était un sacré personnage. Au sein d'une équipe entraînée par Salvador Artigas, il finira trois fois seconds du championnat et perdra deux finales de Coupe de France contre Lyon en 1964 puis Saint-Etienne en 1968. International camerounais, il fait partie des premiers professionnels du pays à jouer pour la sélection des Lions Indomptables aux côtés de Samuel Edimo, Frédéric N’Doumbé ou encore Zacharie Noah. Il s’est éteint à Yaoundé à l'âge de 75 ans.
 
PALMARÈS
Vice-champion de France en 1965, 1966 et 1969 (Bordeaux)
Finaliste de la Coupe de France en 1964 et 1968 (Bordeaux)
Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1965 (finale non-jouée) (Bordeaux)
Finaliste du Challenge des Champions en 1968 (Bordeaux)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Onze

02/03/2020
0 Poster un commentaire

Autres joueurs camerounais

ATTAQUANTS

 

Eugène N'Jo Léa


23/10/2019
0 Poster un commentaire