FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Nilton Santos

Nilton Santos.jpg

Nilton Santos

 

Nilton Dos Reis Santos

Né le 16 mai 1925 à Rio de Janeiro (BRE)

Décédé le 27 novembre 2013 à Rio de Janeiro (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Défenseur gauche, 1m80

Surnom: L'encyclopédie

 

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 75 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 25 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections)

(Coupe du Monde: 15 sélections, 1 but)

(Copa America: 12 sélections, 1 but)

(Jeux Panaméricains: 5 sélections)

(Copa Rio Branco: 3 sélections)

(Copa Oswaldo Cruz: 4 sélections, 1 but)

(Copa Bernardo O'Higgins: 2 sélections)

(Coupe de l'Atlantique: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 17 avril 1949 contre la Colombie (5-0)

Dernière sélection : le 17 juin 1962 contre la Tchécoslovaquie (3-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png non-officiel: 10 sélections

 

1948/64 Botafogo (BRE) 721 matchs, 11 buts

 

Sacré champion du monde en 1958 et 1962, Nilton Santos est considéré comme le père initiateur des futurs grands latéraux mondiaux. Cet arrière gauche était connu à la fois pour son jeu porté vers l'attaque et son érudition en matière de football qui lui a valu le surnom d'"Encyclopédie". Dôté de deux pieds forts, Nilton Santos était ce qu’on appelle aujourd’hui un "arrière latéral offensif" en utilisant sa polyvalence pour défendre et attaquer, marquer des buts, à une époque où il n’était pas question pour un arrière de parcourir des kilomètres sur son flanc et de participer aux offensives de son équipe. Né en 1925 à Rio, il découvre le football après un passage à l’armée de l’air, en 1945, grâce au commandant Honório, buteur de l’équipe de la brigade, qui lui arrangera un essai à Botafogo. Avec "l’Alvinegro", Nilton Santos débute en 1948 (à l'âge de 21 ans) en position d'attaquant. C'est son président Carlito Rocha et l'entraîneur Zezé Moreira, qui détectent ses qualités défensives et le replacent à l'arrière. Nilton Santos.jpgNilton n’est pas spécialement enchanté, mais il endosse ce rôle. À Botafogo, le tout nouveau défenseur gauche pouvait ainsi participer au jeu offensif sur une aile déjà pas mal investie par le grand Mario Zagallo. Il réalise toute sa carrière de joueur professionnel au Brésil dans le club de Botafogo où il joue durant seize années et remporte quatre titres de champion de l’État de Rio (1948, 1957, 1961, 1962), deux Tournoi Rio-São Paulo (1962 et 1964), et participe par ailleurs à de nombreux tournois amicaux internationaux, comme le tournoi international de Paris en 1963. Ses coéquipiers en club se nomment alors Didi, Zagallo, Amarildo plus tard et Garrincha qu'il va prendre sous son aile. Il est alors à la fois l'ami, le deuxième père et le protecteur. Coéquipiers à Botafogo et en Seleção, les deux joueurs vont devenir inséparables. À tel point que Garrincha ne buvait jamais une goutte d’alcool en présence de son "grand frère" alors qu’il avait un sérieux penchant pour la bouteille. Le 16 décembre 1964, il dispute son dernier match sous le maillot noir et blanc de Botafogo face à l'EC Bahia. Entre 1948 et 1964, il dispute un nombre record de 721 rencontres sous le maillot du Fogão et inscrit onze buts, ce qui à l'époque était exceptionnel pour un défenseur. En équipe nationale, Nilton Santos honore sa première cape le 17 avril 1949 face à la Colombie (victoire 5 buts à 0), au cours de la Copa América remportée par les Brésiliens. Un an plus tard, il fait partie de la sélection brésilienne qui a vécu le drame du "Maracanazo" de la coupe du Monde de 1950 à domicile, mais reste remplaçant durant tout le tournoi. Sélectionné de nouveau pour le Mondial de 1954, il ne peut empêcher l'élimination des Brésiliens en quart de finale face au Onze d'or hongrois. Nilton se distingue en prenant un rouge à la 71ème lors de la "Bataille de Berne", le match le plus violent de l’histoire de la Coupe du Monde. Ce match marque sa première et seule défaite en quinze matches de Coupe du Monde. Quatre ans plus tard, les Brésiliens remportent la coupe du Monde 1958 en Suède, avec notamment un but du latéral gauche lors de la phase de groupes, face à l'Autriche. Ce but peut sembler banale aujourd'hui, mais à l'époque, elle ne l’est pas. Au bout de 4 minutes, en seconde mi-temps, le latéral gauche s’empare du ballon et accélère sur son côté. Au lieu de transmettre le ballon à un milieu de terrain, il s’enfonce dans le flanc autrichien. C’est là que l’histoire s’en mêle. Le sélectionneur Vicente Feola sursaute sur son banc. "Volta, Nilton! Volta! " ("Reviens!"). Il continue d'avancer. Un une-deux avec Altafini qui lui remet sur le côté gauche des 16 mètres autrichiens : un ballon piqué par-dessus le gardien autrichien et but ! Le Brésil mène alors 2 buts à 0 et remportera la partie 3 buts à 0 : Nilton Santos vient d’inventer le rôle de latéral moderne. Au Brésil, on les nomme les "laterais ", une lignée extraordinaire enfantée par l’audace et le talent de Nilton : Carlos Alberto, Nelinho, Leonardo, Cafu, Roberto Carlos, Maicon, Dani Alves, Marcelo, Nilton Santos vient de moderniser le rôle du défenseur autrefois assigné à ses 30 derniers mètres : avec lui, le tabou du franchissement de la ligne médiane a sauté. Il forme dès lors avec son compère et homonyme Djalma Santos une paire d'arrières latéraux considérée comme la meilleure du Monde. Le Brésil conserve son titre lors du Mondial au Chili en 1962. Couronné à 37 ans, Nilton Santos est l'un des vainqueurs les plus âgés de l'histoire de la compétition (seul l'Italien Dino Zoff était plus âgé en 1982). Il honore sa dernière cape le 17 juin 1962 avec les Auriverdes à l'occasion de cette finale de Coupe du Monde face à la Tchécoslovaquie de Masopust (3 buts à 1). Lors de ces deux compétitions, Nílton Santos joue l'intégralité de toutes les rencontres, marquant les esprits par son élégance sur le terrain et son habileté balle au pied. Il porte à 75 reprises le maillot de la Seleção, pour laquelle il a joué pendant treize ans. Il décède le 27 novembre 2013 à l'âge de 88 ans des suites d'une longue maladie. Il était également atteint de la maladie d'Alzheimer. Sa femme, Dona Coeli, qui a partagé les quarante dernières années de sa vie, a raconté après son décès que, parfois, la nuit, il se réveillait brusquement, lui demandant de lui préparer ses affaires car il allait être en retard pour rejoindre Didi et Garrincha à l'entraînement. En dehors du terrain, Nilton Santos a toujours été un grand candide qui se contentait d’une vie simple et traditionnelle. C’est surtout balle au pied qu'il aura fait bouger les lignes et brisé les codes. À sa façon, "l’encyclopédie du football" a changé à jamais le concept de défenseur latéral. "Quand on a son talent, le poste auquel on évolue importe peu ", racontait le milieu de terrain brésilien Zito. "Parce qu’au bout du compte, Nilton Santos n’était ni défenseur, ni latéral. C’était juste un immense joueur de football. "

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1958 et 1962 (Brésil)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1950 (Brésil)

Vainqueur de la Copa America en 1949 (Brésil)

Finaliste de la Copa America en 1953, 1957 et 1959 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Rio Branco en 1950 (Brésil)

Vainqueur des Jeux Panaméricains en 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1950, 1955, 1956, 1958, 1961 et 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe de l’Atlantique en 1956 et 1960 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Bernardo O’Higgins en 1955, 1959 et 1961 (Brésil)

Vainqueur du championnat de Rio en 1948, 1957, 1961 et 1962 (Botafogo)

Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 1962 et 1964 (Botafogo)

Vainqueur du Torneio Início de Rio de Janeiro en 1961, 1962 et 1963 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe des champions des états de Rio-São Paulo en 1961 (Botafogo)

Vainqueur du Tournoi municipal de Rio de Janeiro en 1951 (Botafogo)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1958

Nommé au FIFA 100

Nommé dans l'équipe mondiale du 20ème siècle

Nommé dans l'équipe type Sud-Américaine du 20ème siècle

Élu parmi les "légendes" du foot par Golden Foot en 2009

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien

Prix Hommage du championnat du Brésil en 2007

Nommé citoyen d'honneur de Brasilia en 2013

 

VIDÉO




13/03/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1033 autres membres