FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Uli Stielike

Uli-Stielike.jpg

Uli Stielike

 

Ulrich Stielike

Né le 15 novembre 1954 à Ketsch (ALL)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, milieu de terrain, 1m76

Surnoms: "joueur en cristal", Stilike

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 42 sélections, 3 buts

 

1973/77 Borussia Mönchengladbach (ALL) 109 matchs, 12 buts

1977/85 Real Madrid (ESP) 215 matchs, 41 buts

1985/88 Neuchâtel Xamax (SUI) 66 matchs

 

Dans les années 80, Uli Stielike fut l'un des éléments indispensable de l'Allemagne de l'Ouest qui a remporté l'Euro 1980 et disputé la finale de la Coupe du monde 1982. Formé dans sa ville natale de Ketsch, il signe en 1973 au Borussia Mönchengladbach. Il fera sa première apparition avec l'équipe première qu'à la fin de saison, le 9 juin 1973, face au VfB Stuttgart. Il devient un pilier du club la saison suivante en tant que milieu défensif et envoie le club au sommet de la Bundesliga à une époque où le Bayern Munich domine l'Allemagne et le continent européen  avec en chef de file Franz Beckenbauer, Sepp Maier et Gerd Müller. Uli Stielike.jpgIl participe aux grands succès du club qui remportent trois titres de champion d'affilées en Bundesliga en 1975, 1976 et 1977 et une Coupe UEFA en 1975 aux dépens des Hollandais du FC Twente (un score nul et vierge à l'aller puis une victoire épique au retour 5 buts à 1). Le Borussia atteint son apogée lors de la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions perdue face aux anglais de Liverpool en 1977. Une équipe bien fourni presque invincible formé du danois Allan Simonsen, Rainer Bonhof ou encore Berti Vogts. À 21 ans, il possède déjà un palmarès bien garni et sera convoqué une première fois en sélection nationale allemande lors d'un match amical contre l'Autriche le 3 septembre 1975. Cependant, il n'est pas retenu ni pour disputer l'Euro 1976, ni pour disputer la coupe du Monde 1978. En 1977, il quitte la Bundesliga pour le championnat espagnol et rejoint le grand Real Madrid aux côtés de Camacho, Pirri et son compatriote Paul Breitner, club pour lequel il jouera huit saisons. Malgré des débuts poussifs, il joue un rôle important dans la réalisation des trois victoires d'affilés en Liga remporté en 1978, 1979 et 1980. Devenu au fil des ans un véritable milieu de terrain, l'allemand s'est rarement trouvé pris en défaut. En 1985, il remporte une nouvelle fois la Coupe UEFA, dix ans après avoir remporté ce trophée avec le Borussia Mönchengladbach. Ce sera son dernier titre avec le club madrilène. Bien que sélectionné très jeune avec l'équipe de RFA dès 1975, Stielike ne s'imposera qu'à partir de 1980 comme un titulaire régulier en sélection. Évoluant principalement au poste de libéro, il est l'un des artisans de la victoire de la RFA à l'Euro 1980, finale remportée face aux Belges (2 à 1). Lors de la Coupe du monde 1982, il dispute toutes les rencontres de son équipe qui échoue en finale contre l'Italie (3 buts à 1). Il se fait surtout remarquer en manquant un tir au but lors d'une demi-finale d'anthologie contre la France. Après un match à rebondissements, les deux équipes sont à égalité 3 buts partout à la fin des prolongations et les tirs au but doivent décider du sort du match. Stielike est le troisième tireur du côté allemand et bute sur la gardien français, Jean-Luc Ettori. Il s'effondre sur le sol et reste prostré. Mais alors que les caméras s'attardent sur lui, le français Didier Six manque aussi son tir au but. À cause du fait que toutes les caméras s'étaient braquées sur Stielike, il n'existe aucune trace filmée du tir de Didier Six. Le tir manqué de Stielike n'aura finalement aucune incidence sur le sort du match, puisque la RFA remporte au final la rencontre après que Maxime Bossis ait lui aussi raté son tir au but. Cet échec ne marquera cependant pas la fin de sa carrière internationale. Il participe en 1984 à l'Euro organisée en France malgré une élimination prématurée de la RFA en phase de poules. Son dernier match avec la sélection allemande a eu lieu le 12 septembre 1984 à Dusseldorf face à l'Argentine (3 buts à 1 pour l'Albiceleste) alors que le sélectionneur Franz Beckenbauer débuté sur le banc. En perte de vitesse, il rejoint le championnat suisse et le Neuchâtel Xamax en 1985, avec qui il remporte deux titres de champion de Suisse en 1987 et 1988 avant de prendre sa retraite sportive à 34 ans. Il poursuit une carrière d'entraîneur et sera l'assistant d'Erick Ribbeck avec la Mannschaft de 1998 à 2000. 

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1980 (RFA)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1982 (RFA)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1977 (Borussia M'Gladbach) et 1981 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1975 (Borussia M'Gladbach) et 1985 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1973 (Borussia M'Gladbach)

Champion d’Espagne en 1978, 1979 et 1980 (Real Madrid)

Champion d’Allemagne en 1975, 1976 et 1977 (Borussia M'Gladbach)

Champion de Suisse en 1987 et 1988 (Neuchâtel Xamax)

Vice-Champion d’Espagne en 1981, 1983 et 1984 (Real Madrid)

Vice-Champion d’Allemagne en 1974 (Borussia M'Gladbach)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne 1980 et 1982 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne 1973 (Borussia M'Gladbach)

Finaliste de la Coupe d’Espagne 1979 et 1983 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue espagnole en 1985 (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe de Suisse en 1987 (Neuchâtel Xamax)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur étranger du Championnat d’Espagne en 1979, 1980, 1981 et 1982

 

DIVERS


- Pendant 28 ans, Uli Stielike est rester le seul allemand à avoir raté un tir au but ou un penalty en Coupe du monde avant que son compatriote Lukas Podolski ne manque à son tour un penalty contre la Serbie lors d'un match de poule de la Coupe du monde 2010.

- En 2008, il quitte les "éléphants" de la Côte d'Ivoire en raison de l'état de santé son fils Michael qui venait de tomber dans le coma quelques jours avant le début de la CAN, le 7 janvier. Il décède le 1er février après un rejet pendant la greffe d'un poumon.

 

Uli-Stielike-.jpg



09/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1008 autres membres