FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jairzinho

Jairzinho--1-.jpg

Jairzinho

Jair Ventura Filho

Né le 25 décembre 1944 à Rio de Janeiro (BRE)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Ailier droit, 1m73

Surnoms: "le petit Jair", Furação (l'ouragan)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 81 sélections, 34 buts

 

1959/74 Botafogo (BRE) 413 matchs, 186 buts

1974/75 Olympique de Marseille (FRA) 18 matchs, 9 buts

1976 Cruzeiro (BRE) 8 matchs, 3 buts

1977 Portuguesa FC (VEN)

1978/79 EC Noroeste (BRE) 10 matchs, 2 buts

1979 Fast Clube (BRE) 2 matchs

1980/81 Jorge Wilstermann (BOL) 19 matchs, 17 buts

1981 Botafogo (BRE)

1982 Nueve de Octubre (EQU)

 

Succéder à Garrincha sur le flanc droit de l'attaque, la mission s'annonçait impossible. Jaïrzinho l'a remplie, et avec brio, aussi bien avec la sélection brésilienne qu'à Botafogo. Et la Coupe du monde 1970 a été un peu aussi la sienne. En 1958, toute sa famille déménage à Botafogo. C'est donc tout naturellement qu'il rejoint les rangs du club. Jairzinho--2-.jpgSon ascension chez les professionnels coïncide avec le déclin de Garrincha, qui quitte le club en 1965. Jairzinho hérite du numéro 7 et du poste d'ailier droit qui va de pair. La pression liée au remplacement d'une idole du football brésilien ne le déstabilise pas, bien au contraire. En 1963, il débute sous le maillot auriverde à l'occasion d'un match du championnat panaméricain, qu'il remporte. Il s'installe pour de bon avec la Seleção au poste de milieu offensif, où son explosivité et ses démarrages fulgurants sont plus efficaces qu'à la pointe de l'attaque. En Angleterre lors de la coupe du Monde 1966, Jaïrzinho fait partie du naufrage des Brésiliens, éliminés dès le premier tour. Retour au pays dans la tristesse. En 1970, au Mexique, Jaïrzinho et ses coéquipiers enflamment les stades. Pelé est au sommet de sa gloire, et l'ailier de Botafogo profite de ses services au millimètre. Jaïrzinho, surnommé "la Furacão da Copa de 70" (" l'ouragan de la Coupe de 70"), inscrit sept buts, égalant le record des "récidives" de Just Fontaine, en marquant à chacune des six rencontres. Il termine deuxième meilleur buteur de la compétition derrière l'inévitable "Bombardier" Gerd Müller (10 buts). Le Brésil est sacré champion du Monde au terme d'une victoire aboutie sur les italiens (4 buts à 1). En finale, il offre le second but à Gerson avant de marquer quelques minutes plus tard sur une passe de Pelé. Jaïrzinho devient incontournable avec la Seleção qu'a quittée le roi Pelé. Lors du Mondial 1974 en RFA, le Brésil produit un jeu plus défensif, et ne peut conserver son titre mondial. Dominés par les Néerlandais de Johan Cruyff au deuxième tour, les Brésiliens doivent se contenter de la quatrième place derrière les surprenants Polonais. Attirés par la classe mondiale de Jaïrzinho, les dirigeants marseillais le font signer pour un an de contrat. Il fût avec Paulo Cesar le premier champion du monde opérant dans l'hexagone. L'attaquant à la coiffure afro fait chavirer tous les publics de France par ses courses chaloupées. Mais après l'élimination en Coupe de France de l'OM par le Paris-Saint-Germain le 13 mai 1975 lors d'un quart de finale, il est reconnu coupable d'avoir agressé un juge de touche (à tort) et condamné par les instances du foot français à un an de suspension plus un avec sursis. Ce jugement signifie la fin de son passage sur la Canebière. En 1976, il signe à Cruzeiro et remporte dans la foulée une Copa Libertadores, avant de roder dans plusieurs clubs d'Amérique latine. Il devient par la suite entraîneur. Le nouveau retraité sait dénicher des talents : c'est sur ses conseils que Cruzeiro recrute un gamin prometteur de 13 ans chez les cadets du club brésilien de São Cristóvão nommé... Ronaldo.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1970 (Brésil)

4ème de la Coupe du Monde en 1974 (Brésil)

Vainqueur des Jeux Panaméricains en 1963 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe de l'Indépendance du Brésil en 1972 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1976 (Cruzeiro)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1976 (Cruzeiro)

Champion du Brésil en 1968 (Botafogo)

Champion de l'État de Rio en 1967 et 1968 (Botafogo)

Vainqueur du Tournoi de Rio-São Paulo en 1964 et 1966 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 1967 et 1968 (Botafogo)

Champion du Venezuela en 1977 (Portuguesa de Acaruiga)

Champion de Bolivie en 1980 (Wilsterman)

Vice-Champion de France en 1975 (Marseille)

Champion de l'État de Rio juniors en 1961, 1962 et 1963 (Botafogo)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème meilleur joueur Sud-Américain de l’année en 1972

2ème meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1970 (7 buts)

Meilleur buteur du championnat de Venezuela en 1977 (20 buts) (Portuguesa FC)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1970

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien

 

DIVERS


- En 1967, Jairzinho subit une opération rare pour l'époque. Après s'être fracturé deux orteils, il reçoit une greffe osseuse. La convalescence s'est bien passée, comme en atteste la suite de sa carrière.

 

VIDÉO




04/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 979 autres membres