FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Belgique


Georges Grun

Georges Grun.jpg
Georges Grün

 

Georges Serge Grün

Né le 25 janvier 1962 à Schaerbeek (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Défenseur droit / central, 1m84

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png 77 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 22 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 23 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 11 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 18 sélections, 2 buts)

(Euro: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 13 juin 1984 contre la Yougoslavie (2-0)

Dernière sélection : le 15 novembre 1995 contre la Chypre (1-1)

 

1982/90 RSC Anderlecht (BEL) 256 matchs, 27 buts 
(Championnat de Belgique: 212 matchs, 27 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 17 matchs)
(Coupe des Coupes: 11 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 16 matchs)
1990/94 Parme AC (ITA) 134 matchs, 11 buts
(Championnat d'Italie: 109 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Italie: 12 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 12 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1994/96 RSC Anderlecht (BEL) 48 matchs, 4 buts
(Championnat de Belgique: 46 matchs, 4 buts)
(Ligue des Champions: 2 matchs)
1996/97 Reggiana (ITA) 24 matchs
(Championnat d'Italie: 22 matchs)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)

 

Nous gardons tous dans un coin de notre mémoire le but fantastique de Georges Grün de la tête qui qualifie la Belgique pour la fameuse Coupe du Monde de 1986 au Mexique. Nous retenons surtout l’image d’un garçon élégant, fair-play et terriblement doux. Joueur intelligent avec d'énormes qualités offensives, il est formé au grand Anderlecht des années 80. Véritable produit mauve, l'arrière droit a célébré les titres de champion en 1985, 1986 et 1987. Il prend ensuite la route de la Série A et devient un élément-clé de la première génération du Parma de Nevio Scala, avec qui il remporte la Coupe des Coupes en 1993 en battant l'Antwerp 3 buts à 1 à Wembley. Devenu un défenseur de format international dans la Botte, Georges Grün est un pilier des Diables Rouges durant plus d'une décennie, et dispute un Euro (1984) et trois Coupes du Monde consécutives (1986, 1990 et 1994). Affichant 77 sélections au compteur pour 6 buts inscrits, le capitaine, après le départ de Jan Ceulemans, avait marqué un but mémorable de la tête lors du derby contre les Pays-Bas (1-2) au Kuip de Rotterdam, le 13 novembre 1985, en barrage retour, synonyme de qualification pour le Mondial 1986, après une victoire 1 but à 0 à l'aller. Un but considéré comme le plus important, le plus significatif, le plus émouvant et le plus médiatisé de l'histoire des Diables Rouges. Revenu pour deux saisons dans son club formateur, qu'il reconnaît humblement comme une erreur, il achève sa carrière à la Reggiana en 1997. Juste après avoir raccroché les crampons, Georges Grün se transforme en consultant. Quelques années plus tard, il est engagé comme commentateur des matches de Champion’s League sur Club RTL.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 1986 (Belgique)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1993 (Parme AC)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1990 (RSC Anderlecht) et 1994 (Parme AC)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1983 (non-joué) (RSC Anderlecht)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1984 (RSC Anderlecht)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1993 (non-joué) (Parme AC)

Champion de Belgique en 1985, 1986, 1987 et 1995 (RSC Anderlecht)

Vice-champion de Belgique en 1983, 1984, 1989, 1990 et 1996 (RSC Anderlecht)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1992 (Parme AC)

Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1988 et 1989 (RSC Anderlecht)

Vainqueur de la Supercoupe de Belgique en 1985, 1987 et 1995 (RSC Anderlecht)

Finaliste de la Supercoupe de Belgique en 1986 et 1988 (RSC Anderlecht)


26/01/2020
0 Poster un commentaire

Autres joueurs belges

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Christophe Delmotte


11/01/2020
0 Poster un commentaire

Christophe Delmotte

Christophe Delmotte.jpg
Christophe Delmotte

 

Christophe Delmotte

Né le 9 juin 1969 à Comines (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Arrière gauche, 1m88

 

1990/91 Wasquehal (FRA)
1991/97 RC Lens (FRA) 122 matchs, 13 buts
(Championnat de France: 105 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 3 buts)
(Coupe de de la ligue: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 2 buts)
1993/94 CS Sedan-Ardennes (FRA) (Prêt) 44 matchs, 5 buts
(Championnat de France de D2: 42 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
1994/95 AS Cannes (FRA) (Prêt) 42 matchs, 3 buts
(Championnat de France: 37 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1997/2004 Olympique Lyonnais (FRA) 214 matchs, 16 buts
(Championnat de France: 150 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 14 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 13 matchs)
(Ligue des Champions: 16 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 21 matchs)
2004/06 Reims (FRA) 80 matchs, 6 buts
(Championnat de France de D2: 72 matchs, 6 buts)
(Coupe de France: 6 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
2006/08 Saint-Priest (FRA)
 
Pour Christophe Delmotte, il y a deux clubs dans sa carrière : le RC Lens et l'Olympique lyonnais. Le premier, il s'y est révélé de 1991 à 1997, une période entrecoupée par des prêts à Sedan et à Cannes. C'est durant ces années que le grand Christophe a trouvé son jeu, tout en puissance et en débordements. Loin d’être l’un des meilleurs à son poste d'arrière gauche, il reste un sacré combattant. Puis, à partir de 1997, il y a l'OL. Une histoire fusionnelle qui durera sept longues années. Celles de la confirmation. Une période qui le verra soulever une Coupe de la Ligue et trois titres de champion. Sept années dorées, quoi. Après ça, le natif de Comines, en Belgique, ira balancer ses frappes lourdes du côté de Reims, où il mettra un terme à sa carrière en 2006.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1997 (Olympique Lyonnais)
Champion de France en 2002, 2003 et 2004 (Olympique Lyonnais)
Vice-champion de France en 2001 (Olympique Lyonnais)
Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2001 (Olympique Lyonnais)
Vainqueur du Trophée des champions en 2002 (non-joué) et 2003 (non-joué) (Olympique Lyonnais)

11/01/2020
0 Poster un commentaire

Philippe Albert

Philippe Albert.jpg
Philippe Albert

 

Philippe Julien Albert

Né le 10 août 1967 à Bouillon (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Défenseur central, 1m90

Surnoms: "Le bûcheron de Bouillon", "The Prince"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png 41 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 16 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 8 sélections)

 

1ère sélection : le 29 avril 1987 contre l'Eire (0-0)

Dernière sélection : le 6 septembre 1997 contre les Pays-Bas (3-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png espoirs: 4 sélections

 

1986/88 Charleroi (BEL) 65 matchs, 7 buts
1988/91 FC Malines (BEL) 87 matchs, 5 buts
1991/94 RSC Anderlecht (BEL) 50 matchs, 9 buts
1994/99 Newcastle United (ANG) 138 matchs, 12 buts
(Championnat d'Angleterre: 96 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Angleterre: 8 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue anglaise: 12 matchs, 2 buts)
(Charity Shield: 1 match)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
(Coupe des Coupes: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 1 but)
1998/99 Fulham (ANG) (Prêt) 13 matchs, 2 buts
1999/2000 Charleroi (BEL) 14 matchs, 1 but
 
On a d'abord prétendu que sa technique était trop rudimentaire pour lui permettre d'émarger à l'élite. Pourtant, au FC Malines, aux côtés de Leo Clijsters, Philippe Albert s'est mué en défenseur central de format international. Il hérite rapidement du surnom du "Bûcheron de Bouillon" car pour lui, terminer un match sans prendre de carton relevait d'un exploit. Après avoir été vice-champion et deux fois finaliste de la Coupe de Belgique, il est transféré au RSC Anderlecht en 1992. Avec les Mauves, il remporte 6 trophée en 2 ans, dont 2 à titre individuel. Désireux de partir à l'étranger, il rejoint le Newcastle de Kevin Keegan en 1994. Solide défenseur, fort dans le jeu aérien et qui savait se faire entendre, son fantastique lob sur Peter Schmeichel contre Manchester United (5 buts à 0) en octobre 1996 n'a pas été oublié. Actif de 1994 à 1998 à St James'Park au sein d'une équipe qui jouait les tout premiers rôles en Premier League, il avait ainsi obtenu deux titres de vice-champion d'Angleterre en 1996 et 1997. Après un bref passage par Fulham, Philippe Albert a mis fin à une carrière bien remplie en 2000, après une saison au Sporting de Charleroi minée par les blessures. Avec les Diables Rouges (41 sélections), il a participé à deux Coupes du Monde en Italie (1990) et aux Etats-Unis (1994). Plutôt que de se reposer sur ses lauriers et de prendre un peu de bon temps, il a travaillé, de 2000 à 2011, dans une entreprise de fruits et légumes. L'ancien défenseur central officie également comme consultant télé.
 
PALMARÈS
Champion de Belgique en 1993 et 1994 (RSC Anderlecht)
Vice-champion de Belgique en 1991 (FC Malines)
Vice-champion d'Angleterre en 1996 et 1997 (Newcastle UTD)
Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1994 (RSC Anderlecht)
Finaliste de la Coupe de Belgique en 1991 et 1992 (FC Malines)
Finaliste de la Coupe d'Angleterre en 1998 (Newcastle UTD)
Finaliste de la Charity Shield en 1996 (Newcastle UTD)
Champion d'Angleterre de D3 en 1999 (Fulham)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Soulier d'or belge en 1992

20/12/2019
0 Poster un commentaire

Michel Preud'homme

Michel Preud'homme.jpg
Michel Preud'homme

 

Michel Georges Jean Ghislain Preud'homme

Né le 24 janvier 1959 à Ougrée (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Gardien de but, 1m83

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png 58 sélections

(Matchs amicaux: 20 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections)

(Coupe du Monde: 8 sélections)

(Qualif Euro: 12 sélections)

 

1ère sélection : le 2 mai 1979 contre l'Autriche (0-0)

Dernière sélection : le 17 décembre 1994 contre l'Espagne (1-4)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png espoirs: 8 sélections

 

1977/86 Standard de Liège (BEL) 280 matchs
(Championnat de Belgique: 240 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs)
(Coupe des Coupes: 9 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 23 matchs)
1986/94 FC Malines (BEL) 302 matchs
(Championnat de Belgique: 263 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
(Coupe des Coupes: 17 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 14 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
1994/99 Benfica Lisbonne (POR) 198 matchs
(Championnat du Portugal: 147 matchs)
(Coupe du Portugal: 20 matchs)
(Supercoupe du Portugal: 5 matchs)
(Ligue des Champions: 14 matchs)
(Coupe des Coupes: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)

 

Il est l’un des monuments du football belge. Son incontournable crinière bouclée, son tempérament de gagneur et surtout ses incroyables prouesses sur sa ligne l’ont rendu extrêmement populaire en Belgique. Michel Preud’homme a joué en pro jusqu’à l’âge de 40 ans, compilant un total ahurissant de 650 matchs en première division dans les championnats belge et portugais. Gardien de but, il a connu trois équipes durant sa carrière : son club formateur le Standard de Liège (1977-1986), le FC Malines (1986-1994) puis le Benfica Lisbonne (1994-1999). Avec le Standard, il débute son premier match lors du Classico disputé à Anderlecht le 24 août 1977. Il a 18 ans… Michel Preud'homme.jpgLa suite c'est deux titres de champion de Belgique (1982 et 1983) et une finale perdue de la Coupe des coupes en 1982 face au FC Barcelone (1-2). Il se rattrape six ans plus tard en remportant cette C2 avec le FC Malines, vainqueur de l'Ajax Amsterdam (1 à 0). De nouveau sacré champion de Belgique (1989), il est élu meilleur joueur du championnat belge en 1987 et 1989, et gardien de l'année en Belgique en 1988, 1989, 1990 et 1991. Lorsqu'il débarque dans la capitale portugaise, Michel Preud’homme devient le premier gardien étranger à porter les couleurs du SL Benfica. Agile et expérimenté, le Belge garde les cages des Águias jusqu’à ses quarante ans et devient très vite un des joueurs les plus appréciés du public de la Luz qui s’enflamme à chacune de ses parades. Malheureusement pour lui, Preud’homme n’aura pas connu la meilleure période du SLB et ne remportera qu’une petite Coupe du Portugal en 1996 face au Sporting Portugal (3 buts à 1). Seule ombre au tableau, son nom a été mêlé à l'affaire "Standard-Waterschei" en 1982. Il s'agit d'une affaire de corruption lors de ce match dans le but d'assurer au moins un point au club entraîné par Raymond Goethals pour qu'il devienne champion face au modeste Waterschei. Le Standard remporte la partie (3 buts à 0) et est sacré. Goethals est radié, et certains joueurs comme Preud'homme sont suspendus un an dont six mois avec sursis. International à 58 reprises, Michel Preud'homme participe en tant que titulaire à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. Si la Belgique est éliminée dès les huitièmes de finale par l'Allemagne (2-3), le gardien des Diables Rouges réussit une compétition de haute volée. Au point de décrocher en fin d'année le prix du meilleur gardien du Monde attribué par un jury de l'IFFHS, une organisation d'études historiques et statistiques sur le football. Après avoir arrêté sa brillante carrière, Michel Preud'homme devient entraîneur et connaît le succès notamment en devenant champion de Belgique avec le Standard de Liège. Une prouesse puisque le club attendait ce titre depuis 25 ans. Michel Preud’homme rentre alors dans l’histoire puisqu’il est le premier a remporter le championnat avec le Standard en tant que joueur puis entraîneur.

 

PALMARÈS


Finaliste de l'Euro 1980 (Belgique)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1988 (FC Malines)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1982 (Standard de Liège)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1988 (FC Malines)

Champion de Belgique en 1982, 1983 (Standard de Liège) et 1989 (FC Malines)

Vice-champion de Belgique en 1980 (Standard de Liège), 1987 et 1988 (FC Malines)

Vice-champion du Portugal en 1996 et 1998 (Benfica)

Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1981 (Standard de Liège) et 1987 (FC Malines)

Finaliste de la Coupe de Belgique en 1991 et 1992 (FC Malines)

Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1996 (Benfica)

Finaliste de la Coupe du Portugal en 1997 (Benfica)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1994 (Benfica)

Finaliste de la Supercoupe du Portugal en 1996 (Benfica)

Vainqueur de la Supercoupe de Belgique en 1982, 1983 (Standard de Liège) et 1989 (FC Malines)

Finaliste de la Supercoupe de Belgique en 1981 (Standard de Liège) et 1987 (FC Malines)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu Meilleur gardien de but mondial de l'année en 1994

À reçu le "Prix Yachine" du meilleur gardien de la Coupe du Monde 1994

Soulier d’Or Belge en 1987 et 1989

Élu meilleur gardien de l’année en Belgique en 1988, 1989, 1990 et 1991

Prix du fair-play belge en 1989

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1994

Nommé dans la meilleur équipe-type des Soulier d'Or Belge en 2011

À reçu le Trophée national du Mérite sportif belge en 1989

 

VIDÉO




02/03/2019
0 Poster un commentaire

Luc Nilis

Luc Nilis.jpg
Luc Nilis

 

Luc Gilbert Cyrille Nilis

Né le 25 mai 1967 à Hasselt (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Attaquant, 1m83

Surnom: Lucky Luc

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png 56 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 23 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 15 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 9 sélections, 2 buts)

(Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 26 mars 1988 contre la Hongrie (3-0)

Dernière sélection : le 19 juin 2000 contre la Turquie (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png espoirs: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png U19: 11 sélections, 6 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png U18: 8 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png U17: 3 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png U16: 6 sélections, 3 buts

 

1984/86 FC Winterslag (BEL) 47 matchs, 16 buts
1986/94 RSC Anderlecht (BEL) ≈ 276 matchs, 170 buts
(Championnat de Belgique: 224 matchs, 127 buts)
(Coupe de Belgique: ? matchs, 17 buts)
(Ligue des Champions: 27 matchs, 15 buts)
(Coupe des Coupes: 13 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 7 buts)
1994/2000 PSV Eindhoven (HOL) 196 matchs, 121 buts
(Championnat des Pays-Bas: 164 matchs, 110 buts)
(Ligue des Champions: 17 matchs, 3 buts)
(Supercoupe des Pays-Bas: 1 match)
(Coupe des Coupes: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 6 buts)
2000/01 Aston Villa (ANG) 5 matchs, 2 buts
(Championnat d'Angleterre: 3 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 2 matchs, 1 but)
 
L’histoire de Luc Nilis pourrait (à tort) se résumer en deux regrets : une aventure avec la sélection belge décevante et une carrière brisée net à l’image frissonnante de cette fracture de la jambe droite lors d’un choc avec le gardien d’Ipswich Town Richard Wright en septembre 2000 après seulement trois rencontres de Premier League sous les couleurs d’Aston Villa. Mais il est surtout plus que nécessaire de rappeler l’exceptionnel footballeur qu’il était. Parce que Nilis, c’est avant tout un attaquant racé, élégant, à la technique impeccable. Un véritable artiste au service du collectif. Un serial-buteur toujours altruiste. Luc Nilis.jpgAprès des débuts en D2 à Winterslag (ancêtre du Racing Genk), la carrière professionnelle de "Lucky Luc" prend son envol à Anderlecht dès la saison 1986-87. Avec les Mauves, Nilis éblouit. Quatre titres de champions (1987, 1991, 1992 et 1994), trois coupes de Belgique (1988, 1989 et 1994), deux quarts de finale de Coupe des clubs champions (1987 et 1988) et une finale de Coupe des coupes (1990). 127 buts en 224 rencontres de championnat. Plus d’un but tous les deux matches ! Coups du sombrero, accélérations, petits ponts, grands ponts, crochets en tout genre, feintes de frappe, lobs, demi-volées, coups francs, panenkas… Cet instinctif possède toute la panoplie du génial buteur. Il rend fou ses adversaires pour le plus grand plaisir de ses supporters. Après huit années de succès chez les Mauves, il part vers de nouveaux cieux. En manque de reconnaissance en Belgique (jamais récompensé par le Soulier d'or), il file, en 1994, à 27 ans, chez le voisin néerlandais. À Eindhoven, il fait les beaux jours du PSV et obtient enfin le statut qu’il mérite. Avec un palmarès enrichit de deux titres d’Eredivisie (1997 et 2000) et une coupe des Pays-Bas (1996), il y devient une référence terminant deux fois de suite meilleur buteur et Joueur de l’année en 1995. Durant ses six saisons au pays des Tulipes, Nilis continue d’affoler les statistiques et empile les buts (110 buts en 164 matches de championnat). Surtout, jamais avare de conseils en tout genre, il n’hésite pas à prendre sous son aile les jeunes pousses ultra-talentueuses qui débarquent à ses côtés. Et cela commence fort. Avec "Il Fenomeno" Ronaldo, Nilis régale les supporters du Philips Stadion. L’entente est telle qu’elle restera gravée à jamais dans la mémoire du double Ballon d’Or brésilien. Plus tard, c’est au tour de Ruud Van Nistelrooy. Le buteur batave forme un duo d’une efficacité et d’une complémentarité redoutables avec le buteur belge. Malheureusement, il ne parvient jamais à atteindre ce niveau avec la sélection. En 56 sélections, Nilis inscrit seulement 10 buts. Une panne d’inspiration et de confiance qui l’accompagne dès qu’il enfile le maillot des Diables. S’il participe tout de même aux Mondiaux 1994 et 1998 et à l’Euro 2000, la trace qu’il laisse de son passage en "noir-jaune-rouge" est largement moins indélébile que celle qu’il creuse dans "ses" deux clubs. Avec tant de talent, son aventure avec les Diables laisse un regret éternel. Pourtant, le natif d'Hasselt est assurément l’un des meilleurs attaquants que la Belgique ait connu. Depuis sa retraite forcée à 33 ans, Nilis continue sa transmission en devenant adjoint au PSV mais également en Turquie. Il apprend aux jeunes ce qui a fait sa réussite : l’instinct, la passion, le travail, le sens du collectif et le plaisir.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1990 (RSC Anderlecht)
Champion de Belgique en 1987, 1991, 1993 et 1994 (RSC Anderlecht)
Vice-champion de Belgique en 1989, 1990 et 1992 (RSC Anderlecht)
Champion des Pays-Bas en 1997 et 2000 (PSV Eindhoven)
Vice-champion des Pays-Bas en 1996 et 1998 (PSV Eindhoven)
Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1988, 1989 et 1994 (RSC Anderlecht)
Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1996 (PSV Eindhoven)
Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1998 (PSV Eindhoven)
Vainqueur de la Supercoupe de Belgique en 1987, 1991 et 1993 (RSC Anderlecht)
Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 1996, 1997(non-joué) et 1998 (non-joué) (PSV Eindhoven)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu footballeur de l’année du championnat des Pays-Bas en 1995
Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas en 1996 (21 buts) et 1997 (21 buts) (PSV Eindhoven) 

24/01/2019
1 Poster un commentaire