Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Pologne


Eugeniusz Faber

Eugeniusz Faber.jpg
Photo: ©La Voix du Nord

 

Eugeniusz Faber

 

Né le 6 avril 1939 à Chorzów (POL)
Décédé le 24 septembre 2021 à Liévin (FRA)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Ailier gauche/Attaquant, 1m69
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 36 sélections, 11 buts
(Matchs amicaux: 29 sélections, 11 buts)
(Qualif Coupe du monde: 2 sélections)
(Qualif Euro: 4 sélections)
(Qualif Jeux Olympiques: 1 sélection)
 
1ère sélection : le 8 novembre 1959 contre la Finlande (6-2)
Dernière sélection : le 7 septembre 1969 contre les Pays-Bas (2-1) 
 
1959/71 Ruch Chorzów (POL) 284 matchs, 104 buts
1971/75 RC Lens (FRA) 126 matchs, 53 buts
(Championnat de France: 55 matchs, 15 buts)
(Championnat de France de D2: 49 matchs, 29 buts)
(Coupe de France: 22 matchs, 9 buts)
 
Petit attaquant polonais très rapide, Eugeniusz Faber fait partie de ces noms qui resteront à jamais gravés dans l’histoire du RC Lens.
 
Le jeune bourré de talent débute sa carrière à l'âge de 20 ans dans le plus grand club de sa ville natale, le Ruch Chorzow, qui est devenu l'une des meilleures équipes de Pologne aux belles épopées européennes. Bien qu'ailier, il est un redoutable buteur. Avec sa formation, il remporte deux titres de champion de Pologne, en 1960 et 1968, et deviendra international. Pilier de l'équipe nationale, il portera à 36 reprises le maillot de la "Białe Orły" et inscrira onze pions en tout. Au début des années 70, le joueur âgé de 33 ans est autorisé à partir. Il est recruté gratuitement par le RC Lens en même temps que son compatriote Ryszard Gregorzyck. Petit par la taille mais immense par le talent, le polonais va être l'un des grands acteurs du renouveau du club artésien. Son ancien coéquipier Farès Bousdira a déclaré dans les colonnes de "La voix du Nord": "Eugeniusz, et je pèse mes mots, a révolutionné le football à Lens." Sacré champion de France de D2 en 1973, il dispute la fameuse finale de Coupe de France perdue face à Saint-Étienne en 1975 au Parc des Princes (défaite 2 buts à 0). A l'issue de cette rencontre, il raccroche les crampons, ce qui permettra l'arrivée d'un autre concitoyen, Joachim Marx, devenu par la suite très proche. Homme d'une grande humilité doté d'une redoutable efficacité, il inscrit au total 53 buts en 130 matchs entre 1971 et 1975. Il retourne alors en Pologne et se lance dans une carrière d'entraîneur. De passage dans le Nord en 1981 pour fêter le réveillon chez des amis, il ne peut plus rentrer au pays quelques jours plus tard à cause du général Jaruzelski qui ferme les frontières de la Pologne. Obligé de rester dans la région lensoise, il s’y installe définitivement, à Liévin précisément. Il entre d'ailleurs au service des sports de la ville et s’occupe de l’école de football du club local. Malheureusement, Faber est décédé le 24 septembre à l'âge de 82 ans. Le lutin de Bollaert a incontestablement marqué l'histoire du club Sang et Or. Icône pour les anciennes générations comme Arnold Sowinski avant lui, Eugeniusz laissera lui aussi un souvenir impérissable du côté de Bollaert, comme pour la communauté polonaise présente dans le bassin minier dont il était un digne représentant.
 
PALMARÈS
 
Champion de Pologne en 1960 et 1968 (Ruch Chorzow)
Vice-champion de Pologne en 1963 et 1970 (Ruch Chorzow)
Finaliste de la Coupe de France en 1975 (RC Lens)
Champion de France de D2 en 1973 (RC Lens)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES


01/12/2022
0 Poster un commentaire

Jacek Ziober

Jacek Ziober.jpg
Photo: ©Panini

 

Jacek Ziober

 

Né le 18 novembre 1965 à Łódź (POL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Ailier gauche/Attaquant, 1m74

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 46 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 30 sélections, 7 buts)

(Qualif Coupe du monde: 11 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 23 mars 1988 contre l'Irlande du Nord (1-1)

Dernière sélection : le 27 octobre 1993 contre la Turquie (1-2)

 

1982/90 ŁKS Łódź (POL) 202 matchs, 30 buts
1990/93 Montpellier HSC (FRA) 110 matchs, 22 buts
(Championnat de France: 93 matchs, 18 buts)
(Coupe de France: 7 matchs)
(Coupe de la ligue: 5 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 5 matchs, 3 buts)
1993/96 Osasuna (ESP) 65 matchs, 16 buts
(Championnat d'Espagne: 31 matchs, 10 buts)
(Championnat d'Espagne de D2: 30 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs, 2 buts)
1996/97 Amica Wronki (POL) 15 matchs, 5 buts
1998 Tampa Bay Mutiny (USA) 3 matchs

 

Joueur spectaculaire et fantasque, Jacek Ziober a fait vibrer les supporters de la Paillade au début des années 90.

 

Natif de l'ancienne ville industrielle de Łódź, situé au Sud-Ouest de Varsovie, le gamin fait ses débuts dans le fameux club local du ŁKS. Agile et rapide, l'ailier gauche est élu meilleur joueur de Pologne en 1990, dans la même lignée que ses illustres prédécesseurs Kazimierz DeynaGrzegorz Lato et Zbigniew Boniek. À l'époque, dans tous les pays du bloc de l'Est, les footballeurs ne peuvent s'expatrier avant au minimum 28 ans. Heureusement pour lui, la Pologne prend le chemin de la scission au débuts des années 80 et la chute du mur en 1989, permettant au vent du libéralisme de passer par delà le Rideau de Fer. Ainsi, à 25 ans, Jacek peut découvrir l'Europe de l'Ouest. Plutôt que de suivre bon nombre de ses compatriotes en Bundesliga, il choisit la France et atterrit dans les filets de Loulou Nicollin, chez le récent vainqueur de la Coupe de France 1990.

 

Jacek Ziober.jpg

Photo: ©DR

 

Arrivé sur les conseils du nouveau coach et compatriote Henryk Kasperczak, cet inconnu, certes international, mais inconnu quand même, a la lourde tâche de remplacer Eric Cantona, rappelé à Marseille, pour porter haut les couleurs du MHSC en Coupe d'Europe. Avec sa coupe mulet stylé et crolé à faire confiné les salons de coiffure plus sa barbichette naissante, le sosie parfait du regretté Trifon Ivanov possédait une hargne et une grinta impressionnantes, un bon crochet court et une certaine efficacité devant le but. Déterminé avec un mental de guerrier, il pouvait parfois laisser libre cours à son imagination. Comme cette action à Nancy, où en pleine action, il fixe son défenseur, met le pied sur le ballon, et s’agenouille tranquillement pour faire son lacet, avant de reprendre son dribble. De quoi devenir le chouchou de la Mosson et de Loulou Nicollin, comme il l'explique lors d'une interview pour J+1 sur Canal +: "À la mi-temps d'un match contre Lyon, je me fais soigner par le kiné, et Loulou me demande ce que je fais là. Donc je lui dis que je me fais soigner parce-que j’ai mal au genou, et il me dit "toi tu ne veux pas jouer…", donc je lui dis "ah oui, je ne veux pas jouer?", et j’enlève mes chaussures, je les mets dans le placard, et je pars à la maison. Après ça, Monsieur Nicollin il a dit "Regardez-le lui, c’est le Polonais qui a des couilles!" Cette première saison reste marquée par le merveilleux parcours des Montpelliérains en Coupe des coupes. Après avoir sorti le PSV Eindhoven de Romario, puis le Steaua Bucarest de Dan Petrescu, la formation héraultaise s'attaque au Manchester UTD de Paul Ince. Emmené par Laurent Blanc, Wilbert Suvrijn, Pascal Baills et Carlos Valderrama, les Pailladins vont chercher un nul à Old Trafford avant de craquer au retour.

 

La suite est moins glorieuse. Les meilleurs partent et l’équipe végète en milieu de tableau. Au bout de trois saisons et 22 buts en 110 rencontres, l'esthète de la nuque longue rejoint la colonie polonaise à Osasuna et succède au brillant Roman Kosecki. Trois saisons sous le soleil en Liga avant de rentrer au pays. Après un exercice dans le modeste club de l’Amica Wronki, il file aux USA sur les conseils de son vieux complice capillaire colombien, à Miami sous les couleurs du Tampa Bay Munity. L'international polonais auteur de 8 buts en 46 sélections raccroche définitivement les crampons après trois rencontres, en 1998, à l'âge de 33 ans. Pour ne pas oublier le sable fin de la Floride, il devient un temps entraîneur de la sélection polonaise de beach soccer.

 

PALMARÈS

 

3ème aux Championnat d'Europe des moins de 18 ans en 1984 (Pologne)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu footballeur polonais de l'année en 1990


20/11/2022
0 Poster un commentaire

Stanislaw Oslizlo

Stanislaw Oslizlo.jpg
Photo: ©
PKO BP Ekstraklasa

 

Stanisław Oślizło

 

Né le 13 novembre 1937 à Wodzisław Śląski (POL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Défenseur central, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 57 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 38 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections)

(Qualif Euro: 7 sélections)

(Qualif Jeux Olympiques: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 21 mai 1961 contre l'URSS (1-0)

Dernière sélection : le 10 octobre 1971 contre la RFA (1-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png B: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png U23: 9 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png U18: 6 sélections

 

1953/54 Kolejarz Wodzisław Śląski (POL)
1955 Kolejarz 24 Katowice (POL)
1956/60 Górnik Radlin (POL)
1960/73 Górnik Zabrze (POL) 296 matchs, 3 buts
 
Capitaine historique de la Pologne et du Górnik Zabrze, Stanisław Oślizło a fait partie du premier âge d’or des "Trójkolorowi", une machine de guerre dans les années 60.
 
Aux côtés de grands joueurs comme Wlodzimierz Lubanski, Ernest Pohl et Erwin Wilczek, le défenseur central remporte huit titres de champion et six coupes de Pologne. Finaliste de la Coupe des Coupes en 1970, le club perd face aux anglais de Manchester City 2 buts à 1, dans un match serré et tendu en Autriche au stade du Prater. C'est d'ailleurs lui qui inscrit le but, le seul de l'histoire d'un club du pays dans une finale européenne. Quadruple soulier d'or polonais, une fois meilleur joueur de l'année, il est sélectionné 57 fois en équipe nationale, sans toutefois disputer une grande compétition internationale.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1970 (Górnik Zabrze)
Champion de Pologne en 1961, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967, 1971 et 1972 (Górnik Zabrze)
Vice-champion de Pologne en 1969 (Górnik Zabrze)
Vainqueur de la Coupe de Pologne en 1965, 1968, 1969, 1970, 1971 et 1972 (Górnik Zabrze)
Finaliste de la Coupe de Pologne en 1966 (Górnik Zabrze)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Soulier d'Or polonais en 1961, 1963, 1967 et 1968
À reçu la Croix d'Officier de l'Ordre de Polonia Restituta en 2001

11/11/2022
0 Poster un commentaire

Józef Mlynarczyk

Jozef Mlynarczyk.jpg
Photo: ©Peter Robinson/EMPICS

 

Józef Młynarczyk

 

Né le 20 septembre 1953 à Nowa Sól (POL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Gardien de but, 1m86

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 42 sélections

(Matchs amicaux: 22 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 11 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 18 février 1979 contre la Tunisie (2-0)

Dernière sélection : le 16 juin 1986 contre le Brésil (0-4)

 

1971/74 Dozamet Nowa Sol (POL)
1974/77 BKS Stal (POL)
1977/80 Oder Opole (POL) 87 matchs, 1 but
1980/84 Widzew Łódź (POL) 79 matchs
1984/85 SC Bastia (FRA) 61 matchs
(Championnat de France: 56 matchs)
(Coupe de France: 5 matchs)
1986/89 FC Porto (POR) 67 matchs

 

Véritable légende du foot polonais, Jozef Mlynarczyk a même été considéré un temps comme le meilleur portier du monde. Dans son parcours, le gardien emblématique de la sélection Białe Orły des années 80 a remporté la ligue des champions avec Porto en 1987 et a terminé troisième de la Coupe du monde 1982.

 

Impérial dans les cages, Jozef a déjà 27 ans lorsqu'il débarque au Widzew Łódź, après des passages dans des clubs modestes du fond de la Pologne. Durant quatre saisons, il remporte deux Ekstraklasa et perd en demi-finales de la C1 en 1983, éliminé par la Juventus Turin après avoir sorti Liverpool en quart. Élu footballeur polonais de l'année cette saison-là, le portier moustachu décide pourtant de poser ses valises sous le soleil de la Corse, à Bastia, malgré des offres d'Angleterre et d'Autriche. 61 rencontres en un an et demi, et une multitude de buts encaissés dans une équipe au bord du chaos et qui ne se remettra pas du départ de l'extravagant Pascal Olmeta, portier aussi efficace sur la ligne que leader d'équipe. Il rejoint alors le FC Porto pour palier la blessure de Zé Beto. Devenu titulaire indéboulonnable au fil du temps, il remporte la coupe d'Europe des clubs Champions en 1987 face au Bayern Munich 2 buts à 1. Une finale qui restera dans la légende où un footballeur magique du nom de Madjer inventera un geste qui restera à jamais dans le langage du football. Il devient le second Polonais après Zbigniew Boniek à remporter le fameux trophée. Demi-finaliste du Mondial espagnole en 1982, celui qui a porté le maillot Rouge et Blanc à 42 reprises, malgré le scandale Okęcie qui lui a valu une longue suspension en équipe nationale, range les gants après l'éclosion de Vitor Baia à l'âge de 36 ans.

 

PALMARÈS

 

3ème de la Coupe du Monde en 1982 (Pologne)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1987 (FC Porto)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1987 (FC Porto)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1987 (FC Porto)

Champion du Portugal en 1986 et 1988 (FC Porto)

Vice-champion du Portugal en 1987 et 1989 (FC Porto)

Champion de Pologne en 1981 et 1982 (Widzew Łódź)

Vice-champion de Pologne en 1983 et 1984 (Widzew Łódź)

Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1988 (FC Porto)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1986 (FC Porto)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu footballeur polonais de l'année en 1983


20/09/2022
0 Poster un commentaire

Leonard Piatek

Leonard Piatek.jpg
Photo: ©NAC

 

Leonard Piątek

 

Leonard Franz Piontek / Leonard Franciszek Piątek

Né le 3 octobre 1913 à Königshütte (EA)

Décédé le 1er juillet 1967 à Chorzów (POL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Attaquant, 1m76

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 17 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 9 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 6 septembre 1936 contre la Lettonie (3-3)

Dernière sélection : le 27 août 1939 contre la Hongrie (4-2)

 

1926/47 AKS Chorzów (POL)
1947/50 Pogoń Katowice (POL) (entraîneur-joueur)
 
Deuxième grande star de l'équipe de Pologne des années 1930 derrière Ernest Wilimowski, Leonard Piątek a été une des principales armes offensives d'avant-guerre des "Biale Orly" au côté de la vedette polonaise.
 
Né en 1913 à Königshütte dans le Reich wilhelminien, ce prétentieux avant-centre très complet joue toute sa carrière à l'AKS Chorzów, devenant durant la Seconde Guerre Mondiale le Germania Königshütte. Vice-champion de Pologne en 1937, il remporte à plusieurs reprises la Gauliga Haute-Silésie, une sorte de play-off allemand instauré par le régime nazi qui une fois victorieux monte à la capitale jouer le titre national de la Deutsche Meisterschaft en tournoi. Il terminera même une fois meilleur buteur de ce mini-championnat avec 32 buts inscrits en 1941. Côté sélection, Piatek dispute la Coupe du Monde 1938 en France, où la Pologne est éliminée au premier tour par le Brésil (défaite 6 buts à 5 après prolongations avec notamment un triplé de Leonidas Da Silva). Après cette défaite, lui et Wilimowski sont considérés par les nazis comme "Volksdeutsche", par définition devenu officiellement allemand. Éligible à la sélection du Troisième Reich, l'entraîneur de l'époque Sepp Herberger convoquera seulement Ernest, Pas Leonard. Il aurait soi-disant refusé les avances du coach afin de ne jamais porter le maillot arboré de la croix gammée sur l’aigle traditionnel. La carrière internationale de Piatek se termine donc à 25 ans, après une ultime victoire contre les vice-champions du Monde hongrois (4 buts à 2 avec un but de sa part) le 27 août 1939. Il décède après une longue maladie en 1967 dans sa ville chérie redevenue Chorzow. Son fils Josef, né à Breslau (aujourd'hui Wroclaw) au début de la Seconde Guerre Mondiale, a aussi joué au football. Sélectionné à six reprises avec la RFA sous le nom de Sepp Piontek, il est surtout connu comme le sélectionneur de la célèbre "Danish Dynamite" des années 80. Krzysztof Piatek, joueur passé le Milan AC et le Hertha Berlin fin 2020, n'est lui qu'un homonyme par le nom de son glorieux aîné.
 
PALMARÈS
 
Vice-champion de Pologne en 1937 (AKS Chorzów)
Vainqueur de la Gauliga Haute-Silésie en 1942, 1943 et 1944 (Germania Königshütte)
Finaliste de la Gauliga Silésie en 1941 (Germania Königshütte)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Meilleur buteur de la Gauliga Silésie en 1941 (32 buts) (Germania Königshütte)

21/02/2022
0 Poster un commentaire