FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Amarildo

Amarildo.jpg
Amarildo

 

Amarildo Tavares da Silveira

Né le 29 juillet 1939 à Campos (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Attaquant, 1m69

Surnom: "O Possesso" ("le possédé")

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 22 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 10 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 3 buts)

(Copa Roca: 2 sélections, 2 buts)

(Copa Oswaldo Cruz: 3 sélections)

(Copa Bernardo O'Higgins: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 30 avril 1961 contre le Paraguay (2-0)

Dernière sélection : le 25 juin 1966 contre l'Écosse (1-1)

 

1958 Flamengo (BRE)
1959/63 Botafogo (BRE) 85 matchs, 45 buts
1963/67 Milan AC (ITA) 131 matchs, 38 buts
(Championnat d'Italie: 107 matchs, 32 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 8 matchs, 1 but)
(Coupe Mitropa: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 3 matchs, 2 buts)
1967/70 Fiorentina (ITA) 85 matchs, 21 buts
(Championnat d'Italie: 62 matchs, 16 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs, 1 but)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 6 matchs, 2 buts)
(Coupe Anglo-italienne: 4 matchs, 1 but)
1970/73 AS Roma (ITA) 40 matchs, 11 buts
(Championnat d'Italie: 33 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 1 but)
1973/74 Vasco de Gama (BRE) 7 matchs
 
Imaginez que vous êtes avant-centre, brésilien, et de la même génération que Garrincha, PeléVavà et Zagallo. Et que les remplacements sont interdits en cours de match. Il paraît alors compliqué de devenir une vedette. Mais Amarildo a fait tomber ce préjugé. Ce génial inconnu est devenu le héros d’une nation quand Pelé est tombé. Nous sommes le 2 juin 1962, 25ème minute de la rencontre entre le tenant du titre brésilien et la Tchécoslovaquie de Josef Masopust. Le futur roi du football mondial se blesse et ne remettra plus les pieds sur une pelouse lors de ce Mondial. C’est donc le moment pour Tavares da Silveira dit Amarildo de faire son entrée dans la compétition. Pour son baptême de feu, l'attaquant inscrit les deux buts de la victoire brésilienne sur l'Espagne de Paco Gento et Ferenc Puskas, synonyme de qualification pour les quarts de finale. Alors que Garrincha et Vavà font la différence lors des quarts et demi-finale, c’est bien Amarildo qui égalise en finale et fait une passe décisive pour Zito passant devant au score face, encore une fois, à la Tchécoslovaquie. Vavà parachève une belle victoire de la Seleçao (3 buts à 1). En 1962, si Garrincha termine meilleur buteur et meilleur joueur du tournoi, le jeune Amarildo, âgé de 23 ans, a eu les épaules larges pour remplacer haut la main le grand Pelé à la pointe de l’attaque carioca. Un bel exploit pour ce joueur dont la notoriété n’avait pas dépassé les frontières de son club de Botafogo. C'est désormais chose faite. Après cette campagne chilienne, l’attaquant débarque au Milan AC de Gianni RiveraBruno MoraCesare Maldini et Giovanni Trapattoni. Si il ne restera pas dans le panthéon des joueurs rossoneri, il remporte tout de même une coupe d’Italie en 1967 et inscrit 32 buts pour le club milanais. Mais en Italie, c’est à la Fiorentina que sa légende va véritablement s’écrire. Du coté de Florence, il gagnera le Scudetto lors de la saison 1968-1969, le deuxième titre de l'histoire de la Viola. Il devient l'idole du club florentin, faisant admirer son style fait de dribbles courts et de remises intelligentes. Après un passage à la Roma, celui qu'on surnomme "O Possesso" ("Le Possédé") en raison de son talent et de son caractère explosif revient au pays pour aider le Vasco de Gama à conquérir le titre de champion en 1974, terminant en beauté une carrière remplie de succès. Malgré ce très beau parcours, son nom reste surtout lié, dans l'esprit des "Torcedores", à cette dizaine de jours du mois de juin 1962. Dix jours au cours desquels il a vécu dans la peau de Pelé.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1962 (Brésil)
Vainqueur de la Copa Julio Roca en 1963 (Brésil)
Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1961 et 1962 (Brésil)
Vainqueur de la Copa Bernardo O'Higgins en 1961 et 1966 (Brésil)
Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1963 (Milan AC)
Champion d'Italie en 1969 (Fiorentina)
Vice-champion d'Italie en 1965 (Milan AC)
Champion du Brésil en 1974 (Vasco de Gama)
Vice-champion du Brésil en 1962 (Botafogo)
Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1967 (Milan AC)
Vainqueur du Championnat de Rio en 1961 et 1962 (Botafogo)
Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 1962 (Botafogo)
Vainqueur du Torneio Início de Rio en 1961, 1962 et 1963 (Botafogo)

DISTINCTIONS PERSONNELLES

Meilleur buteur du championnat de Rio en 1961 (18 buts) (Botafogo)
Meilleur buteur du Tournoi Rio-São Paulo en 1962 (8 buts) (Botafogo)
Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1962
 
DIVERS
- Les chiens ne faisant pas des chats, il est le père de Paulo Henrique , ancien de Santos et considéré pendant longtemps comme le futur maestro de la Seleçao.
 
SOURCES/RESSOURCES
- Amarildo, génial inconnu - Demivolée.com
↑Auteur: 

- FIFA/Pkfoot
- Photo: ©FIFA


17/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1124 autres membres