Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Léon Glovacki

Léon Glovacki.jpg
Photo: ©DR

 

Léon Glovacki

 

Né le 19 février 1928 à Libercourt (FRA)

Décédé le 9 septembre 2009 à Genève (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Ailier droit/Attaquant, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 11 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 20 septembre 1953 contre le Luxembourg (6-1)

Dernière sélection : le 25 décembre 1955 contre la Belgique (1-2)

 

1947/49 SA Douai (FRA) 46 matchs, 14 buts
(Championnat de France de D2: 44 matchs, 13 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)
1949/52 AS Troyes Sainte-Savine (FRA) 68 matchs, 34 buts
(Championnat de France de D2: 63 matchs, 31 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 3 buts)
1952/57 Stade de Reims (FRA) 187 matchs, 92 buts
(Championnat de France: 159 matchs, 65 buts)
(Coupe de France: 12 matchs, 10 buts)
(Coupe Charles Drago: 8 matchs, 5 buts)
(Challenge des Champions: 1 match, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 7 matchs, 6 buts)
1957/59 AS Monaco (FRA) 61 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 55 matchs, 14 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
(Coupe Charles Drago: 1 match)
1959/60 Saint-Étienne (FRA) 26 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 20 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 6 matchs)
1960/62 Stade de Reims (FRA) 37 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 33 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 1 match)

 

International français d'origine polonaise, comme son compère Raymond Kopa, Léon Glovacki a écrit les plus belles pages de sa carrière au Stade de Reims, participant à la première épopée du club Rouge et Blanc, finaliste de la C1 en 1956.

 

Ses parents, originaire de la région de Poznan en Pologne, débarque en France pour travailler dans le bassin minier au début des années 20. Lui le jeune Léon touche ses premiers ballons dans le club de la commune d'Évin-Malmaison, où évolue déjà toute une pépinière de joueurs polak. À l'âge de 17 ans, il travaille comme ouvrier ajusteur dans une raffinerie à Thumeries et dispute quelques rencontres avec l'équipe de l'entreprise. Très vite repéré, il signe deux ans plus tard son premier contrat pro à Douai en D2. Après deux nouvelles saisons, il pose ses valises dans l'Aube à l'AS Troyes-Savinienne où il révèle des belles qualités d'artilleur. Cette force devant le but lui permet de signer au Stade de Reims en 1952, afin de remplacer Albert Batteux parti en retraite plus tôt à cause d'une grave blessure au genou. Il y reste jusqu'en 1957, avant d'y revenir de 1960 à 1962 après des passages à Monaco et Saint-Etienne. Trois fois champion de France, il est finaliste de la toute première coupe d'Europe des clubs champions en 1956. Avec Raymond Kopa à la baguette et Léon Glovacki à la finition (il plante 6 pions en 7 matchs lors de cette compétition!), les champenois ont battus coup sur coup des équipes aux standing moins élevé qu'aujourd'hui. Les Danois d’Århus, les Hongrois du Varos Labogos puis les Écossais du Hibernian FC avant de tomber en finale au Parc des Princes face au Real Madrid d'Alfredo Di Stefano 4 buts à 3. Avant que les coupes d'Europe ne soit inventées, ils avaient gagné l'ancêtre de la C1, la coupe Latine en 1953, après un succès 3 buts à 0 contre les Rossoneri. Remarquable ailier droit, rapide et élégant balle aux pieds, il a porté le maillot de l'équipe de France seulement à onze reprises, disputant le Mondial suisse complètement raté en 1954. Après avoir raccroché les crampons, ce grand amateur et collectionneur de stickers (il a crée son propre album de vignettes de joueurs appelé "Football 78") a été entraîneur à Dijon, à l'Olympique Avignonnais et au FC Annecy. Glovacki est décédé le 9 septembre à Genève des suites d'une longue maladie. Il était âgé de 81 ans. "J'ai été très triste d'apprendre sa disparition, a avoué le "Napoléon du foot français", interrogé par L'Équipe. C'était un très grand footballeur, très intelligent, avec qui je me suis tout de suite très bien entendu. Avec lui, je jouais les yeux fermés." Une complémentarité qui a provoqué bien des dégâts dans les défenses adverses.

 

PALMARÈS

 

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1956 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1953 (Stade de Reims)

Finaliste de la Coupe Latine en 1955 (Stade de Reims)

Champion de France en 1953, 1955 et 1962 (Stade de Reims)

Vice-champion de France en 1954 (Stade de Reims)

Finaliste de la Coupe de France en 1960 (Saint-Etienne)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1954 (Stade de Reims)

Vainqueur du Challenge des champions en 1955 (Stade de Reims)



11/09/2022
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1201 autres membres