Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Suisse


Stephan Lichtsteiner

Stephen Lichtsteiner.jpg
Photo: ©Laurent Gillieron/Keystone

 

Stephan Lichtsteiner

 

Né le 16 janvier 1984 à Adligenswil (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Défenseur droit, 1m82

Surnom: le Swiss Express

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 108 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 45 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 27 sélections, 5 buts)

(Coupe du Monde: 10 sélections)

(Qualif Euro: 19 sélections, 1 but)

(Euro: 7 sélections)

 

1ère sélection : le 15 novembre 2006 contre le Brésil (1-2)

Dernière sélection : le 15 novembre 2019 contre la Géorgie (1-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png espoirs: 30 sélections, 1 but

 

2001/05 Grasshopper Zurich (SUI) 90 matchs, 4 buts
(Championnat de Suisse: 79 matchs, 4 buts)
(Coupe de Suisse: 5 matchs)
(Ligue des Champions: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
2005/08 Lille OSC (FRA) 113 matchs, 6 buts
(Championnat de France: 89 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 8 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 5 matchs)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
2008/11 Lazio Rome (ITA) 117 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 100 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 9 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue Europa: 7 matchs)
2011/18 Juventus Turin (ITA) 258 matchs, 15 buts
(Championnat d'Italie: 201 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Italie: 17 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 5 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 31 matchs, 1 but)
(Ligue Europa: 4 matchs)
2018/19 Arsenal (ANG) 23 matchs, 1 but
(Championnat d'Angleterre: 14 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs, 1 but)
(Ligue Europa: 6 matchs)
2019/20 FC Augsburg (ALL) 20 matchs

 

Arrière droit très complet, Stephan Lichtsteiner aura marqué le football suisse de son empreinte, notamment lors de ses sept années passées à la Juventus Turin, figurant véritablement parmi les plus grands latéraux de sa génération.

 

Joueur extra-lucide au caractère bien trempé, déterminé, très bon centreur, jamais avare de ses efforts, il impressionne par ses facultés athlétiques avec ses déboulés sur le côté et ses allers-retours incessants. Après des débuts dans le club de sa ville natale de Adligenswil, il intègre les juniors du FC Lucerne puis débarque au Grasshopper Zurich en 2001. Lancé dans le grand bain par Marcel Koller à la Maladière, il s'impose comme un vrai titulaire lors de la saison 2002-2003, année de son seul sacre suisse, à tout juste 19 ans. Après avoir fait parler ses qualités de défenseur rugueux en terre helvétique, le jeune appelé trente fois chez les Espoirs suisse décide de s'expatrier en Ligue 1 et choisit de poser ses valises dans le Nord de l'Hexagone au LOSC en 2005. Trop impulsif, l'intéressé met deux saisons à s'adapter, dépassé par Mathieu Chalmé et perturbé par des rapports difficiles avec son coach de l'époque Claude Puel. Il s'épanouit en 2007-08 et découvre une certaine adresse devant le but, inscrivant cinq pions lors de son dernier exercice français. De quoi lui faire une bonne réputation au niveau continental et lui ouvrir les portes du Calcio.

 

Stephen Lichtsteiner.jpg

Photo: ©DR

 

L'ex-Dogue prend alors la direction de la Lazio de Rome. Première saison en Série A, première finale de coupe et premier titre hors de ses bases, au bout d’une séance de tirs au but mémorable face à la Sampdoria de Gênes (6 tirs au but à 5). Sixième tireur romain ce soir-là, Lichtsteiner ne tremble pas pour transformer sa tentative, lui qui a joué un rôle majeur dans cette belle victoire des Biancocelesti. Il brille trois saisons avant d'être acheté 10 millions d'euros par la Juventus Turin. Installé au poste de piston droit dans le 3-5-2 d'Antonio Conte puis celui de Max Allegri, il devient un pilier et contribue grandement aux bonnes performances de la formation bianconera. Mieux, celui que les tifosi de la Juve surnomment "Swiss Express" est devenu l’un des symboles de son retour au sommet. Malgré quelques lacunes techniques, il remportera au total avec la Vieille Dame sept titres de champion, quatre coupes nationales, trois supercoupes d’Italie et disputera 258 rencontres toutes compétitions confondues pour 15 réalisations. Il restera d’ailleurs comme celui qui a planté le tout premier but de l’histoire du Juventus Stadium, le 11 septembre 2011 contre Parme, pour ce qui était aussi sa première apparition sous le maillot turinois. Du succès et énormément de bonheur. Mais également des revers, principalement ces deux finales de Ligue des champions perdues, l’une en tant que titulaire en 2015 (défaite 3 buts à 1 contre le Barça) et l’autre en tant que remplaçant en 2017 (défaite 4 buts à 1 face au Real Madrid).

 

Côté sélection, tout commence le 15 novembre 2006 à 22 ans par 84 minutes de jeu lors d'une rencontre amicale perdue 2 buts à 1 face au Brésil. La première d’une série de 108 apparitions sous le maillot du paletot rouge à croix blanche, marquées par trois participations à la Coupe du Monde (2010, 2014, 2018) et deux à l’Euro (2008, 2016), portant également le brassard de capitaine à 28 reprises. Seul regret: son erreur de relance lors du huitième de finale du Mondial 2014 à São Paulo contre l'Argentine, qui a précipité l'élimination de "sa" Nati qui avait livré une performance somptueuse. Sur le déclin, il termine son parcours avec une saison plus que moyenne à Arsenal malgré une finale de C3 et une ultime pige mitigé à Augsbourg. Un peu moins d'un an après l'arrêt de sa carrière, l'ancien meilleur joueur suisse de l'année en 2015 s'est trouvé une nouvelle passion dans l'horlogerie. Il s'est ainsi spécialisé dans les tocantes de luxe au sein de l'entreprise Maurice de Mauriac, basée à Zurich. Mais Stephan Lichtsteiner n'a pas totalement tourné la page footballistique: il a passé ses diplômes d'entraîneur.

 

PALMARÈS

 

Finaliste de la Ligue des champions en 2015 et 2017 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue Europa en 2019 (Arsenal)

Champion d'Italie en 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018 (Juventus Turin)

Champion de Suisse en 2003 (Grasshopper Zurich)

Vice-champion de Suisse en 2002 (Grasshopper Zurich)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2009 (Lazio Rome), 2015, 2016, 2017 et 2018 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 2012 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe de Suisse en 2004 (Grasshopper Zurich)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2009 (Lazio Rome), 2012, 2013 et 2015 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2014, 2016 et 2017 (finale non-jouée) (Juventus Turin)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu joueur de l'année de l'équipe nationale suisse en 2015


06/04/2022
0 Poster un commentaire

Lauro Amado

Lauro Amado.jpg
Photo:©super-servette.ch

 

Lauro Amadò

 

Né le 15 mars 1912 à Lugano (SUI)

Décédé le 6 juin 1971 à Lugano (USI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Attaquant, 1m70

Surnom: Lajo

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 54 sélections, 21 buts

(Matchs amicaux: 44 sélections, 18 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection, 1 but)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe Internationale: 6 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 27 janvier 1935 contre l'Allemagne (0-3)

Dernière sélection : le 5 décembre 1948 contre l'Eire (1-0)

 

1930/32 Lugano (SUI)
1932/34 Servette Genève (SUI) 6 matchs, 2 buts
1934/40 Lugano (SUI) 148 matchs, 109 buts
1940/49 Grasshopper Zürich (SUI) 201 matchs, 116 buts
 
Avec 243 buts en championnat et 21 buts marqués avec la Nati, Lauro Amado reste l'un des buteurs les plus prolifiques du football suisse.
 
Meilleur artilleur de l'histoire des Grasshopper, cet avant-centre né avait une technique au-dessus de la moyenne et une très bonne vitesse d'exécution. En sélection, sa plus belle performance reste ce 11 novembre 1945 à Zurich, où il plante trois des quatre réalisations qui permettent aux Helvètes de tenir en échec la grande Italie de Carlo Parola et Silvio Piola (score final 4-4).
 
PALMARÈS
 
Champion de Suisse en 1933 (Servette Genève), 1938 (Lugano), 1942, 1943 et 1945 (Grasshopper Zürich)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1931 (Lugano), 1941, 1942, 1943 et 1946 (Grasshopper Zürich)

Finaliste de la Coupe de Suisse en 1949 (finale non-jouée) (Grasshopper Zürich)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Meilleur buteur du championnat de Suisse en 1943 (31 buts) et 1947 (19 buts) (Grasshopper Zürich)


15/03/2022
0 Poster un commentaire

Alfred Bickel

Alfred Bickel.jpg
Photo: ©ETH-Bibliothek Zürich,Bildarchiv/Comet Photo AG

 

Alfred Bickel

 

Fredy Bickel

Né le 12 mai 1918 à Eppstein (Empire Allemand)

Décédé le 18 août 1999

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Attaquant, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 71 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 57 sélections, 10 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 1 but)

(Coupe Internationale: 8 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 18 juin 1936 contre la Norvège (2-1)

Dernière sélection : le 30 mai 1954 contre les Pays-Bas (3-1)

 

1934/35 SV Seebach Zürich (SUI)

1935/56 Grasshopper Zürich (SUI) 405 matchs, 202 buts

 

Solide attaquant suisse, Alfred Bickel est une légende des Grasshopper Zurich.

 

Ce joueur au sens du dribble hors du commun et aux passes d'une précision millimétrique a fait les beaux jours des Sauterelles durant une vingtaine d'années. Septuple champion de Suisse, ce "One-club men" plante au total 202 buts en 405 matchs disputés. Sélectionné à 71 reprises avec la Nati, il est, avec le suédois Erik Nilsson, le seul footballeur a avoir disputé les deux Coupes du Monde situées de part et d'autre de la Seconde Guerre Mondiale (1938 et 1950). Une longue douleur mais un gage de fidélité pour ceux qui ont su surmonter les conséquences désastreuses du conflit et l'outrage du temps. Il est décédé le 18 août 1999 à l'âge de 81 ans.

 

PALMARÈS

 

Champion de Suisse en 1937, 1939, 1942, 1943, 1945, 1952 et 1956 (Grasshopper Zürich)

Vice-champion de Suisse en 1938 et 1954 (Grasshopper Zürich)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1937, 1938, 1940, 1941, 1942, 1943, 1946, 1952 et 1956 (Grasshopper Zürich)

Finaliste de la Coupe de Suisse en 1949 et 1953 (Grasshopper Zürich)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu sportif suisse de l'année en 1953


05/03/2022
0 Poster un commentaire

André Abegglen

Andre Abegglen.jpg
Photo: ©Alchetron

 

André Abegglen

 

Né le 7 mars 1909 à Neuchâtel (SUI)

Décédé le 8 novembre 1944 à Zürich (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Attaquant, 1m68

Surnom: "Trello"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 52 sélections, 29 buts

(Matchs amicaux: 29 sélections, 13 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 4 buts)

(Coupe Internationale: 17 sélections, 12 buts)

 

1ère sélection : le 6 novembre 1927 contre la Suède (2-2)

Dernière sélection : le 14 juin 1943 contre la Suède (0-1)

 

1924/26 Cantonal Neuchâtel (SUI)
1926/27 Grasshopper Zürich (SUI) 10 matchs, 4 buts
1927/28 Étoile Carouge (SUI) 13 matchs, 6 buts
1928/29 Cantonal Neuchâtel (SUI)  17 matchs, 9 buts
(Championnat de Suisse: 14 matchs, 8 buts)
(Coupe de Suisse: 3 matchs, 1 but)
1929/30 AS Saint-Eugène (ALG)
1930/34 Grasshopper Zürich (SUI) 104 matchs, 110 buts
(Championnat de Suisse: 82 matchs, 83 buts)
(Coupe de Suisse: 22 matchs, 27 buts)
1934/sep 37 FC Sochaux (FRA)  77 matchs, 66 buts
(Championnat de France: 61 matchs, 51 buts)
(Coupe de France: 16 matchs, 15 buts)
oct 1937/42 Servette FC (SUI) 120 matchs, 72 buts
(Championnat de Suisse: 103 matchs, 63 buts)
(Coupe de Suisse: 17 matchs, 9 buts)
1942/44 FC La Chaux-de-Fonds (SUI) 44 matchs, 32 buts
(Championnat de Suisse: 20 matchs, 19 buts)
(Championnat de Suisse de D2: 17 matchs, 6 buts)
(Coupe de Suisse: 7 matchs, 7 buts)

 

Véritable stratège-buteur, le merveilleux André Abegglen, surnommé "Trello", est une sorte de Di Stefano des premiers âges. Avec son crâne chauve et son apparence fragile, il a été un modèle de footballeur d'avant-guerre. Son talent et sa science du foot lui ont permis de briller lors de deux coupes du Monde et d'être entraîneur-joueur du FC Sochaux à seulement 26 ans.

 

Né en 1909, il effectue ses débuts à Cantonal Neuchâtel, avant de devenir déjà champion de Suisse à l’âge de 18 ans sous les couleurs des Grasshoppers. Cet avant-centre si précoce a de qui tenir: ses frères aînés Jean (3 fois international) et surtout Max (68 fois international) sont déjà des footballeurs de renom. Le titre en poche, il rejoint l'Étoile Carouge et décroche une première sélection en équipe de Suisse alors qu’il n’a pas encore fêté son 19ème anniversaire. Passé par Neuchâtel puis un détour à Saint-Eugène en Algérie, il renoue avec le grand club des bords de la Limmat. En 1931, il ajoute un second titre de champion à son palmarès. Appelé pour jouer la Coupe du Monde 1934, il marque un but lors de la victoire inaugurale de la Nati contre les Pays-Bas.

 

Andre Abegglen.jpg

Photo: ©Keystone

 

Après le Mondial italien, Trello signe de l’autre côté du Jura, à Sochaux. Les Doubistes trustent sans scrupule le haut du tableau tout au long des années 1930, né à l’instigation des industriels de l’Est du pays, la famille Peugeot en tête. Porté par son compère d'attaque Roger Courtois et la ligne défensive Mattler - Maschinot, le "Petit Suisse" frappe très fort: avec 30 buts en 28 matchs, il termine meilleur buteur de première division et contribue grandement au premier sacre national des Lionceaux. Nommé entraîneur-joueur pour sa seconde saison, il se distingue par un septuplé inscrit face à l’US Valenciennes dès la reprise, le 25 août 1935. Une première dans l'histoire du football français. Cela n’empêche toutefois pas les résultats de son club d’être insuffisants. Il est démis de son poste d’entraîneur dès décembre 1935. Victime chronique des blessures, il joue de malchance et s’écroule après avoir marqué en quart de finale de la Coupe de France contre le SC Fives le 26 mars 1936. Nouveauté, l'Helvète devient le tout premier footballeur à se faire opérer du ménisque. Si la suite de l’épopée sochalienne du redoutable avant-centre est gâchée par sa blessure, il remporte tout de même la Coupe de France en 1937. Au total, il plante 51 buts en 61 rencontres sous le maillot jaune et bleu. Il décide ensuite d’accepter une offre du Servette en décembre 1937. Ses coéquipiers deviendront à nouveau champions de France, mais sans lui… (il sera considéré tout de même comme champion avec ses 2 buts en 5 rencontres en début de saison). Malgré les blessures et les coups des adversaires, il plante 63 pions en 103 matchs en tant qu'entraîneur-joueur des Grenat au début de la guerre. Devenu entraîneur-joueur à La Chaux-de-Fonds, il est de nouveau rappelé en équipe nationale au printemps 1943 après trois ans d’absence. Malheureusement, victime d'un accident de train qui transportait son équipe du FCC lors d'un déplacement, il décède un an après à cause d'une blessure mal traitée qui s'est transformée en septicémie. "Abegglen III" n'avait que 35 ans. 52 fois international en plus de quinze ans, auteur de 29 buts pour la Nati, dont 3 réalisations en deux matchs face à la prestigieuse équipe allemande (renforcée d'éléments de la Wunderteam autrichienne suite à l'Anschluss) synonyme de qualification lors de la Coupe du Monde 1938, André Abegglen est assurément un des meilleurs attaquants suisse de l'histoire.

 

PALMARÈS

 

Champion de France en 1935 et 1938 (FC Sochaux)

Vice-champion de France en 1937 (FC Sochaux)

Coupe de Suisse en 1927, 1932, 1934 (Grasshopper Zürich)

Champion de Suisse en 1927, 1931 (Grasshopper Zürich) et 1940 (Servette FC)

Vice-champion de Suisse en 1933 et 1934 (Grasshopper Zürich)

Vainqueur de la Coupe de France en 1937 (FC Sochaux)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1927, 1932, 1934 (Grasshopper Zürich)

Finaliste de la Coupe de Suisse en 1931 (finale non-jouée), 1933 (Grasshopper Zürich), 1938 et 1941 (Servette FC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Meilleur buteur du championnat de France en 1935 (30 buts) (FC Sochaux)


07/11/2021
3 Poster un commentaire

Heinz Hermann

Heinz Hermann.jpg
Photo: ©Keystone

 

Heinz Hermann

 

Né le 28 mars 1958 à Zurich (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Milieu central, 1m82

Surnom: l'Ange blond

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 118 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 70 sélections, 11 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 21 sélections)

(Qualif Euro: 27 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 6 septembre 1978 contre les Etats-Unis (2-0)

Dernière sélection : le 13 novembre 1991 contre la Roumanie (0-1)

 

1976/77 FC Sefeld Zurich (SUI)
1977/85 Grasshopper Zurich (SUI) 213 matchs, 38 buts
1985/90 Neuchâtel Xamax (SUI) 139 matchs, 32 buts
1990/92 Servette Genève (SUI) 90 matchs, 12 buts
1992/93 Grasshopper Zurich (SUI) 18 matchs, 1 but
1993/94 FC Aarau (SUI) 34 matchs, 1 but
 
Joueur le plus capé de la Nati, Heinz Hermann est un monument qui a fait les beaux jours du football suisse dans les années 80 et au début des années 90.
 
À lui seul, son CV ferait pâlir d'envie n'importe quel joueur: 117 sélections en équipe nationale, six fois champion de Suisse, dix-sept ans de carrière et plus de 500 matches en ligue nationale A sous les couleurs des plus grands clubs du pays: Grasshopper, Neuchâtel Xamax, Servette et Aarau. Milieu central élégant et travailleur opérant plutôt en numéro 8, ce distributeur de ballons était un joueur complet, adroit des deux pieds et possédant un bon jeu de tête. Footballeur de valeur, le quintuple joueur suisse de l'année n'a pourtant jamais tenté de joueur dans des championnats plus huppés. Courtisé par l’Ajax, le Bayern ou l’Atlético Madrid, il restera en Suisse, où il n’est pas à plaindre. Dans les années 80, quelques mécènes permettent aux équipes d’offrir des salaires parmi les meilleurs d’Europe. Son problème était plus l’équipe nationale. En effet, le recordman de sélections n’a jamais disputé la moindre phase finale. La Nati ne brille que par intermittence. Elle bat l’Italie championne du monde en octobre 1982 à Rome (1 but à 0), la France troisième du Mondial mexicain en août 1986 à Lausanne (2 buts à 0), le Brésil pour la première fois en juin 1989 à Bâle (1 but à 0), et postule sérieusement au titre officieux de "championne du monde des matches amicaux". L'Ange blond arrête en novembre 1991 après une énième désillusion à Bucarest contre la Roumanie (défaite 1 but à 0). Après avoir raccroché les crampons, il dévient entraîneur le temps d'une saison à Délémont, travaille chez les jeunes du FC Bâle, et fonde avec son pote Andy Egli le club des anciens de l’équipe nationale. Côté vie privée, Heinz Hermann possède également un don caché, souffleur de verre.
 
PALMARÈS
 
Champion de Suisse en 1978 (non-joué), 1982, 1983, 1984 (Grasshopper Zürich), 1987 et 1988 (Neuchâtel Xamax)

Vice-champion de Suisse en 1980, 1981 (Grasshopper Zürich) et 1986 (Neuchâtel Xamax)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1983 (Grasshopper Zürich)

Finaliste de la Coupe de la ligue suisse en 1978 (finale non-jouée) et 1980 (Grasshopper Zürich)

Vainqueur de la Supercoupe de Suisse en 1987 et 1988 (finale non-jouée) (Neuchâtel Xamax)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu footballeur de l’année en Suisse en 1984, 1985, 1986, 1987 et 1988

 
SOURCES/RESSOURCES
 
- Le Temps/Onze Mondial

28/03/2021
0 Poster un commentaire