FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jorge Burruchaga

Jorge-Burruchaga.gif

Jorge Burruchaga

 

Jorge Luis Burruchaga

Né le 9 octobre 1962 à Gualeguay (ARG)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Meneur de jeu, 1m77

Surnom: "El Burru"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 59 sélections, 13 buts

(Matchs amicaux: 24 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 14 sélections, 3 buts)

(Copa America: 10 sélections, 3 buts)

(Nehru Cup: 5 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 12 mai 1983 contre le Chili (2-2)

Dernière sélection : le 8 juillet 1990 contre la RFA (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png U20: 7 sélections, 1 but

 

1979/81 Arsenal de Sarandi (ARG) 49 matchs, 7 buts

1982/85 Independiente (ARG) 146 matchs, 53 buts

1985/92 FC Nantes (FRA) 163 matchs, 30 buts

(Championnat de France: 140 matchs, 27 buts)

(Coupe de France: 14 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 1 but)

1992/93 Valenciennes (FRA)

(Championnat de France: 32 matchs, 10 buts)

(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)

1993/94 Suspendu

1995/98 Independiente (ARG) 89 matchs, 19 buts

 

Fidèle lieutenant du dieu argentin Diego Maradona, Jorge Burruchaga reste comme le buteur décisif lors de la finale de la Coupe du Monde 1986. Garçon exemplaire, génie du ballon rond. Sa générosité sur le terrain et envers ses partenaires en fait de lui une légende du football argentin. Il fait ses débuts en 1979 à l'Arsenal de Sarandi, petit club local argentin. Il signe ensuite à l'Independiente en 1982 où il remporte de nombreux trophées. Une époque phare du club qui remporte le championnat en 1983 avec 23 buts inscrits pour "El Burru", ainsi que la Copa Libertadores et la coupe intercontinentale contre Liverpool en 1984.Jorge Burruchaga.jpg Il profite de sa montée en puissance pour voyager : le championnat de France lui tend les bras. Il rejoint plus précisément Nantes qui recherche un meneur de "prestige". Burruchaga devient le 10ème argentin à rejoindre le FCN, un an après Victor Ramos, dont l’expérience ratée a été écourtée. Quand il débarque chez les Canaris il n'est pas totalement inconnu, espoir de la sélection argentine, ce milieu offensif marque vite de son empreinte le FC Nantes. Il impressionne par sa classe naturelle, ses qualités de meneur de jeu font de lui un des meilleurs passeurs buteurs du FC Nantes. Il possédait quelque chose de diabolique dans son jeu, il était capable à n'importe quel moment de la partie de faire la différence pour son équipe. Vahid Halilhodzic et José Touré pourront pleinement s'exprimer grâce à son talent d'animateur. Parmi ses performances marquantes figurent deux rencontres de 1984 contre le futur champion, le PSG, en inscrivant en contre le pion du 2 buts à 0 à la Beaujoire, ou encore celle contre le FC Sochaux, dans la foulée d’une défaite avec sa sélection au Parc des Princes contre la France. Face aux Lionceaux, le futur champion du Monde signe un doublé, dont un but inscrit en s’élançant du milieu du terrain, pour une victoire à l’arrachée (3 buts à 2) qui replace les Vert et Jaune dans la course au titre. Mais les Canaris ne reviendront jamais à hauteur des Parisiens et abandonnent leurs derniers espoirs de sacre lors d’un nul concédé contre Bordeaux (0-0), match dans lequel le Gaucho frappe le poteau… Burruchaga est resté sur les bords de l'Erdre pendant sept saisons malgré des blessures à répétitions - il s'est arraché plusieurs fois les ligaments - et un FC Nantes au bord de la relégation financière en 1992. En 1991, il redevient même amateur pour laisser sa place d'étranger au tchadien Japhet N’Doram, l'arrêt Bosman n'étant toujours pas instaurer. Avec la sélection argentine, Burruchaga remporte la coupe du monde 1986 avant d'être finaliste de l'édition 1990 en Italie. Il est notamment connu pour son but crucial en finale du Mondial mexicain contre l'Allemagne de l'Ouest. Alors que les Allemands sont revenus à 2-2 et qu'il reste 5 minutes à jouer, il est lancé en profondeur par Diego Maradona et s'n va battre le gardien germanique Harald Schumacher, le même qui avait abattu le Français Patrick Battiston en 1982, d'un tir à ras de terre. Il inscrit un total de 13 buts en 59 sélections pour l'Albiceleste entre 1983 et 1990. Il dispute également une saison à Valenciennes et sera impliqué dans l'affaire OM-VA. Il est reconnu coupable de corruption et condamné à six mois de prison avec sursis. Cet événement a mis un coup d’arrêt à son expérience en Première division. Il est par la suite blanchi mais ne rechaussera les crampons que un an après. Il retrouve son pays et revient une seconde fois à l'Independiente de 1995 à 1998. Il y remporte notamment la Recopa Sudamericana. Il prend sa retraite en 1998 et débute une carrière d'entraîneur en 2002 à l'Arsenal de Sarandi, son club formateur.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1986 (Argentine)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1990 (Argentine)

3ème de la Copa America en 1989 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1984 (Independiente)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1984 (Independiente)

Vainqueur de la Recopa Sudamericana en 1995 (Independiente)

Vainqueur de la Supercopa Sudamericana en 1995 (Independiente)

Vice-champion de France en 1986 (FC Nantes)

Champion d’Argentine en 1983 (Met.) (Independiente)

Vice-champion d’Argentine en 1982 (Met.), 1983 (Nac.) et 1996 (Ap.) (Independiente)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Copa America en 1983 (3 buts)

Élu meilleur joueur étranger de l'année du Championnat de France en 1986

 

VIDÉO




21/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1072 autres membres