FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Claudio Caniggia

Claudio Caniggia.jpg

Claudio Caniggia

 

Claudio Paul Caniggia

Né le 9 janvier 1967 à Buenos Aires (ARG)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, attaquant, 1m72

Surnoms: The Bird, Le fils du vent, L'oiseau

 

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 50 sélections, 16 buts

(Matchs amicaux: 18 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 4 buts)

(Copa America: 15 sélections, 6 buts)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections, 1 but)

(Coupe Kirin: 2 sélections)

(Coupe Intercontinentale des nations: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 10 juin 1987 contre l'Italie (1-3)

Dernière sélection : le 27 mars 2002 contre le Cameroun (2-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png olympique: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png U19: 1 sélection

 

1985/88 River Plate (ARG) 63 matchs, 8 buts

(Championnat d'Argentine: 53 matchs, 8 buts)

(Copa Libertadores: 4 matchs)

(Copa Interamericana: 6 matchs)

1988/89 Hellas Verone (ITA) 30 matchs, 7 buts

(Championnat d'Italie: 21 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Italie: 9 matchs, 4 buts)

1989/92 Atalanta Bergame (ITA) 100 matchs, 29 buts

(Championnat d'Italie: 68 matchs, 25 buts)

(Coupe d'Italie: 8 matchs, 3 buts)

(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)

1992/94 AS Roma (ITA) 25 matchs, 9 buts

(Championnat d'Italie: 15 matchs, 4 buts)

(Coupe d'Italie: 6 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 3 buts)

1994/95 Benfica Lisbonne (POR) 33 matchs, 16 buts

(Championnat du Portugal: 23 matchs, 8 buts)

(Coupe du Portugal: 3 matchs, 5 buts)

(Ligue des Champions: 7 matchs, 3 buts)

1995/98 Boca Juniors (ARG) 63 matchs, 22 buts

(Championnat d'Argentine: 58 matchs, 22 buts)

(Supercopa Sudamericana: 5 matchs)

1999/00 Atalanta Bergame (ITA) 20 matchs, 2 buts

(Championnat d'Italie: 17 matchs, 1 but)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

2000/01 Dundee FC (ECO) 25 matchs, 8 buts

(Championnat d'Écosse: 21 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Écosse: 4 matchs, 1 but)

2001/03 Glasgow Rangers (ECO) 77 matchs, 20 buts

(Championnat d'Écosse: 50 matchs, 12 buts)

(Coupe d'Écosse: 15 matchs, 6 buts)

(Qualif Ligue des Champions: 4 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)

2003/04 Qatar SC (QAT) 15 matchs, 5 buts

2012 Wembley FC (ANG) 2 matchs, 1 but

(Coupe d'Angleterre: 2 matchs, 1 but)

 

"El Hijo del Viento", le fils du vent, surnom que Claudio Caniggia partageait avec l’athlète Carl Lewis pour sa vitesse dévastatrice, est considéré comme un grand nom du football argentin et composé avec succès un magnifique duo d'attaquants en équipe nationale avec la légende Diego Maradona. Il est un peu le fils de Dieu, celui que Diego à adoubé, non pas comme son successeur, mais comme son ami intime, et son binôme de prédilection. Formé dans la prolifique pépinière de River Plate, Caniggia est lancé avec la première en 1985, à tout juste 18 ans, aux côtés de Nery Pumpido, Oscar Ruggeri ou encore Enzo Francescoli. Ses débuts sont aussi explosifs et fulgurants que ses accélérations. "El Pájaro" ("l'oiseau"), comme il est également surnommé à l'époque, constitue un précieux complément dans une équipe qui entre dans l'histoire en 1986 en décrochant le championnat d'Argentine, la Copa Libertadores, la Copa Interamericana et la première Coupe Intercontinentale du club. Les deux saisons suivantes révèlent le jeune crack, dont les accélérations cambrées et les dribbles virevoltants enchantent le Stadio Monumental. Claudio Caniggia.jpgClaudio Caniggia va entamer son périple européen en 1988, lorsqu'il est acheté par l'Hellas Vérone. Sa première saison italienne lui permet de se faire un nom grâce à sa vitesse fulgurante et à ses débordements dangereux. Transféré l'année suivante à l'Atalanta Bergame, le joueur argentin réalisera trois saisons pleines, terminant à chaque fois meilleur buteur de son équipe en championnat. En toute logique, les meilleurs clubs italiens s’intéressent à lui et c’est l’AS Roma qui le recrute pour remplacer Rudi Völler lors de l’été 1992. Sa première saison, qui marque également les débuts du très jeune Francesco Totti sous le maillot giallorosso, est plutôt mitigée avec une décevante 10ème place en championnat et une finale de Coupe d’Italie perdue face au Torino. Mais c'est à Boca Juniors, où il joue avec Diego Maradona, qu'il a enfilé le plus de buts. À Buenos Aires, les deux joueurs savourent leur complicité pendant deux saisons avec comme point d’orgue ce match de juillet 1996, remporté 4 buts à 1 par Boca face au grand rival River Plate grâce à un triplé de Caniggia. Le baiser échangé par les deux joueurs lors de ce match marque à jamais la complicité de ces deux géants du football argentin. Les supporters de River ne lui ont d'ailleurs jamais pardonné cette trahison. En sélection, Claudio Caniggia va acquérir une autre dimension, à tel point qu'il deviendra l'un des joueurs les plus remarquables à avoir jamais porté la tunique Albiceleste. Il atteint le statut de légende pour sa première Coupe du Monde en 1990, en Italie. Sorti du banc après le match d’ouverture de l’Argentine perdu 1 but à 0 face au Cameroun, Claudio Caniggia était devenu un titulaire indiscutable à la pointe de l’attaque lors de ce tournoi italien. Suite à un numéro exceptionnel de Maradona, il marque contre le Brésil le but qui envoie l'Argentine en quart. La demi-finale contre le pays organisateur va également marquer la vie de Caniggia. Tout d'abord parce qu'il inscrit le but qui permet à l'Argentine d'égaliser pour s'imposer ensuite aux tirs au but. Mais aussi parce qu'il reçoit un carton jaune pour une main, carton qui le privera de la finale, affaiblissant terriblement l’Albiceleste. C’est en spectateur qu’il assistera à la défaite de ses coéquipiers face à l’Allemagne. Un an plus tard, il inscrit deux buts lors de la campagne victorieuse lors de la Copa America au Chili, où il forme un terrible duo avec Gabriel Batistuta, l'un des avant-centres qui aura le mieux exploité sa vitesse. Privé de l'édition suivante en Equateur, en raison d'une suspension de 13 mois pour prise de cocaïne en 1993, il retrouve Batigol sur le front de l'attaque albiceleste à la Coupe du Monde 1994, où l'Argentine fait figure de candidate au titre. Caniggia marque un doublé contre le Nigéria, mais se blessera pour la suite de la compétition. Un coup dur pour une équipe déjà meurtrie par le contrôle positif de Maradona. L'Argentine se qualifie tout de même, mais c'est en spectateur qu'il assiste à la défaite contre la Roumanie en huitièmes de finale. En revanche, quand Daniel Passarella prend les commandes de la sélection d'Argentine, ce dernier décide d'écarter "Cani" du Mondial 98 suite à un refus de couper ses cheveux longs. Il faut attendre le sélectionneur suivant Marcelo Bielsa pour le revoir et l'emmener en Corée du Sud et au Japon en 2002. Mais il assiste impuissant du banc à l'élimination de son équipe dès le premier tour de la compétition. Cette dernière apparition avec la sélection semble marquer le crépuscule d'une carrière qui aura duré quasiment deux décennies et qui prendra fin deux ans plus tard au Qatar. En sélection argentine, comme dans chaque club qu’il a traversé avec panache, Claudio Caniggia n’a cessé tout au long des années 90 de générer les attentes les plus folles, de se construire un statut de légende inachevé, de vivre, à la fois dans l’ombre et la lumière de Diego Maradona, une carrière à l’image de son jeu, fait de coups de génie, d’illuminations et d’accélérations mais aussi de moments faibles comme pour mieux reprendre son envol. Quasiment dix ans après l'arrêt de sa carrière, rien d'étonnant de voir l'Argentin de 45 ans de nouveau trimbaler sa chevelure filasse sur des terrains de football et de disputer deux matchs avec le FC Wembley, une formation de neuvième division anglaise financé par une marque de bière. Rien d’étonnant non plus de voir Caniggia inscrire un ultime but en FA Cup après une dernière chevauchée fantastique.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1990 (non-joué) (Argentine)

Vainqueur de la Copa America en 1991 (Argentine)

3ème de la Copa America en 1989 (Argentine)

4ème de la Copa America en 1987 (Argentine)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2002 (Argentine)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale des nations en 1993 (Argentine)

Médaille d'or aux Jeux Sud-Américains de Santiago en 1986 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1986 (non-joué) (River Plate)

Vainqueur de la Copa Interamericana en 1986 (River Plate)

Champion d’Argentine en 1986 (River Plate), 1998 et 1999 (Boca Juniors)

Champion d’Écosse en 2003 (Rangers)

Vainqueur de la Coupe d’Écosse en 2002 et 2003 (Rangers)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1993 (AS Roma)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue écossaise en 2002 et 2003 (Rangers)

Finaliste de la Coupe du Qatar en 2004 (SC Qatar)

Vainqueur de la Coupe Crown Prince du Qatar en 2004 (SC Qatar)

Vice-Champion d’Italie de Série B en 2000 (Atalanta)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Intronisé au Hall of Fame de Dundee FC

 

VIDÉO




08/02/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 993 autres membres