Maroc - Les meilleurs joueurs de l'histoire du football

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Maroc


FAR de Rabat

FAR de Rabat.png
FAR de Rabat

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Association sportive des Forces armées royales, Fondé le 1er septembre 1958

Surnoms: Les FAR, The Leader, Les Militaires

Couleurs: noir, rouge et vert

Ennemis jurés: FUS Rabat, Étoile du Sahel

Stade: Prince Moulay Abdellah (53 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 1er septembre 1958 par Hassan II au temps où il était prince héritier.


15/05/2018
0 Poster un commentaire

Mohamed Timoumi

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7709513_20180514112996.jpg
Mohamed Timoumi

 

Mohamed Timoumi

Né le 15 janvier 1960 à Rabat (MAR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Marocain, Milieu de terrain, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png env. 44 sélections, 6 buts?

(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 23 septembre 1979 contre l'Egypte (0-0)

Dernière sélection : le 21 février 1990 contre la Côte d'Ivoire (2-1)

 

1978/82 US Touarga (MAR)
1982/86 FAR de Rabat (MAR)
1986/87 Real Murcia (ESP) 29 matchs, 2 buts
1987/89 KSC Lokeren (BEL) 31 matchs, 5 buts
1989/90 OC Khouribga (MAR)
1990/93 Al-Suwaiq (OMN)
1993/94 CO Casablanca (MAR)
1994/95 FAR de Rabat (MAR)

 

Mohamed Timoumi est l’un des grands joueurs qui ont écrit en lettres d’or l’histoire du football marocain dans les années 1980. Né en 1960 à Rabat, il reste fort d’un parcours riche et long de 20 ans de carrière non-stop. Après des débuts en deuxième division marocaine à l'US Touarga, il s'illustre très rapidement comme un redoutable meneur de jeu fascinant et attire vers lui les regards des observateurs et des experts du football marocain. Il rejoint en 1981 l'équipe des Forces Armées Royales, plus connue sous le nom de FAR. Il devient très vite objet d’intérêt de la part de l’entraîneur national qui l’incorpore dans l’équipe des juniors puis en A en compagnie d’autres jeunes talents tels que le gardien Zaki et Bouderbala au moment où la sélection nationale est en pleine restructuration. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7709958_20180514465871.jpgAvec les Lions, il termine troisième de la Coupe d'Afrique des Nations en 1980 et connaît l'honneur de remporter les Jeux Méditerranéens en 1983. Avec le FAR, il parviendra à s'offrir cette même saison le championnat et la coupe du Maroc. En 1985, son talent permet également de contribuer à la victoire en Coupe d’Afrique des Clubs Champions malgré une fracture subie sous les coups de hachoir perfides de Gamal, son cerbère égyptien, en Egypte lors de la demi-finale retour des militaires contre le Zamalek. Au cours de cette année, et au vu de ces performances extraordinaires, il reçoit logiquement le fameux Ballon d'or Africain. Mais cette blessure qui va l'écarter des terrains durant près de 6 mois annonce t-elle la fin de sa carrière? Non, car le talent ne disparaît pas comme ça. Le monde entier en aura la confirmation en 1986, quand le Marocain viendra créer la surprise avec sa sélection au Mondial mexicain. Durant le tournoi, il réalise des prouesses techniques plus étonnantes les uns que les autres. À la suite d'une victoire de prestige face au Portugal de Paulo Futre (3 buts à 1), Timoumi offre un second tour à sa nation, qui devient le premier pays africain à passer la première phase d’une Coupe du monde. Du travail de pro. En huitièmes de finale, face à la RFA, les Lions refusent de se livrer, font tourner le ballon, et malgré leur option prudente manquent même d'ouvrir le score. Face à une Mannschaft qui cuit sous le soleil mexicain, le Maroc compte renverser l'ogre allemand lors de la prolongation. Un plan qui se déroule sans anicroche jusqu'à la 87ème minute et un cruel coup-franc de Matthäus dévié par le mur marocain. Derrière les regrets légitimes, ce magicien du ballon rond va attirer les convoitises de plusieurs club européens. Et c'est l'équipe de Murcia qui s'attachera les services de Timoumi. Pas pour longtemps, puisque après la relégation de l'équipe peu coté en division 2, Timoumi change de club et atterrit en Belgique où il signe en faveur de Lokeren. Là encore, l'international marocain n'arrive pas à s'adapter. Après une 3ème partie dans un club du pays du Golfe, il rentre au bercail et tire sa révérence au sein de son équipe de toujours, le FAR Rabat, lors la saison 1994-1995. Et qu’importe si son passage en Europe fut un désastre, Mohamed Timoumi au pied gauche surnaturel et aux inspirations géniales est une référence, c'est incontestable.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 1980 (Maroc)

4ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 1988 (Maroc)

Médaille d'or des Jeux Méditerranéens de Casablanca en 1983 (Maroc)

Vainqueur de la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1985 (FAR de Rabat)

Champion du Maroc en 1984 (FAR de Rabat)

Vainqueur de la Coupe du Maroc en 1984, 1985 et 1986 (FAR de Rabat)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d'or Africain en 1985


14/05/2018
0 Poster un commentaire

Badou Zaki

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7704223_201805102134886.jpg
Badou Zaki

 

Ezzaki Badou

Né le 2 avril 1959 à Sidi Kacem (MAR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Marocain, Gardien de but, 1m88

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png 118 sélections

(61 sélections officiels)

 

1ère sélection : le 11 novembre 1979 contre le Togo (1-2)

Dernière sélection : le 12 janvier 1992 contre le Cameroun (0-1)

 

1976/78 AS Salé (MAR)
1978/86 WAC Casablanca (MAR)
1986/92 Majorque (ESP) 161 matchs
(Championnat d'Espagne: 165 matchs)
(Championnat d'Espagne de D2: 28 matchs)
(Barrages Promotion: 4 matchs)
1992/93 FUS Rabat (MAR)
 
Un des plus grands gardiens africains de l'histoire. Badou Zaki a imprégné de sa classe toute une génération et figure parmi les rares gardiens à avoir été récompensés du Ballon d'Or africain. Le portier, qui a défendu les cages de sa nation 118 fois, a passé une grosse partie de sa carrière dans son pays. Après des débuts à l’AS Salé, Zaki intègre en 1978 le Wydad Casablanca et apparaît en première division la même année. Il décroche un championnat et deux Coupes du Maroc avec le WAC. Trois mois après ses débuts, il honore sa première sélection en équipe du Maroc. Une défaite 2 buts à 1 face au Togo. Depuis lors, Zaki n'a plus jamais quitté les buts de la sélection. Si la CAN lui a laissé un parfum d’inachevé, avec trois défaites en demi-finale (1980, 1986, 1988), la Coupe du Monde lui a donné définitivement ses lettres de noblesse. En 1986, le Maroc, dont Zaki est le capitaine, réussit l’exploit de s'extirper d’un groupe comprenant l’Angleterre, la Pologne et le Portugal, en terminant à la première place. Nul ne peut en effet oublier les arrêts spectaculaires du Marocain qui fut l'un des protagonistes des succès de son équipe. Pour la première fois, un pays africain franchissait le premier tour du Mondial. Le Maroc s'inclinera en huitièmes de finale face à la RFA (0 à 1). Son périple mexicain à côté des légendaires poulains de Mehdi Faria restera à jamais gravé dans les esprits. Zaki évolue lors de cette Coupe du monde à un très haut niveau, ce qui lui vaudra donc le titre de meilleur joueur africain cette année-là, et un transfert au Real Majorque, où il restera six ans, de 1986 à 1992. Il atteint la finale de la Coupe du Roi, perdue face à l’Atlético de Madrid. En 1989, il est notamment élu meilleur gardien de deuxième division espagnole. De retour au Maroc, il termine sa carrière avec le FUS Rabat. S’ensuivra une longue carrière d’entraîneur, avec pour l’instant moins de réussite. Même s’il compte tout de même deux participations à la finale de Ligues des champions arabe et une finale de CAN, perdue face à la Tunisie.
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1980 (Maroc)
4ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1986 et 1988 (Maroc)
Vainqueur de la Coupe arabe des clubs champions en 1989 (WAC Casablanca)
Champion du Maroc en 1986 (WAC Casablanca)
Vice-champion du Maroc en 1980 et 1982 (WAC Casablanca)
Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1991 (Majorque)
Vainqueur de la Coupe du Maroc en 1979 et 1981 (WAC Casablanca)
Vainqueur de la Coupe Mohammed V en 1979 (WAC Casablanca)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Ballon d’or africain en 1986

10/05/2018
0 Poster un commentaire

Aziz Bouderbala

Aziz Bouderbala.jpg
Aziz Bouderbala

 

Abdelaziz El Idrissi Bouderbala

Né le 26 décembre 1960 à Nador (MAR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Marocain, Milieu Offensif, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png 48 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif CAN: 10 sélections, 4 buts)

(CAN: 15 sélections)

(Jeux méditerranéens: 3 sélections)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png olympique: 4 sélections

 

1ère sélection : le 23 septembre 1979 contre l'Egypte (0-0)

Dernière sélection : le 14 janvier 1992 contre le Zaïre (1-1)

 

1977/84 WAC Casablanca (MAR)

1984/88 FC Sion (SUI) 88 matchs, 25 buts

1988/90 Matra Racing (FRA) 49 matchs, 15 buts

1990/92 Olympique Lyonnais (FRA) 54 matchs, 10 buts

1992/93 Estoril (POR) 24 matchs, 4 buts

1993/95 Saint-Gall (SUI) 34 matchs, 3 buts

1995/97 WAC Casablanca (MAR)

 

Aziz Bouderbala est l’un des anciens joueurs ayant marqué de leur empreinte l’histoire du football marocain. Né le 26 décembre 1960, il entre au WAC à l'âge de 15 ans et remporte un titre national, quatre coupes du trône et la Coupe Mohamed V. Très rapide, adepte du changement de pied dans ses dribbles, possédant un gauche très efficace, ses prouesses incitent l'Inter de Milan à lui faire suivre un stage en 1980. Bilan satisfaisant, mais premiers aléas : Bouderbala a trop de problèmes d'articulations et les médecins italiens refusent l'incorporation du marocain. Mais surprise en 1984 : celui qui, deux ans plus tard, allait réussir un fantastique Mondial au Mexique, signait au FC Sion. Malgré le dépaysement, un système de jeu bien différent, Bouderbala s'impose rapidement comme l'un des meilleurs joueurs étrangers du championnat helvétique. Écarté de la sélection depuis 1983, le Marocain revient lors de la Coupe d'Afrique des Nations 1986 en Egypte. Une totale réussite, puis la Coupe du Monde, hissent Bouderbala au sommet. C'est alors qu'intervient une deuxième malchance. Souffrant d'une pubalgie tenace, le Marocain est obligé de se faire opérer, et ses rapports avec les dirigeants suisses ne font que se dégrader. Il entame alors à 28 ans une carrière française au sein du Matra Racing avec qui il dispute une finale perdue de Coupe de France face à Montpellier. Après une première saison au Racing, il finit meilleur buteur de l’équipe avec 14 buts inscrits. Son périple dans l'hexagone se termine à l'Olympique Lyonnais avec quelques matchs disputés en Coupe UEFA. Après un passage au Portugal et un retour en Suisse au FC Saint-Gall, il tire sa révérence définitivement dans son club de coeur du WAC lors de la saison 1996/97. Voilà en somme pour Bouderbala, ce brillant sportif et artiste au charme footballistique irrésistible, surtout avec ses accélérations et ses échappées soudaines, ses pénétrations, ses feintes et ses dribbles à la Samba qui ont enrichi les pelouses marocaines et mondiales avec ses capacités extraordinaires à surprendre ses adversaires et mettre son équipe souvent en position de supériorité.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 1980 (Maroc)

4ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 1986 et 1988 (Maroc)

Médaille d'or des Jeux méditerranéens de Casablanca en 1983 (Maroc)

Champion du Maroc en 1978 (WAC Casablanca)

Vice-champion du Maroc en 1980, 1982 et 1997 (WAC Casablanca)

Finaliste de la Coupe de France en 1990 (Matra Racing)

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1986 (FC Sion)

Vainqueur de la Coupe du Maroc en 1978, 1979, 1981 et 1997 (WAC Casablanca)

Finaliste de la Supercoupe de Suisse en 1986 (FC Sion)

Vainqueur de la Coupe Mohammed V en 1979 (WAC Casablanca)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1988

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe d'Afrique des Nations en 1988


31/01/2018
0 Poster un commentaire

WAC Casablanca

WAC Casablanca.jpg
WAC Casablanca

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Wydad Athletic Club (نادي الوداد الرياضي‎‎), Fondé le 8 mai 1937

Surnoms: Wydad de la Nation, les diables rouges

Couleurs: rouge et blanc

Ennemis jurés: Raja Casablanca

Stade: Mohammed V (45 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 8 mai 1937 comme club omnisport par deux hommes: Mohamed Benjelloun et le docteur Abdellatif Benjelloun Touimi. La section football apparaît en 1939, section qui fut crée par Haj Tounsi alias Père Jégo. 


13/10/2017
0 Poster un commentaire

US Marocaine

US Marocaine.jpg
US Marocaine

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4823080_201505155546743.png Union sportive Marocaine de Casablanca, fondé le 13 avril 1913

Disparu en 1957

Surnom: USM

Couleurs: rouge et noir

Stade: Philippe (10 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 13 avril 1913 dans la ville de Casablanca. Le club disparaît après l'indépendance du Maroc en 1957.


10/06/2017
0 Poster un commentaire