FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

José Altafini

Jose Altafini.jpg

José Altafini

 

José João Altafini

Né le 27 juillet 1938 à Piracicaba (BRE)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, attaquant, 1m76

Surnoms: "Mazzola", Coniglio

 

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 8 sélections, 4 buts 

 

(Matchs amicaux: 32 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 2 buts)

(Copa Roca: 2 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 juin 1957 contre le Portugal (3-0)

 

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 6 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 2 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

 

Dernière sélection : le 2 juin 1962 contre le Chili (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png non-officiel: 3 sélections, 4 buts

 

1954/56 XV de Piracicaba (BRE) 30 matchs, 2 buts

1956/58 Palmeiras (BRE) 114 matchs, 89 buts

1958/65 Milan AC (ITA) 245 matchs, 161 buts

(Championnat d'Italie: 205 matchs, 120 buts)

(Coupe d'Italie: 9 matchs, 9 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 17 matchs, 20 buts)

(Coupe d'Europe des villes de foires: 2 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 3 matchs, 1 but)

(Coupe de l'Amitié: 10 matchs, 11 buts)

1965/72 SSC Naples (ITA) 234 matchs, 97 buts

(Championnat d'Italie: 180 matchs, 71 buts)

(Coupe d'Italie: 28 matchs, 11 buts)

(Coupe des Villes de foires/Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 5 buts)

(Coupe Mitropa: 1 match, 1 but)

(Coupe des Alpes: 4 matchs, 6 buts)

(Coupe Anglo-italienne: 5 matchs, 3 buts)

1972/76 Juventus Turin (ITA) 119 matchs, 37 buts

(Championnat d'Italie: 74 matchs, 25 buts)

(Coupe d'Italie: 24 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 11 matchs, 4 buts)

(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 5 buts)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

1976/79 FC Chiasso (SUI) 33 matchs, 16 buts

1979/80 Mendrisio Star (SUI) 28 matchs, 11 buts

 

Capable d’inscrire des buts à la pelle comme d’aider à la construction du jeu, José Altafini est considéré comme l’un des tout meilleurs attaquants de sa génération. D'origine brésilienne, il passe une partie de sa carrière en Italie, où il reste l'un des buteurs les plus prolifiques de l'histoire de la Série A. Joueur extrêmement intelligent et rapide, il avait le gabarit pour se mesurer aux grands défenseurs adverses. Ce footballeur avait un côté lutteur. Adepte du un contre un, il possède l’art et la manière d’éliminer son vis-à-vis, d’un coup de rein ou d’un dribble bien senti. Balle au pied il déambule sur un terrain à vive allure, toujours pressé d’aller vers le but adverse, ne renonçant jamais dans son travail de briseur de défense. Après avoir débuté très jeune dans le club de sa ville natale, il signe dans l'un des plus grands clubs de São Paulo, Palmeiras, à seulement 17 ans. Ses performances ne passent pas inaperçues et il débute en sélection brésilienne en 1957 face au Portugal (3 buts à 0). José Altafini.jpgIl remplace en cours de jeu Del Vecchio et marque son premier but dès sa première apparition sous le maillot de la Seleção. Le grand Zizinho, star de la Coupe du monde 1950, vient de prendre sa retraite, lui arrive avec sa fraîcheur, son attirance dévastatrice pour le but. En quelques rencontres, il fait admirer son coup de pied fabuleux, ses courses obstinées, bien senties. L’homme est né pour être buteur. Et malgré une mauvaise saison du club brésilien, il est quand même retenu pour disputer la coupe du Monde en Suède en 1958. Avec huit matchs disputés et quatre buts inscrits lors du tournoi, il remporte le premier Mondial du Brésil. Une victoire sans extase. La cause d'une concurrence rude avec le roi Pelé, lui coûtant le poste de titulaire pendant la demi-finale et la finale de la compétition. On ne verra jamais plus Altafini en Seleção. Malgré cette déception, Altafini attire l'oeil des plus grosses écuries italiennes et débarque au Milan AC de Liedholm et Schiaffino à seulement 20 ans pour 150 millions de lires. Et là aussi, l’histoire d’amour sera splendide. Lors de sa première saison avec les "Rossoneri", il inscrit 28 buts en 32 matchs et remporte déjà son premier Scudetto. Avec une efficacité qui tourne autour des vingt réalisations par an, il se fait un nom. Celui qui est surnommé "Mazzola" pour sa grande ressemblance avec le capitaine grenat du "Grande Torino" s'offre un second titre, en 1962, et termine meilleur buteur du Calcio avec 22 buts inscrits en 33 matchs. Ayant la double nationalité, il est appelé en équipe d'Italie malgré ses sélections brésiliennes qui n'interdisaient pas à l'époque qu'un joueur joue pour une autre nation. Il participe alors à la coupe du Monde au Chili en 1962 mais le parcours est désastreux avec une élimination au premier tour. Sa carrière internationale prend fin immédiatement à la fin du tournoi déçu d'avoir abandonner la sélection brésilienne. "On m’a un peu forcé à prendre un passeport italien, j’aurais dû refuser, j’aurais été appelé avec la Seleção. J’aurais pu être trois fois champion du Monde… comme Pelé. J’étais alors très jeune, j’y avais ma place. Après la Coupe du monde (1962), la loi a changé, on ne pouvait plus changer de nationalité, passer d’une équipe nationale à l’autre. " confiera le buteur en 1987 lors d’un entretien à la RAI qui garde un regret, lourd comme un rêve inassouvi. Malgré cela, Altafini joue un rôle essentiel dans la victoire du club milanais en Coupe d'Europe des clubs champions lors de la saison 1962-63. Tout d'abord il s'offre le record de buts dans cette compétition à l'époque avec 14 pions inscrits égalé par Lionel Messi en 2012 puis dépassé par Cristiano Ronaldo en 2014. Ses buts permettent aux hommes de Nereo Rocco d'écarter l'US Luxembourg au tour préliminaire (il plante 8 buts), l'Ipswich Town, le Galatasaray et le Dundee FC avant la finale historique de Wembley, contre le Benfica du légendaire Eusebio. José a été le protagoniste avec un doublé qui permet aux Rossoneri de remporter le premier trophée européen de son histoire. Il reste ensuite deux saisons supplémentaires avec les rouges et noirs sans remporter le moindre trophée. En 1965, il abandonne les brumes de la Lombardie pour l'aventure épique du football napolitain. En compagnie de l'argentin Omar Sivori, il compose un tandem attractif. Les deux Sud-Américains hissent Napoli aux premières loges. Sept années de gloire à Naples (il soulèvera seulement la Coupe des Alpes en 1966) et un retour au sommet avec deux autres "scudetto" gagné avec la Juventus de Turin mais aucun titre européen malgré une finale de Coupe d'Europe des clubs champions perdue en 1973 face à l'Ajax Amsterdam de Johan Cruyff (1 but à 0). Il quitte l'Italie en 1976 pour rejoindre la région italophone de la Suisse et termine sa carrière en 1980 après quatre saisons moyennes à l'âge de 42 ans. José Altafini aura marqué tout de même l'histoire de l'Italie et du Brésil, deux grandes nations du football.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1958 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1963 (Milan AC)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1973 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 1963 (Milan AC) et 1973 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1966 (Naples)

Champion d’Italie en 1959, 1962 (Milan AC), 1973 et 1975 (Juventus Turin)

Vice-Champion d’Italie en 1961, 1965 (Milan AC), 1968 (SSC Naples), 1974 et 1976 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1973 (Juventus Turin)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Ligue des Champions en 1963 (14 buts) (Milan AC)

Meilleur buteur du Championnat d’Italie en 1962 (22 buts) (Milan AC)

Meilleur buteur de la Coupe d'Italie en 1961 (4 buts) (Milan AC)

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

 

DIVERS


- Depuis les années 1980, il est l'un des commentateurs sportifs les plus célèbres d'Italie.

- Il a prêté sa voix pour le jeu Pro Evolution Soccer 2009, 2010 et 2011, dans la version italienne.

 

VIDÉO




17/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1077 autres membres