Football-the-story

Football-the-story

Corentins Martins

Corentin Martins.jpg
Photo: ©So Foot

 

Corentin Martins

 

Corentin Da Silva Martins

Né le 11 juillet 1969 à Brest

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Meneur de jeu, 1m70

Surnom: "Coco"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 14 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Euro: 2 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 27 mars 1993 contre l'Autriche (1-0)

Dernière sélection : le 9 novembre 1996 contre le Danemark (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

 Bretagne: 1 sélection

 

1986/87 AS Brest (FRA) 12 matchs, 3 buts
1987/89 Brest Armorique B (FRA) 53 matchs, 10 buts
1987/91 Brest Armorique (FRA) 89 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 64 matchs, 3 buts)
(Championnat de France de D2: 20 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
1991/96 AJ Auxerre (FRA) 207 matchs, 45 buts)
(Championnat de France: 165 matchs, 38 buts)
(Coupe de France: 18 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Coupe des coupes: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 3 buts)
1996/97 Deportivo La Corogne (ESP) 42 matchs, 13 buts
(Championnat d'Espagne: 36 matchs, 13 buts)
(Coupe d'Espagne: 5 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1998/2004 RC Strasbourg (FRA) 192 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 133 matchs, 16 buts)
(Championnat de France de D2: 35 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 11 matchs)
(Coupe de la ligue: 6 matchs)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
1999/2000 Girondins de Bordeaux (FRA) (prêt) 34 matchs, 3 buts
(Championnat de France: 21 matchs)
(Coupe de France: 3 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
2004 Clermont Foot (FRA) 2 matchs

 

La définition même de ce qu'est un meneur de jeu. Numéro 10 à l'ancienne formé à Brest, Corentin Martins cartonne du côté d'Auxerre durant les années 90, qui obtient sous son capitanat ses premières heures de gloires.

 

Issu d'une famille portugaise, le finistérien au centre de gravité bas fait ses gammes dans sa ville natale. Du PL Bergot à l'AS Brestois, en passant par le Brest Armorique où il fait ses premiers pas en D1 aux côtés d'une très belle génération composé de Bernard LamaStéphane Guivarc'hDavid Ginola et le buteur paraguayen Roberto Cabanas. Si il honore une sélection avec la Bretagne en 1988 contre les Etats-Unis, son club est quant à lui en proie à de graves difficultés financières. Relégué en D2 en 1991, avant de disparaître complètement en cours de saison, le jeune meneur est repéré par le célébrissime Guy Roux qui cherche un successeur au magnifique milieu belge Enzo Scifo. Et il l'a tout trouvé. Vista, technique, qualité de passes au dessus de la moyenne avec une précision d'orfèvre, il était aussi adroit dans la zone de vérité. Un véritable numéro 10 talentueux, poste que sublimera ZZ peu après. Dépositaire du jeu bourguignon, Martins enchaîne les coups de maîtres comme en quart de finale de la Coupe de l’UEFA face à l’Ajax Amsterdam de DavidsBergkamp et Overmars en 1993, avec un superbe coup-franc Platinien dans la lucarne du portier néerlandais Stanley Menzo au match aller à l'Abbé-Deschamps. Une épopée qui se termine aux portes de la finale, éliminé par le Borussia Dortmund. La saison 1995-96 sera sa plus belle. Entouré de Sabri Lamouchi et Moussa Saïb, il participe au superbe doublé coupe-championnat, terminant meilleur buteur du club de l'Yonne avec treize buts inscrits. Il fait de l’AJA une des meilleures formations française de l'époque.

 

Corentin Martins.jpg

Photo: ©Icon Sports

 

De 1993 à 1996, celui que tout le monde surnommait affectueusement "Coco" est tout simplement le meilleur milieu offensif du championnat de France, en tout cas le plus régulier. Appelé en chez les Bleus en 1993, c'est Gérard Houllier qui lui offre ses premières sélections. À l'arrivée d'Aimé Jacquet, les convocations deviennent plus constantes et Martins peut enfin espérer s'imposer en Tricolore. Malheureusement, c'est à ce moment-là que Zinedine Zidane décide d'éclore. Le sélectionneur fait de lui le remplaçant attitré de Zizou jusqu'à l'Euro 96 puis l'écartera sur la route du Mondial français. Son compteur restera finalement bloqué à 14 sélections (pour 1 but), lui qui avait tout de même refusé l'équipe nationale portugaise en 1992, donnant sa préférence au pays qui l’a formé alors qu'il était proche de ses racines lusitaniennes.

 

En 1996, il s'envole pour la Liga et pose ses valises au Deportivo La Corogne. Il est rejoint en Galice par Mickaël Madar et Jérôme Bonnissel. Il évolue dans l'entrejeu aux cotés d'un certain Rivaldo, formant avec le génial Brésilien un duo complémentaire et efficace. Avec tout ce beau monde, leur seule saison commune se termine en beauté sur la troisième marche du podium. Malheureusement, il perd sa place à cause d'une blessure grave, une tendinite à l'adducteur, et décide de se relancer au RC Strasbourg, passé sous l'ère Proisy. Le club, valeur sûre du ventre mou, n'offre pas un challenge très intéressant pour ce milieu talentueux. En 1999, il est prêté à Bordeaux, tout frais champion de France, pour épauler Johan Micoud, dans une saison marquée par les matchs de Champions League. Non conservé, il retrouve le Racing et enchaîne par la suite cinq saisons en Alsace, fait de haut et de bas. En 2001, il remporte la coupe de France, la troisième de sa carrière remportée aux pénaltys face à Amiens, tout en descendant à l'étage inférieur. Il termine par une dernière pige du côté de Clermont, obligé d'arrêter sa carrière à cause des blessures à répétitions. Reconverti entraîneur, sélectionneur de la Mauritanie durant sept années, il garde toujours le lien avec la Bretagne. Personnage humble, mentalité exemplaire, on avait plus vu de tripoteur de ballons comme ça depuis Alain Giresse. Technicien sans égal doublé d'un palmarès bien pourvu, Corentin Martins restera une figure des pelouses françaises que beaucoup idolâtré.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)

Vainqueur de la Coupe de France en 1994, 1996 (AJ Auxerre) et 2001 (RC Strasbourg)

Finaliste du trophée des Champions en 2001 (RC Strasbourg)

Vice-champion de France de D2 en 2002 (RC Strasbourg)



17/01/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1327 autres membres