FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Dominique Dropsy

Dominique Dropsy.png
Dominique Dropsy

 

Dominique Dropsy

Né le 9 décembre 1951 à Leuze (FRA)

Décédé le 7 octobre 2015 à Bordeaux (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, gardien de but, 1m83

Surnom: "Domi"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 17 sélections

(Matchs amicaux: 7 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 10 juin 1978 contre la Hongrie (3-1)

Dernière sélection : le 15 mai 1981 contre le Brésil (1-3)

 

1970/73 Valenciennes (FRA) 66 matchs

(Championnat de France: 38 matchs)

(Championnat de France de D2: 19 Matchs)

(Finale D2: 2 matchs)

(Coupe de France: 7 matchs)

1973/84 RC Strasbourg (FRA) 473 matchs

(Championnat de France: 372 matchs)

(Championnat de France de D2: 34 matchs)

(Finale D2: 2 matchs)

(Coupe de France: 53 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)

1984/89 Bordeaux (FRA) 241 matchs

(Championnat de France: 186 matchs)

(Coupe de France: 25 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 16 matchs)

(Coupe des Coupes: 8 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)

 

Natif de Leuze, dans l'Aisne, Dominique Dropsy aura été pendant ses vingt ans de carrière l'emblématique gardien de but du RC Strasbourg et des Girondins de Bordeaux. Repéré lors d'un match de sélection de Picardie en Cadet, il entame sa carrière de gardien à l’US Valenciennes-Anzin, avec qui il débute en D1 le 9 août 1972 à Nîmes (1-1). Très talentueux dès son plus jeune âge,il s'impose rapidement dans les cages de l'équipe de France espoirs. À Valenciennes, il reste trois saisons jusqu'à ce que l'USVA soit relégué en D2 à l'issue de la saison 72-73. Robert Domergue, son ancien entraîneur à Valenciennes, devenu entre temps celui du Racing, le fait venir à Strasbourg. Mais les débuts sont difficiles. Les décisions prises par les dirigeants sont contradictoires, les conflits s'accumulent, l'ambiance est malsaine et sur le terrain, l'équipe éprouve des difficultés. Les saisons passent jusqu'à la relégation de 1976. Dropsy, sollicité par de nombreux clubs de D1, notamment par Lille, décide tout de même de rester au Racing. Conduite par l'expérimenté Elek Schwartz, l'équipe ne passe qu'une saison à l'étage inférieur et remporte le titre de champion de D2 en 1977. Strasbourg retrouve sa place en D1 et Gilbert Gress arrive au poste d'entraîneur. Deux ans plus tard, il remporte le titre de champion de France de D1, l'unique du club. Au cours de cette saison faste, les relations avec son entraîneur se sont dégradées lors d'un match nul concédé face à Reims, suite auquel Gress s'en est pris violemment à Dropsy. Mais c'est également cette saison là qu'il prend place dans les buts de l'équipe de France. Ses qualités (détente, réflexes, sûreté dans la prise de balle et bon jeu au pied notamment) sont reconnues par tous les observateurs. Profitant de la blessure du gardien titulaire, André Rey, il est récompensé par une participation à la coupe du Monde 1978. En Argentine, il dispute un match et y connaît sa première sélection. Il prend alors l'ascendant sur les autres prétendants pour s'imposer en équipe de France. Il dispute en grande partie les éliminatoires de l'Euro 80 mais la France échoue avant la phase finale. Lors des qualifications pour le Mondial suivant, la baisse de forme du Racing en championnat et un curieux but encaissé face aux Pays-Bas en mars 1981 lui coûte sa place. Il n'est même pas appelé pour la Coupe du Monde 1982. Dropsy a laissé passer le train et ne sera plus sélectionné en équipe de France. En 1984, il rejoint Bordeaux, fraîchement sacré en juin. Il remportera pendant ses six années de présence 2 titres de champions et 2 coupes de France et participera à la demi-finale de la Coupe des clubs champions européens en 1985 et de la Coupe des Coupes en 1987. Il joue finalement son 596ème et dernier match de Première Division le 21 avril 1989, un record qui ne sera battu que cinq ans plus tard par Jean-Luc Ettori (602). Il entame alors sa reconversion comme entraîneur des gardiens à Bordeaux, où les supporters l’ont élu gardien de tous les temps des Girondins. Sous sa houlette, Huard, Ramé et Carrasso ont progressé, remportant de nombreux titres. En 2011, Une leucémie aiguë myéloblastique avait été détectée. Malgré une guérison annoncée en mars 2012, l'homme avait dû se faire hospitaliser en 2015 pour recevoir des soins (nouveau protocole de chimiothérapie). Malgré cela, il décède le 7 octobre 2015 à Bordeaux à l'âge de 63 ans.

 

 

 

PALMARÈS


Champion de France en 1979 (RC Strasbourg), 1985 et 1987 (Bordeaux)

Vice-champion de France en 1988 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe de France en 1986 et 1987 (Bordeaux)

Champion de France de D2 en 1972 (Valenciennes) et 1977 (RC Strasbourg)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1986 (Bordeaux)

Finaliste du Challenge des Champions en 1985 (Bordeaux)



DISTINCTIONS PERSONNELLES


Étoile d'or France Football en 1981



23/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1033 autres membres