FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Valentin Ivanov

Valentin-Ivanov.jpg

Valentin Ivanov

 

Valentin Kozmitch Ivanov

Né le 19 novembre 1934 à Moscou (URSS)

Décédé le 8 novembre 2011 à Moscou (RUS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png Soviétique, avant-centre,1 m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 59 sélections, 26 buts

(Matchs amicaux: 32 sélections, 12 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 5 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections, 2 buts)

(Euro: 4 sélections, 3 buts)

 

1ère sélection : le 26 juin 1955 contre la Suède (6-0)

Dernière sélection : le 4 juillet 1965 contre le Brésil (0-3)

 

1952/66 Torpedo Moscou (RUS)

(Championnat d'URSS: 287 matchs, 124 buts)

(Coupe d'URSS: 24 matchs, 15 buts)

 

 Il fut pendant des années l'une des premières vedettes de la très efficace équipe d'URSS, qui a remporté les jeux Olympiques, le tout premier Championnat d'Europe, et qui fit trembler les grandes nations en Coupe du Monde. Symbole d'une équipe révolue, où l'Union Soviétique inspirait respect dans toutes disciplines sportives, cet attaquant au sacré palmarès s'est pourtant battu des années durant, contre un quotidien très compliqué. Il commence sa carrière dans l'équipe d'usine où il travaillé comme mécanicien. Très vite repéré pour sa vitesse et sa facilité à éliminer ces adversaires, c'est George Zharkov, ancien joueur des années 30 et reconverti entraîneur, qu'il l'invite dans l'équipe de Torpedo pour y évolué. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_6414585_201610292415476.jpgAprès 1 an d'apprentissage, il devient un élément indispensable de l'équipe malgré une forte concurrence et son jeune âge. Parmi ses partenaires on peut citer Eduard Streltsov, Valeri Voronin ou Guennadi Gusarov. Le 26 juin 1955, il débute en équipe nationale avec son coéquipier Streltsov et inflige une leçon de football (6 buts à 0) à une équipe de Suède pourtant très expérimentée. Il remporte son premier titre à Melbourne en 1958 lors de l'organisation des Jeux Olympiques. Ivanov à bout de souffle lors des premières rencontres assiste depuis le banc de touche à la conquête de l'or en finale face la Yougoslavie (1 but à 0). Sa plus belle année sera sans doute celle de 1960 en réalisant le doublé, championnat et coupe d'URSS, et le titre de champion d'Europe avec l'Union Soviétique. L'Euro prend la forme d’éliminatoires en aller-retour, avant qu’une phase finale ne regroupe les quatre dernières équipes sur le sol d’un pays hôte, en l’occurrence la France. L’équipe d’Ivanov bat la Hongrie, l'Espagne de Luis Suarez et la Tchécoslovaquie en demi. En finale c'est encore la Yougoslavie qui se dressent face à la Sbornaya en finale. Rapidement mené à la pause, les partenaires d'Ivanov reprennent alors le jeu à leur compte en deuxième mi-temps. D'abord une frappe repoussée de Bubukin repris par Metreveli avant qu'une tête de Ponedelnik offre le but de la victoire en prolongations des Soviétiques (2 buts à 1). À 25 ans, Valentin Ivanov soulève déjà son deuxième grand trophée. Il fut clairement le maillon fort offensif de l’équipe dirigée par Gavriil Kachalin. Deux ans plus tard lors de la Coupe du Monde 1962, l'URSS tombe sur meilleure qu'elle en quart de finale, face au pays organisateur, le Chili, qui vient à bout de ses espoirs mondiaux (2 buts à 1), grâce notamment à un but de Leonel Sanchez, considéré par beaucoup comme le meilleur joueur chilien de tous les temps. Mais avec 4 buts à son actif en autant de rencontres, Valentin Ivanov termine en tête du classement des buteurs de ce Mondial, à égalité avec 5 joueurs. À nouveau finaliste de l'Euro, Ivanov porte haut les couleurs de l'URSS en 1964. Mais son équipe chute face au pays organisateur, l'Espagne. En finale, devant le bouillant public du Stade Bernabeu, la Roja s'impose 2 buts à 1. Le dernier grand tournoi du joueur moscovite s'achève donc sur des nouveaux regrets. En sélection, il dispute 59 matchs pour 26 buts inscrits soit le troisième joueur le plus efficace de l'histoire de l'union soviétique derrière Oleg Blokhine et Oleg Protasov. Il effectue aussi toute sa carrière au Torpedo Moscou. Le bilan de Valentin Ivanov est de 166 buts toutes compétitions confondues dans sa carrière, dont 124 en championnat avec le Torpedo. Un total qui lui permet de figurer parmi les membres du Club Gregory Fedotov, qui regroupe l'ensemble des joueurs à plus de 100 buts en Russie. Après sa carrière, il a entraîné le Torpedo à quatre reprises, remportant notamment le championnat d'URSS en 1976 ainsi que trois coupes d'URSS en 1968, 1972 et 1986. Depuis 2003, il était conseiller du président du Torpedo. Il décède le 8 novembre 2011 de la maladie d'Alzheimer peu avant ses 77 ans. Selon Nikita Simonyan, meilleur buteur de l’histoire du Spartak Moscou et intime de la famille Ivanov, "Celui-ci souffrait beaucoup mais se battait avec ses armes contre la maladie. Sa femme a tout fait pour essayer de le soulager, mais comme tout le monde le sait, la maladie d’Alzheimer est une maladie puissante et incurable. "

 

PALMARÈS


Vainqueur de l’Euro en 1960 (URSS)

Finaliste de l’Euro en 1964 (URSS)

Médaille d'or aux Jeux Olympiques de Melbourne en 1956 (URSS)

Champion d’URSS en 1960 et 1965 (Torpedo Moscou)

Vice-Champion d’URSS en 1957, 1961 et 1964 (Torpedo Moscou)

Vainqueur de la Coupe d’URSS en 1960 (Torpedo Moscou)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1962 (4 buts)

Meilleur buteur de l'Euro en 1960 (2 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1960 et 1964

Nommé dans l'équipe type du championnat d'URSS en 1955, 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1963, 1964

Nommé dans la 2ème équipe type du championnat d'URSS en 1956 et 1965

Membre du Club Grigori Fedotov (166 buts)

Maître émérite des sports de l'URSS en 1957

À reçu l'Ordre du mérite de l'UEFA

À reçu l'Ordre du Mérite Russe en 1997

À reçu l'Ordre de l'Insigne d'honneur Russe en 1960

À reçu la Médaille "Courage du travail" en 1957

À reçu la Médaille "Distinction du travail" en 1989

À reçu la Médaille "Vétéran du travail" en 1984

À reçu le Prix sportif national russe Slava en 2008 comme "Légende" du sport

 

DIVERS


- Son fils Valentin Ivanov est devenu arbitre international. Il est d’ailleurs resté célèbre pour avoir arbitré le huitième de finale Portugal–Pays-Bas lors du mondial allemand de 2006. Durant "La Bataille de Nuremberg" comme beaucoup avait surnommé ce match, le fils Ivanov a distribué 16 cartons jaunes et 4 rouges, un record pour une coupe du Monde !

- Sa femme Lidia Ivanova est quand à elle championne olympique de gymnastique artistique.



23/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1021 autres membres