FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Laszlo Kubala

Laszlo Kubala.jpg

László Kubala

Ladislao Kubala / Ladislav (László) Kubala Stecz "Laci"

Né le 10 juin 1927 à Budapest (HON)

Décédé le 17 mai 2002 à Barcelone (ESP)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864331_201505283930779.png Hongrois/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859506_201505274847180.png Tchécoslovaque, attaquant, 1m76

Surnom: "Kuksi"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859506_201505274847180.png 6 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 27 octobre 1946 contre l'Autriche (4-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864331_201505283930779.png 3 sélections

(Matchs amicaux: 3 sélections)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 19 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

Dernière sélection : le le 2 avril 1961 contre la Bulgarie (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5547265_201603165813547.png Catalogne: 4 sélections, 4 buts

 

1944 Ganz TE Budapest (HON) 9 matchs, 2 buts

1945/46 Ferencvaros (HON) 49 matchs, 27 buts

1946/48 Slovan Bratislava (TCH) 33 matchs, 14 buts

1948/49 Vasas Budapest (HON) 20 matchs, 10 buts

1949/50 Pro Patria (ITA) 16 matchs, 9 buts

1950 Hungaria 6 matchs, 5 buts

1950/51  suspendu

1951/61 FC Barcelone (ESP) 256 matchs, 194 buts

(Championnat d'Espagne: 186 matchs, 131 buts)

(Coupe d'Espagne: 48 matchs, 49 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 11 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Europe des villes de foires: 9 matchs, 6 buts)

(Coupe Latine: 2 matchs, 1 but)

1961/63 entraîneur (FC Barcelone)

1963/65 Espanyol Barcelone (ESP) 35 matchs, 8 buts

(Championnat d'Espagne: 29 matchs, 7 buts)

(Play-off: 2 matchs, 1 but)

(Coupe d'Espagne: 4 matchs)

1966/67 FC Zurich (SUI) 1 match

1967 Toronto Falcons (CAN) 19 matchs, 5 buts

 

Ses dribbles déroutants, ses ouvertures géniales et ses frappes magistrales ont fait de lui l'inspirateur de l'une des plus grandes équipes de l'histoire du FC Barcelone. Laszlo Kubala était adulé par le peuple catalan, il était l'équivalent de "Ronaldinho" en son temps. Toujours bon, il se dépassait lors des matches à enjeux, plus il y avait de monde mieux il jouait. Il possédait avec Alfredo Di Stefano, la capacité de se jouer de son adversaire, tels un matador, et de mener son équipe à la victoire. Il disposait d'une palette technique plutôt étendue , soit il inventait, soit il récitait sans faute les gestes que tout grand footballeur sait réaliser. Né le 10 juin 1927 à Budapest, László Kubala s’est toujours considéré comme cosmopolite. Issue d'une famille modeste, ses parents, Hongrois, avaient des origines polonaises et slovaques. Durant sa jeunesse, László Kubala intègre d'abord l'équipe de Ganz TE Budapest, le club de l'usine locale, avant de rejoindre à 18 ans les couleurs de Ferencvaros, en même temps qu’une autre légende hongroise, Sandor Kocsis. Laszlo Kubala.jpgIl époustoufle déjà son petit monde en inscrivant 27 buts en 49 matchs. Pour échapper au service militaire hongrois après la mort de son père, il s'installe en Tchécoslovaquie à Bratislava. Devenu international pour ce pays (6 sélections pour 4 buts), il décide de rentrer en Hongrie pour éviter les poursuites de l'armée. Son retour dans son pays natal sera de courte durée mais lui laissera tout de même le temps de briller à Vasas et de glaner trois capes en équipe de Hongrie, qui resteront ses trois seules sélections. La naissance du régime communiste hongrois le pousse à s'enfuir illégalement de la Hongrie en janvier 1949. Il arrive en Autriche dans la zone occupée par les américains puis gagne l’Italie où il atterrit à Busto Arsizio. La ville abrite à l'époque un club de Série A, Pro Patria. Il n'y dispute que quelques matchs amicaux. Repéré par le Torino, le club invite l'attaquant hongrois à participer à un match amical contre Benfica. Mais au dernier moment, Kubala renonce à faire le déplacement pour rester au chevet de son fils, malade. Cette décision va lui sauver la vie. Le 4 mai 1949, l'avion qui ramène les joueurs du Torino de la capitale portugaise s'écrase. La catastrophe ne laisse aucun survivant. À la suite de ce drame, il intègre alors une équipe baptisée Hungaria constituée de réfugiés des pays de l'Est. Son talent n'échappe pas à Josep Samitier lors de leur tournée en Espagne, où l'équipe s'impose facilement 4 buts à 2 face au Real Madrid. Malgré un contrat offert les Merengues, Kubala signe au FC Barcelone en 1950. Une suspension imposée par la FIFA pour rupture de contrat avec Vasas et être parti de Hongrie sans permission l'empêche de revêtir le maillot du Barça pendant un an mais la patience des supporters et des dirigeants est vite récompensée. Lors de la saison 1951/52, l’attaquant inscrit 39 buts en 28 matchs dont sept lors de la même rencontre contre Gijon (9 buts à 0). La deuxième saison de Kubala en Catalogne se solde par un deuxième doublé coupe-championnat consécutif, une victoire en début de saison en coupe Latine, la supercoupe d'Espagne et le trophée Martini-Rossi. Les Blaugrana remportent les cinq compétitions auxquelles ils participent, ce sera la saison de l'équipe qu'on nomme "Le Barça des Cinq coupes". Pourtant, un malheur arrive chez Kubala. La saison 1952-1953 est courte pour lui et ne joue que 17 matchs, pour 12 buts. En effet, il attrape la tuberculose et se retrouve à deux doigts de mettre fin à sa carrière. Mais le destin est toujours de son côté et il parvient à vaincre la maladie. Courageux qu’il est, il revient et aide son équipe à reproduire un deuxième doublé consécutif championnat/Coupe, en marquant notamment en finale de la Copa del Generalísimo. En 1957, le Barça quitte le petit stade des Corts pour le Camp Nou, une enceinte à la mesure d'une équipe qui veut alors rivaliser avec le grand Real d'Alfredo Di Stéfano. Jusqu'en 1961, "Kuski" offre au Barça quatre titres de champion, cinq coupes du Roi et deux Coupes des Villes de Foires, malgré la concurrence acharnée du Real Madrid. Avec Luis Suarez, le brésilien Evaristo et Sandor Kocsis, Kubala fait du FC Barcelone le premier tombeur du géant madrilène en huitièmes de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Mais après avoir mis un terme à la série de cinq triomphes européens consécutifs des Merengues, les Catalans chutent en finale de l'édition 1960/61 face au Benfica Lisbonne (2-3). En dépit du fait d'avoir joué pour trois sélections différentes (chose aujourd'hui impossible), Kubala n'a jamais eu la possibilité de prendre part à une phase finale d'un tournoi international. Bien que présent dans la sélection espagnole pour la Coupe du monde 1962, il n'a pas pu jouer du fait d'une blessure. En 1960, le boycott décidé par le chef de l'état Franco alors que l'Espagne s'apprêtait à jouer les quarts de finale contre l'URSS le prive d'une participation de même que d'autres légendes telles que Luis Suarez, Alfredo Di Stefano et Francisco Gento. Il devient par la suite entraîneur et coache l'équipe nationale d'Espagne pendant près de 10 ans. Il décède le 17 mai 2002 à l'âge de 74 ans des suites de la maladie d'Alzheimer. Par ailleurs une statue à son effigie se trouve actuellement devant le stade du Camp Nou. Le hongrois restera comme le deuxième meilleur footballeur du championnat d'Espagne de son époque, avec Alfredo Di Stefano. Un sondage l'a cependant désigné comme le meilleur joueur de l'histoire du FC Barcelone. Ni Sandor Kocsis, ni Lionel Messi, ni Johan Cruyff, ni Diego Maradona, ni Romario n'ont pu lui ravir cet ultime hommage, amplement mérité.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Europe des Clubs Champions en 1961 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des Villes de foires en 1958 et 1960 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1952 (FC Barcelone)

Vainqueur de la petite coupe du monde des clubs en 1957 (FC Barcelone)

Champion d’Espagne en 1952, 1953, 1959 et 1960 (FC Barcelone)

Vice-Champion d’Espagne en 1956 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1951, 1952, 1953, 1957 et 1959 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1952 et 1953 (FC Barcelone)


DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de tous les temps du FC Barcelone par les supporters, devant Johan Cruyff et Diego Maradona, lors d'un vote ayant eu lieu en 1999 pour le centenaire du club.

À reçu l'ordre du mérite de la FIFA à titre posthume en 2002

À reçu la Grande-Croix de l'Ordre royal du mérite sportif espagnol en 2000

 

DIVERS


- Grand supporter du Barça, le chanteur espagnol Joan Manuel Serrat a écrit une chanson en catalan et en italien intitulée "Kubala". Serrat y salue le talent de Pelé, de Diego Maradona et d'Alfredo Di Stefano mais assure qu'à ses yeux, Kubala reste un joueur unique.

- Hungaria, l'équipe de réfugiés fondée par Kubala, a inspiré un film intitulé "Kubala : les étoiles à la recherche de la paix". L'attaquant y joue son propre rôle.

 

VIDÉO




29/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 981 autres membres