FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Florian Maurice

Florian Maurice.jpg
Florian Maurice

 

Florian Maurice

Né le 20 janvier 1974 à Sainte-Foy-lès-Lyon (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m76

Surnoms: Flo, Tintin

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 6 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 6 sélections, 1 but)

(Tournoi de France: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 31 août 1996 contre le Mexique (2-0)

Dernière sélection : le 13 novembre 1999 contre la Croatie (3-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 1 sélection, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png olympique: 3 sélections, 3 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 21 sélections, 15 buts

 

1990/93 Olympique Lyonnais B (FRA) 50 matchs, 17 buts
1991/97 Olympique Lyonnais (FRA) 145 matchs, 50 buts
(Championnat de France: 126 matchs, 44 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 6 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
1997/98 Paris SG (FRA) 47 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 5 matchs, 3 buts)
(Ligue des Champions: 8 matchs, 3 buts)
1998/2002 Olympique de Marseille (FRA) 83 matchs, 30 buts
(Championnat de France: 62 matchs, 23 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 5 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 4 buts)
2001/02 Celta Vigo (ESP) (Prêt) 14 matchs, 2 buts
(Championnat d'Espagne: 11 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
2002/04 Bastia (FRA) 72 matchs, 19 buts
(Championnat de France: 69 matchs, 18 buts)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 2 matchs, 1 but)
2004/05 Istres (FRA) 15 matchs, 1 but
(Championnat de France: 14 matchs)
(Coupe de la ligue: 1 match, 1 but)
2005 Châteauroux (FRA) 11 matchs, 1 but
(Championnat de France de D2: 10 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
 
Florian Maurice est surement l'un des meilleurs 9 français de la fin des années 90. Natif de Sainte-Foy-lès-Lyon, le jeune Florian débute tout naturellement sa carrière à l'Olympique Lyonnais. En cinq saisons, ce petit gars aux cheveux frisés à la limite du crépu et au physique de Monsieur Tout-le-Monde plante 44 buts en D1 sous les couleurs de l'OL. À un moment où le club cherchait un second souffle et la bonne formule pour s'installer durablement au sommet. Il connaît la fin de l'ère Domenech, la transition Tigana avec ses stars (Abedi Pelé, Pascal OlmetaManuel Amoros) et le nouvel élan impulsé par une jeunesse prometteuse issue du centre de formation (Giuly, Job, Kanouté, Malbranque). Lors de ses débuts le 8 août 1992 contre Bordeaux (0-0), il a dix-huit ans, court partout et évolue plus souvent au milieu qu'en attaque.Florian Maurice.jpg La saison suivante, Tigana l'installe avant-centre. Son vrai poste. Celui qui devient progressivement un des chouchous de Gerland compense son modeste gabarit par une grande intelligence de jeu, un sens inné du placement juste et efficace et un excellent timing. Il marque. Souvent. Titulaire indiscutable lors de la saison 1994-95, ses 15 buts permettent à l'OL de terminer second, loin derrière un FC Nantes stratosphérique. La saison suivante, "Tintin", comme le surnommait Olmeta, plante encore 18 pions et honore un magnifique parcours en coupe de l'UEFA, atteignant un huitième de finale après avoir sorti la Lazio en seizième. Mais tout bascule le 2 septembre 1996 à Nantes. Épuisé par sa participation aux Jeux Olympiques d'Atlanta, "Flo" se rompt le tendon d'Achille en plein match. Six mois d'arrêt. Puis un dernier match et un dernier doublé contre l'OM (8 buts à 0), en bout de saison, avant de s'envoler au PSG à l'été 1997 en compagnie de son compère Franck Gava pour goûter à la Ligue des Champions. Le duo d'attaque parisien pour cette saison 1997-98 sera composé de Maurice et Marco Simone. Les débuts sont merveilleux, notamment ce fameux match contre le Steaua Bucarest. Avec l'italien, les relations sont au beau fixe et le PSG commence bien la saison, malgré le couac de la Super Coupe d'Europe. Mais la traditionnelle crise d'automne est difficile et les premières scissions apparaissent dans le groupe. La saison du PSG part en vrille... et le club termine à une modeste huitième place. Florian fait une saison moyenne avec 7 buts, mais tient toujours la corde pour le Mondial 1998. Il pense avoir sa place d’avant-centre promise par Aimé Jacquet à la faveur de la double victoire en Coupe, mais l'ex-nouveau JPP se fait finalement doublé par Stéphane Guivarch qui enfile les buts avec l’AJA. "Mon plus grand regret est de ne pas avoir joué la Coupe du Monde 98. Je sortais d'une saison où je n'ai pas été terrible au PSG et je n'ai logiquement pas été appelé. Je le regrette d'autant plus que j'étais dans le groupe France avant et après la Coupe du Monde mais pas pendant…. " Poussé vers la sortie par Charles Bietry, il prend le TGV direction Marseille. L'OM nourrit de grosses ambitions et l'équipe se veut attirante: Laurent Blanc, Christophe Dugarry, Fabrizio Ravanelli, Robert Pirès, Patrick Colleter. Sous le soleil de Provence, il se montre dans un premier temps très adroit et semble retrouver sa splendeur lyonnaise. Il reste trois saisons dans le Sud, mais la dernière année est difficile pour lui. Florian a 25 ans et semble déjà carbonisé. Il tente de se relancer en Espagne, du côté du Celta Vigo, emmené par Aleksandr Mostovoï, le flamboyant prince russe. C'est un échec. Il revient en France et tente sa chance en Corse, à Bastia, où il parvient à afficher un niveau correct deux années durant. En 2004, il vit une courte période de chômage et s’engage à Istres, faute de mieux, club qu’il quitte six mois plus tard pour Châteauroux, en L2. Il dispute 10 rencontres sous les couleurs castelleroussines, avant de raccrocher, à 31 ans seulement... passant vraisemblablement à côté d'une très bonne carrière. Il tente d'abord une reconversion dans les médias — consultant sur "OL TV" et homme de terrain sur "Foot+" —, avant d’intégrer la cellule recrutement de l’OL. Discret, mais ambitieux, il s’impose rapidement comme une valeur sûre dans dans le milieu. De Dejan Lovren à Jeff Reine-Adélaïde, le recruteur en chef de l’Olympique lyonnais a enchaîné les coups, à une époque où Lyon a délaissé son trône de champion de France en série pour se concentrer sur un projet à long terme. Il a depuis rejoint le Stade Rennais en 2020 pour le poste de directeur technique.

 

PALMARÈS


Vainqueur du Tournoi de France en 1997 (France)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1999 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1995 (Olympique Lyonnais) et 1999 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de France en 1998 (Paris SG)
Finaliste de la Coupe de France en 1996 (Olympique Lyonnais)
Vainqueur de la Coupe de la ligue en 1998 (Paris SG)
Finaliste de la Coupe de la ligue en 1996 (Olympique Lyonnais)
Finaliste de la Coupe Gambardella en 1992 (Olympique Lyonnais)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Trophée UNFP du meilleur espoir de Ligue 1 en 1995
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©Mathhew Ashton/EMPICS
- 2ème photo: ©AFP


20/01/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1107 autres membres