Croatie - Les meilleurs joueurs de l'histoire du football

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Croatie


Ivica Surjak

Ivica Surjak.jpg
Ivica Surjak

 

Ivan Šurjak

Né le 23 mars 1953 à Split (YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate, Ailier gauche, 1m90

Surnom: Ivica

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png 54 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 15 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 12 matchs, 3 buts)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 14 sélections, 3 buts)

(Euro: 2 sélections)

(Coupe des Balkans des nations: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 21 octobre 1973 contre l'Espagne (0-0)

Dernière sélection : le 24 juin 1982 contre l'Honduras (1-0)

 

1971/81 Hajduk Split (YOU) 332 matchs, 71 buts
(Championnat de Yougoslavie: 272 matchs, 52 buts)
(Coupe de Yougoslavie: 24 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 14 matchs, 6 buts)
(Coupe des Coupes: 18 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1981/82 Paris SG (FRA) 40 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 33 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 7 matchs, 1 but)
1982/83 Udinese (ITA) 29 matchs, 2 buts
1984/85 Real Saragosse (ESP) 22 matchs, 4 buts

 

Pour beaucoup, il fait partie des meilleurs joueurs de l’histoire de la Yougoslavie. Adulé à Split, il passe une saison au PSG remportant une Coupe de France en 1982. Ailier gauche à l’ancienne, toute en percussion et en technique, un cauchemar pour tout défenseur. Il pouvait aussi évoluer sur toute la largeur du terrain, il était le prototype de l’attaquant moderne polyvalent. Il effectue ses débuts avec l’Hajduk Split en 1970 à l’âge de 17 ans. Un an plus tard, il devient champion de Yougoslavie en marquant un but clé contre le rival habituel, le Partizan Belgrade, lors de la dernière journée, qui lui donne déjà un statut de héros qu’il va parfaitement assumer, malgré son jeune âge. Ivica Surjak.jpgLes trophées s’accumulent: quatre titres de champion et cinq Coupes nationales sous la houlette de Tomislav Ivic. Avec son club, il va enchaîner trois demi-finales de Coupe d'Europe (1973, 1976 et 1978). Il sera aussi un pilier de la sélection Yougoslave qui connait un renouveau dans les années 70 grâce à un potentiel de joueurs hors du commun. Avec 54 sélections et 10 buts, il participe à la phase finale de la Coupe du Monde 1974 et 1982 ainsi que l’ Euro en 1976. À l'époque, pour partir du pays, les joueurs devait attendre leur 28ème anniversaire pour rejoindre l'étranger. Après 332 matchs disputés sous le maillot de Split... et le début d’une carrière de chanteur avec le titre Julija !, Šurjak prend un billet pour Paris. Très vite il devient le chouchou du Parc. Il faut dire que le jeune homme est en pleine force de l’âge et multiplie les débordements et les actions offensives, et se montrera décisifs comme le prouve ses 11 buts en championnat. Mais son véritable chef d'oeuvre sera ce soir de 15 mai 1982 au Parc des Princes lors de la finale de la Coupe de France face à Saint-Etienne. Les Verts tiennent leur septième Coupe de France grâce au second but de Platini en prolongation. Une dernière offensive est lancée côté parisien et cet encore frêle ailier gauche natif de Split a encore du jus. Sur le premier but de Toko, c’était son centre qui avait fait mouche. Une heure après, petit numéro d’équilibriste, il glisse un centre enroulé d’une aisance diabolique, pour trouver un Rocheteau intraitable. 2-2. Le PSG gagnera son premier trophée aux tirs au but. Ce sera pourtant le dernier match sous le maillot parisien pour Ivica. Le président Borelli souhaite le conserver, mais sa star yougoslave s’est déjà engagée pour le modeste club de l’Udinese. Dans le vestiaire italien, la cohabitation est houleuse avec le clan des Brésiliens, Edinho et Zico. Deux fortes personnalités qui s’opposent à l'attaquant et le font disparaître des feuilles de matchs malgré une première saison très réussie sur les pelouses. Il rebondit en 1984 à Saragosse sans connaître le succès, malgré un but exceptionnel face à Barcelone, champion d’Espagne. Malgré des sollicitations du Real Madrid et une offre intéressante financièrement du New York Cosmos, il préfère raccrocher les crampons à l'âge de 31 ans comme Michel Platini. Ivica Šurjak fera son retour dans le football en tant que Directeur Sportif de l’Hajduk Split entre 1999 et 2003 puis comme Directeur général jusqu’en 2008.

 

PALMARÈS


4ème de l'Euro 1976 (Yougoslavie)

Champion de Yougoslavie en 1974, 1975 et 1979 (Hajduk Split)

Vice-champion de Yougoslavie en 1976 et 1981 (Hajduk Split)

Vainqueur de la Coupe de France en 1982 (Paris SG)

Vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en 1972, 1973, 1974, 1976 et 1977 (Hajduk Split)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu Footballeur yougoslave de l'année en 1976

 

DIVERS


- En 1999, alors qu’il pilotait son bateau, Surjak est à l’origine d’un drame qui a coûté la vie à un nageur. Il a finalement été déclaré non coupable par la justice yougoslave.


10/11/2018
1 Poster un commentaire

Drazen Jerkovic

 

Drazen Jerkovic.jpg
Dražan Jerković

 

Dražan Jerković (Дражан Јерковић)

Né le 6 août 1936 à Sibenik (YOU)

Décédé le 9 décembre 2008 à Zagreb (CRO)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png Yougoslave, Attaquant, 1m86

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png 21 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 11 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 4 buts)

(Euro: 2 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le le 12 septembre 1956 contre l'Indonésie (5-2)

Dernière sélection : le 27 septembre 1964 contre l'Autriche (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png B: 3 sélections

 

1954/65 Dinamo Zagreb (ex-YOU) 142 matchs, 96 buts
1965/66 La Gantoise (BEL) 3 matchs, 1 but
 
Drazen Jerkovic fait partie des buteurs légendaires du football croate. Il avait inscrit deux buts pour l'ex-Yougoslavie en demi-finale de l'Euro en 1960 face à la France (5 buts à 4) où il avait été sacré meilleur buteur du tournoi. La Yougoslavie s'était ensuite inclinée 2 buts à 1 face à l'Union soviétique du gardien Lev Yachine après prolongation. Auteur de 4 buts avec la sélection demi-finaliste de la Coupe du monde 1962 au Chili, il comptabilisera en tout 21 sélections et 11 buts sous le maillot de la Yougoslavie. En club, Jerkovic a passé le plus clair de sa carrière au Dinamo Zagreb où il a planté 96 buts en 142 matches de championnat, remportant un titre de champion de Yougoslavie et trois Coupes nationales. Son parcours l'avait aussi emmené en fin de carrière à La Gantoise, mais il joua très peu en raison d'une blessure. Une fois ses crampons raccrochés, Jerkovic s'était reconvertit en dirigeant et entraîneur, oeuvrant pour le Dinamo et le FC Zagreb, le Dinamo Vinkovci et les clubs autrichiens de INCO Klagenfurt et Villach. Il a aussi entraîné la Yougoslavie, pour un match, en 1971 et fut surtout le tout premier sélectionneur national de la Croatie en 1990 - durant 3 matches, un an avant l'indépendance en 1991. Il aura gagné tous ses matches, contre la Grèce en 1971, contre les Etats-Unis, la Roumanie et la Slovénie en 1990, ce qui fait de lui sans doute le seul coach au monde invaincu avec deux sélections nationales. Drazen Jerkovic est décédé le 9 décembre 2008 à l'âge de 72 ans d'une attaque cardiaque des suites de complications après avoir été amputé de son bras gauche.
 
PALMARÈS
4ème de la Coupe du Monde en 1962 (Yougoslavie)
Finaliste de l'Euro 1960 (Yougoslavie)
Champion de Yougoslavie en 1958 (Dinamo Zagreb)
Vice-champion de Yougoslavie en 1960 et 1963 (Dinamo Zagreb)
Vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en 1960, 1963 (non-joué) et 1965 (Dinamo Zagreb)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1962 (4 buts)
Meilleur buteur du championnat de Yougoslavie en 1962 (16 buts) (Dinamo Zagreb)

06/10/2018
0 Poster un commentaire

Igor Stimac

Igor Stimac.jpg
Igor Stimac

 

Igor Štimac

Né le 6 septembre 1967 à Metkovic (YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate, Défenseur central, 1m88

Surnom: Štico

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png 53 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Qualif Euro: 12 sélections, 1 but)

(Euro: 3 sélections)

(Tournoi Hassan II: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 22 décembre 1990 contre la Roumanie (2-0)

Dernière sélection : le 13 février 2002 contre la Bulgarie (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png U20: 4 sélections, 2 buts

 

1985/92 Hajduk Split (YOU) 64 matchs, 3 buts
1986/87 Dinamo Vinkovci (YOU) 31 matchs, 2 buts
1992/94 Cádiz (ESP) 62 matchs, 4 buts
1994/95 Hajduk Split (CRO) 27 matchs, 2 buts
1995/99 Derby County (ANG) 84 matchs, 3 buts
1999/2001 West Ham UTD (ANG) 43 matchs, 1 but
2001/02 Hajduk Split (CRO) 11 matchs, 2 buts
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe du Monde en 1998 (Croatie)
Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 19887 (Yougoslavie)
Champion de Croatie en 1992 et 1995 (Hajduk Split)
Vice-champion de Croatie en 1993, 1996 et 2002 (Hajduk Split)
Vainqueur de la Coupe de Croatie en 1993 et 1995 (Hajduk Split)
Vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en 1987 et 1991 (Hajduk Split)
Vainqueur de la Supercoupe de Croatie en 1992, 1993 (non-joué) et 1994 (Hajduk Split)
Vice-champion d’Angleterre de D2 en 1996 (Derby County)

DISTINCTIONS PERSONNELLES
À reçu le Prix Franjo Bucar pour son apport au sport croate en 1998
À reçu la Médaille de l'Ordre de Danica Hrvastka en 1995
À reçu la Médaille de l'Ordre du trèfle croate en 1998

19/07/2018
0 Poster un commentaire

Robert Jarni

Robert Jarni.jpg
Robert Jarni

 

Robert Jarni

Né le 26 octobre 1968 à Cakovec (YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate, Arrière gauche, 1m80

Surnom: "Croazia Express"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png 7 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 5 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 19 mai 1990 contre l'Espagne (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png 81 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 33 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 16 sélections)

(Coupe du Monde: 10 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 16 sélections)

(Euro: 4 sélections)

(Tournoi Hassan II: 2 sélections)

 

Dernière sélection : le 13 juin 2002 contre l'Equateur (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png futsal: 2 sélections, 2 buts

 

1986/91 Hajduk Split (YOU) 158 matchs, 21 buts
(Championnat de Yougoslavie: 128 matchs, 17 buts)
(Coupe de Yougoslavie: 22 matchs, 4 buts)
1991/93 Bari (ITA) 52 matchs, 3 buts
1993/94 Torino (ITA) 23 matchs
1994/95 Juventus Turin (ITA) 30 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 15 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs)
1995/98 Real Betis (ESP) 113 matchs, 20 buts
(Championnat d'Espagne: 98 matchs, 19 buts)
(Coupe d'Espagne: 10 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
1998 Coventry City (ANG)
1998/99 Real Madrid (ESP) 36 matchs, 3 buts
(Championnat d'Espagne: 27 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 5 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
1999/2001 Las Palmas (ESP) 44 matchs, 6 buts
(Championnat d'Espagne: 26 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Espagne de D2: 17 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
2001/04 Panathinaikos (GRE) 5 matchs
 
Ailier ou latéral gauche, Robert Jarni en avait sous la semelle. Jamais le meilleur, toujours placé, il a connu la Série A et la Liga après des débuts à l'Hadjuk Split. Il y a eu neuf clubs dans la carrière de Robert Jarni dont deux prestigieux: la Juve et le Real. La Vieille Dame est la troisième expérience italienne du Croate, après Bari et... le Torino. Il reste d'ailleurs l'un des seuls à avoir effectué cette périlleuse traversée. Mais personne ne lui en tiendra vraiment rigueur puisqu'il ne laissera pas un souvenir impérissable dans le Piémont. Cela dit, aux côté de Ravanelli, de Vialli, de Baggio, de Deschamps, de Ferrara, de Peruzzi, il remporte le doublé coupe-championnat. Jarni a l’art de faire partie d’équipes magnifiques : après cette Juve de dingues, il devient l'élément clé d'une génération dorée de la Croatie (Šuker, Boban, Asanović, Bilić, Simić...) qui brille de mille feux lors du Mondial 98. Il ouvre le score en quarts de finale de cette Coupe du Monde. Contre une Allemagne vieillissante de Köpke, Bierhoff et Klinsmann, la Croatie s'imposera finalement 3-0 et Jarni crèvera l'écran. Lui, l'arrière gauche besogneux, devient le temps d'un tournoi le mec en vogue. À près de 30 ans, c'est donc le grand Real qui flashe sur le "Croazia Express". En quelques heures, Jarni annule son transfert acté avec Coventry pour convoler vers le Bernabéu. Le choix de la raison pour Robert, un transfert dévalué pour le Real. Il rejoint Raúl, Seedorf, Mijatović, Redondo, Hierro, Roberto Carlos (qui lui barre une place de titulaire), Panucci et consorts du côté de Madrid pour une unique saison ponctuée d’une Coupe intercontinentale. Robert ne s'imposera jamais et repart un an plus tard vers Las Palmas avant d'aller se finir en Grèce du côté du Panathinaïkos.
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe du Monde en 1998 (Croatie)
Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 1987 (Yougoslavie)
Finaliste du Championnat d’Europe espoirs en 1990 (Yougoslavie)
Finaliste de la Coupe UEFA en 1995 (Juventus Turin)
Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1998 (Real Madrid)
Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Real Madrid)
Champion d’Italie en 1995 (Juventus Turin)
Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1995 (Juventus Turin)
Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1997 (Real Bétis)
Vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en 1987 et 1991 (Hajduk Split)
Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1993 (Torino)
Champion d’Espagne de D2 en 2000 (Las Palmas)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
À reçu le Prix Franjo Bucar pour son apport au sport croate en 1998
À reçu la médaille de l'Ordre de Danica Hrvatska en 1995
À reçu la médaille de l'Ordre du trèfle croate en 1998

14/07/2018
0 Poster un commentaire

Aljosa Asanovic

Aljosa Asanovic.jpg
Aljoša Asanović

 

Aljoša Asanović

Né le 14 décembre 1965 à Split (YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate, Milieu offensif, 1m85

Surnom: "Vatreni Lakat" ("coude de feu")

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png 3 sélections

(Matchs amicaux: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 25 mars 1987 contre l'Australie (4-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png 62 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 25 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections)

(Coupe du Monde: 7 sélections

(Qualif Euro: 16 sélections)

(Euro: 4 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection, 2 buts)

 

Dernière sélection : le 28 mai 2000 contre la France (0-2)

 

1984/90 Hajduk Split (CRO) 139 matchs, 36 buts
1990/91 FC Metz (FRA) 37 matchs, 13 buts
(Championnat de France: 35 matchs, 13 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
1991/92 AS Cannes (FRA) 36 matchs, 9 buts
(Championnat de France: 28 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1992/94 Montpellier (FRA) 47 matchs, 10 buts
(Championnat de France: 43 matchs, 10 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 6 buts)
1994/96 Hajduk Split (CRO) 33 matchs, 8 buts
1996 Valladolid (ESP) (Prêt) 8 matchs, 1 but
1996/98 Derby County (ANG) 43 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 38 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Angleterre: 5 matchs)
1998 SSC Naples (ITA) 15 matchs
1998/2000 Panathinaikos (GRE) 56 matchs, 12 buts
(Championnat de Grèce: 44 matchs, 9 buts)
(Ligue des Champions: 8 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)
2000/01 Austria Vienne (AUT)
2001/02 Sydney United (AUS) 4 matchs, 1 but
2002 Hajduk Split (CRO) 1 match
(Ligue des Champions: 1 match)
 
Archétype du mercenaire yougoslave, Aljosa Asanovic, au même titre que Robert Prosinecki ou Dejan Savicevic, est le symbole d’une génération dorée qui a enchanté bon nombre de formations européennes. Pilier de la sélection croate, Aljosa (prononcé "Aliocha") terminera 3ème de la Coupe du Monde 98. Formé à l'Hadjuk Split, Asanovic grille les étapes et se retrouve propulsé en équipe première à 17 ans avant de signer pro en 1984. Il s’impose aussi sec comme meneur de jeu de l’équipe qui pourtant n’est pas avare d’excellent footballeur, avec Blaz Sliskovic et les frères Vujovic pour ne citer qu’eux. Régulier dans ses performances, Aljosa s’épanouit pleinement et assure la relève lorsque ses ainés partent au fur et à mesure à l’assaut des meilleurs clubs européens. Aljosa Asanovic.jpgL’Hajduk remporte la Coupe de Yougoslavie en 1987. Grâce à ce prestigieux trophée, il est appelé en équipe nationale de Yougoslavie, même s’il va souffrir de la concurrence de Dragan Stojkovic. Il va rester 6 ans à l’Hajduk, être élu meilleur joueur du championnat yougoslave en 1989-90 avant lui aussi de profiter de la guerre de Yougoslavie pour fuir les combats. Il deviendra donc un des tauliers de la jeune sélection Croate. Avec ses compères Prosinecki, Boban et autre Suker, il disputera notamment l’Euro 96, où les surprenants croate sortent de leur poule et échouent en quart contre l’Allemagne, dans un match proprement scandaleux. Le 2ème but allemand est consécutif à une énorme faute de l’ailier, alors qu’il ne restait que quelques minutes à jouer. Les croates auront leur revanche 2 ans plus tard. Qualifié pour la Coupe du Monde, l’équipe à damier se sort de sa poule sans trop de problèmes puis élimine la Roumanie dans un match au couteau. En quart, ils retrouvent les Allemands. L’équipe est à peu près la même que celle championne d’Europe en Angleterre. Cette fois-ci point de scandale, les croates s’imposent 3 buts à 0. La demi-finale les voit affronter la France qui évolue à domicile. Et ce sont les croates qui ouvriront le score par Davor Suker avant que Lilian Thuram ne plante un doublé. Sur leur nuage, ils n’auront pas de mal à disposer des Pays-bas lors de la petite finale. Il espérait achever sa carrière sur l'Euro 2000, mais l'Eire et la Yougoslavie en décident autrement en sortant la Croatie dans les qualifications. Il prend donc sa retraite internationale après 63 sélections avec la Croatie. Lorsqu’il quitte Split, c'est alors pour lui le début d'un exil qui s'annoncera très irrégulier. Il choisit la France où évoluent pas mal de ses compatriotes. Il s’engage avec le FC Metz et rejoint la Lorraine à l'été 1990. Symbole de l’excellent réseau de recrutement alors mis en place par le président messin Carlo Molinari, Asanovic sait tout faire : jeu court, jeu long, dribbles et frappes millimétrés ! Doté d’une vision hors du commun, le meneur slave illuminera ainsi l’attaque des Grenats pendant un an, avant de rejoindre Cannes où il deviendra l’espace d’une saison le modèle d’un jeune espoir nommé Zidane… Aux côtés de Luis Fernandez, Franck Durix et François Oman-Biyik également, la mayonnaise ne prend pas. L’AS Cannes est éliminé dès les 16èmes de finale de la Coupe de l’UEFA par le Dynamo Moscou et descend en Deuxième Division après avoir terminé le championnat à la 19ème place. Aljosa marquera tout de même 7 buts cette saison là et son statut de star restera quasiment intact. Il prend alors la direction de Montpellier. Gêné par les blessures, sa première saison est compliquée dans l’Hérault. Son deuxième exercice sous les couleurs montpelliéraines est un peu meilleur mais son talent ne permet pas à Montpellier de remporter la Coupe de France en 1994 (défaite 3 à 0 en finale contre Auxerre). Après La Paillade, retour à la case départ : Hajduk Split. En effet, malgré un talent indéniable, "Vatreni Lakat" ("coude de feu", son surnom qu’il doit à sa manière de courir avec les coudes levés) fait le tour de l’Europe sans vraiment s’imposer, passant en Espagne (Valladolid), en Italie (Naples), en Angleterre (Derby County), en Autriche (Austria Vienne), en Grèce (Panathinaïkos) avant de finir sa carrière en 2002, dans son club formateur de l’Hajduk (avec une parenthèse… en Australie, à Sydney). Il est sans doute passé à côté d’une bien meilleure carrière, faute à une motivation suffisante… Finalement ce joueur reste un immense gâchis au regard de son talent.
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe du Monde en 1998 (Croatie)
Champion de Croatie en 1995 (Hajduk Split)
Vice-champion de Croatie en 1996 (Hajduk Split)
Vice-champion de Grèce en 2000 (Panathinaikos)
Vice-champion de Yougoslavie en 1986 (Hajduk Split)
Vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en 1985 (Hajduk Split)
Finaliste de la Coupe de Yougoslavie en 1990 (Hajduk Split)
Vainqueur de la Coupe de Croatie en 1995 (Hajduk Split)
Finaliste de la Coupe de France en 1994 (Montpellier)
Finaliste de la Coupe de Grèce en 1999 (Panathinaikos)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur de l'année du championnat yougoslave en 1990
À reçu le Prix Franjo Bucar pour son apport au sport croate en 1998
À reçu la médaille de l'Ordre de Danica Hrvatska en 1995
À reçu la médaille de l'Ordre du trèfle croate en 1998

14/07/2018
0 Poster un commentaire

ex-Yougoslave de Croatie

GARDIENS DE BUT

 

Vladimir Beara

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Robert Jarni

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Zoran Vujovic

 

MILIEUX DÉFENSIFS/CENTRAUX

Velimir Zajec

 

MILIEUX OFFENSIFS

 

Aljosa Asanovic

Zvonimir Boban

Robert Prosinecki

Bernard Vukas

Branko Zebec

 

ATTAQUANTS

 

Stjepan Bobek

Drazen Jerkovic

Josip Skoblar

Ivica Surjak


03/12/2017
0 Poster un commentaire