Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Laurent Robuschi

Laurent Robuschi.jpg
Photo: ©FFF

 

Laurent Robuschi

 

Né le 5 octobre 1935 à Nice (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Ailier gauche, 1m65

Surnom: le poison violent

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 5 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 5 mai 1962 contre l'Italie (1-2)

Dernière sélection : le 26 novembre 1966 contre le Luxembourg (3-0)

 

1954/56 AS Monaco (FRA) 8 matchs, 4 buts
1956/59 AS Cannes (FRA) 111 matchs, 47 buts
(Championnat de France de D2: 98 matchs, 41 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 6 buts)
(Coupe Charles Drago: 3 matchs)
1959/67 Bordeaux (FRA) 300 matchs, 131 buts
(Championnat de France: 200 matchs, 84 buts)
(Championnat de France de D2: 64 matchs, 31 buts)
(Coupe de France: 25 matchs, 14 buts)
(Coupe Charles Drago: 4 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 1 but)
1967/68 Olympique de Marseille (FRA) 26 matchs, 3 buts

 

Petit ailier trapu et rapide, Laurent Robuschi a fait l’essentiel de sa carrière aux Girondins de Bordeaux, avec qui il dispute une finale de Coupe de France en 1964.

 

Niçois de naissance, le gaucher au centre de gravité très bas n'aura pas le privilège de porter les couleurs des Aiglons, en amateur comme en pro. Et s'engage, en 1954, à l'AS Monaco. Deux saisons difficiles sur le Rocher au milieu des Henri Skiba, Jean Saunier et Stéphane Bruey. Il décide de se relancer en D2, à l'AS Cannes. Après trois exercices satisfaisants où il se révèle un solide buteur (44 réalisations en 108 rencontres), il s'engage à Bordeaux en 1959. Il s'impose très vite chez les Marine et Blanc et porte l'équipe à bout de bras. En huit saisons, le club au scapulaire ne gagne rien. Une finale de Coupe de France, perdue contre l'Olympique Lyonnais en 1964, puis deux places de dauphin, derrière le FC Nantes, en 1965 et 1966. Souvent capitaine, ce redoutable finisseur appelé le "poison violent" plante au total 131 pions, le plaçant parmi les meilleurs buteurs de l'histoire sous le maillot Marine et Blanc aux côtés d'Alain Giresse, de Bernard Lacombe et d'Edouard Kargu. Des performances incroyables qui lui permettre d'obtenir cinq sélections en équipe de France et de faire partie du voyage pour la Coupe du Monde en 1966. Après une dernière pige à Marseille, Laurent pose ses valises définitivement au FC Antibes, un club azuréen amateur qui oscille entre la troisième et quatrième division. Entraîneur-joueur dans la cité des Remparts durant quelques années, cet amoureux du ballon rond range les crampons pour le banc de touche, exclusivement, d'où il va prodiguer ses conseils tactiques, jusqu'en 1985.

 

PALMARÈS

 

Vice-champion de France en 1965 et 1966 (Bordeaux)

Finaliste de la Coupe de France en 1964 (Bordeaux)

Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1965 (Bordeaux)



04/10/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1212 autres membres