Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Ernesto Grillo

Ernesto Grillo.png
Photo: ©Noticias.iruya.com

 

Ernesto Grillo

 

Né le 1er octobre 1929 à Buenos Aires (ARG)

Décédé le 18 juin 1998 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Milieu offensif/Attaquant

Surnoms: El Pelado, El Coco

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 20 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 10 sélections, 6 buts)

(Copa America: 6 sélections, 2 buts)

(Copa Lipton: 2 sélections, 1 but)

(Copa Del Atllantico: 2 sélections, 2 buts)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png non-officiel: 1 sélection, 2 buts

 

1ère sélection : le 7 décembre 1952 contre l'Espagne (1-0)

Dernière sélection : le 15 août 1962 contre l'Uruguay (3-1)

 

1949/57 Independiente (ARG) 192 matchs, 90 buts
1957/60 Milan AC (ITA) 96 matchs, 30 buts
(Championnat d'Italie: 79 matchs, 21 buts)
(Coupe d'Italie: 6 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 11 matchs, 6 buts)
1960/66 Boca Juniors (ARG) 88 matchs, 11 buts

 

Beaucoup moins connu en Europe que ses deux coéquipiers vedettes du Milan 1958, Juan Alberto Schiaffino et Nils Liedholm, Ernesto Grillo fait néanmoins partie des grands joueurs argentins des années 50 et du début des années 60.


En Argentine, il est surtout associé pour l'éternité à un golazo: l'un des buts les plus mythiques de l'histoire du football argentin, passé à la postérité sous le nom de "gol imposible". Ce 14 mai 1953, 85 000 spectateurs s'entassent dans les travées du Monumental pour voir l'Albiceleste dominer les Three Lions 3 buts à 1. Auteur d'un doublé, Grillo plante un but d'anthologie après avoir dribblé deux joueurs dans la surface et tiré sur le côté gauche dans un angle complètement fermé dans la cage d'Edward Ditchburn qui n'a rien pu faire. Retransmis pour la première fois au pays à la télévision, l'impact est tel que le président de l'époque Juan Peron a déclaré chaque 14 mai férié et commémoré comme "El Dia del Futbolista", la journée des footballeurs! Une journée depuis déplacé au 22 juin, jour du but du siècle de Maradona contre l'Angleterre lors de la Coupe du Monde 1986. Et cette confrontation de 1953 déclaré non-officiel par la FIFA, car le royaume de sa Majesté aurait envoyé sois disant une sélection britannique appelée FA XI.

 

Ernesto Grillo.png

Photo: ©Marca

 

Mais peu importe, "El Pelado" ("le tondu") aura marqué le football argentin à bien d'autres titres. En sélection, il remporte ainsi la Copa America 1955 en dominant l'hôte chilien en finale. En club, ce fabuleux manieur de ballon, capable de jouer milieu offensif comme attaquant, a d'abord été l'idole d'Independiente dans les années 50. Avec son quintet offensif Micheli-Cecconato-Lacasia-Grillo-Cruz (tous internationaux argentins), Les Diables Rouges régale et signe quelques succès fameux, dont un mémorable 6 buts à 0 infligé au Real de Di Stefano dans son antre de Chamartin, en 1953, à l'occasion d'une tournée européenne. Curieusement pourtant, il ne parvient jamais à remporter le championnat durant son passage à Avellaneda. Malgré un effectif talentueux et un jeu unanimement salué, Independiente enchaîne en effet les places d'honneur durant cette décennie, subissant la domination nationale de River et - humiliation suprême - du grand rival local, le Racing Club. Après 192 matchs et 90 buts sous le maillot "Rojo", Grillo décide d'aller garnir son palmarès outre-Atlantique, en 1957. Cap sur l'Italie et le Milan où il forme durant trois saisons une triplette sublime avec deux meneurs de jeu de génie, le "Don Juan" Schiaffino et le "Baron" Liedholm. Après avoir corrigé les Glasgow Rangers, Dortmund et une équipe de Manchester United décimée par le crash aérien de Munich, les Rossoneri font trembler le grand Real Madrid en finale de la C1 1958, ne cédant qu'en prolongation (défaite 3 buts à 2) malgré un but de Grillo. Un Scudetto plus tard, il rentre terminer sa carrière à Boca, glanant enfin ses trois premiers titres de champion d'Argentine.

 

La trentaine bien tassée, Grillo n'est plus aussi vif et prolifique que lors de ses années Independiente mais n'a rien perdu de sa vista ni de son toucher de balle. Il encadre ainsi la jeune génération "Boquense", incarnée par les grands espoirs Angel Clemente Rojas et Silvio Marzolini, qu'il guide, aux côtés du nouveau goleador vedette José Sanfilippo (tout juste arrivé de San Lorenzo), jusqu'en finale de la Copa Libertadores 1963. Malheureusement, après un superbe parcours marqué notamment par l'élimination de Peñarol en demie, Boca échoue sur la dernière marche face au tenant du titre Santos, emmené par son légendaire duo Pelé-Coutinho. Décédé en 1998, à l'âge de 68 ans, Ernesto Grillo fait partie des 24 joueurs élus au Hall of Fame de la Fédération argentine.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Copa America en 1955 (Argentine)

3ème de la Copa America en 1956 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Lipton en 1957 et 1962 (Argentine)

Finaliste de la Copa del Atlántico en 1956 (Argentine)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1958 (Milan AC)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1963 (Boca Juniors)

Champion d'Italie en 1959 (Milan AC)

Champion d'Argentine en 1962, 1964 et 1965 (Boca Juniors)

Vice-champion d'Argentine en 1954 (Independiente)

 

SOURCES/RESSOURCES

 

Alain Proviste‐Aficionado de l'Argentine



06/02/2022
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1182 autres membres