Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Stade de Reims

Stade de Reims.png
Stade de Reims

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Stade de Reims, fondé le 18 juin 1931

Surnoms: Les rouges et blancs, les rémois

Couleurs: rouge et blanc

Clubs rivauxCS Sedan-Ardennes

Stade: Auguste-Delaune (21 684 places)

 

La création du club

 

Les origines du Stade de Reims remonte au début du 20ème siècle lorsque que le comte Maxence Melchior de Polignac fonde en 1911 la "Société Sportive du Parc Pommery" pour permettre à ses ouvriers de pratiquer plusieurs sports dont le football. Quelques années plus tard et l'arrivée du football professionnel en France, le club décide de se séparer des autres sections pour représenter les Rémois au plus haut niveau et d'afficher ses ambitions. Le stade de Reims naît le 18 juin 1931.

 

Les années 30, l'évolution du Stade

 

Après avoir grandi très tranquillement à un niveau régional, le club rémois passe la vitesse supérieure en 1935 avec la validation de son dossier de demande d’accès au professionnalisme. Le club s’installe dans le ventre mou de la D2 dans un premier temps. Car il dispose de ressources trop limitées à ce niveau pour présenter une équipe réellement compétitive. Cela va changer en 1938 à la suite d’une seconde opération de fusion réalisée cette fois avec le Sporting Club Rémois, champion amateur du Nord Est en 1937, qui postule également au statut professionnel. Une fusion devenu obligatoire à cause de la fédération qui refusait à l'époque qu’une ville de 100 000 comptent deux clubs à ce niveau. La nouvelle entité continuera à s’appeler donc Stade de Reims mais pour les maillots, exit le très kitsch tango à scapulaire noir (ce maillot a été réédité pour la saison 2010-2011 pour les 80 ans du club), le club portera désormais les couleurs du Sporting: rouge et blanc!

 

Stade de Reims 1935.gif

(haut, de gauche à droite): Samano, Balavoine, Tassin, Vannier, Jordan, Moos

(bas, de gauche à droite): Fauchard, Jack, Perpère, Etchandia, Fischer

Photo: ©DR

 

1949, Premier titre de champion de France

 

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Reims est promu en première division et connaît ses premières heures de gloire. Les hommes d’Henri Roessler inscrivent une première ligne au palmarès, leur premier titre de champion de France de D1. À partir de là, le Stade va entamer une incroyable moisson de titres nationaux. La coupe de France l'année suivante, des titres de champion puis un superbe succès en Coupe Latine en 1953, aux dépens des Italiens du Milan AC (3 buts 0) avec, notamment, un doublé d’un certain Raymond Kopa… lui ouvre de nouvelles perspectives. Le club devient également un style de jeu caractéristique basé sur du jeu court à terre. Qui plaît ou non. Mais qui gagne…

 

Stade de Reims 1949.jpg

(haut, de gauche à droite): Jacowski, Penverne, Pa. Sinibaldi, Jonquet, Petitfils, Marche
(bas, de gauche à droite): Bini, Batteux, Palluch, Pi. Sinibaldi, Prouff
Photo: ©DR

 

1956, finaliste de la Coupe d'Europe des clubs champions

 

- Le 13 juin, le club champenois disputait la première finale de l'histoire de la Coupe d'Europe des Club Champions, devenue depuis Ligue des Champions. Les Rémois s'inclinent 4 buts à 3 face au Real Madrid au terme d'une rencontre qui a laissé beaucoup de regrets. En effet, les hommes d'Albert Batteux ont touché de près leur rêve. En menant 2 buts à 0 après seulement 10 minutes de jeu, le Stade de Reims semblait s'ouvrir la voie vers un succès facile. Raymond Kopa avait même une balle de 3 buts à 0 repoussée par un défenseur espagnol. Mais les Merengues ont eu le talent nécessaire pour revenir à deux buts partout. Et même si Michel Hidalgo redonnait espoir aux Rémois à 28 minutes de la fin en inscrivant un troisième but, Madrid a encore su réagir et finalement s'imposer 4 buts à 3. Trois ans plus tard, ce même Real Madrid allait une nouvelle fois s'imposer en finale, laissant aux Rémois l'éternel regret de ne pas avoir su lever la Coupe aux grandes oreilles.

 

Stade de Reims.png

(haut, de gauche à droite): Batteux, Cicci, Zimny, Jonquet, Leblond, Jacquet, Siatka, Giraudo, Penverne

(bas, de gauche à droite): Hidalgo, GlovackiKopa, Bliard, Templin, P. Sinibaldi

Photo: ©Getty images

 

1962, Son 6ème titre de champion de France

 

- le Stade de Reims remporte son tout dernier titre de champion de France, dans un final fou qui le verra sacré… pour un but! En effet, tout se joue sur la dernière journée et les Rouge et Blanc se retrouvent finalement à égalité parfaite avec le Racing Club de Paris. Fait exceptionnel, c’est au goal average que les deux équipes doivent se départager… Avec une moyenne de 1,383 contre 1,365, Reims l’emporte. Mathématique.

 

Stade de Reims.jpg

(haut, de gauche à droite): Wendling, Robin, Barreau, Siatka, Moreau, Rodzik

(bas, de gauche à droite): J. VincentMullerKopa, Akesbi, P. Sauvage

 

Fin 1960-Années 70, grandeur et décadence

 

- Les temps changent. Il y a d’abord le refus, en 1963, de continuer de confier à Albert Batteux les commandes de l'équipe. À cela s’ajoute une santé financière de plus en plus précaire. Au moment où l’équipe, vieillissante, aurait eu besoin d’une cure de rajeunissement, les moyens viennent à manquer. Les conséquences sont immédiates: descente en Division 2 et ouverture d’une période d’instabilité sportive qui durera jusqu’en 1970, date de retour parmi l'élite. Malgré les exploits de la star argentine Carlos Bianchi, symbole de l’époque "Tango" des Rouge et Blanc, caractérisée par sa filière de joueurs sud-américains (Delio Onnis, César Laraignée, Santiago Santamaria) joue le haut du classement en D1, remplit Delaune plus souvent qu’à la grande époque… mais ne gagne rien. Aucun titre, aucune qualification européenne ne viendront récompenser les investissements consentis entre 1972 et 1976. Après une nouvelle finale de Coupe de France perdue en 1977, le club redescend à l'étage en-dessous en 1979. Le début du déclin.

 

STADE DE REIMS 1974.jpg

(haut, de gauche à droite): Brucato, Masclaux, Robert, Aubour, Jodar, Laraignée
(bas, de gauche à droite): Richard, Zywica, Bianchi, G. Lech, Simon
Photo: ©Onze Mondial
 
1990-2000, Le Renouveau
 
- Après des belles heures en D2 entre 1981 et 1988, avec deux demi-finales de Coupe de France atteintes en 1987 et 1988, le club dépose le bilan en 1991. Sans aucun projet de reprise en vue, le Stade de Reims cessera administrativement de vivre le 11 mai 1992. Mais pas son cœur de battre. Le club renaît de ses cendres sous l'appellation Stade de Reims Champagne. La nouvelle équipe présidée par Jean-Claude Hérault démarre en Division d'Honneur. Il faudra l’aide de quelques anciens pros revenus au Stade pour relancer la machine. Reims va finir par retrouver la lumière. Montée en National en 1999, retour en D2 et du statut professionnel en 2002. Le club se structure et rattrape peu à peu le temps perdu.
 
Stade de Reims 2001.jpg
(haut, de gauche à droite): Abreu, Noro, Ait-Alia, Forest, Viard, Tingry, Lafond, Akoun, Bertolino
(milieu, de gauche à droite): Triceneaux, Ducourtioux, Bertrand, Denquin, Masala, Adoul
(bas, de gauche à droite): Beauchart, Degand, Letang, Iavkolev, Jacquenot, Laurent
Photo: ©O. Andrivon
 
2012, Retour en Ligue 1
 
- Après 33 années de purgatoire, le club rémois renaît de ses cendres et remonte parmi l'élite. Jonquet, Kopa, Muller, Onnis ou Bianchi, vont donc enfin avoir des successeurs. Pour revenir en Ligue 1, le Stade a livré une saison quasi-parfaite dans l’antichambre de l’élite. Sur le podium du début à la fin, les Rémois auront bien su gérer leur panne d’hiver pour remettre le contact au printemps, et s’offrir une liesse qui leur fait renouer, enfin, avec leur glorieux passé.
 
Stade de Reims 2012.jpg
(haut, de gauche à droite): Agassa, Weber, Fortes, Tacalfred, Mandi, Fauré
(bas, de gauche à droite): Deaux, Ca, Glombard, Peuget, Amalfitano
Photo: ©DR

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS NATIONALES

 

Champion de France en 1949, 1953, 1955, 1958, 1960 et 1962

Vice-champion de France en 1947, 1954 et 1963

Vainqueur de la Coupe de France en 1950 et 1958

Finaliste de la Coupe de France en 1977

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1954

Vainqueur du Challenge des champions en 1949, 1955, 1958, 1960 et 1966

Finaliste du Challenge des champions en 1962

Champion de France de D2 en 1966

Vice-champion de France de Ligue 2 en 2012

Champion de France de National en 2004

Vice-champion de France de National en 2002 et 2010

Champion de France de CFA 2 en 1998

Champion de DH Ligue Champagne-Ardenne en 1998

Champion de DH Ligue Nord-Est en 1935

Champion de France amateur en 1935

Vainqueur de la Coupe d’été en 1991

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS INTERNATIONALES

 

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1956 et 1959

Vainqueur de la Coupe Latine en 1953

Finaliste de la Coupe Latine en 1955

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1977

Vainqueur de la Coupe Mohammed V en 1962

 

RECORDS

 

Plus large victoire: le 15 octobre 1957 contre Cannes (8-0)

Plus large défaite: le 25 août 1971 contre Saint-Etienne (9-1)

Record d'achat: Jaba Kankava (GEO) 1,5 millions d'euros au Dnipropetrovsk (2015)

Record de vente: Grzegorz Krychowiak (POL) 5,5 millions d'euros au FC Séville (2014)

 

STADE DE REIMS ALL-STAR


GARDIENS

 

Paul Sinibaldi (FRA)

Predrag Rajković (SRB)

Dominique Colonna (FRA)

Hubert Velud (FRA)

Kossi Agassa (TOG)

 

DÉFENSEURS

 

Simon Zimny (FRA)

Yunis Abdelhamid (MAR)

Bruno Rodzik (FRA)

André Jacowski (FRA)

Jean-François Jodar (FRA)

Mickaël Tacalfred (FRA)

Roger Marche (FRA)

Robert Jonquet (FRA)

Jean Wendling (FRA)

René Masclaux (FRA)

César-Auguste Laraignée (ARG)

Aïssa Mandi (ALG)

Raoul Giraudo (FRA)

 

MILIEUX

 

Armand Penverne (FRA)

Jean-François Charbonnier (FRA)

Raymond Kopa (FRA)

Lucien Muller (FRA)

Raymond Cicci (FRA)

Grzegorz Krychowiak (POL)

Michel Leblond (FRA)

Jean Templin (FRA)

Albert Batteux (FRA)

Abraham Appel (HOL)

Michel Hidalgo (FRA)

André Petitfils (FRA)

Robert Siatka (FRA)

Odaïr Fortes (CPV)

Bernard Lech (FRA)

 

ATTAQUANTS

 

René Bliard (FRA)

Paul Sauvage (FRA)

Just Fontaine (FRA)

Roger Piantoni (FRA)

Jean Vincent (FRA)

Santiago Santamaria (ARG)

Delio Onnis (ARG)

Léon Glovacki (FRA)

Pierre Sinibaldi (FRA)

Francis Méano (FRA)

Carlos Bianchi (ARG)

Jean-Pierre Bertolino (FRA)

Pierre Flamion (FRA)

Cédric Fauré (FRA)

 

ENTRAÎNEURS

 

Albert Batteux (FRA)

Henri Roessler (FRA)

Hubert Fournier (FRA)

 

Équipe Type

 

 

Ils ont joué au Stade de Reims

 

René-Jean Jacquet (FRA)

Marcel Aubour (FRA)

Régis Durand (FRA)

Carlo Weis (LUX)

Franck Signorino (FRA)

Khalid Sekkat (MAR)

Bernard Hiegel (FRA)

Atila Turan (TUR)

Thierry Tusseau (FRA)

Jules Vandooren (FRA)

Williams Martínez (URU)

Alexandre Barbier (FRA)

Raymond Kaelbel FRA)

Thomas Foket (BEL)

Jean-Pierre Brucato (FRA)

Anthony Weber (FRA)

Daniel Ravier (FRA)

Valon Berisha (KOS)

Bernard Lech (FRA)

Sylvain N'Diaye (SEN)

Henri Roessler (FRA)

Jozef Kuta (POL)

Richard Krawczyk (FRA)

Alaixys Romao (TOG)

André Betta (FRA)

Roberto Zywica (ARG)

Sarkis Garabedian (FRA)

Bocundji Cá (GNB)

Didier Christophe (FRA)

Erwin Vandendaele (BEL)

Thomas Gamiette (FRA)

Jaba Kankava (GEO)

Antoine Devaux (FRA)

José Padron (ESP)

Pierre Ranzoni (FRA)

Arbër Zeneli (KOS)

Ignace Kowalczyk (FRA)

Floyd Ayité (TOG)

Yves Herbet (FRA)

Ronil Dufrene (USA)

Alain Polaniok (FRA)

Djamel Tlemçani (ALG)

Robert Rico (FRA)

Hyun-Jun Suk (CRS)

Jacky Vergnes (FRA)

Shiva N'Zigou (GAB)

Hassan Akesbi (MAR)

Milan Galic (YOU)

Pierre Bini (FRA)

Gaston Diamé (MRT)

Christian Coste (FRA)

Arne Lundkvist (SUE)

Ivo Basay (CHL)

Anastasios Donis (GRE)

Kamel Ghilas (ALG)

Boulaye Dia (SEN)

Georges Lech (FRA)

Amara Diané (CIV)

Albert Emon (FRA)

François Heutte (FRA)

Richard Niederbacher (AUT)

 

Ils ont débuté au Stade de Reims

 

Jacques Favre (FRA)

Pascal Prince (FRA)

Claude Robin (FRA)

Marcel Moreau (FRA)

Rémi Oudin (FRA)

Robert Pirès (FRA)

Lucas Deaux (FRA)

Nathanaël Mbuku (FRA)

Jean Templin (FRA)

François Calderaro (FRA)

El Bilal Touré (MLI)

Robert Lamartine (FRA)

Grejohn Kyei (FRA)

Jonathan Kodjia (CIV)

Jordan Siebatcheu (USA)

 

Le plus capé de l'histoire du Stade de Reims

 

1) Robert Jonquet (FRA) 502 matchs (1945-1960)

Robert Jonquet.jpg

2) René Masclaux (FRA) 474 matchs (1964-1979)

3) Raymond Kopa (FRA) 402 matchs (1951-1956/1959-1967)

4) Armand Penverne (FRA) 333 matchs (1947-1959)

5) Roger Marche (FRA) 301 matchs (1944-1954)

6) Michel Leblond (FRA) 271 matchs (1949-1961)

7) Hubert Velud (FRA) 270 matchs (1978-1989)

8) Jean Vincent (FRA) 267 matchs (1956-1964)

9) Pascal Prince (FRA) 266 matchs (1977-1988)

10) Robert Siatka (FRA) 259 matchs (1953-1963)

 

Le meilleur buteur de l'histoire du Stade de Reims

 

1) Just Fontaine (FRA) 122 buts (1956-1962)

2) Pierre Sinibaldi (FRA) 115 buts (1944-1953)

Pierre Sinibaldi.jpg

3) Carlos Bianchi (ARG) 107 buts (1973-1977)

4) Roger Piantoni (FRA) 105 buts (1957-1964)

5) Abraham Appel (HOL) 96 buts (1949-1954)

6) René Bliard (FRA) 81 buts (1953-1959)

-) Raymond Kopa (FRA) 81 buts (1951-1956/1959-1967)

8) Jean Vincent (FRA) 68 buts (1956-1964)

9) Jean-Pierre Bertolino (FRA) 66 buts (1978-1987/1993-1996)

10) Léon Glovacki (FRA) 65 buts (1952-1957/1960-1962)

-) Pierre Flamion (FRA) 65 buts (1944-1950)

 

Autres

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS RÉSERVES/JEUNES

 

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1964

Finaliste de la Coupe Gambardella en 1956, 1968, 1977 et 2014

Champion de France amateur en 1939 et 1948

Vice-champion de France amateur en 1954

Champion de France U19 en 2015

Champion de DH Ligue Nord-Est en 1939, 1947, 1948, 1951 et 1969

Champion de DH Champagne-Ardenne en 1998, 2001, 2005, 2013 et 2015

 

SOURCES/RESSOURCES

 

- Stade de Reims

- Reims VDT

- Archives Reims Football



30/12/2015
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1212 autres membres