" />

Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Wlodzimierz Mazur

Wlodzimierz Mazur.jpg
Photo: ©Graedu

 

Włodzimierz Mazur

 

Né le 18 avril 1954 à Opatow (POL)

Décédé le 1er décembre 1988 à Sosnowiec (POL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, attaquant, 1m74

Surnom: Wlodek

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 23 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 31 octobre 1976 contre la Chypre(5-0)

Dernière sélection : le 10 octobre 1982 contre le Portugal (1-2)

 

1973/83 Zagłębie Sosnowiec (POL) 282 matchs, 79 buts

1983/85 Stade Rennais (FRA) 32 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 24 matchs, 4 buts)

(Championnat de France de D2: 4 matchs)

(Coupe de France: 4 matchs)

1985/86 Zagłębie Sosnowiec (POL) 7 matchs, 1 but

 

Attaquant international polonais des années 70 et 80, Wlodzimierz Mazur a fait les beaux jours de Sosnowiec avant d’essayer de maintenir le Stade Rennais en D1 au milieu des années 80. Le buteur a malheureusement connu une fin tragique.

 

Natif d’Opatow, au sud du pays, Wlodzimierz Mazur débute en professionnel au Zeglabie Sosnowiec, sympathique équipe polonaise. Classé pourtant second en 1972, le club fait le yoyo en première division. Jeune attaquant, Mazur ne participe pas à l’élimination au premier tour de la Coupe UEFA de son équipe lors de ses débuts l'année suivante contre le Vitoria Setubal (défaite 6 buts à 1 au Portugal). Malgré un gabarit moyen (1,74m pour 72 kg), il va s’imposer à la pointe de l’attaque du club. Sans être un buteur providentiel, il plante une dizaine de pions chaque saison. Sa carrière décolle à partir de 1976, date à laquelle il fait ses premiers pas en sélection, lors d’un match qualificatif pour l’Euro 1976 contre Chypre (victoire 5 buts à 0). Ses années glorieuses vont suivre, avec deux victoires consécutives en Coupe de Pologne et un titre de meilleur buteur du championnat polonais en 1977 (17 réalisations).


Wlodzimierz Mazur.jpg

Photo: ©gol24

 

Tout ceci lui vaut donc des apparitions récurrentes avec les Aigles blancs où il a un rôle de joker de luxe, derrière les Andrzej SzarmachGrzegorz Lato ou l’autre Wlodzimierz, l’immense LubanskiIl participe ainsi à la coupe du Monde en Argentine où les polonais, après une brillante première phase (premier de leur poule devant la RFA tenante du titre) vont s’écrouler au second tour. Alors que son club rentre dans le rang et lutte même pour le maintien en 1981, ne se sauvant qu’à la dernière journée, Mazur reste présent en sélection jusqu’en 1982; Hélas pour lui, il ne sera pas retenu pour le Mondial espagnol où les Polonais finiront à une magnifique 3ème place grâce à Zbigniew Boniek, l’étoile montante. Il totalisera 23 sélections pour 3 buts, bilan pas forcément terrible pour un attaquant.

 

En 1983, ayant atteint l’âge de l’exil, Mazur demande son bon de sortie et l’obtient. Il se dirige vers la France, terre d’accueil de bon nombre de ses compatriotes. Les bretons, champion de D2 se sont bien renforcés en vue du maintien avec Yannick StopyraPierrick Hiard et l’allemand Udo Horsmann. Mazur, en concurrence avec Philippe Morin et Jacky Charrier, transfuge d’Angers, n’apportera pas toute l’efficacité espérée. 4 petits buts pour un flop. Il n’aura pas fait oublier l'Israélien Vicky Peretz, meilleur buteur du club l'année précédente. Mais faire de lui le responsable de la descente en D2 c’est aller un peu vite en besogne. Seul Stopyra, avec 10 réalisations a tenu son rang et la défense, avec 65 buts encaissés est en grande partie responsable. Pierre Mosca arrive sur le banc et ne compte pas trop sur l’attaquant polonais, privilégiant un Mario Relmy beaucoup plus efficace. Troisièmes, les bretons retrouvent l’élite après des barrages homériques (élimination de St Etienne et Mulhouse puis Rouen au terme d’une interminable séance de pénalty (7 tirs au but à 6 pour les Bretons)). En fin de contrat, Mazur retourne en Pologne, à Sosnowiec. La motivation et le physique ne suivent plus et à 32 ans, il range définitivement les crampons, après une saison quasi blanche. Il décède quelques années plus tard, en décembre 1988, à l'âge de 34 ans seulement.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe de Pologne en 1977 et 1978 (Zagłębie Sosnowiec)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Meilleur buteur du championnat de Pologne en 1977 (17 buts) (Zagłębie Sosnowiec)



18/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1193 autres membres