FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Leonardo

Leonardo.jpg

Leonardo

 

Leonardo Nascimento de Araujo

Né le 5 septembre 4969 à Niteroi (BRE)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, défenseur gauche/milieu de terrain, 1m77

Surnom: Léo

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 56 sélections, 7 buts

 

1987/90 Flamengo (BRE) 52 matchs

1990/91 São Paulo (BRE) 44 matchs, 1 but

1991/93 Valence (ESP) 71 matchs, 6 buts

1993/94 São Paulo (BRE) 12 matchs, 3 buts

1994/96 Kashima Antlers (JAP) 49 matchs, 30 buts

1996/97 Paris SG (FRA) 34 matchs, 7 buts

1997/01 Milan AC (ITA) 102 matchs, 22 buts

2001 São Paulo (BRE) 13 matchs

2002 Flamengo (BRE)

2002/03 Milan AC (ITA) 1 match

 

Il faut dire que Leonardo est un homme de défi. Né le 5 septembre 1969 à Niteroi, celui que tout le monde appelle "Leo" est très vite attiré par l'opium du peuple de son pays, le football. Doué et patriote, Leonardo commence sa carrière avec le club brésilien de Flamengo. En 1987, à seulement 17 ans, il a l'occasion de jouer avec son idole Zico ainsi qu'avec Renato Gaucho et Bebeto, et remporte son premier championnat brésilien. En 1990, il signe avec le São Paulo FC, et en 1991, Leonardo, Raí et d'autres jeunes talents font partie de l'équipe appelée "esquadrão tricolore" sous les ordres de la légende brésilienne Telê Santana, offrant à Leonardo son deuxième titre de champion du Brésil. Leonardo--2-.jpgArrivent alors les premières sélections internationales pour le gaucher volant qui fait ses débuts en équipe du Brésil en 1990. Attiré par le monde et désireux de culture, Leonardo rejoint l'Europe et Valence où il restera deux saisons. Mais le contact avec l'équipe nationale se débranche et il est obligé de rentrer à São Paulo, dans l'optique de la Coupe du Monde 94. L'équipe remporte plusieurs titres, dont la prestigieuse Copa Libertadores et la Coupe intercontinentale. La stratégie est payante, il devient titulaire en équipe nationale et fait partie de la liste pour le Mondial, excluant ainsi le jeune Roberto Carlos de la liste, au grand déplaisir de celui-ci. Leonardo joue lors des premiers matchs mais sera suspendu par la suite pour quatre matchs à cause d'un coup de coude assené à l'Américain Tab Ramos en huitième de finale face aux États-Unis. Il ne rejouera plus. Dans son malheur, il soulève le trophée du Mondial, après la victoire du Brésil devant l'Italie en finale. En 1994, après la Coupe du monde remportée, Leonardo signe au Japon chez les Kashima Antlers. Il y reste deux saisons, et conquit l'île du Pacifique par ses exploits et son attitude de gentlemen. Le PSG, vainqueur de la Coupe des Coupes, décide de l'accueillir à bras ouverts. Le joueur fait chavirer le cœur des Parisiens. Son but contre Liverpool, ses dribbles chaloupés, son sens du spectacle et surtout sa personnalité marquent les esprits. À ce stade de sa carrière, Leonardo cesse de jouer au poste d'arrière gauche et monte au milieu de terrain, tantôt à gauche, tantôt comme meneur de jeu. Déjà au Japon, cela s'est traduit par certains buts spectaculaires de Leonardo, une tendance qui s'est poursuivie en Europe. À l'été 1997 après une victoire en Copa America, il signe avec l'équipe italienne de l'AC Milan où il devient un membre éminent d'une équipe de vedettes. Le milieu offensif évolue quatre saisons en Lombardie, où il s’impose comme un joueur majeur, et gagne un titre de champion d’Italie. Pour sa deuxième Coupe du Monde en 1998, Leonardo joue les sept matchs aidant le Brésil à atteindre la finale perdue face au pays organisateur la France. Il est appelé une dernière fois pour jouer avec la Seleção lors des qualifications de la Coupe du monde 2002 et termine sa carrière avec 60 sélections et 8 buts inscrits pour le Brésil. En 2001, il retourne au Brésil, à São Paulo puis à Flamengo, et achève sa carrière en 2003 au Milan AC, après une saison quasi-blanche. Il a alors 33 ans. Homme à l'élégance absolue, il incarne l'image classe et irrésistible du football moderne. Il est aussi polyglotte : il maîtrise en effet l'anglais, l'espagnol, l'italien, le portugais, le français et le japonais. Il devient par la suite recruteur puis entraîneur des deux équipes du Milan avant d'être élu directeur général du Paris SG en 2011 par les propriétaires qatari. Il quitte le club de la capitale à la fin de la saison 2013 à cause d'une suspension de neuf mois ferme à la suite d'une bousculade avec un arbitre.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1994 (Brésil)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1998 (Brésil)

Vainqueur de la Copa America en 1997 (Brésil)

Finaliste de la Copa America en 1995 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1997 (Brésil)

Champion d’Amerique du Sud des moins de 20 ans en 1987 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1993 (São Paulo)

Vainqueur de la Recopa Sudamericana en 1993 et 1994 (São Paulo)

Vainqueur de la Supercopa Sudamericana en 1993 (São Paulo)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1997 (Paris SG)

Champion d’Italie en 1999 (Milan AC)

Champion du Brésil en 1987 (Flamengo) et 1991 (São Paulo)

Champion du Japon en 1996 (Kashima Antlers)

Champion de l'État de São Paulo en 1991 (São Paulo)

Vice-Champion de France en 1997 (Paris SG)

Vice-Champion du Brésil en 1991 (São Paulo)

Vainqueur de la Coupe du Brésil en 1990 (Flamengo)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1998 (Milan AC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Bola de Prata en 1991

Révélation du championnat du Brésil en 1987

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

 

DIVERS


- Il est avec son ami et ancien coéquipier du Paris Saint Germain, Raï, fondateur de l'association caritative brésilienne "Gol de Letra" qui met particulièrement l'accent sur l'éducation des enfants et adolescents.

 

VIDÉO




01/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1005 autres membres