FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

François Omam-Biyik

Francois-Omam-Biyik.jpg

François Omam-Biyik

 

François Omam-Biyik

Né le 21 mai 1966 à Sackbayene (CAM)

 Cameroun.png Camerounais, attaquant, 1m84

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874868_20150601493495.png 63 sélections, 12 buts

 

1984/86 Pouma FC (CAM)

1986/87 Canon Yaoundé (CAM)

1987/90 Laval (FRA) 81 matchs, 27 buts

1990/91 Rennes (FRA) 38 matchs, 14 buts

1991/92 AS Cannes (FRA) 35 matchs, 7 buts

1992 Olympique de Marseille (FRA) 1 match

1992/95 RC Lens (FRA) 53 matchs, 18 buts

1995/97 America (MEX) 75 matchs, 49 buts

1997 Atlético Yucatan (MEX) 21 matchs, 10 buts

1998 Sampdoria Gênes (ITA) 6 matchs

1998/99 Telamon FC (GRE)

1999 Puebla FC (MEX) 17 matchs, 5 buts

2000 Châteauroux (FRA) 3 matchs

 

François Omam-Biyik, c’est la fierté camerounaise des années 80 mais surtout de l’année 90. Buteur émérite lors du match inaugural de la coupe du Monde italienne face à l'Argentine, François Omam-Biyik est une véritable idole dans son pays. Après deux saisons pleines pour ses débuts de footballeurs au Pouma à l'âge de 18 ans, il rejoint le Canon Yaoundé à l’aube de l’exercice 1986-1987. Au sein du mythique club camerounais, le jeune attaquant se révèle totalement, si bien qu’il s’impose rapidement comme l’atout principal de son équipe. Il rejoint ensuite l'Europe et débarque en France pour sa première saison à Laval et inscrit son premier but à Auxerre, dès la troisième journée. En janvier 1988, direction le Maroc pour disputer la Coupe d’Afrique des Nations que les Lions indomptables remporteront. Gravement blessé au genou, l’ex-attaquant mettra plusieurs mois à se rétablir et retrouver son meilleur niveau. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4874835_201506013913670.jpgFrançois Omam-Biyik prend ensuite la direction de l’Italie, où il est désormais fin prêt pour disputer la Coupe du monde 1990. Le 8 juin de cette année à San Siro, François Omam-Biyik s’élève dans le ciel milanais via une prodigieuse détente, et marque un célèbre but de la tête contre l’équipe nationale d’Argentine de Diego Maradona, lors du match inaugural du Mondial. L’international camerounais vient d’inscrire le premier but de la Coupe du monde 1990. Il permet également au Cameroun de créer l’une des plus grandes surprises de l’histoire du football. Diego Maradona et les siens tenteront bien de remettre le match dans le bon sens, mais les Camerounais ont décuplé leur confiance. L’Albiceleste, championne du Monde sortante, est à terre. Les "Lions Indomptables" l’emportent sur le score d'un but à zéro, grâce à une réalisation pleine d’opportunisme de l'attaquant camerounais. Héros d’un soir, François Omam-Biyik devient l’homme africain de l’année. Le périple camerounais ne s'arrêtera pas là. Une deuxième victoire contre la Roumanie (2 à 1) les propulsent en huitième de finale où ils élimineront la Colombie du fantasque René Higuita (2 à 1). Le parcours s'arrêtera à Naples en quart de finale contre l'Angleterre de Gary Lineker et Paul Gascoigne. Alors sous le feu constant des projecteurs, les joueurs camerounais sont devenus les premiers africains de l’histoire à se hisser jusqu’en quart de finale d’une coupe du Monde. Ce magnifique parcours italien reste certainement le meilleur souvenir de footballeur de François Omam-Biyik. Encore tout auréolé de son improbable épopée italienne, François Omam-Biyik rejoint alors le Stade Rennais juste après la compétition. Attaquant complet, puissant, rapide et très fort de la tête, il signe ensuite à l'AS Cannes l'espace d'une seule saison puis l'Olympique de Marseille où l'aventure tourne court aussi. Puis il s'installe au RC Lens, un club qu’il affectionnera tout particulièrement et dont il portera les couleurs de 1992 à 1995. Entre temps, il a disputé sa seconde Coupe du Monde aux États-Unis avec les camerounais en 1994. Il y connaît cependant une moins bonne réussite que lors de sa première participation. L’équipe camerounaise y subit même sa plus lourde défaite dans l’épreuve, en s’inclinant devant la Russie de l’attaquant Oleg Salenko (6 buts à 1), auteur d’un improbable quintuplé. François Omam-Biyik quitte alors le Nord de la France en 1995, pour rejoindre le Mexique, et devient le premier footballeur africain à jouer au pays des sombreros. Il évolue ainsi à l’América durant deux saisons et y connaît la gloire. Il devient ensuite brièvement l’attaquant de la Sampdoria de Gênes en Italie, où il ne joue que six matches seulement en 1998. Il entame ensuite son troisième Mondial en juin de la même année. Buteur historique contre l’Argentine, il est devenu le recordman africain des matches disputés en phase finale de Coupe du Monde. Après un bref passage en Grèce et un retour au Mexique, il s'engage avec la Berrichonne de Châteauroux . En Indre, il ne participe qu’à trois rencontres de championnat, avant de mettre un terme à sa magnifique carrière. Alors âgé de 34 ans, il doit finalement raccrocher les crampons à la suite d’une longue blessure qu’il avait contracté au genou. Il exerce par la suite une carrière d'entraîneur dans des petits clubs de la région de Châteauroux, mais également au Mexique puis en Afrique. François Omam-Biyik aura finalement réalisé l’essentiel de sa carrière dans des clubs français, malgré de nombreux voyages formateurs sur la planète football. 

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations en 1988

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème au Ballon d’or Africain en 1990 et 1991

Élu meilleur joueur du Tournoi de Toulon en 1985

 

DIVERS


Il est le frère d'André Kana-Biyik et l'oncle de Jean-Armel Kana-Biyik, eux aussi footballeur professionnel.

 

VIDÉO




01/06/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1033 autres membres