FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Johan Cruyff

Johan Cruyff.jpg

Johan Cruyff

 

Johan Cruijff

Né le 25 avril 1947 à Amsterdam (HOL)

Décédé le 24 mars 2016 à Barcelone (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, milieu de terrain, 1m79

Surnom: Le Hollandais volant, El Salvador, El Flaco

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 48 sélections, 33 buts

(Matchs amicaux: 16 sélections, 8 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections, 10 buts)

(Coupe du Monde: 7 sélections, 3 buts)

(Qualif Euro: 12 sélections, 12 buts)

(Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 7 septembre 1966 contre la Hongrie (2-2)

Dernière sélection : le 26 octobre 1977 contre la Belgique (1-0)

 

Catalogne.png 1 sélection

 

1964/73 Ajax Amsterdam (HOL) 345 matchs, 274 buts

(Championnat des Pays-Bas: 239 matchs, 190 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 32 matchs, 37 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 39 matchs, 19 buts)

(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 4 buts)

(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs, 2 buts)

(Coupe Intercontinentale: 2 matchs, 1 but)

1973/78 FC Barcelone (ESP) 227 matchs, 85 buts

(Championnat d'Espagne: 143 matchs, 48 buts)

(Coupe d'Espagne: 50 matchs, 25 but)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 26 matchs, 12 buts)

1979/80 Los Angeles Aztecs (USA) 27 matchs, 14 buts

1980 et 1981 Washington Diplomats (USA) 32 matchs, 12 buts

1981 Levante UD (ESP) 10 matchs, 2 buts

(Championnat d'Espagne: 10 matchs, 2 buts)

1981/83 Ajax Amsterdam (HOL) 46 matchs, 16 buts

(Championnat des Pays-Bas: 36 matchs, 14 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 8 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)

1983/84 Feyenoord Rotterdam (HOL) 42 matchs, 13 buts

(Championnat des Pays-Bas: 33 matchs, 11 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 7 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)

 

Véritable légende du ballon rond dont le seul défaut est de n'avoir rien gagné avec les Pays-Bas, Cruyff préfigurait dans les années 70, le footballeur moderne et rebelle, à la fois caractérisé par ses qualités physiques, sa vision du jeu panoramique et son talent époustouflant, mais aussi par des méthodes bien précises. Malgré un physique plutôt fragile, qui lui ont valu le surnom de "El Flaco" (le maigre), Johan Cruyff avait des capacités physiques bien au-dessus de la majorité des joueurs à l'époque. Fer de lance du "Football Total" prôné par Rinus Michels, son entraîneur à l’Ajax Amsterdam puis avec les Bataves, il est le prototype du footballeur moderne: très endurant (malgré sa forte consommation de cigarettes), Cruyff était surtout un joueur très rapide et capable de mystifier la plupart des défenses par sa vélocité. Il est également considéré comme l’un des meilleurs artistes du ballon rond toutes époques confondues. Capable des gestes les plus fous et les plus difficiles, il pouvait exécuter des dribbles et des feintes incroyables dont le fameux "Cruyff turn". Les actions que le néerlandais a réalisé dans sa carrière ont contribué à lui donner l'image d'un joueur spectaculaire et inventif, et au-delà des terrains comme un rebelle à contre-courant de son époque. Johan Cruyff était avant tout un électron libre aux positions politiques arrêtées mais avant tout un homme. Né dans le quartier de Betondorp, "village de béton" en néerlandais, à quelques encablures d’Amsterdam, le jeune bambin y pratique le football de rue, à même le bitume, fait de vitesse et de technique et dans lequel tacler est impossible. Mais un drame va bouleverser la vie du petit garçon: la disparition de son père, terrassé par une crise cardiaque. Johan n’a alors que 12 ans. La perte brutale de ce père qu’il admirait tant le hantera toute sa vie. Très vite, il se rend bien vite compte que la vie est rude dans sa famille modeste et que sa seule solution est de se tourner entièrement vers le football. Rapidement repéré par l’Ajax Amsterdam le jeune prodige néerlandais signe son premier contrat professionnel à l'âge de 16 ans. Il gravit les échelons et pour son premier match parmi les grands, il plante un but malgré la défaite 3 buts à 1 de son équipe. Au fil des saisons, il illumine les matchs par son talent et marque véritablement son empreinte au sein du club. Surtout, il évolue comme le chef d’orchestre de son équipe, celui qui positionne avec autorité ses coéquipiers, y compris ceux qui ont dix ans de plus que lui. Le gringalet à la crinière blonde devient l’une des premières rock stars du sport. Les posters à son effigie décorent les murs de toute une génération de jeunes Européens. Il participe aux plus grands succès de l'Ajax d'Amsterdam (1964-1973), avec huit titres nationaux et, surtout, trois victoires consécutifs en Coupe d'Europe des clubs champions (en 1971, 1972 et 1973). À cette époque, l'Ajax balaie tout sur son passage avec la fameuse méthode du "football total" de Rinus Michels et Stefan Kovacs, un jeu offensif fait de mouvement, de créativité et de prise d’espaces, si bien appliquée par des joueurs exceptionnels comme Neeskens, RepKeizer ou lui-même. Le prince d'Amsterdam donnait une idée flatteuse de l'attaquant moderne, à la fois habile sur le plan de l'organisation du jeu, percutant et incisif dans la surface de réparation grâce à sa grande vitesse (215 buts en championnat des Pays-Bas), excellent par son jeu de tête, mais aussi défenseur efficace, si nécessaire. Si les Ajacides ont conservé ce désir de pratiquer un football offensif et attrayant comme lorsque le club dominait l’Europe, les Néerlandais sont rentrés dans le rang après le départ de leur vedette. Et il ne reste désormais de Cruyff qu’une mémoire collective et une trace indélébile marquée dans la vitrine des trophées. Son départ du côté du FC Barcelone est une histoire bien différente. Si c’est le coup de foudre entre le club et le joueur, "El Salvador" ne garnira pas la galerie des coupes avec des récompenses collectives. Seul un championnat (1974) et une Coupe du Roi (1978) sont venus saluer les prestations du stratège. Le point d'orgue au sein du club catalan: une fessée mise à l’ennemi madrilène dans son antre de Santiago Bernabeu d’une "Mañita" (5 buts à 0). Son talent, Johan Cruyff le met également au service de la sélection Oranje. Entouré de très bon joueurs (Neeskens, Krol, Rep...), il hisse sa patrie au sommet du football Mondial, parvenant en finale de la Coupe du Monde en 1974  face à la RFA de l’immense Franz Beckenbauer. Avant d’atteindre la dernière marche, les "Oranges mécaniques" ont terrassé l’Argentine et le Brésil, deux références, en appliquant à la lettre les préceptes du "Football Total". Cruyff le Romantique et sa bande impressionnent le monde entier par la qualité de leur jeu mais cela ne suffit pas face au réalisme allemand. La Mannschaft s’impose 2 buts à 1 et prive le capitaine néerlandais d’un titre avec sa sélection, seule chose qui manque à son palmarès. Au total, entre 1966 et 1977, Cruyff a planté 33 buts en 48 sélections avec l'équipe nationale. Son immense qualité s'est vue récompensée par trois Ballons d'Or (en 1971, 1973 et 1974), fait unique à l’époque depuis la création du précieux sésame. Il y a eu aussi une suite, de Los Angeles à Feyenoord, mais qui est moins grandiose. Pourtant ce n'est pas encore la fin. Pour continuer à rester proche de sa pelouse chérie, il se lance dans le métier d’entraîneur. Adulé comme joueur, il sera idolâtré comme coach. D’abord à l’Ajax où il remporte un titre de champion, deux Coupes des Pays-Bas et la C2 avec l’éclosion de joueurs tels que Van BastenRijkaard ou Bergkamp. Au Barça ensuite. De retour en Catalogne au début des années 90, Cruyff va complètement chambouler l’histoire du club. Il instaure le tiki-taka, style de jeu caractérisé par la circulation continue du ballon, la conservation, l’enchainement rapide des passes en une touche de balle, la prise d’espaces, l’utilisation des intervalles et la projection éclaire vers l’avant. Pour Cruyff "le football c’est simple, mais jouer simplement au football est la chose la plus difficile qui soit ", pour cela il instaure quelques règles élémentaires: "Le principe du football est de marquer au moins un but de plus que l’adversaire, peu importe le nombre de buts encaissés.", "si nous avons le ballon, les autres ne peuvent pas marquer", ou encore, "le ballon doit courir le plus possible, pas les joueurs." Il impose cette philosophie extraite de son passé jusque dans les équipes de jeunes de la formation blaugrana, la fameuse Masia. Une idée du jeu qui fait aujourd’hui l’identité et le succès du FC Barcelone. En 1992, les "Culés" dominent l’Europe avec ce qui restera comme la "Dream Team": Zubizarreta, Koeman, Guardiola, Laudrup ou encore Stoitchkov. En huit saisons sur le banc catalan, Cruyff remporte onze trophées. Une réussite phénoménale qui est due presque entièrement au génie du Néerlandais qui a su transmettre et faire imprégner ses idées à ses joueurs. Néanmoins, au-delà de cette dimension footballistique, c'est aussi son caractère qui lui a permis de dégager une aura qui fait de lui l'égal d'un Pelé ou d'un Maradona. Ce joueur caractériel avait l'image et l'attitude d'un rebelle en perpétuelle contradiction avec certains préceptes de son époque. Il est le premier à choisir son club pour de l'argent et à négocier son salaire (chose confidentielle à l'époque); il est aussi le premier footballeur à exprimer ses opinions politiques (vis-à-vis des Franquistes et de la dictature argentine) alors que tous ses confrères restaient très silencieux. Cette image libertaire était aussi véhiculée par les cheveux longs des rebelles de l'Ajax, leur amour pour le jeu offensif et spectaculaire (contre le catenaccio du Milan AC) et les cigarettes fumées à la mi-temps, qui dans un sens, ont construit la légende. Mais le tabagisme paie ses mauvaises habitudes en 1991 d’un double pontage coronarien. Il doit renoncer à son addiction, suçotant désormais des sucettes depuis le banc de touche pour calmer sa nervosité. Cruyff se retire des bancs de touche en 1996. Resté dans la capitale catalane jusqu'à sa mort, il faisait parler de lui de temps à autre dans la presse. L’attaquant légendaire de l’Ajax Amsterdam est décédé le 24 mars 2016 à l'âge de 68 ans, après avoir perdu un long combat contre un cancer du poumon qu'il combattait depuis plusieurs mois. Le célèbre numéro 14 est parti, emportant avec lui le respect et la gratitude des amoureux du foot.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 (Pays-Bas)

Vainqueur de la coupe intercontinentale en 1972 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1972 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1971, 1972 et 1973 (Ajax Amsterdam)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1969 (Ajax Amsterdam)

Champion des Pays-Bas en 1966, 1967, 1968, 1970, 1972, 1973, 1982, 1983 (Ajax Amsterdam) et 1984 (Feyenoord Rotterdam)

Vice-champion des Pays-Bas en 1969 et 1971 (Ajax Amsterdam)

Champion d’Espagne en 1974 (FC Barcelone)

Vice-champion d’Espagne en 1976, 1977 et 1978 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1978 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1967, 1970, 1971, 1972, 1983 (Ajax Amsterdam) et 1984 (Feyenoord Rotterdam)

Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1968 (Ajax Amsterdam)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu 2ème meilleur joueur du 20ème siècle

Ballon d’or en 1971, 1973 et 1974

Ballon de Bronze en 1975

Nommé au FIFA 100

Meilleur buteur de la Ligue des Champions en 1972 (5 buts) (Ajax Amsterdam)

Meilleur buteur des Pays-Bas en 1967 (33 buts), et 1972 (25 buts) (Ajax Amsterdam)

Élu meilleur joueur de la Coupe du Monde en 1974

Élu meilleur joueur étranger du championnat d’Espagne en 1977 et 1978

Élu meilleur joueur de l’année du championnat des Pays-Bas en 1968, 1972 et 1984

MVP de l’année en NASL en 1979

Élu "joueur en or" des 50 dernières années des Pays-Bas par l'UEFA en 2004

Élu sportif hollandais de l'année en 1973 et 1974

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1974

Nommé dans l’équipe mondiale du 20ème siècle

Nommé dans l’équipe type de tous les temps de la Coupe du Monde FIFA en 1994

Nommé dans la Dream-Team FIFA de la Coupe du Monde en 2002

Nommé dans le 11 type de tous les temps par la magazine anglais "World Soccer" en 2013

À reçu l’Ordre du mérite de la FIFA en 2010

À reçu le prix du Président de l'UEFA en 2013

À reçu le "Laureus Lifetime Achievement Award" pour l'ensemble de sa carrière en 2006

À reçu le prix FBK par le Comité Olympique néerlandais pour l'ensemble de sa carrière en 2005

À reçu une Médaille d'Argent de la ville d'Amsterdam en 1978

Nommé Chevalier de l'Ordre d'Orange Nassau en 1974 puis Officier en 2002

Nommé membre d'honneur de l'Ajax Amsterdam en 1999

Nommé citoyen d'honneur de la ville de Los Angeles en 1979

Creu de Sant Jordi, distinction décernée par la Generalitat de Catalogne en 2006

 

DIVERS


- En 1997, il fonde la Fondation "Cruyff", qui soutient les programmes de sport pour les enfants handicapés.

- Le fils de Johan Cruyff, prénommé Jordi, a mené une carrière de footballeur professionnel remarquée, puisque ce dernier a notamment participé à la finale de la Coupe de l'UEFA en 2001 opposant son club d'Alavés aux Reds de Liverpool (défaite 5 buts à 4).

- Le 26 mars 2010, il a été nommé président d'honneur du FC Barcelone. Il démissionnera un peu plus tard.

- En 1996, La Supercoupe des Pays-Bas a été nommé "Johan Cruijff Schaal ".

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©Ajax Showtime

- 2ème photo: ©I Got Cider in My Ear

 

VIDÉO


 



21/12/2014
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1150 autres membres