FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Pierre Bernard

Pierre Bernard.jpg
Pierre Bernard

 

Pierre Bernard

Né le 27 janvier 1932 à Boissezon (FRA)

Décédé le 28 mai 2014

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Gardien de but, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 21 sélections

(Matchs amicaux: 11 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 6 sélections)

 

1ère sélection : le 11 décembre 1960 contre la Bulgarie (3-0)

Dernière sélection : le 24 mars 1965 contre l'Autriche (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 4 sélections

 

1948/49 Castres (FRA)

1949/52 Bordeaux B (FRA) 

1952/57 Bordeaux (FRA) 145 matchs

(Championnat de France: 91 matchs)

(Championnat de France de D2: 34 matchs)

(Coupe de France: 18 matchs)

(Coupe Charles Drago: 2 matchs)

1957/61 UA Sedan-Torcy (FRA) 133 matchs

(Championnat de France: 114 matchs)

(Coupe de France: 14 matchs)

(Coupe Charles Drago: 5 matchs)

1961/63 Nîmes Olympique (FRA) 70 matchs

(Championnat de France: 64 matchs)

(Coupe de France: 5 matchs)

(Coupe Charles Drago: 1 match)

1963/67 Saint-Etienne (FRA) 150 matchs

(Championnat de France: 138 matchs)

(Coupe de France: 10 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)

1967/69 Red Star (FRA) 72 matchs

(Championnat de France: 63 matchs)

(Coupe de France: 9 matchs)

 

Il suffit parfois d’un prénom pour se faire un nom. Pierre Bernard aura été l'un des meilleurs gardiens français dans les années 60 au point qu'il est un des rares portiers français nommé dans un classement du Ballon d'Or (28ème en 1961). Originaires de Boissezon dans la région de Castres, il préfère pratiquer le football avec ses frères que de jouer au rugby. Il débute à Castres un soir de Coupe de France contre le Racing Club de Paris. Malgré les sept buts encaissés, le jeune tarnais âgé seulement de 16 ans fait l’admiration d’André Riou, son entraîneur. Après avoir entraîné René Vignal à Toulouse en 1948, Riou découvre une autre pépite dans les cages en la personne de Bernard. Sélectionné dans la sélection Cadets du Midi, il possède déjà toutes les qualités qui font les grands gardiens. En 1950, le jeune international juniors quitte le Tarn et rejoint les Girondins de Bordeaux. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_8175342_201904151101821.jpgAvec son diplôme de garagiste en poche, il fait ses classes dans l’ombre du gardien de l’équipe première, Jean-Guy Astresses. Sous la houlette d’André Gérard, ancien gardien de but des Girondins de 1937 à 1945, il travaille sa détente et sa souplesse. Sa progression est fulgurante. Il gagne ses galons de titulaire en 1952 et s'installe durablement dans les cages. Au printemps 1957, à 25 ans, Bernard ne connaît toujours pas les joies d’une première sélection. Pourtant, sa progression est croissante mais Remetter reste solide à son poste de titulaire chez les Bleus. Une autre raison à cette situation : les Girondins de Bordeaux évoluent en Division 2. À l’intersaison 1957, désireux de retrouver la D1, il quitte la Gironde. Sedan s’attache ses services. Avec les Ardennais, il revient au premier plan. À 28 ans, le gardien des Sangliers n’a pourtant jamais été aussi fort. Sa maturité inspire une confiance totale. Le 11 décembre 1960, il honore enfin sa première sélection en Bleu contre la Bulgarie au Parc des Princes (3 buts à 0). En championnat, Sedan n’a pas les ambitions de son gardien et cela l’agace un peu. Bien que victorieux en finale de Coupe de France contre Nîmes (3 buts à 1), il souhaite s’engager dans un club où il pourra assouvir sa faim de titres. En 1961, il s’engage avec le... Nîmes Olympique de Kader Firoud. Ce dernier ne tarit pas d’éloges à son encontre. Le 18 octobre 1961, lors d’un déplacement des Tricolores à Bruxelles (0-3), malgré la défaite, il crève une nouvelle fois l’écran. Ses réflexes, son coup d’œil et son sens de l’anticipation en font désormais l’un des meilleurs gardiens européens. À la fin de la saison 1960-61, il reçoit l’Etoile d’Or décernée par France Football. Juin 1963. Le championnat a rendu son verdict : Nîmes termine 6ème. L’annonce du possible départ de leur entraîneur Kader Firoud laisse les joueurs dans l’expectative. Tout comme celui programmé de leur gardien Pierre Bernard. Ce dernier, à 31 ans, est toujours ambitieux. Et d’ambition, l’AS Saint-Etienne, présidé par Roger Rocher n’en manque pas. Les Verts sont de retour en D1 et ne souhaitent pas y faire de la figuration. Jean Snella, de retour au club après quatre ans d’absence, c’est la promesse de lendemains enchanteurs. L’un de ses premiers transferts s’appelle… Pierre Bernard. Les Verts sont armés pour effectuer une belle saison : un gardien de haut niveau et huit internationaux. De Herbin à Ferrier, sans compter Mekloufi, chacun espère retrouver en cette équipe, celle qui avait conquis le premier titre en 1957. Dans le Forez, il ne tarde pas à faire l’unanimité. Le 31 mai, Saint-Etienne chute lourdement à Sedan mais devient, dans le même temps, champion de France. C’est également le premier titre pour le gardien des Verts. À 33 ans et deux mois, il connaît sa dernière sélection avec les Bleus le 24 mars 1965 contre l’Autriche (1 à 2). A l’issue de cette rencontre, son compteur en équipe de France restera bloqué à 21. Après avoir été Champion de France à deux reprises avec l’AS Saint-Etienne, il arrive au Red Star en 1967. C’est d’ailleurs en Seine-Saint-Denis que l'international français achève sa carrière, en 1969. Il se reconvertit comme représentant régional pour une célèbre marque d’articles de sport aux trois bandes. Il rejoint son grand ami Roland Guillas. Bien que retraité des terrains, il continue à jouer occasionnellement avec les anciens internationaux. En octobre 1973, il dispute à Brive avec les anciens Bleus, un match contre les vieilles gloires hongroises. Ses coéquipiers se nomment alors R. Tylinski, Goujon ou Kopa. Pierre Bernard nous a quittés le 28 mai 2014 à l’âge de 82 ans.

 

 

PALMARÈS


Champion de France en 1964 et 1967 (Saint-Etienne)

Vainqueur de la Coupe de France en 1961 (Sedan)

Finaliste de la Coupe de France en 1955 (non-joué) (Bordeaux)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1967 (Saint-Etienne)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu joueur français de l’année en 1961

Etoile d'or France Football en 1961



04/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 994 autres membres