FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Suisse


Alexander Frei

Alexander Frei.jpg
Alexander Frei

 

Alexander Frei

Né le 15 juillet 1979 à Bâle (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Attaquant, 1m79

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 84 sélections, 42 buts

(Matchs amicaux: 38 sélections, 17 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 25 sélections, 17 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 12 sélections, 5 buts)

(Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 24 mars 2001 contre la Yougoslavie (1-1)

Dernière sélection : le 26 mars 2011 contre la Bulgarie (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png espoirs: 19 sélections, 9 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png U19: 4 sélections, 3 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png U18: 5 sélections, 1 but

 

1997/98 FC Bâle (SUI) 11 matchs, 1 but
1998/99 FC Thoune (SUI) 34 matchs, 6 buts
(Championnat de Suisse: 32 matchs, 6 buts)
(Coupe de Suisse: 2 matchs)
1999/2000 FC Lucerne (SUI) 58 matchs, 22 buts
(Championnat de Suisse: 53 matchs, 17 buts)
(Coupe de Suisse: 5 matchs, 5 buts)
2001/03 Servette Genève (SUI) 80 matchs, 44 buts
(Championnat de Suisse: 64 matchs, 36 buts)
(Coupe de Suisse: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 6 buts)
2003/06 Rennes (FRA) 117 matchs, 52 buts
(Championnat de France: 100 matchs, 48 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 2 buts)
2006/09 Borussia Dortmund (ALL) 83 matchs, 37 buts
(Championnat d'Allemagne: 74 matchs, 34 buts)
(Coupe d'Allemagne: 7 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
2009/13 FC Bâle (SUI) 158 matchs, 106 buts
(Championnat de Suisse: 103 matchs, 72 buts)
(Coupe de Suisse: 15 matchs, 12 buts)
(Ligue des Champions: 20 matchs, 12 buts)
(Ligue Europa: 20 matchs, 10 buts)

 

Figure majeure du ballon rond helvétique durant les années 2000, Alexander Frei, longtemps sous les couleurs Rennaises, a été une fine gâchette du championnat de France. Véritable buteur et renard des surfaces à l’ancienne, le buteur Suisse aura illuminé la Ligue 1 de son talent. Né dans une famille alémanique, il a grandi jusqu’à l’âge de 7 ans en suisse romande. Passionné par le football grâce à son oncle ancien joueur pro, Alex Frei débute sa carrière professionnelle en 1997 dans sa ville natale, à Bâle. Après des passages réussis du côté de Thoune et de Lucerne, il rejoint le Servette Genève en 2000. Il y restera trois saisons, et va se révéler aux yeux du public avec 36 buts marqués en 64 matches. Son sens du placement lui permet de prendre en défaut les lignes adverses, sa qualité de frappe et de finisseur hors pair font le reste. Les recruteurs rennais décident d’enrôler le Suisse lors de la trêve hivernale de 2003. Sans le savoir, ils viennent de mettre la main sur une perle rare. Alexander Frei sera le digne successeur de Marco Grassi. Pourtant, le Suisse ne paye pas de mine. À son arrivée en Ille-et-Vilaine, rien ne laisse supposer aux amateurs de la Piverdière des qualités hors-norme du buteur. Le Stade Rennais aura d'ailleurs mis quelques mois à s'en apercevoir. Entre lenteur et physique commun, l'ancien joueur du Servette FC n'a impressionné personne lors de ses six premiers mois. Un petit but en 13 matches. Rien de bien excitant. Alexander Frei.jpgMis à l’écart par Vahid Halilhodzic, Frei est titularisé sous l’ère László Bölöni et commence à devenir une machine à scorer. Au grand bonheur de tous les fans rouge et noir. Reprises de volée, frappes puissantes, buts de renard de surface, il aura tout réussi en Bretagne. Pendant deux saisons, Alexander Frei va affoler les compteurs. Et les défenses du championnat français. Son instinct du buteur fait des ravages. Déjà auteur de 19 réalisations en 28 matches lors de la saison 2003-2004, il signe vingt buts en 2004-2005 pour s'offrir le titre de meilleur buteur du championnat. C'est simple : il est le symbole de la montée en puissance du Stade Rennais, qui termine 9ème puis 4ème de L1. Les images de son passage sont encore vives sur les bords de la Vilaine. Tous les fans bretons se remémorent encore la soirée du 21 mars 2004 lors d'un inoubliable Rennes-Marseille. Fabien Barthez est alors dans le but marseillais. Le portier de l'équipe de France ira chercher à quatre reprises le ballon au fond de ses filets. Et les quatre fois, c'est Frei qui est venu tromper le Divin Chauve pour un quadruplé historique (4 buts à 3). Mais les amateurs de galette-saucisse se souviennent aussi de son entente avec Olivier Monterrubio. Les deux forment un duo magique. Avec l'ancien Nantais, Frei a trouvé sa rampe de lancement idoine. Leur complicité nouée sur et en dehors du terrain permet au Suisse de crever l'écran. Un régal pour les Rennais. Mais, l'histoire entre le Suisse et le Stade Rennais va toutefois finir en eau de boudin. Sa saison 2005/2006 a été proche du néant. Sept petits buts en tout et pour tout, une pubalgie et une opération le 20 février ont coupé les ailes du leader offensif de la "Nati", qui partira à Dortmund. Sur les bords du Ruhr, il revient sur les chapeaux de roues et montre tout son talent dès sa première saison en terminant deuxième meilleur buteur avec 16 réalisations en 32 matches, soit un but tous les deux matches. Les lecteurs du journal Bild élisent le Suisse comme joueur de l'année. Après trois saisons et une Supercoupe en poche, l’attaquant quitte l’Allemagne pour retrouver son club formateur de Bâle. Ses prestations restent de haute volée. Il y accumule les buts et les titres, brillant au passage en Ligue des champions. Sa dernière sortie face au FC Zurich le 14 avril 2013 est une forme d'apothéose. Commencée par des pleurs au moment de prendre la parole face au public, elle s'achève par un somptueux coup franc permettant au FCB d'égaliser à 1-1, avant de s'imposer 3 buts à 1. Il quitte les terrains définitivement à la 64ème minute de jeu remplacé par son pote Marco Streller. En revanche la carrière de Frei avec la sélection helvète a été loin d’être un long fleuve tranquille. Coupable d’un crachat sur Steven Gerrard, l’attaquant avait été suspendu 3 matches, et n’avait pas pu disputer l’Euro 2004. En 2008, alors que l’Euro se disputait en Suisse, chez lui, Frei allait connaître l’un des pires moments de sa carrière. Lors du match d’ouverture, sur une mauvaise reprise d’appuis, il se blesse gravement au genou et doit abandonner ses partenaires. Il quittera d’ailleurs le terrain aidé de béquilles et totalement effondré. Dernier épisode de cette histoire tumultueuse entre Frei et l'équipe nationale, et non des moindres. En octobre 2010, la veille d’une rencontre face au Pays de Galles, le capitaine essuie une vague de critiques sans précédent, l’accusant d’être égoïste, d’être un mauvais capitaine. Le jour du match, alors que son pays remporte la rencontre facilement (4 buts à 1), il est sifflé par le public. Face à cette avalanche d’événements, il décide alors quelques mois plus tard de prendre sa retraite internationale (en avril 2011). Considéré tantôt comme le plus grand footballeur suisse de l’histoire, tantôt comme un paria, Alexandre Frei reste tout de même le meilleur buteur de la Nati avec 42 buts en 84 sélections. Depuis qu’il a raccroché les crampons, enfin ceux du monde pro, en juin 2013, Alex Frei a privilégié la vie de famille. Le bilan du canonnier suisse est pharaonique : 127 buts en 219 matchs de championnat suisse, 48 buts en 100 matchs de Ligue 1, 34 buts en 74 matchs de Bundesliga, 32 buts en 60 matchs de coupes d'Europe et 42 buts en 84 sélections nationales. Alexandre Frei a démontré année après année un sens du but hors du commun. Merci à celui qui nous a fait aimer le Stade Rennais.
 
PALMARÈS
Champion de Suisse en 2010, 2011, 2012 et 2013 (FC Bâle)
Vainqueur de la Coupe de Suisse en 2001 (Servette Genève), 2010 et 2012 (FC Bâle)
Finaliste de la Coupe de Suisse en 2013 (non-joué) (FC Bâle)
Finaliste de la Coupe d'Allemagne en 2008 (Borussia Dortmund)
Vainqueur de la Supercoupe d'Allemagne en 2008 (Borussia Dortmund)
Vainqueur de l'Uhrencup en 2011 (FC Bâle)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu footballeur de l'année en Suisse en 2011 et 2012
Élu joueur de l'année de l'équipe nationale Suisse en 2004, 2005 et 2007
Meilleur buteur du championnat de France en 2005 (20 buts) (Stade Rennais)
Meilleur buteur du championnat de Suisse en 2011 (27 buts) et 2012 (24 buts) (FC Bâle)
Nommé dans l'équipe type du championnat de France en 2005
 
DIVERS
- En Suisse, il enregistrera un immonde clip de hip-hop. C'était à l'occasion de la coupe du Monde 2010. Pour une marque de chips, l'attaquant a en effet repris l'hymne national helvète... en le tournant en mode rap.
 
VIDÉO


14/08/2019
0 Poster un commentaire

Severino Minelli

Severino Minelli.JPG.jpg
Severino Minelli

 

Severino Minelli

Né le 6 septembre 1909 à Küsnacht (SUI)

Décédé le 23 septembre 1994

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Défenseur Droit, 1m74

Surnom: "Sevi"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 80 sélections

(Matchs amicaux: 51 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Coupe Internationale: 22 sélections)

 

1ère sélection : le 15 juin 1930 contre la Suède (0-1)

Dernière sélection : le 14 juin 1943 contre la Suède (0-1)

 

1927/28 FC Küsnacht (SUI)

1928/30 Servette FC (SUI)

1930/43 Grasshopper Zurich (SUI)

1943/46 FC Zurich (SUI)

 

Severino Minelli est né le 6 septembre 1909 sur la rive droite du lac de Zurich à Küsnacht où il a commencé sa carrière de joueur. Les experts sont unanimes : sur le plan du football, Severino Minelli était 30 ou 40 ans en avance sur son temps en tant qu’athlète de pointe. Il est difficile d’énumérer toutes ses qualités : une maîtrise du ballon brillante avec les deux pieds, sa détente, des démarrages rapides, une grande endurance, sa sûreté défensive, son agilité physique et mentale, son intelligence synthétique et instinctive et avant tout une grande constance et une grande robustesse. À 19 ans, il débarque à Genève libre de tout contrat afin de jouer pour le Servette FC. Il remporte pour la première fois le titre de champion suisse en 1930 sous la direction de l’entraîneur Teddy Duckworth. Le club suisse alignait des joueurs comme Bouvier, Geser, Pichler et Passello. Au bout de deux saisons, il revient à Zurich où il fait les beaux jours du Grasshopper-Club. Ce footballeur pur-sang a en effet remporté de 1931 à 1943 cinq championnats et huit coupes de Suisse. Avec ses 80 sélections, il a longtemps été le recordman de la "Nati". Après avoir débuté le 15 juin 1930 contre la Suède (0 à 1), il prend part à deux Coupes du Monde en 1934 et 1938. L'équipe Suisse, composé d'individualités de grande classe comme le magnifique gardien Frank Sechehaye ou le formidable meneur de jeu Trello Abbeglen, s'arrête par deux fois en Quart de finale (éliminé par la Tchécoslovaquie en 1934 (2 à 3) et la Hongrie en 1938 (0 à 2)). Au zénith de sa carrière, Minelli, doté de tout le tempérament italien de ses ancêtres bergamasques, figure dans le cercle restreint des meilleurs défenseurs à cette époque, en compagnie du Britannique Hapgood, de l’Allemand Janes, de l’Autrichien Karl Sesta et des Italiens Rosetta et Caligaris.

 

PALMARÈS


Champion de Suisse en 1930 (Servette), 1931, 1937, 1939, 1942 et 1943 (Grasshopper)

Vice-champion de Suisse en 1933, 1934 et 1938 (Grasshopper)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1932, 1934, 1937, 1938, 1940, 1941, 1942 et 1943 (Grasshopper)

Finaliste de la Coupe de Suisse en 1931 et 1933 (Grasshopper)


29/01/2018
0 Poster un commentaire

FC Grenchen

FC Grenchen.png
FC Grenchen

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Fussballclub Grenchen 15 (FC Granges), fondé le 2 juillet 1906

Fusion avec le FC Wacker Grenchen

Surnom: "die Uhrenstädter"

Couleurs: bleu et blanc

Stade: Brühl (15 100 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 2 juillet 1906 et a été longtemps le meilleur club de la région. En 2015, le club fusionne avec le FC Wacker Grenchen.


30/11/2017
0 Poster un commentaire

FC Vevey-Sports

Vevey-Sports.jpg
FC Vevey-Sports

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.pngFootball Club Vevey-Sports 1899, fondé en 1899

Refondé en 2005

Ancien nom: FC Vevey-Sports 05 (2005-2015)

Couleurs: jaune et bleu

Stade: Stade de Copet (4 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé en 1899 sur les bords du Lac Léman. En mars 2005, après une période tourmentée, le club renaît sous le nom du FC Vevey Sports 05. Puis en mai 2015, le club est renommé FC Vevey Sports 1899 en souvenir de sa date de fondation.


27/10/2017
0 Poster un commentaire

FC Mendrisio

FC Mendrisio.png
FC Mendrisio

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Football Club Mendrisio, fondé en 1912

Fusion avec le FC Stabio en 2006, disparu en 2012 et refondé en 2012

Anciens noms: Associazione Calcio Mendrisio (1920-1923), Speranza Football Club Mendrisio (1924),

FC Mendrisio Star (1959-1982), Football Club Mendrisio-Stabio (2006-2012)

Surnoms: FCM, Rossobianconeri

Couleurs: noir, blanc et rouge

Stade: Campo Sportivo Comunale (4 260 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé en 1912 dans la ville de Mendrisio. En 2006, le club fusionne avec le FC Stabio et devient le FC Mendrisio-Stabio. Le club est dissous en 2012 et redevient le FC Mendrisio.


09/09/2017
0 Poster un commentaire

FC Chiasso

FC Chiasso.png
FC Chiasso

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Football Club Chiasso, fondé en 1905

Surnoms: Momò, Ciàss, FCC

Couleurs: rouge et bleu

Stade: Stadio Comunale (11 160 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé en 1905 par une association très populaire: "le Grotto del Carlino". C'est l'initiative de Felix Regli et César Chiesa, employés aux services télégraphiques des chemins de fer suisses, auxquels s'ajoutent Angelo Somaglino et Romeo Sorio des chemins de fer italiens.


09/09/2017
0 Poster un commentaire