FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Robert Jonquet

Robert Jonquet.jpg

Robert Jonquet

 

Robert Jonquet

Né le 3 mai 1925 à Paris (FRA)

Décédé le 18 décembre 2008 à Reims (FRA)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, défenseur central, 1m76

Surnom: "Héros de Higbury"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 58 sélections

(Matchs amicaux: 45 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 4 avril 1948 contre l'Italie (1-3)

Dernière sélection : le 9 juillet 1960 contre la Tchécoslovaquie (0-2)

 

1945/60 Stade de Reims (FRA) 563 matchs, 10 buts

(Championnat de France: 502 matchs, 9 buts)

(Coupe de France: 46 matchs, 1 but)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 15 matchs)

1960/62 RC Strasbourg (FRA) 67 matchs, 3 buts

(Championnat de France: 19 matchs)

(Championnat de France de D2: 36 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 4 matchs)

(Coupe Charles Drago: 6 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

 

Robert Jonquet, défenseur central doté d'un gabarit exceptionnel, était de la génération de Just Fontaine et de Raymond Kopa, également sociétaires du Stade de Reims, qui avaient grandement contribué à l'époque à la renommée de leur club et de l'équipe de France dans les années 50. Admiré pour son style, il fut considéré comme l'un des meilleurs joueurs à son poste. Ce grand timide, qui impressionnait par son calme et sa sagesse, était élégant, physique et d'une grande endurance. Natif de Paris, Robert Jonquet fait ses classes dans la banlieue sud. Dans les champs qui se trouvent entre Robinson et Chatenay-Malabry, il tape la balle dans l’insouciance, malgré l’occupation allemande. Robert Jonquet.jpgRemarqué par le Stade de Reims à 17 ans, il y joue en junior jusqu'en 1945 avant d'intégrer l'équipe professionnelle après la guerre. Rapidement, il devient un titulaire inamovible de la défense centrale champenoise et y demeurera dix-huit saisons consécutives jusqu'en 1960. Il connaît avec les Rémois, dont il est longtemps le capitaine, la grande époque du "football champagne" des années 1950, sous les ordres d'Albert Batteux, avec cinq titres de champions (1949, 1953, 1955, 1958 et 1960) et deux Coupes de France (1950 et 1958) à la clé. Reims fait alors partie des plus grands clubs européens, et Jonquet participe à la victoire en coupe Latine en 1953, ainsi que la finale de 1955. Lorsque la coupe d'Europe des clubs champions est créée en 1956, Reims parvient en finale contre le Real Madrid de Di Stéfano, mais les coéquipiers de Jonquet perdront 4 buts à 3 au Parc des Princes. Après un nouveau doublé Coupe-Championnat en 1958, Reims réédite sa performance en 1959. De nouveau, au Neckarstadion de Stuttgart, le Real Madrid vient à bout du club français dont l'attaque reste muette (0 but à 2). Jonquet est le seul joueur rémois à avoir disputé ces quatre finales continentales (deux en coupe Latine et deux en C1). Si sa longévité et son palmarès impressionnant en club suffiraient amplement à ses titres de gloire, ses principaux faits d'arme, Robert Jonquet va les connaître en sélection nationale, dont il va devenir l'un des cadres incontestés. Il débute sous le maillot bleu à 24 ans, contre l'Italie, à Colombes: la charnière défensive rémoise avec Roger Marche ne peut empêcher la défaite face aux Azzurri (1 but à 3). Homme de base de la défense tricolore, c’est autour de lui que sera organisée la défense, entre Roger Marche, Raymond Kaelbel, Lazare Gianessi… Les bleus passent au travers de la Coupe du Monde 1954 mais vont réussir celle de 1958 organisé en Suède. Devant, Just Fontaine empile les buts et derrière, Robert est impeccable, à l’image du 4 buts à 0 passé à l’Irlande du Nord en quart de finale. En demi-finale contre le Brésil, Robert Jonquet a marqué les esprits, au cours de laquelle il avait été obligé de rester sur le terrain alors qu'il s'était cassé la jambe après un choc avec Vava, le règlement de l'époque ne prévoyant pas de remplacement de joueurs. Les spécialistes avaient estimé alors que cette blessure avait empêché le onze français de remporter la partie. La France termine finalement troisième en battant brillamment l'Allemagne (6 buts à 3). Après 58 sélections, dont neuf en tant que capitaine entre 1947 et 1960, il met fin à sa carrière internationale en demi-finale du premier Euro contre la Tchécoslovaquie (0 but à 2). Sa carrière de joueur, il va la terminer en Alsace, du côté de Strasbourg, en D2, dont il deviendra entraîneur la saison suivante. Toujours proche par la suite de son ancien club, et résident à Reims, Jonquet déplore le rôle grandissant de l'argent dans le football et la perte de valeurs et de l'esprit d'équipe chez les joueurs, mais aussi chez les supporters. Dans le nouveau stade Auguste-Delaune de Reims, Jonquet, surnommé le "héros de Higbury" en souvenir d'un match nul homérique contre l'Angleterre en 1951 a une tribune qui porte son nom. 15 jours après l'inauguration, il décède le 18 décembre 2008 à l'âge de 83 ans des suites d'une grave maladie.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1958 (France)

4ème de l'Euro 1960 (France)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1956 et 1959 (Stade Reims)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1953 (Stade Reims)

Finaliste de la Coupe Latine en 1955 (Stade Reims)

Champion de France 1949, 1953, 1955, 1958 et 1960 (Stade Reims)

Vice-Champion de France en 1947 et 1954 (Stade Reims)

Vainqueur de la Coupe de France en 1950 et 1958 (Stade Reims)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1955, 1958 et 1960 (Stade Reims)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1954 (Stade Reims)

Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1961 (RC Strasbourg)



25/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1021 autres membres