FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Alberto Spencer

Alberto Spencer.jpg

Alberto Spencer

 

Alberto Pedro Spencer Herrera

Né le 6 décembre 1937 à Ancon (EQU)

Décédé le 3 novembre 2006 à Cleveland (USA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4936313_201506232107170.png Équatorien, Buteur, 1m80

Surnom: Cabeza Magica (Tête magique)

 

Equateur.png 11 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 3 sélections)

(Copa America: 4 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 3 buts)

 

1ère sélection : le 6 décembre 1959 contre l'Uruguay (0-4)

Dernière sélection : le 21 juin 1972 contre l'Iran (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 6 sélections, 1 but

 

1953/59 Everest (EQU) 90 matchs, 101 buts

1960/70 CA Peñarol (URU) 253 matchs, 171 matchs

(Championnat d'Uruguay: 166 matchs, 113 buts)*

*Selon d'autre sources: 432 matchs, 268 buts

(Copa Libertadores: 70 matchs, 48 buts)

(Coupe Intercontinentale: 7 matchs, 6 buts)

(Supercoupe des champions intercontinentaux: 10 matchs, 4 buts)

1971/72 Barcelona SC (EQU) 37 matchs, 19 buts

(Championnat d'Équateur: 20 matchs, 13 buts)

(Copa Libertadores: 17 matchs, 6 buts)

 

Alberto Spencer est considéré comme le plus grand footballeur équatorien de tous les temps. Un dieu du ballon rond en Équateur comme dans son pays d’adoption l’Uruguay. Attaquant très grand et habile de ses deux pieds, il a percé les défenses pendant près de dix ans avec un tir surpuissant et surtout un excellent jeu de tête qui lui a valu le surnom de "Cabeza Magica" (Tête magique) et cette phrase devenu célèbre du roi Pelé: "S’il y avait bien un joueur meilleur de la tête que moi, c’était Spencer. " Né dans la petite ville d'Ancon en Equateur d'une mère équatorienne et d'un père jamaïcain d'origine britannique, ce dernier travaillait pour un centre minier et de forage pétrolier. Le tout jeune Alberto fait ses premiers pas sur le terrain local du club de Los Andes. Il débute sa carrière à tout juste 15 ans et rejoint son grand frère Marcos au Deportivo Everest. Pendant six saisons, il inscrit plus de 100 buts en autant de matchs avec le club équatorien. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7194044_201706073446760.jpgAppelé très vite en sélection, il emmène la sélection "Tricolor" à la 4ème place du championnat Sud-Américain en 1959, sa meilleure performance. Ses prouesses exceptionnelles avec l'Équateur sont très vite repéré par le CA Peñarol qui le recrute aussitôt le tournoi terminé. Auteur de cinq buts lors de ces deux premiers matchs amicaux, il ne perd pas de temps à s’acclimater à son nouveau club qui entre alors dans sa période la plus faste. Il y amasse un énorme palmarès avec plusieurs titres de champion d'Uruguay, trois Copa Libertadores et deux coupes Intercontinentale. La première gagné face au portugais du Benfica en 1961, la seconde en 1966 face au grand Real Madrid avec deux victoires 2 buts à 0. Alberto Spencer inscrit trois buts lors des deux matchs (2 à l'aller et 1 au retour au stade Santiago Bernabeu). Ce triomphe parachève le sacre de 1966, surement une des plus belles années des "Aurinegros". Après sa seconde coupe intercontinentale remporté, le club de l'Inter Milan s'intéresse à lui, mais les dirigeants du club refusent de vendre leur pépite. À partir de 1967, Spencer n’ira plus en finale de coupe intercontinentale, mais il en sera le deuxième meilleur buteur de l'histoire avec 6 buts inscrits sur trois finales différentes derrière l'intouchable Pelé et ses 7 buts sur deux finales. Au total, il termine quatre fois meilleur buteur du championnat uruguayen et reste toujours le meilleur réalisateur de l'histoire de la Copa Libertadores avec 54 pions inscrits entre 1960 et 1972. Lors de la première rencontre de l'histoire de la compétition, le 19 avril 1960, il inscrit un quadruplé devant 35 000 spectateurs face à Jorge Wilstermann, champion de Bolivie (7 buts à 1). Pour terminer sa carrière, il retourne chez lui en Equateur rejoignant le club emblématique du Barcelone SC. Il remporte le titre de champion en 1972 avant de raccrocher les crampons. Sur le front international, le joueur représente simultanément son pays de naissance, l'Équateur, et portera même le maillot de l’Uruguay, son pays d’adoption, au milieu de sa carrière. Il est même approché pour porter les couleurs de l'équipe nationale d'Angleterre en raison de ses origines anglaises mais refuse gentiment l'offre. Considéré comme l'un des meilleurs joueurs sud-américains de l'histoire, il est resté peu connu en Europe. La cause: il n'a jamais disputé de Coupe du Monde à l'instar du roi Pelé. Destin presque similaire aussi à George Best et Alfredo Di Stefano, mais eux ont connu une carrière nationale dans un club plus huppé (Manchester UTD pour le nord-irlandais et le Real Madrid pour l'hispanique). Après sa retraite, il entraîne plusieurs équipes du championnat équatorien (Emelec, Universitario...) et travaille notamment comme diplomate équatorien en Uruguay. Le 14 septembre 2006, il subit une attaque cardiaque lors d'un examen de routine avec son cardiologue. Deux mois plus tard, le 3 Novembre 2006, il décède dans une clinique à Cleveland aux Etats-Unis. Juste après sa disparition, la RSSSF l’élisait footballeur équatorien du 20ème siècle.

 

PALMARÈS


4ème de la Copa America en 1959 (Équateur)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1960, 1961 et 1966 (Peñarol)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1962, 1965 et 1970 (Peñarol)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1961 et 1966 (Peñarol)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 1960 (Peñarol)

Vainqueur de la Supercoupe des champions intercontinentaux en 1969 (Peñarol)

Champion d’Uruguay en 1960, 1961, 1962, 1964, 1965, 1967 et 1968 (Peñarol)

Vice-champion d’Uruguay en 1963, 1966 et 1969 (Peñarol)

Champion d’Equateur en 1971 (Barcelone SC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur Équatorien du 20ème Siècle

Meilleur buteur de la Copa Libertadores en 1960 (7 buts) et 1962 (6 buts) (Peñarol)

Meilleur buteur du championnat d'Uruguay en 1961 (18 buts), 1962 (16 buts), 1967 (11 buts) et 1968 (8 buts) (Peñarol)

Nommé dans l'équipe historique de la Copa America en 2011

Recordman de Buts en Copa Libertadores (54 buts)

À reçu l'Ordre National du Mérite équatorien en 1967

Prix du fair-play par le Comité international Olympique en 2005

Nommé athlète équatorien du siècle par l'association des journalistes d'Equateur en 1997

Nommé personnalité sportive équatorienne du siècle par la chaîne canal 10 de Guayaquil en 1999

Diplôme d'honneur décerné par le Conseil cantonal de Guayaquil en 1991

 

DIVERS


- Après son décès, la fédération équatorienne de football a décidé de changer le nom du l'Estadio Modelo à Guayaquil et le renommer l'Estadio Modelo Alberto Spencer en son honneur.

- Oublié dans la liste FIFA 100 élaborée par Pelé et la FIFA, le fait a provoqué une indignation générale des fans et journalistes sportifs Sud-Américains qui juge la liste trop commerciale à leurs goûts.

 

SOURCES/RESSOURCES


- Alberto Spencer, la tête magique de l'Equateur - TLM S'en Foot

↑Auteur: 

- 1ère photo: ©Imortaisdofutebol

- 2ème photo: ©El Universo

 

VIDÉO





15/01/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1103 autres membres