FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Youri Djorkaeff

Youri Djorkaeff.jpg

Youri Djorkaeff

 

 Youri Djorkaeff

 Né le 9 mars 1968 à Lyon (FRA)

  https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, milieu offensif, 1m79

Surnom: Le Snake

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 82 sélections, 28 buts

(Matchs amicaux: 34 sélections, 11 buts)

(QUalif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 17 sélections, 8 buts)

(Euro: 10 sélections, 3 buts)

(Coupe des Confédérations: 5 sélections, 1 but)

(Tournoi Hassan II: 4 sélections, 3 buts)

(Tournoi de France: 2 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 13 octobre 1993 contre Israël (2-3)

Dernière sélection : le 11 juin 2002 contre le Danemark (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 4 sélections, 5 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 4 sélections, 2 buts

 

1985/89 Grenoble (FRA) 87 matchs, 24 buts

(Championnat de France de D2: 82 matchs, 23 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)

1989/90 RC Strasbourg (FRA) 41 matchs, 27 buts

(Championnat de France: 35 matchs, 25 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)

1990/95 AS Monaco (FRA) 196 matchs, 67 buts

(Championnat de France: 155 matchs, 59 buts)

(Coupe de France: 16 matchs, 3 buts)

(Coupe de la Ligue: 3 matchs)

(Ligue des Champions: 11 matchs, 3 buts)

(Coupe des Coupes: 11 matchs, 2 buts)

1995/96 Paris SG (FRA) 47 matchs, 20 buts

(Championnat de France: 35 matchs, 13 buts)

(Coupe de France: 2 matchs, 2 buts)

(Coupe de la ligue: 1 match)

(Trophée des Champions: 1 match, 1 but)

(Coupe des Coupes: 8 matchs, 4 buts)

1996/99 Inter Milan (ITA) 127 matchs, 39 buts

(Championnat d'Italie: 87 matchs, 30 buts)

(Coupe d'Italie: 16 matchs, 5 buts)

(Ligue des Champions: 5 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 19 matchs, 2 buts)

1999/2002 Kaiserslautern (ALL) 70 matchs, 18 buts

(Championnat d'Allemagne: 55 matchs, 14 buts)

(Coupe d'Allemagne: 3 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 4 buts)

2002/04 Bolton Wanderers (ANG) 81 matchs, 21 buts

(Championnat d'Angleterre: 75 matchs, 20 buts)

(Coupe d'Angleterre: 1 match)

(Coupe de la ligue anglaise: 5 matchs, 1 but)

2004 Blackburn Rovers (ANG) 3 matchs

2005/06 MetroStars (USA) 44 matchs, 11 buts

(Championnat des Etats-Unis: 40 matchs, 10 buts)

(Playoffs: 3 matchs, 1 but)

(Coupe des Etats-Unis: 1 match)

 

Youri Djorkaeff occupe une place toute particulière dans le panthéon des grands joueurs français. Sa carrière atypique de globe-trotter et la réputation d'individualiste qui lui colle à la peau ont contribué à forger une image publique quelque peu mystérieuse et indéchiffrable. Electron libre sur et en dehors du terrain, il concevait la pratique du sport de haut niveau comme un vecteur de plaisir et d'épanouissement personnel tout en faisant toujours preuve d'un féroce esprit de compétition. Surnommé "le Snake" pour son sang-froid devant les cages, Djorkaeff était irrémédiablement attiré vers le but et constituait un danger mortel dans la zone de vérité. En aucun cas un buteur de surface, il aimait rôder dans les trente mètres pour placer sa magnifique frappe de balle ou combiner avec les attaquants aux abords de la surface. Youri Djorkaeff.jpgNé à Lyon, le joueur d'origine arménienne fait ses premières armes en deuxième division dans sa région natale, à Grenoble. Il file ensuite à Strasbourg, attiré par le discours d’Hechter. Mais c’est à Monaco qu’il explose littéralement. Il finit meilleur buteur du championnat en 1994, et conquiert ainsi ses premières sélections. Il se sent vite à l’étroit sur le Rocher, club peu médiatisé, et monte jusqu'à la capitale en 1995, pour une saison. Mais quelle saison! Il remporte la Coupe des Coupes, plante 14 buts, et marque à jamais l’histoire d’un club dont son père fut la première star. Après une cinquantaine de matches et une vingtaine de buts sous le maillot parisien, Djorkaeff cède aux avances de l'Inter Milan, une décision alors jugée carriériste et opportuniste par beaucoup. C'est le début d'une seconde carrière qui l'emmènera aux quatre coins de l'Europe. À l'Inter, où il côtoie Ivan Zamorano et Ronaldo lors de ses trois années au club, Djorkaeff inscrit en moyenne un but tous les trois matches en Série A, réussissant notamment une superbe première saison (14 buts). Mais avec le club intériste, il ne remportera jamais le Scudetto. Battu en finale de la Coupe UEFA par le FC Schalke 04 en 1997, l'Inter prend sa revanche l'année suivante contre la Lazio au Parc des Princes, l'ancien jardin de Djorkaeff, qui remporte son deuxième trophée européen. Mais le temps fait son œuvre, et le Gone de naissance voit finalement son influence décliner. À 31 ans et un avec un titre de champion du monde en poche, il prend tout son monde à contre-pied en signant à Kaiserslautern, séduit par le discours d'Otto Rehhagel et mu par la volonté de découvrir d'autres horizons. Après une première année très satisfaisante, il connaît une deuxième saison plus difficile et se brouille avec l'entraîneur grec. Désireux de trouver du temps de jeu en vue du Mondial 2002, Djorkaeff surprend à nouveau en signant à Bolton, où il gagne comme partout le respect de ses coéquipiers et des supporters, se voyant même confier le brassard de capitaine à de nombreuses reprises. À trente-six ans, il claque encore neuf buts en Premier League avant de dire adieu à l'Europe et de rejoindre les MetroStars de New York en 2005 pour y finir sa carrière. Parallèlement avec les Bleus, son histoire d’amour commence dans la douleur. France-Israël, puis France-Bulgarie. Inutile de rappeler le déroulement de ces deux matchs. Ginola, Houllier, Kostadinov, etc... Tout le monde connaît ça par cœur. On se souvient également de la suite. Du premier match de Jacquet, en Italie. De la première titularisation de Djorkaeff. De son premier but, sur une passe de Ginola. De sa première victoire. L’histoire commune commençait plutôt bien. Son coup franc mémorable contre la Pologne au Parc à l'été 1995 sauve la tête du sélectionneur, et c'est encore lui qui double le score quelques semaines plus tard contre la Roumanie à Bucarest lors d'une victoire fondatrice pour toute une génération. Sans Djorkaeff, la France ne se serait sans doute pas qualifiée pour l'Euro anglais et n'aurait pas pu construire ses conquêtes ultérieures. Lors du Mondial en France, il accepte de se placer au service du collectif dans un rôle de neuf et demi chargé d'assurer le lien technique entre Zidane et l'attaquant de pointe et de faire parler son talent dans la zone de vérité. S'il ne plante que sur penalty, il offre un caviar à Thuram en demie-finale et frappe le corner sur le deuxième but en finale. Intelligent, juste et altruiste, Djorkaeff rentre dans le rang pour entrer dans l'histoire, avant de sortir à nouveau de sa boîte lors de l'Euro 2000 pour planter deux buts marqués du sceau de la classe contre les Tchèques et les Espagnols. Auteur de 28 buts en 82 sélections, Djorkaeff n'est pas superflu de rappeler le rôle majeur qu'il joua dans la période la plus dorée de la sélection.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 (France)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 et en 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1996 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1992 (Monaco)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1998 (Inter Milan)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1997 (Inter Milan)

Vice-Champion d’Italie en 1998 (Inter Milan)

Vice-Champion de France en 1991, 1992 (Monaco) et 1996 (Paris SG)

Vainqueur de la Coupe de France en 1991 (Monaco)

Vainqueur du Trophée des Champions en 1995 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de Ligue anglaise en 2004 (Bolton Wanderers)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1988 (Grenoble)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du Championnat de France en 1994 (20 buts) (AS Monaco)

Élu meilleur joueur du Championnat de France de D2 en 1989

Élu joueur de l'année de l'Inter Milan en 1997

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1996

Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998

 

VIDÉO




29/07/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1008 autres membres