FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rivaldo

Rivaldo--2-.jpg

Rivaldo

 

Rivaldo Vitor Borba Ferreira dit "Rivaldo"

Né le 19 avril 1972 à Recife (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, milieu de terrain, 1m86

Surnom: Lhoual

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 74 sélections, 35 buts

(Matchs amicaux: 33 sélections, 13 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 19 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 14 sélections, 8 buts)

(Copa America: 5 sélections, 5 buts)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections)

(Coupe Umbro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 16 décembre 1993 contre le Mexique (1-0)

Dernière sélection : le 19 novembre 2003 contre l'Uruguay (3-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png olympique: 5 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png U20 : 9 sélections, 1 but

 

1989/90 Paulista FC (BRE) 48 matchs, 7 buts

(Championnat de São Paulo de Série A2: 48 matchs, 7 buts)

1991/92 Santa Cruz FC (BRE) 40 matchs, 16 buts

(Championnat du Brésil de D2: 18 matchs, 8 buts)

(Championnat de Pernambouc: 18 matchs, 6 buts)

(Coupe du Brésil: 4 matchs, 2 buts)

1992/93 Mogi Mirim (BRE) 58 matchs, 22 buts

(Championnat de São Paulo: 58 matchs, 22 buts)

1993/94 Corinthians (BRE) 46 matchs, 19 buts

(Championnat du Brésil: 19 matchs, 11 buts)

(Coupe du Brésil: 3 matchs)

(Championnat de São Paulo: 18 matchs, 8 buts)

(Tounoi Río-São Paulo: 6 matchs)

1994/96 Palmeiras (BRE) 103 matchs, 60 buts

(Championnat du Brésil: 45 matchs, 21 buts)

(Coupe du Brésil: 13 matchs, 6 buts)

(Championnat de São Paulo: 39 matchs, 28 buts)

(Copa Libertadores: 6 matchs, 5 buts)

1996/97 Deportivo La Corogne (ESP) 46 matchs, 22 buts

(Championnat d'Espagne: 41 matchs, 21 buts)

(Coupe d'Espagne: 5 matchs, 1 but)

1997/02 FC Barcelone (ESP) 234 matchs, 130 buts

(Championnat d'Espagne: 157 matchs, 86 buts)

(Coupe d'Espagne: 20 matchs, 13 buts)

(Supercoupe d'Espagne: 6 matchs, 1 but)

(Ligue des Champions: 44 matchs, 25 buts)

(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 5 buts)

2002/03 Milan AC (ITA) 40 matchs, 8 buts

(Championnat d'Italie: 22 matchs, 5 buts)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

(Supercoupe d'Italie: 1 match)

(Ligue des Champions: 14 matchs, 2 buts)

2004 Cruzeiro (BRE) 10 matchs, 2 buts

(Championnat du Minas Gerais: 7 matchs, 2 buts)

(Copa Libertadores: 3 matchs)

2004/07 Olympiakos Le Pirée (GRE) 94 matchs, 43 buts

(Championnat de Grèce: 70 matchs, 36 buts)

(Coupe de Grèce: 4 matchs, 4 buts)

(Ligue des Champions: 17 matchs, 3 buts)

(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)

2007/08 AEK Athènes (GRE) 44 matchs, 15 buts

(Championnat de Grèce: 35 matchs, 12 buts)

(Ligue des Champions: 2 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 2 buts)

2008/10 FC Bunyodkor (OUZ) 77 matchs, 42 buts

(Championnat d'Ouzbékistan: 53 matchs, 33 buts)

(Coupe d'Ouzbékistan: 6 matchs, 4 buts)

(Ligue des Champions asiatique: 18 matchs, 5 buts)

2010 Mogi Mirim (BRE) 5 matchs

2011 São Paulo FC (BRE) 46 matchs, 7 buts

(Championnat du Brésil: 30 matchs, 5 buts)

(Coupe du Brésil: 4 matchs)

(Championnat de São Paulo: 9 matchs, 1 but)

(Copa Libertadores: 3 matchs, 1 but)

2012 Kabuscorp (AGO) 21 matchs, 11 buts

2013 São Caetano (BRE) 19 matchs, 2 buts

(Championnat du Brésil de D2: 7 matchs)

(Coupe du Brésil: 2 matchs)

(Championnat de São Paulo: 10 matchs, 2 buts)

2014/15 Mogi Mirim (BRE) 11 matchs, 2 buts

(Championnat du Brésil de D2: 4 matchs, 1 but)

(Championnat du Brésil de D3: 3 matchs)

(Championnat de São Paulo: 4 matchs)

 

C'est l'histoire éternelle, morale et magnifique, d'un jeune Brésilien qui s'est arraché à la pauvreté pour devenir l'une des plus grandes stars du football. C'est l'histoire de Rivaldo. Il est sans conteste un joueur très doué sur le terrain et disposant d'une clairvoyance remarquable, mais on le dit aussi trop amoureux de la balle et trop individualiste. Il ne passe pas précisément pour un bourreau de travail et n'aime pas se faire imposer un quelconque concept tactique. Son visage hiératique, sa haute silhouette, sa fausse raideur ne correspondent guère aux canons traditionnels du joueur brésilien, beaucoup mieux incarnés par l'élasticité et la rondeur d'un Ronaldo ou d'un Roberto Carlos. Rivaldo.jpgMais, de son pays, Rivaldo a récupéré l'essentiel : un toucher de balle velouté, une aisance à utiliser n'importe quelle surface du pied pour domestiquer l'objet, une virtuosité technique remarquable dans n'importe quelle situation de jeu. Il se caractérise par l'impressionnante étendue de son registre tactique et technique. Il est gaucher, mais pas exclusivement, et comme la plupart des Brésiliens sa frappe de loin est très largement au-dessus de la moyenne. Contrairement aux Ronaldo ou autre Ronaldinho, le natif des favelas de Recife n’est pas prédestiné à devenir un grand du football. C'est avec l'envie de prouver le contraire que Rivaldo dispute son premier match à l'âge de 18 ans avec le club de Santa Cruz où il signe son premier contrat professionnel. Après un premier transfert à Mogi-Mirim, il appose en 1993 sa signature sur un contrat le liant au club mythique des Corinthians de São Paulo, sous les couleurs duquel il marque onze buts en 19 rencontres. Cette année a vu aussi les débuts de Rivaldo en équipe du Brésil. À peine un an plus tard, il est transféré au Palmeiras, avec lequel il devient champion du Brésil en 1994. À sa grande déception, il n'est sélectionné ni pour la Coupe du Monde aux États-Unis en 1994, ni pour la Copa América un an après. Après les Jeux olympiques d'Atlanta où il obtiendra seulement la médaille de bronze, Rivaldo traverse l'Atlantique pour intégrer le club espagnol du Deportivo La Corogne en 1996. Il inscrit 22 buts en 47 matchs joués lors de sa première saison, avant d'être transféré chez les géants du Barça. Après une saison à peine passée en Galice, le FC Barcelone s'assure, pour la somme de 24 millions d'euros, les services de Rivaldo en remplacement de Ronaldo parti sous d'autres cieux. C'est avec les catalans que le brésilien s'épanouit pour devenir un des meilleurs joueurs du Monde. À Barcelone, il prend une envergure mondiale et remporte de nombreux succès, dont deux titres de champion d'Espagne auxquels s'ajoutent des distinctions personnelles prestigieuses comme le Ballon d'or et le titre de meilleur footballeur de l'année FIFA. Malgré la lourde défaite en finale de Coupe du Monde 98 face à la France (3 à 0), il décrochera le Graal trois ans après en remportant la coupe du Monde 2002. Joueur-clé du Barça de la fin des années 90, Rivaldo décide néanmoins de mettre un terme à son histoire d’amour catalane et part tenter l’aventure en Italie au Milan AC. Pari gagné. Là encore dès sa première année il remporte une coupe d'Italie ainsi que sa seule et unique Ligue des Champions (2003) lors du duel 100 % italien à Old Trafford entre les Rossoneri et la Juventus. La suite de l’aventure lombarde sera toutefois moins reluisante puisqu'il ne joue plus. À la suite de cette année délicate en Lombardie, Rivaldo quitte Milan. À 32 ans, il s’offre un tout autre challenge plus exotiques et entame une carrière de globe trotteur. Il retourne au Brésil et s’engage au Cruzeiro pour 6 mois. Sa carrière bat de l’aile. Il rejoint ensuite la Grèce ou il passera par l’Olympiakos et l’AEK Athènes. En trois saisons, il affiche un bilan impressionnant de trois titres de champion de Grèce et deux coupes nationales. En 2008, Rivaldo pose ses valises en Ouzbékistan, au FC Bunyodkor pour un montant de 20 millions d'euros. Il y inscrit 39 buts en 43 matchs, avant de quitter le club à l'été 2010. En janvier 2011 et après 5 matches seulement avec Mogi Mirim en tant que entraîneur-joueur, il s'engage au São Paulo FC jusqu'en décembre 2012, il y joue de façon très honorable et fait partie des meilleurs joueurs du championnat. Le 12 janvier 2012, Rivaldo continue son tour du Monde et part en Angola pour s'engager avec Kabuscorp. À la fin de son contrat, il signe en faveur de São Caetano, club de D2 brésilienne, à 40 ans. Puis l'année suivante, il revient à Mogi Mirim dont il est le président. Il met d'abord un terme à sa carrière de footballeur le 15 mars 2014. Mais il reprend du service quelques mois après et créé même la sensation, en marquant dans un match où son fils, Rivaldo Junior, avait également trouvé le chemin des filets. À 43 ans, le Ballon d'Or 1999 a décidé d'arrêter définitivement, en raison de douleurs récurrentes au genou droit, qui le forçaient à effectuer une infiltration avant chaque rencontre.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 2002 (Brésil)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1998 (Brésil)

Vainqueur de la Copa America en 1999 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1997 (Brésil)

Médaille de Bronze aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996 (Brésil)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 2003 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1997 (FC Barcelone) et 2003 (Milan AC)

Champion du Brésil en 1994 (Corinthians)

Champion d’Espagne en 1998 et 1999 (FC Barcelone)

Champion de Grèce en 2005, 2006 et 2007 (Olympiakos)

Champion d’Ouzbékistan en 2009 et 2010 (FC Bunyodkor)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1998 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2003 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe de Grèce en 2005 et 2006 (Olympiakos)

Vainqueur de la Coupe d'Ouzbékistan en 2008 et 2010 (FC Bunyodkor)

Finaliste de la Coupe d'Ouzbékistan en 2009 (FC Bunyodkor)

Vainqueur du championnat de São Paulo en 1994 et 1996 (Palmeiras)

Vainqueur du championnat du Minas Gerais en 2004 (Cruzeiro)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or en 1999

Onze d’or en 1999

Élu meilleur footballeur mondial de l’année FIFA en 1999

Élu meilleur footballeur mondial de l’année FIFA en 2000

Élu meilleur joueur du championnat du Brésil en 1994

Élu meilleur joueur étranger du Championnat d’Espagne en 1998

Élu meilleur joueur étranger du Championnat de Grèce en 2006 et 2007

Élu meilleur joueur de la Copa America en 1999

Élu 2ème meilleur joueur de la Coupe du Monde en 2002

Meilleur buteur de la Copa America en 1999 (5 buts)

Meilleur buteur mondial de l’année en 2000 (21 buts)

Meilleur buteur de la Ligue des Champions en 2000 (10 buts) (FC Barcelone)

Meilleur buteur du Championnat d’Ouzbekistan en 2009 (19 buts) (FC Bunyodkor)

Bola de Prata en 1998 et 1999

Nommé dans l'équipe type de la Coupe du Monde 1998 et 2002

Nommé dans l'équipe type de l'année par l'association ESM en 1999 et 2000

Nommé au FIFA 100

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien

 

VIDÉO




26/09/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1033 autres membres